HomeSantéDistomatoses intestinales : causes, symptômes et traitements

Distomatoses intestinales : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

La dis­to­ma­tose intes­ti­nale est une patho­lo­gie qui se répand spé­ci­fi­que­ment dans cer­tains pays. En effet, elle est sur­tout remar­quée en Europe (France) et en Asie notam­ment en chine, au Viet­nam, en Malai­sie. Elle sévit éga­le­ment sur le sous-conti­nent indien et au Moyen-Orient. Cette patho­lo­gie peut être pré­sente à n’importe quel âge, car ses voies de conta­mi­na­tion sont liées à l’hygiène. Quelles sont les causes de la dis­to­ma­tose ? Quels sont les symp­tômes et trai­te­ments adap­tés pour la traiter ?

Qu’est-ce que les distomatoses intestinales ?

Les dis­to­ma­toses intes­ti­nales sont des patho­lo­gies dues à une infec­tion para­si­taire cau­sée par les dis­tomes. En effet, les dis­tomes encore appe­lés les douves, sont des anthro­po­zoo­noses. Autre­ment dit, ce sont des vers en forme plate qui sont com­muns à l’Homme et à cer­tains ani­maux. Elles sont de la classe des tré­ma­todes pos­sé­dant deux ven­touses, et peuvent mesu­rer jusqu’à trois cen­ti­mètres de long.

Cette patho­lo­gie est sou­vent occa­sion­nelle ou acci­den­telle. Elle est une mala­die qui se déve­loppe au niveau des intes­tins et reste très conta­gieuse. Elle néces­site une prise en charge rigou­reuse et l’observation de cer­taines règles res­tric­tives de contagion.

Les dis­to­ma­toses intes­ti­nales sont sou­vent confon­dues à d’autres patho­lo­gies para­si­taires telles que l’échinococcose et l’hydatidose. En effet, elles ont des traits de res­sem­blance rela­tifs au mode de conta­mi­na­tion et aux symp­tômes. Cepen­dant, les dis­to­ma­toses se dis­tinguent sur­tout par leurs causes. Il est donc impor­tant d’effectuer une consul­ta­tion auprès d’un médecin.

Quelles sont les causes des distomatoses intestinales ?

Les dis­to­ma­toses intes­ti­nales sont cau­sées par un para­site du nom de dis­tome ou de douve. En effet, il existe trois types d’espèces de ce para­site en fonc­tion des régions où il se retrouve. Il s’agit tout d’abord de l’espèce fas­cio­lop­sis bus­ki, qui se retrouve au Sud-Est de l’Asie, en Chine et à l’Inde.

Ensuite, il existe l’espèce hete­ro­phyes here­to­phyes, qui est remar­quée au Proche-Orient et en Égypte. Enfin, la troi­sième espèce qui est le méta­go­ni­mus yoko­ga­wai, et qui se déve­loppe plus dans les milieux de l’Extrême-Orient.

Comment contracte-t-on les distomatoses intestinales ?

Les espèces de para­sites de la classe des dis­tomes sont répu­tées pour leur forte conta­gio­si­té. Les dis­tomes intes­ti­naux sont donc des affec­tions conta­gieuses. En effet, elles se trans­mettent par la voie orale lors de l’ingestion d’un élé­ment conte­nant le para­site.

De plus, il faut noter que ce para­site se déve­loppe mieux dans l’eau. Il pré­fère les milieux froids et humides. Il est donc fré­quent de contrac­ter des dis­to­ma­toses intes­ti­nales dans les pis­cines, les plages et autres. À cet effet, les dis­to­ma­toses intes­ti­nales se contractent plus pré­ci­sé­ment dans cer­tains cas. Il s’agit des cas de :

  • La consom­ma­tion d’étendue d’eau ou d’eau douce contaminée ;
  • L’ingestion des pois­sons crus d’eau douce ;
  • La consom­ma­tion de végé­taux mal cuits conte­nant le parasite.

Par ailleurs, les dis­to­ma­toses intes­ti­nales peuvent aus­si se contrac­ter par la consom­ma­tion du porc, du chat et du chien, mal cuits. Elles peuvent aus­si se contrac­ter par la consom­ma­tion de cer­tains oiseaux aqua­tiques. En outre, la trans­mis­sion peut se faire éga­le­ment d’Homme à Homme, lorsque des règles d’hygiène sont négli­gées. Dans ces cas, cette patho­lo­gie est contrac­tée quand la per­sonne infec­tée cui­sine sans laver les mains après les selles.

Après la conta­mi­na­tion, ces vers se logent dans l’intestin grêle, plus pré­ci­sé­ment sur la muqueuse intes­ti­nale. Ils prennent une période d’incubation de quelques jours au plus, avant de pré­sen­ter des signes. Tou­te­fois, le délai d’incubation peut varier en fonc­tion de l’organisme de chaque personne.

Quels sont les symptômes des distomatoses intestinales ?

Géné­ra­le­ment, les dis­to­ma­toses intes­ti­nales pré­sentent rare­ment de signes dans la phase légère, c’est-à-dire tout au début. Mais lorsqu’elles s’aggravent, des symp­tômes bien pré­cis se remarquent chez les per­sonnes souf­frant de cette patho­lo­gie. Il s’agit :

  • Des dou­leurs abdominales ;
  • De diar­rhée dou­lou­reuse et san­glante ;
  • De fortes fièvres ;
  • De malab­sorp­tion ;
  • D’occlusion intes­ti­nale ;
  • Des réac­tions œdé­ma­teuses aller­giques, dont l’ascite ;
  • De diar­rhée liquide chro­nique ;
  • Des dou­leurs épigastriques ;
  • De fatigue générale ;
  • De perte de poids.

Comment se fait le diagnostic des distomatoses intestinales ?

Le diag­nos­tic des dis­to­ma­toses intes­ti­nales est posé par un méde­cin géné­ra­liste, après que bon nombre d’éléments soient réunis. Il s’effectue géné­ra­le­ment en deux temps que sont : un inter­ro­ga­toire et une ana­lyse médicale.

Dans un pre­mier temps, un inter­ro­ga­toire est adres­sé au patient. Les infor­ma­tions ren­sei­gnées par le patient, per­mettent au méde­cin d’identifier les symp­tômes en cas de dis­to­ma­tose intes­ti­nale. De plus, ces infor­ma­tions recueillies lui per­mettent d’approfondir les ana­lyses, pour détec­ter la pathologie.

Dans un second temps, un exa­men micro­sco­pique des selles peut être recom­man­dé par le méde­cin. Cet exa­men s’effectue par un pré­lè­ve­ment de selles ana­ly­sées, qui per­met de recher­cher la pré­sence des œufs des douves intes­ti­nales. De plus, il peut être recom­man­dé une numé­ra­tion san­guine pour véri­fier une ané­mie ou une hyperéosinophilie.

Quelles sont les mesures préventives des distomatoses intestinales ?

Afin d’éviter d’éventuelles dis­to­ma­toses intes­ti­nales, des pré­cau­tions doivent être prises. Il s’agit :

  • De laver régu­liè­re­ment chaque vête­ment uti­li­sé lors de l’apparition des symptômes ;
  • De net­toyer soi­gneu­se­ment les fruits et légumes avant de les consommer ;
  • D’éviter de consom­mer les pois­sons et autres végé­taux crus ;
  • De s’assurer de cuire cor­rec­te­ment les repas avant de les manger ;
  • De se laver cor­rec­te­ment les mains après chaque selle ;
  • D’observer une hygiène stricte ;
  • De dés­in­fec­ter les toi­lettes lorsqu’il s’agit d’une salle de bain partagée.

Il faut éga­le­ment évi­ter de par­ta­ger sa ser­viette ou ses linges déjà uti­li­sés et net­toyer les mains avant de pas­ser à table.

Comment traiter efficacement les distomatoses intestinales ?

Le trai­te­ment des dis­to­ma­toses intes­ti­nales repose sur un trai­te­ment médi­ca­men­teux. Afin de trai­ter soi­gneu­se­ment cette patho­lo­gie, le méde­cin admi­nistre plus pré­ci­sé­ment des anti­pa­ra­si­taires. Il s’agit géné­ra­le­ment de pra­zi­quan­tel, dis­po­nible sur­tout dans les phar­ma­cies. Tou­te­fois, le niclo­sa­mide peut aus­si être recommandé.

De plus, il est impor­tant que le patient suive rigou­reu­se­ment la poso­lo­gie et les ins­truc­tions du méde­cin lors du trai­te­ment. À cet effet, pour la neu­tra­li­sa­tion des douves intes­ti­nales, le méde­cin admi­nistre la poso­lo­gie du pra­zi­quan­tel en fonc­tion de l’âge du patient. Dans le cas des enfants de quatre ans et plus, il faut une prise de 25 mg/kg trois fois par jour. Dans le cas des adultes, il faut une prise de 50 mg/kg trois fois par jour.

En outre, ce trai­te­ment doit être renou­ve­lé deux à trois semaines après la pre­mière prise. Ce renou­vel­le­ment doit être obser­vé, compte tenu de la résis­tance des douves intes­ti­nales. Aus­si, est-il recom­man­dé de trai­ter toute la famille lorsque la per­sonne infec­tée vit en famille.

Par ailleurs, lorsqu’après le trai­te­ment les symp­tômes per­sistent, il est recom­man­dé d’effectuer une nou­velle consul­ta­tion. Elle per­met de repé­rer le mal et de pro­po­ser un nou­veau trai­te­ment ou de renou­ve­ler l’ancien traitement.

En outre, le méde­cin peut aus­si pres­crire des médi­ca­ments pour faire cal­mer les symp­tômes engen­drés par la mala­die. Il s’agit des anti­spas­mo­diques, des antal­giques, des effer­ves­cents et même des médi­ca­ments qui sti­mulent l’appétit.

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....