HomeNon classéGUIDE PRATIQUE N°2 HERPES ET GROSSESSE : avant tout préserver BEBE

GUIDE PRATIQUE N°2 HERPES ET GROSSESSE : avant tout préserver BEBE

Publié le

spot_img

 


Ce guide pra­tique de l’As­so­cia­tion Her­pès s’a­dresse par­ti­cu­liè­re­ment aux
FEMMES ENCEINTES ET JEUNES MAMANS, por­teuses ou non du virus.
Il a pour objec­tif de leur appor­ter les infor­ma­tions nécessaires
pour évi­ter une éven­tuelle trans­mis­sion au foe­tus ou au nourrisson

 

L’HERPES EST UNE MALADIE VIRALE
En France, on estime qu’en­vi­ron 10 mil­lions de per­sonnes sont tou­chées par l’Her­pès, à des degrés divers et des loca­tions diverses.
L’her­pès est une mala­die virale contagieuse.
L’her­pès labial 
est très répan­du, car sa trans­mis­sion peut se faire par un simple baiser.
L’her­pès géni­tal quand à lui se trans­met lors d’un rap­port sexuel. C’est une Mala­die sexuel­le­ment transmissible

Une fois contrac­té, le virus de l’her­pès reste à vie dans l’or­ga­nisme. Il réap­pa­rait lors de pous­sées dont le rythme et l’in­ten­si­té sont variables d’une per­sonne à l’autre. On peut apprendre à contrô­ler les effets de l’her­pès, mais on ne s’en débar­rasse jamais complètement.

Il existe deux types de virus res­pon­sables de l’herpès :
Le virus de type 1 res­pon­sable de la majo­ri­té des her­pès situés au des­sus de la taille. C’est l’her­pès labial clas­si­que­ment dénom­mé  » bou­ton de fièvre « . Il peut éga­le­ment se déve­lop­per sur d’autres par­ties du visage comme les yeux, le men­ton, le nez ou les doigts.
Le virus de type 2 res­pon­sable le plus sou­vent de l’her­pès géni­tal c’est à dire celui qui touche les organes sexuels. Il peut éga­le­ment se déve­lop­per sur les fesses et les cuisses.

FOETUS ET NOURRISSON : ATTENTION DANGER
Il existe des popu­la­tions dites  » à risques  » dont le sys­tème de défenses immu­ni­taires affai­bli ne per­met pas de lut­ter effi­ca­ce­ment contre le virus. Le contact avec la mala­die peut, dans cer­tains cas, avoir de graves réper­cus­sions sur la san­té et mettre la vie en danger.
C’est le cas du foe­tus et du nour­ris­son qui ont un sys­tème immu­ni­taire encore immature

La conta­mi­na­tion peut se faire :
Pen­dant la gros­sesse, lorsque l’or­ga­nisme de la future maman ren­contre pour la pre­mière fois le virus de l’her­pès. Le virus passe par le sang mater­nel et peut par­fois atteindre le foetus.
Au moment de l’ac­cou­che­ment . La pré­sence du virus dans les sécré­tions vagi­nales peut conta­mi­ner le bébé lors du pas­sage par les voies génitales
Après la nais­sance. Le bébé peut être conta­mi­né par un simple bai­ser d’une per­sonne atteinte d’her­pès labial.

LA CONTAMINATION PENDANT LA GROSSESSE
et au moment de l’ACCOUCHEMENT

Les risques d’une éven­tuelle trans­mis­sion au foe­tus sont variables.il dépendent de plu­sieurs facteurs :
—- La date à laquelle le virus a été contrac­té pour la pre­mière fois
—- La fré­quence des crises d’herpès
—- Et, bien sûr, la conscience ou non de la mala­die par le femme enceinte qui peut être por­teuse du virus, donc conta­gieuse, et l’i­gno­rer car aucun symp­tôme n’au­ra jamais été détec­té (ou signalé)

SI LE PREMIER CONTACT AVEC LE VIRUS EST ANTERIEUR A LA GROSSESSE…
Dans ce cas le risque pour le foe­tus de déve­lop­per une infec­tion her­pé­tique est dif­fi­ci­le­ment estimable.
Il est consi­dé­ra­ble­ment limi­té si l’obs­té­tri­cien est au cou­rant des anté­cé­dents des parents.
Des mesures de pré­ven­tion et des trai­te­ments seront néces­saires, ins­tau­rés pen­dant la gros­sesse et au moment de l’ac­cou­che­ment. (Voir mise à jour de Février 1999 Gros­sesse et Her­pès)
L’obs­té­tri­cien pour­ra éven­tuel­le­ment déci­der d’une césarienne.

SI LE PREMIER CONTACT AVEC LE VIRUS A LIEU AU COURS DE LA GROSSESSE
Bien que très rare, cette situa­tion où la femme déve­loppe pour la pre­mière fois de sa vie un her­pès pen­dant la gros­sesse repré­sente le risque de trans­mis­sion à l’ac­cou­che­ment le plus grand, ce qui peut être grave pour le nouveau-né
Il est donc impor­tant de recon­naître une pre­mière pous­sée au cours de la gros­sesse et de pré­ve­nir rapi­de­ment le méde­cin qui suit la gros­sesse. L’ac­cou­che­ment sera ain­si entou­ré de toutes les pré­cau­tions néces­saires et le nou­veau-né pour­ra être trai­té si besoin dés sa naissance.

S’IL N’Y A JAMAIS EU DE CRISE D’HERPES…
Les risques ne sont mal­heu­reu­se­ment pas tota­le­ment écartés
En effet, cer­taines per­sonnes peuvent avoir été en contact avec le virus et ne jamais déve­lop­per de symp­tômes d’her­pès (ou trop insi­gni­fiants pour avoir neces­si­té une consultation).
Des émis­sions de virus peuvent avoir lieu sans aucun signe
Mal­gré cette absence de symp­tôme, le risque de conta­gio­si­té de la mère vers l’en­fant demeure pos­sible. Atteint dés sa nais­sance, c’est le bébé qui revèle l’her­pès géni­tal de la maman.
Le diag­nos­tic d’her­pès du bébé à la nais­sance est fait très rapi­de­ment et des trai­te­ments sont immé­dia­te­ment don­nés à l’enfant.

COMMENT DIMINUER LES RISQUES DE
CONTAMINATION APRES L’ACCOUCHEMENT

Lors des pre­miers jours de la vie, le nour­ris­son est vul­né­rable car son sys­tème de défenses immu­ni­taires est encore imma­ture et mal armé pour lut­ter contre cer­taines maladies.
A ce stade, la conta­mi­na­tion du bébé par le virus de l’her­pès peut se faire par le bai­ser d’une per­sonne por­teuse d’un her­pès labial (bou­ton de fièvre). Les consé­quences peuvent être graves pour le nourrisson.
Il est donc pri­mor­dial de res­pec­ter cer­taines mesures d’hy­giène dés la naissance

HYGIENE REDOUBLEE POUR PRESERVER BEBE
Il est impor­tant que les équipes obs­té­tri­cales et pédia­triques soient infor­mées des éven­tuels anté­cé­dents d’her­pès du couple. Des mesures spé­ci­fiques de pré­ven­tion seront alors ins­tau­rées lors des pre­miers soins du bébé.

Les parents et toute per­sonne en contact avec l’en­fant doivent systématiquement :
—- Se laver soi­gneu­se­ment les mains avant de prendre l’enfant
—- Sépa­rer leurs ser­viettes et gants de toi­lette de ceux du bébé
—- Evi­ter abso­lu­ment d’embrasser l’en­fant si un bou­ton de fièvre apparaît.

QUAND CONSULTER RAPIDEMENT VOTRE MEDECIN TRAITANT
Lorsque votre bébé :

  • a un oeil rouge qui pleure en permanence
  • a un chan­ge­ment dans son com­por­te­ment (refus de bibe­ron, endor­mis­se­ment pen­dant la toi­lette ou ors des repas, irri­ta­bi­li­té excessive,…)
  • a une fièvre per­sis­tante, des convulsions.

 

Som­maire Her­pès Association
Som­maire FMC

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...