HomeSantéSigmoïdite diverticulite aiguë : causes, symptômes, diagnostic, solutions

Sigmoïdite diverticulite aiguë : causes, symptômes, diagnostic, solutions

Published on

spot_img

La sigmoïdite diverticulite aiguë est une maladie acquise qui a tendance à se manifester le plus souvent après 60 ans. Les personnes atteintes par ce mal souffriront de douleurs au niveau du colon. Plusieurs raisons sont à l’origine de cette pathologie. Quelles sont alors les causes de cette infection ? Comment la diagnostiquer ? Quels sont les différents remèdes pour en venir à bout ? Voici tout ce que vous devez savoir à propos.

Sigmoïdite diverticulite aiguë : les causes

La sigmoïdite diverticulite aiguë est l’inflammation d’une portion du gros intestin se trouvant juste avant le rectum. Elle est causée par une complication de la diverticulose colique. C’est un trouble pathologique qui se caractérise par la présence de diverticules.

Celles-ci se présentent sous forme de poches logées tout au long de la surface du colon. Leur apparition est due au fait que la muqueuse colique transperce la musculeuse et provoque ensuite un échauffement des diverticuloses.

Il existe d’autres facteurs à l’origine de ce mal. On cite entre autres :

  • une alimentation pauvre en fibres ;
  • une consommation abusive des aliments sucrés ;
  • une sédentarisation et un manque d’exercices physiques réguliers.

À cela s’ajoute une masse corporelle trop importante. Notez que le tabagisme est aussi une potentielle cause de cette maladie.

Une alimentation pauvre en fibres

Lorsque vos repas ne contiennent pas assez de fibres, le tube digestif en souffre et en conséquence, le taux de cholestérol sera élevé. En plus, cette carence augmente le nombre de bactéries malsaines dans l’organisme. Ce qui vous expose à plusieurs maux, dont la sigmoïdite diverticulite aiguë.

Une consommation abusive des aliments sucrés

Un apport excessif en sucre a des répercussions non négligeables sur le foie. En effet, si cet aliment est trop présent dans l’organisme, cela stimulera la production des graisses. Celles-ci engendrent plusieurs affections chroniques comme l’inflammation de la tuberculose qui est en partie responsable de la maladie dont il est question ici.

La sédentarisation et le manque d’exercices physiques

La sédentarité, c’est lorsqu’un individu ne fait pas d’efforts physiques pour brûler l’accumulation des graisses. Dans ce contexte, il se produit un déséquilibre alimentaire. Cela affecte de nombreux organes, dont l’intestin. Avec le temps, plusieurs maladies naissent comme une sigmoïdite.

Par ailleurs, une personne qui pratique régulièrement du sport renforce son système immunitaire. Dans le cas contraire, cela laisse le champ libre à l’apparition de plusieurs agents pathogènes qui peuvent être à l’origine d’une telle pathologie.

Une masse corporelle trop importante et le tabagisme

L’obésité peut aboutir à une sigmoïdite. En effet, ce problème corporel peut conduire au mauvais fonctionnement du gros intestin. Ce qui peut provoquer au fil du temps des percées au niveau du colon entraînant ensuite l’extériorisation des muqueuses intestinales.

Par ailleurs, vous savez certainement que fumer une cigarette traditionnelle détruit le foie. Et pourtant, si cet organe ne marche pas bien, vous pouvez contracter cette maladie. Cela a été bien élucidé dans les passages antérieurs.

Sigmoïdite diverticulite aiguë : symptômes

Sigmoïdite diverticulite aiguë

Les manifestations de cette maladie sont dues aux réactions inflammatoires. Plusieurs signes peuvent interpeller comme les douleurs au niveau de la fosse iliaque gauche, une zone située à la fin du tube digestif.

D’autres symptômes comme les troubles du transit, les cas de diarrhées ou la fièvre sont caractéristiques d’une sigmoïdite. Dans certaines circonstances, le sujet peut être constipé.

Lorsque le tableau clinique devient très inquiétant ou sévère, le patient peut souffrir d’abcès de péritonite. À cela peut s’ajouter une hémorragie, un rétrécissement du colon (sténose) et des fistules.

Sigmoïdite diverticulite aiguë : diagnostic

La maladie due à l’inflammation de la diverticulose se diagnostique suivant trois étapes. La première est une vérification clinique, la seconde est une prise de sang et la troisième est l’examen d’imagerie médicale.

1.    Examen clinique

Celui-ci est réalisé par votre chirurgien. Dans la pratique, ce dernier procède à l’élévation des hyperleucocytoses. Les protéines de l’inflammation sont également invitées dans la culture.

2.    La prise de sang

Pour réussir la précédente étape, votre professionnel de santé prélève au laboratoire votre sang. Ce dernier représente le constituant à partir duquel il va extraire l’hyperleucocytose et la CRP (protéine de l’inflammation). Pour ce faire, une tomodensitométrie est réalisée. Ce qui permet de faire une analyse correcte du côlon sigmoïde et de tout son environnement.

3.    Examen d’imagerie médicale

Cela consiste à utiliser un scanner pour localiser le mal. Toutefois, pour que cette analyse médicale donne des résultats fiables, un bilan d’extension de la sigmoïde clonique est fait.

Cette action permet aussi de connaître l’évolution de la maladie. Pour cela, le chirurgien vérifie la présence d’une collection abcédée péricolique intramésocolique.

Par ailleurs, une coloscopie peut être effectuée par votre spécialiste de santé pour identifier d’éventuelles causes de l’infection.

Sigmoïdite diverticulite aiguë : solutions

Heureusement, il existe plusieurs traitements contre le développement d’une diverticulose dans le colon. En voici quelques-uns.

Le traitement conservateur

Si la situation n’est pas grave, une prise en charge peut se faire par la mise en place d’une diète liquide. Il s’agit d’un régime hypocalorique constitué d’une consommation de fruits et de légumes. Dans ce contexte, le patient est appelé à se nourrir avec des soupes, des boissons sans sucre avec des tisanes. Aussi, le thé et l’eau sont des éléments nutritifs utilisés lors de cette cure.

Par ailleurs, une antibiothérapie est pratiquée pour venir à bout d’une sigmoïdite. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un traitement fait avec des antibiotiques qui sont des substances inhibitrices de bactéries nocives. Sous d’autres cieux, une prise d’antispasmodiques peut s’avérer efficace.

Une prise en charge des complications

Lorsque c’est grave, le chirurgien peut réaliser une exérèse chirurgicale du sigmoïde. Il s’agit d’une ablation du côlon. C’est un moyen pour définitivement en finir avec ce mal.

Par ailleurs, il existe d’autres options que votre spécialiste de santé peut utiliser. C’est le cas du lavage péritonéal. Aussi, la colectomie ou le drainage radiologique sont entre autres des solutions alternatives.

L’émollient

Une autre forme de traitement de la sigmoïdite est l’utilisation de l’émollient. C’est une substance qui relâche et amollit les muqueuses en cas d’inflammation. Elle aide ainsi à soulager les douleurs de manière temporaire. C’est pour cette raison qu’elle est employée ici.

La prévention

Pour ne pas souffrir de cette maladie, vous devez la prévenir. Cela consiste à réduire les facteurs de risque du développement d’une diverticulose. Pour cela, il est proposé d’avoir une alimentation saine et équilibrée.

Vous devez également privilégier un apport approprié en fibres dans vos repas. Aussi, pour endiguer ce mal, il convient d’éviter dans la mesure du possible la sédentarité et vous devez pratiquer de manière régulière des activités physiques.

Sigmoïdite diverticulite aiguë : chirurgie

Sigmoïdite diverticulite aiguë

Après l’examen médical et un résultat final indiquant une sigmoïdectomie, une intervention chirurgicale peut être faite. Voici son déroulement !

Appliquer une anesthésie générale au patient

La première étape d’une telle opération est l’usage de l’anesthésie générale. Pour ce faire, une laparoscopie ou une laparotomie est réalisée. Tout va dépendre de la technique employée par le chirurgien.

Réaliser une résection anastomose ou Hartmann

Ici, on devrait enlever tout le côlon sigmoïde. Pour ce faire, le spécialiste de santé effectue une incision. Après cela, il découpe de manière soigneuse la section indésirable avant de l’ôter. Ensuite, une anastomose colorectale est réalisée. Ce qui va permettre d’assurer la communication du reste des organes.

Par ailleurs, une autre option consiste à pratiquer une résection de Hartmann. Cette technique vise à retirer le côlon sigmoïde malade sans rétablissement de la continuité digestive. Cependant, le rectum est saturé et laissé dans sa position initiale. Dans ce contexte, un anus artificiel est mis en place par le chirurgien pour garantir l’évacuation des selles. Il est ici important de comprendre que cette forme d’intervention est réalisée en cas d’urgence.

Sigmoïdite diverticulite aiguë : avantages et inconvénients d’une résection sigmoïde

Une résection sigmoïde se trouve nécessaire en cas d’aggravation ou de récidivisme de la sigmoïdite.

Bénéfices

Cette intervention présente plusieurs avantages comme l’éradication définitive du mal. Aussi, cette opération prolonge la durée de vie des patients et surtout améliore leur forme physique.

Les personnes qui souffraient de ce mal finissent par se retrouver dans leur période d’avant-maladie, ce qui leur procure un bien-être accru.

Limites

Toutefois, cette action présente parfois des effets indésirables. Cette technique peut entraîner par exemple des dommages au niveau de l’intestin. Aussi, des douleurs chroniques continues et incessantes sont enregistrées chez certains patients.

Par ailleurs, il se peut que l’anesthésie générale ne fonctionne pas pendant l’opération. Cela peut provoquer d’énormes complications tant pour le malade que pour le chirurgien.

Sigmoïdite diverticulite aiguë : résection antérieure inférieure

Plusieurs formes de résections sigmoïdes sont réalisées en cas d’inflammation de la diverticulose. Parmi celles qui sont appliquées se trouve la résection antérieure et inférieure.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est une opération qui consiste à extraire une bonne partie du colon malade et à rattacher ensuite le reste du tissu sain à l’anus. Après cela, un sac de colostomie est utilisé pour recueillir les matières fécales en attendant que le colon guérisse. Cette technique n’exige pas une grande lésion de l’organisme contrairement à une résection abdomino-périnéale.

Comment se réalise-t-elle ?

Avant l’intervention du chirurgien, le patient est appelé à vider son colon. Pour cela, ce dernier adopte une diète liquide 48 heures avant l’opération.

Un jour avant la date fatidique, le spécialiste administre au malade un produit pour retirer tous les agents gênants encore présents. Après ça, une anesthésie générale est faite par une ligne intraveineuse. Advient à la fin une incision qui se fait dans l’abdomen du sujet pour accéder au colon afin d’enlever tous les tissus infectés.

Voilà ! Vous savez désormais ce que c’est la sigmoïdite diverticulite aiguë. Avec les informations ci-dessus, vous connaissez aussi les traitements possibles de ce mal. Toutefois, pour ne pas en souffrir, adoptez les bons gestes pour prévenir cette maladie.

Latest articles

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...

Hyperthyroïdie : causes, symptômes, traitement et prévention

Bien que le corps humain soit une formidable machine dont les rouages sont parfaitement...

More like this

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...