HomeNon classéREFLUX GASTRO-OESTROPHAGIEN RGO

REFLUX GASTRO-OESTROPHAGIEN RGO

Publié le

spot_img

SEMIOLOGIE
Des brû­lure rétros­ter­nale (pyro­sis) et/ou des remon­tées acides du conte­nu gas­trique jusqu’au niveau pha­ryn­gé (hors vomis­se­ments) sont des symp­tômes pathog­no­mo­niques de RGO. Leur carac­tère pos­tu­ral et/ou post-pran­dial, est très évo­ca­teur. Des brû­lures épi­gas­triques sans tra­jet ascen­dant peuvent com­pl­ter le tableau cli­nique de RGO.
A coté de cette sémio­lo­gie typique, des accès de toux ou une dys­pnée asth­ma­ti­forme, sou­vent noc­turnes, des symp­tômes pha­ryn­gés ou laryn­gés (enroue­ment, dys­es­thé­sies buc­co-pha­ryn­gées), des dou­leurs simu­lant un angor peuvent en être les mani­fes­ta­tions, iso­lées ou asso­ciées aux symp­tômes pré­cé­dents. [Lire]

NB : Une enquête des labo­ra­toires Mayo­ly Spind­ler auprés de 1500 MG et gas­troen­té­ro­logue a mon­tré que 72% des patients atteints de RGO souffrent éga­le­ment de TFI (Troubles fonc­tion­nels intes­ti­naux-$ du colon irri­table). La pré­va­lence des TFI est trois fois supreiure ches les patients souf­frant de RGO que dans la popu­la­tion géné­rale. A Noter enfin que la prise en charge thé­ra­peu­tique du TFI per­met dans 92 % des cas une amé­lio­ra­tion de la qua­li­té de vie des patients atteints de RGO (Impact Méde­cine N° 76 Avril 2004)

EXAMENS COMPLEMENTAIRES
La fibro­sco­pie n’est pas indi­quée d’emblée chez le sujet de moins de 50 ans sans signe de gra­vi­té (amai­gris­se­ment, ané­mie, troubles de la déglutition).
Elle s’im­pose en cas d’e­chec thé­ra­peu­tique, d’al­té­ra­tion de l’é­tat géné­ral, de signes de gra­vi­té et aprés 50 ans.

La pH-métrie œso­pha­gienne des 24 heures est l’exploration fonc­tion­nelle la plus sen­sible pour diag­nos­ti­quer un RGO. Elle est rare­ment néces­saire mais peut être trés utile chez le nour­ris­son et l’enfant.

TRAITEMENT
Il associe

  • des mesures diététiques,
  • Des mesures posturales
  • des pan­se­ments gas­triques adap­tés (Topaal °, Gaviscon °)
  • Des pro­duits gas­tro­ky­né­tiques comme le Prim­pé­ran °, le Moti­lium ° beau­coup plus rare­ment le Prépulsid °
  • Les inhi­bi­teurs de la pompe à protons(IPP) sont les pro­duits de réfé­rence pour trai­ter les lésions et les symp­tômes liés au RGO aus­si en trai­te­ment d’at­taque que d’en­tre­tien. Même en l’ab­sence d’hy­per­aci­di­té gas­trique, l’a­cide chlor­hy­drique gas­trique demeure le prin­ci­pal agres­seur de la muqueuse oesophagienne.
    Le but du trai­te­ment est donc d’aug­men­ter le pH gas­trique au des­sus de 4 en par­ti­cu­lier pen­dant la nuit
    L’ef­fi­ca­ci­té des IPP est amé­lio­rée par une prise 15 à 30 minutes avant un repas suf­fi­sam­ment calo­rique pour mettre les pompes à pro­tons en action.

Le trai­te­ment ini­tial néces­site une durée de 4 semaiines (par­fois 8 semaines)

Avant 60 ans et/ou en l’ab­sence de lésion oeso­pha­gienne, on pour­ra uti­li­ser n’im­porte quel IPP

  • Omé­pra­zole 10 mg
  • Rabé­pra­zole 10 mg
  • Lan­so­pra­zole 15 mg
  • Eso­mé­pra­zole 20 mg
  • Pan­to­pra­zole 20 mg

Si l’en­do­sco­pie a mon­tré une oeso­pha­gite, les doses sont doublées

Le trai­te­ment des réci­dives peut être conti­nu ou intermittent

En cas d’e­chec des IPP
La recherche d’hé­li­co­bac­ter pylo­ri peut être licite mais on peut éga­le­ment sus­pec­ter une symp­to­ma­to­lo­gie pure­ment fonc­tion­nelle d’hy­per­sen­si­bi­li­té oesophagienne

Voir éga­le­ment SNFGE.ASSO.FR

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...