HomeSantéINTESTIN IRRITABLE : quels sont les aliments à éviter ?

INTESTIN IRRITABLE : quels sont les aliments à éviter ?

Publié le

spot_img

Le syn­drome de l’intestin irri­table est éga­le­ment connu sous le nom de syn­drome du côlon irri­table. C’est un mal qui touche une par­tie de la popu­la­tion mon­diale, et qui est carac­té­ri­sé par des troubles de la diges­tion. Les per­sonnes qui souffrent de ce trouble sont obli­gées d’avoir une ali­men­ta­tion très dif­fé­rente. En effet, elles ne peuvent pas se per­mettre de consom­mer cer­tains ali­ments et doivent au contraire inté­grer d’autres dans leur régime ali­men­taire. Quels sont ali­ments à évi­ter en cas d’intestin irri­table ? Que faut-il consom­mer pour main­te­nir l’équilibre de la flore intestinale ?

Le syndrome de l’intestin irritable : qu’est-ce que c’est ?

Le syn­drome de l’intestin irri­table ou la colo­pa­thie fonc­tion­nelle est un dys­fonc­tion­ne­ment d’une par­tie de l’appareil diges­tif. Les symp­tômes de ce mal peuvent être dif­fé­rents d’un sujet à un autre. Cepen­dant, il y en a cer­tains qui sont très récur­rents, notamment :

  • Les spasmes ;
  • Les brû­lures ;
  • Les sen­sa­tions de ballonnement ;
  • La consti­pa­tion ;
  • Etc.

À pre­mière vue, cela peut sem­bler ano­din, mais c’est tout sauf le cas. Le syn­drome de l’intestin irri­table a de nom­breuses inci­dences sur la qua­li­té de vie des per­sonnes qui en souffrent.

Les causes de ce syn­drome ne sont pas clai­re­ment défi­nies. Tou­te­fois, il semble que l’alimentation et cer­taines infec­tions peuvent entraî­ner une colo­pa­thie fonctionnelle.

Les aliments à éviter pour les personnes qui ont un intestin irritable

Il n’existe pas encore de trai­te­ment com­plet pour le côlon irri­table. C’est la rai­son pour laquelle, il est recom­man­dé aux per­sonnes qui en souffrent de tra­vailler sur leur ali­men­ta­tion, notam­ment en évi­tant un cer­tain nombre d’aliments.

Les aliments avec des fibres insolubles

Des études com­plé­men­taires ont per­mis d’écarter l’idée selon laquelle les ali­ments riches en fibres inso­lubles étaient béné­fiques pour les per­sonnes souf­frant du syn­drome de l’intestin irri­table. En effet, il semble que ce soit l’inverse, et qu’au contraire, ces ali­ments peuvent nuire à un sujet qui souffre du syn­drome d’intestin irritable.

Pour évi­ter d’aggraver les symp­tômes liés au côlon irri­table, il est pré­fé­rable d’éviter tous les ali­ments conte­nant des fibres inso­lubles. Par­mi les plus connus, on retrouve notamment :

Les aliments gras

Les ali­ments appor­teurs de gras sont les enne­mis d’un intes­tin irri­table. En effet, ils ont des effets indé­si­rables sur l’intestin et peuvent rendre la diges­tion très dou­lou­reuse chez les per­sonnes qui en souffrent. Il est donc vive­ment conseillé d’éviter sys­té­ma­ti­que­ment le beurre, le fro­mage, les pâtis­se­ries, la peau de pou­let et tous les autres ali­ments riches en matières grasses.

Les aliments naturellement irritants pour le colon

Il existe de nom­breux ali­ments aux pro­prié­tés très inté­res­santes, mais dont il faut se pas­ser pour évi­ter d’irriter davan­tage l’intestin. Par­mi eux, on retrouve les cru­di­tés, les ali­ments épi­cés, les fruits acides, etc.

Les fermentescibles

L’acronyme FODMAP revient très sou­vent lorsqu’on parle des ali­ments à évi­ter en cas de syn­drome de l’intestin fra­gile. Les fer­men­tes­cibles repré­sentent le F. Les fer­men­tes­cibles sont un groupe d’aliments qui se fer­mentent à l’intérieur de l’estomac et qui rendent la diges­tion dif­fi­cile chez les per­sonnes dont le colon est très sensible.

Cepen­dant, il ne faut pas confondre les ali­ments fer­men­tés et les fer­men­tes­cibles. Les pre­miers sont natu­rel­le­ment fer­men­tés bien avant leur consom­ma­tion. Par contre, les fer­men­tes­cibles fer­mentent une fois dans l’intestin, pro­vo­cant des bal­lon­ne­ments ain­si que d’autres effets indé­si­rables. La plu­part des légu­mi­neuses (avec le chou en tête) sont consi­dé­rées comme des fer­men­tes­cibles. Cer­tains ali­ments riches en glu­cides ont éga­le­ment les mêmes effets sur les per­sonnes qui souffrent du syn­drome de l’intestin irri­table.

Les aliments riches en fructose et en lactose

La plu­part des per­sonnes qui souffrent du syn­drome de l’intestin irri­table déve­loppent éga­le­ment une into­lé­rance au fruc­tose et au lac­tose. Pour rap­pel, le fruc­tose et le lac­tose sont deux glu­cides qui jouent des rôles très impor­tants dans le corps humain.

Tou­te­fois, à par­tir du moment où il y a un risque de syn­drome de l’intestin irri­table, il faut immé­dia­te­ment pro­cé­der à des ana­lyses afin de déce­ler une poten­tielle into­lé­rance au fruc­tose et au lac­tose. Lorsque les exa­mens se révèlent posi­tifs, vous devez évi­ter les ali­ments riches en fruc­tose tels que la mangue, les fruits secs, les rai­sins et les pro­duits lai­tiers. Il existe évi­dem­ment des pro­duits lai­tiers sans lac­tose, qui ne consti­tuent pas de risques pour les per­sonnes qui vivent avec un intes­tin irritable.

Les boissons

Chez les per­sonnes qui, en plus de leurs pro­blèmes d’intestin, font une into­lé­rance au lac­tose, le lait fait évi­dem­ment par­tie de ces bois­sons que vous ne pou­vez pas vous per­mettre si vous souf­frez d’un syn­drome de l’intestin irri­table. Il y a éga­le­ment d’autres bois­sons telles que :

  • L’alcool ;
  • Le café ;
  • Le thé ;
  • Les sodas ;
  • Etc.

Les bois­sons gazeuses sont aus­si décon­seillées pour ce type de patho­lo­gie. Par ailleurs, en plus du café, il faut évi­ter tous les pro­duits qui peuvent conte­nir de la caféine. Cela inclut donc le cho­co­lat, le thé et le cacao.

Intestin irritable : quels sont les aliments recommandés ?

Si tous ces ali­ments sont inter­dits alors, que faut-il man­ger ? L’hygiène ali­men­taire chez les per­sonnes qui souffrent du syn­drome de l’intestin doit être très stricte.

Les aliments riches en fibres solubles

Si les ali­ments conte­nant des fibres inso­lubles sont à pros­crire, ce n’est pas le cas avec les ali­ments riches en fibres solubles. Au contraire, il faut en consom­mer lorsqu’on souffre de côlon irri­table. En effet, les fibres solubles subissent des trans­for­ma­tions à l’intérieur de l’intestin qui les rendent moins sen­sibles. On peut trou­ver des fibres solubles dans l’orge, le son et l’avoine.

Les légumes cuits

Les légumes crus sont peut-être mau­vais pour un intes­tin irri­table, mais vous pou­vez tou­jours les consom­mer cuits. Par contre, il faut veiller à ce qu’ils ne contiennent pas de fibres insolubles.

Le psyllium

Le psyl­lium est une graine issue d’une plante appe­lée le « plan­tain des Indes ». Le psyl­lium est uti­li­sé depuis des siècles pour ses mul­tiples ver­tus. Lorsque la méde­cine n’était pas encore avan­cée, on s’en ser­vait déjà pour faire des pan­se­ments et soi­gner les per­sonnes qui souf­fraient d’hémorroïdes.

Le psyl­lium contient du muci­lage, une sub­stance aux pro­prié­tés médi­ci­nales très variées. Le psyl­lium est même recom­man­dé par l’organisation mon­diale de la san­té pour les per­sonnes qui ont des pro­blèmes de consti­pa­tion ou d’autres maux liés à l’estomac.

Il convient cepen­dant de rap­pe­ler que le psyl­lium n’est pas un ali­ment. Il ne peut donc pas être direc­te­ment absor­bé par l’organisme. Pour l’utiliser, vous devez le diluer dans de l’eau ou dans un tout autre liquide. Par ailleurs, une fois qu’il est entiè­re­ment dilué, vous devez immé­dia­te­ment boire la mix­ture. D’un autre côté, le psyl­lium est connu pour ses capa­ci­tés absor­bantes. Lorsque vous en consom­mez, vous devez éga­le­ment pen­ser à vous hydra­ter régu­liè­re­ment afin d’éviter un déficit.

Les herbes fines

Les per­sonnes souf­frant du syn­drome de l’intestin irri­table ne peuvent pas se per­mettre de consom­mer des plats épi­cés. Tou­te­fois, des plats sans épices sont sou­vent sans saveurs. Il existe heu­reu­se­ment des alter­na­tives telles que les herbes fines. Par­mi les plus recom­man­dées, on retrouve le basi­lic, la menthe, le per­sil, etc.

Les bonnes pratiques pour les personnes qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable

Il n’y a pas qu’à tra­vers l’alimentation que vous pou­vez sou­la­ger le syn­drome de l’intestin irri­table. Cer­taines habi­tudes peuvent éga­le­ment vous être bénéfiques.

Boire de l’eau régulièrement

Idéa­le­ment, tout être humain doit boire entre 1 et 2 litres d’eau par jour. C’est une règle qu’il faut res­pec­ter scru­pu­leu­se­ment, si en plus vous avez un intes­tin irri­table. Tou­te­fois, cette quan­ti­té d’eau est assez impor­tante. Pour évi­ter de fra­gi­li­ser l’intestin, il faut la frac­tion­ner et boire de petites quan­ti­tés tout au long de la journée.

 Éviter le stress

De nom­breuses études ont éta­bli qu’il existe un lien étroit entre le fonc­tion­ne­ment du cer­veau et celui du côlon. Cer­taines sont allées plus loin en révé­lant que les symp­tômes de l’intestin irri­table deviennent plus graves lorsque le sujet est dans une période de stress et d’anxiété. Il existe aujourd’hui une mul­ti­tude de tech­niques pour tra­ver­ser serei­ne­ment les périodes de stress ou les évi­ter. Vous pou­vez notam­ment faire du yoga, écou­ter des musiques relaxantes, mar­cher, etc. Vous pou­vez éga­le­ment y ajou­ter des séances de thé­ra­pies auprès d’un professionnel.

Manger à des heures fixes et à un rythme lent

Pour évi­ter d’accentuer les symp­tômes de l’intestin irri­table, il est recom­man­dé de frac­tion­ner les repas. Idéa­le­ment, on devrait se limi­ter rigou­reu­se­ment à 3 repas par jour. Ces dis­po­si­tions per­mettent d’éviter des dépas­se­ments et une consom­ma­tion abu­sive pou­vant mettre à mal un côlon déjà fragile.

Par ailleurs, ces 3 repas doivent être pris à des heures fixes. De plus, pour cha­cun d’un, il faut tou­jours essayer de trou­ver le juste milieu. Cela signi­fie qu’on ne peut pas se per­mettre de man­ger en abon­dance, mais qu’il ne faut pas non plus se pri­ver, car cela pour­rait for­te­ment nuire à l’intestin. Pour une meilleure diges­tion, il faut éga­le­ment prendre le temps entre les repas et mâcher cor­rec­te­ment la nour­ri­ture avant de l’avaler.

Faire du sport

Faire une acti­vi­té spor­tive peut éga­le­ment être un moyen pour limi­ter les symp­tômes du SII. Chez les per­sonnes qui suc­combent vite au stress par exemple, le sport est un moyen de l’évacuer ou tout sim­ple­ment de l’éviter. Il faut éga­le­ment rap­pe­ler que le sport contri­bue à réduire les gaz à l’intérieur de l’estomac.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...