HomeSantéDouleurs anales aiguës : causes, symptômes et traitements

Douleurs anales aiguës : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

Les dou­leurs anales aiguës font par­tie des pro­blèmes de san­té les plus récur­rents que beau­coup de per­sonnes ignorent. Elles peuvent appa­raitre dans de nom­breux cas, selon les recherches effec­tuées par de nom­breux cher­cheurs. De plus, cer­tains symp­tômes pré­cis per­mettent de les recon­naitre faci­le­ment. Com­ment décrit-on les dou­leurs anales aiguës ? Quels en sont les causes et symp­tômes ? Com­ment s’y prendre pour mieux les trai­ter ? Voi­ci un billet qui donne les détails sur ces types de douleurs.

Douleurs anales aiguës : description

Les dou­leurs anales aiguës sont un motif fré­quent des consul­ta­tions chez le méde­cin. En effet, les études ont mon­tré qu’elles sont la patho­lo­gie anale la plus fré­quente en rai­son des sta­tis­tiques des per­sonnes atteintes (plus de 50 % envi­ron de la popu­la­tion). Il faut aus­si pré­ci­ser que ces types de dou­leurs sont dif­fi­ciles à évo­quer par le patient, en rai­son de la zone où elles se situent. Cela retarde donc la consul­ta­tion chez le médecin.

Cepen­dant, la per­sonne souf­frant de cette mala­die ne doit jamais les igno­rer. D’autant plus qu’elle peut s’aggraver et même cau­ser des com­pli­ca­tions. Ces der­nières sont entre autres la sur­in­fec­tion, la fis­tule anale, etc. Il est donc impor­tant de consul­ter un gas­tro-enté­ro­logue-proc­to­logue ou un méde­cin géné­ra­liste, en dépit de la gêne occasionnée.

En outre, pour poser un meilleur diag­nos­tic de cette patho­lo­gie, le méde­cin fait des ana­lyses au moyen des exa­mens cli­niques, après la pal­pa­tion ou l’inspection de la marge anale. Mais bien avant cette étape, le malade est sou­mis à un inter­ro­ga­toire, afin de per­mettre au méde­cin d’établir un diag­nos­tic clair de la maladie.

Douleurs anales aiguës : quelles en sont les causes ?

Ces dou­leurs sont le plus sou­vent dues à une infec­tion bénigne. Cela dit, on pense très fré­quem­ment aux hémor­roïdes ou à une fis­sure anale, lorsque les dou­leurs anales aiguës sont évo­quées. Mais, il existe bien d’autres causes res­pon­sables de la sur­ve­nue de cette pathologie.

Les hémor­roïdes

Il s’agit du résul­tat d’une inflam­ma­tion, dont la consé­quence est de dila­ter les vais­seaux san­guins autour et à l’intérieur de l’anus. Pour infor­ma­tion, les hémor­roïdes sont carac­té­ri­sées par l’apparition d’une petite boule au niveau du bord de l’anus. Elles sont éga­le­ment res­pon­sables de sai­gne­ments, brû­lures et dou­leurs impor­tants. Par­fois même, elles pro­voquent une incon­ti­nence fécale.

La fis­sure anale

On la défi­nit comme une déchi­rure qui sur­vient au niveau de la muqueuse de l’anus. Géné­ra­le­ment, la fis­sure anale est engen­drée par le pas­sage des selles dures, suite à une consti­pa­tion par exemple. Le plus sou­vent, elle se mani­feste par une forte dou­leur cau­sée par la contrac­tion du sphinc­ter externe.

Une infec­tion bactérienne

Les infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles (IST) telles que la gono­coc­cie ano-rec­tale ou la syphi­lis sont éga­le­ment dans la liste des causes des dou­leurs anales aiguës.

La can­di­dose

La can­di­dose est une infec­tion pro­vo­quée par un cham­pi­gnon, qui se déve­loppe dans le tube diges­tif et qui migre habi­tuel­le­ment vers la région anale. De ce fait, on remarque des déman­geai­sons, des dou­leurs anales et même des érup­tions cuta­nées (dans la région anale).

L’infection d’oxyure

C’est une infec­tion para­si­taire intes­ti­nale dont la cause est le para­site Enté­ro­vi­rus ver­mi­cu­la­ris. Cette infec­tion se carac­té­rise par une dou­leur à l’anus, la diar­rhée, des déman­geai­sons anales et des dou­leurs abdominales.

En dehors de ces causes, cer­tains spé­cia­listes ont éga­le­ment révé­lé que les dou­leurs anales aiguës peuvent aus­si être liées à de l’eczéma (cas très rare) ou à des aller­gies (à un papier toi­lette, un savon ou un lubrifiant).

Douleurs anales aiguës : quels sont ses symptômes ?

Les symp­tômes des dou­leurs anales aiguës peuvent être res­sen­tis soit de façon spo­ra­dique, soit en conti­nu ou encore, lorsque la per­sonne malade va aux toi­lettes. Aus­si, peuvent-elles sur­ve­nir de manière sou­daine ou s’installer sur le long terme. Cela dit, les symp­tômes les plus fré­quents sont entre autres :

  • Une sen­sa­tion de brûlure ;
  • Un gon­fle­ment de l’anus ;
  • Des déman­geai­sons ;
  • La perte incon­trô­lée des selles ;
  • Des crampes douloureuses ;
  • Un besoin répé­té d’aller à la selle, accom­pa­gné par une perte de poids.

À ceux-ci, on peut ajou­ter la fièvre, des sai­gne­ments pen­dant les selles et la fatigue. Ain­si, face à ces symp­tômes, la per­sonne souf­frante se doit de se rendre chez son méde­cin pour béné­fi­cier de meilleurs soins.

Douleurs anales aiguës :  les traitements

Le trai­te­ment des dou­leurs anales aiguës se fait en fonc­tion de la cause. De ce fait, il est pri­mor­dial de consul­ter un pro­fes­sion­nel de san­té afin d’évaluer la cause réelle des douleurs.

Cepen­dant, il a été prou­vé que le fait de trop res­ter en posi­tion assise aug­mente la pos­si­bi­li­té d’avoir des hémor­roïdes. Cela dit, il fau­dra pri­vi­lé­gier les acti­vi­tés phy­siques telles que la marche et le yoga. Ces acti­vi­tés per­mettent d’améliorer les capa­ci­tés du corps et de la région rénale.

De sur­croit, il est impor­tant de sur­veiller son ali­men­ta­tion afin de res­ter à l’abri des troubles du tran­sit irré­gu­lier. Il faut aus­si pri­vi­lé­gier l’hydratation pour avoir des tis­sus de bonne qualité.

L’ostéopathie est éga­le­ment un grand remède contre les dou­leurs anales aiguës. En réa­li­té, il s’agit d’une thé­ra­pie manuelle dont les bien­faits sont nom­breux sur la diges­tion, la mobi­li­té tis­su­laire et la vas­cu­la­ri­sa­tion de l’ensemble du corps. De plus, cette tech­nique peut trai­ter la patho­lo­gie en fonc­tion des ori­gines des douleurs.

Des médi­ca­ments peuvent aus­si être uti­li­sés, mais dans ce cas, l’idéal est de voir le méde­cin trai­tant afin d’éviter toute sorte d’effets secondaires.

Douleurs anales aiguës : méthodes de prévention

Pour pré­ve­nir au mieux ces dou­leurs, il faut d’abord avoir une hygiène de vie irré­pro­chable. Cela consiste notam­ment à prendre cor­rec­te­ment soin de la région anale après les selles. À cet effet, il est recom­man­dé d’utiliser un papier hygié­nique doux et épais. De plus, il fau­dra se laver chaque jour avec un savon non agres­sif pour la peau. Le fait de chan­ger régu­liè­re­ment de sous-vête­ment peut éga­le­ment contri­buer à évi­ter cette maladie.

Il faut ajou­ter que l’on peut se tour­ner aus­si vers l’ostéopathie. En dehors de sa fonc­tion répa­ra­trice, elle per­met aus­si d’éviter les douleurs.

En somme, les dou­leurs anales aiguës ne sont abso­lu­ment pas à négli­ger. Certes, elles repré­sentent une gêne, mais les per­sonnes malades doivent en par­ler avec leur méde­cin. Cela per­met d’éviter les com­pli­ca­tions et de béné­fi­cier d’une prise en charge plus rapide et meilleure.

 

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...