HomeNon classéVarices Pelviennes - Congestion pelvienne:

Varices Pelviennes – Congestion pelvienne :

Publié le

spot_img

Les 56es Jour­nées Inter­na­tio­nales Fran­co­phones d’An­geio­lo­gie (2004)

Voir éga­le­ment Les dou­leurs pelviennes

La conges­tion pel­vienne vei­neuse est trop peu inté­grée à l’ex­plo­ra­tion des syn­dromes dou­lou­reux pel­viens non spé­ci­fiques. L’as­so­cia­tion avec une mala­die vei­neuse chro­nique est fréquente.

Une enquête réa­li­sée par 359 gyné­co­logues a inclus 5 557 patientes, dont 1 526 (27,5 %) consul­taient pour dou­leurs pelviennes.
Des varices pel­viennes ont été détec­tées chez 255 femmes (16,7 %) et seule­ment sus­pec­tées chez 671 (44 %)

Elles sont donc fré­quentes, très inva­li­dantes et pour­tant mécon­nues et sur­viennent le plus sou­vent au décours d’une gros­sesse concernent en France 15% des femmes âgées de 18 à 50 ans.

SEMIOLOGIE
Le carac­tère de la dou­leur est essen­tiel : il s’a­git d’une dou­leur pel­vienne dif­fuse, variable dans son inten­si­té et son irra­dia­tion. Elle débute sou­vent le matin et se majore pro­gres­si­ve­ment à la sta­tion debout, aux efforts, à la marche. Par­mi les divers fac­teurs d’in­ten­si­fi­ca­tion de la dou­leur le plus impor­tant est cer­tai­ne­ment la posi­tion debout.
—- Sen­sa­tion de pesan­teurs pelviennes
—- souf­frances plus pro­lon­gées, plus chroniques
—- dou­leurs majo­rées par la sta­tion debout
—- dys­mé­nor­rhées ; dys­pa­reu­nies ; dysuries
—- Mala­die vei­neuse des membres inférieurs

Ces chiffres montrent que la décou­verte de syn­drome dou­lou­reux pel­vien chez une femme qui pré­sente une mala­die vei­neuse doit conduire à une recherche de varices pel­viennes par écho-Doppler.

TRAITEMENT

Les phlé­bo­to­niques
En pre­mière inten­tion, il est licite de pres­crires des phlé­bo­to­niques en cure prolongée.
Une conten­tion vei­neuse des MIF peut être utile.

Le trai­te­ment médi­cal d’é­preuve par phlé­bo­to­niques est sus­cep­tible d’en­traî­ner une amé­lio­ra­tion dans deux cas sur trois et per­met de rat­ta­cher les dou­leurs pel­viennes à une cause vasculaire.

Lorsque la conges­tion est asso­ciée à des signes inflam­ma­toires les vei­no­to­niques peuvent être asso­ciés aux anti-inflammatoires.
Les syn­dromes dou­lou­reux pel­viens cycliques où la dou­leur de type spas­mo­dique sur­vient en période pré­mens­truelle ou télé­mé­niale (c’est-à-dire en cours ou en fin de mens­trua­tion) sont géné­ra­le­ment dues à la conges­tion pel­vienne mens­truelle phy­sio­lo­gique. Cette hyper­con­ges­tion atteint plus élec­ti­ve­ment les jeunes filles au ter­rain vei­neux déjà défi­cient, sou­vent héréditaire.

Le trai­te­ment par embolisation
Mis au point par le Dr Mil­ka Grei­ner, il consiste à bou­cher les veines par l’in­jec­tion de micro­par­ti­cules bio­lo­gi­que­ment inertes par voie per­cu­ta­née au cours d’une hos­pi­ta­li­sa­tion de quelques heures mais néces­site une maî­trise de toutes les tech­niques d’embolisation.
Elle est réa­li­sée par un radio­logue interventionnel
Pour le Dr M. Grei­ner, les résul­tats sont remar­quables : les dou­leurs dis­pa­rais­sant au bout de quinze jours à trois semaines, à condi­tion que le trai­te­ment soit com­plet et que l’in­di­ca­tion soit bien posée.

Pour en savoir plus : LE SYNDROME DE CONGESTION VEINEUSE PELVIENNE P. BLANCHEMAISON http://www.phlebologie.com/fr/html/bref/1996/3–1996.html

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....