HomeParapharmacieDISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : Typologie, fonctionnement, indications et risques de grossesse

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : Typologie, fonctionnement, indications et risques de grossesse

Publié le

spot_img

L’objectif prin­ci­pal de la pose d’un DIU est d’éviter les gros­sesses non dési­rées. Si ces dis­po­si­tifs se révèlent abor­dables et effi­caces sur la durée com­pa­ra­ti­ve­ment aux autres moyens de contra­cep­tion, de nom­breuses idées reçues décou­ragent les femmes dési­rant y recou­rir. Le sup­po­sé risque de gros­sesse lié aux AINS (Anti-inflam­ma­toire non sté­roï­dien) est l’hypothèse sou­vent avan­cée. Mais qu’en est-il vraiment ?

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : qu’est-ce que c’est ?

Le dis­po­si­tif intra-uté­rin (DIU) com­mu­né­ment appe­lé sté­ri­let est un objet médi­cal en forme de T et mesure envi­ron 3 cm. Uti­li­sé pour contra­cep­tion, il s’installe dans l’utérus, et ce avec soin. Le DIU est fabri­qué en plas­tique souple et porte des fils en nylon qui per­mettent de le reti­rer. La pose et le retrait doivent se faire par un pro­fes­sion­nel de la san­té. La pré­sen­ta­tion d’une ordon­nance est néces­saire pour son achat en phar­ma­cie et doit être pres­crite par un méde­cin qui le juge conve­nable à la situa­tion de son patient.

La durée de contra­cep­tion d’un DIU peut varier de 4 à 10 ans selon le modèle. Les pre­mières uti­li­sa­tions de cette méthode remontent au début des années 1960. En France, le dis­po­si­tif fait par­tie des 3 moyens de contra­cep­tion les plus utilisés.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : les différents types

Il existe deux prin­ci­paux types de DIU : le DIU en cuivre et le DIU hormonal.

Le DIU au cuivre

Le DIU au cuivre est le plus ancien des sté­ri­lets. Pour ce modèle, le plas­tique en T est recou­vert d’une petite quan­ti­té de cuivre. Géné­ra­le­ment, il pro­pose 375 à 380 mm — de matière. Son effi­ca­ci­té et sa durée de contra­cep­tion (4 à 10 ans) dépendent de la teneur en cuivre. Il existe en deux tailles : Short et stan­dard. Le pre­mier est plus recom­man­dé aux femmes n’ayant jamais por­té de gros­sesse. Son action contra­cep­tive est essen­tiel­le­ment méca­nique contrai­re­ment au DIU hormonal.

Le DIU hormonal

Le DIU hor­mo­nal garde tou­jours la forme en T, mais n’est com­po­sé que de plas­tique. Le dis­po­si­tif est équi­pé d’une poche conte­nant un pro­ges­ta­tif. Cette hor­mone est dif­fu­sée pro­gres­si­ve­ment dans l’organisme sur une durée de 3 à 5 ans. Le méca­nisme contra­cep­tif de ce type de DIU repose sur la sécré­tion de Lévo­nor­ges­trel. Pour mar­quer la dif­fé­rence, cette solu­tion est éga­le­ment dési­gnée SIU.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : principe de fonctionnement

Chaque type de DIU a un méca­nisme spé­ci­fique pour rem­plir son rôle contra­cep­tif. L’objectif prin­ci­pal est d’empêcher l’arrivée des sper­ma­to­zoïdes dans l’utérus. Pour ce faire, ils génèrent deux pro­ces­sus dif­fé­rents. Le DIU au cuivre crée une inflam­ma­tion au niveau de l’endomètre. Cette réac­tion rend l’accès à l’utérus impos­sible pour l’ovocyte fécon­dé. Le cuivre autour de l’objet affai­blit éga­le­ment les sper­ma­to­zoïdes. Le sté­ri­let hor­mo­nal empêche les gros­sesses à tra­vers la sécré­tion de pro­ges­té­rone. Cette hor­mone rend la glaire cer­vi­cale, située entre l’utérus et le vagin, plus épaisse. Nor­ma­le­ment fluide pen­dant la fécon­da­tion, ce mucus pro­duit par les glandes de l’endomètre devient infran­chis­sable pour les sper­ma­to­zoïdes. Ce qui rend la nida­tion de l’œuf impossible.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : quel rapport avec les AINS ?

Le fonc­tion­ne­ment des DIU repose sur l’inflammation de l’endomètre ou de sa glaire cer­vi­cale. Mais le prin­cipe des AINS est l’anti-inflammation. Selon les idées reçues, les AINS pour­raient réduire l’inflammation locale créée par le dis­po­si­tif. Si cette inter­ac­tion est véri­fiée, la prise d’AINS pour­rait rendre le port du sté­ri­let inef­fi­cace. Les femmes por­tant un DIU pour­raient donc por­ter une gros­sesse sans le vou­loir. Cette hypo­thèse émise pour la pre­mière fois en 1980 n’est sous-ten­due que par des sup­po­si­tions. Depuis, des études ont été menées pour par­ve­nir à une conclu­sion solide.

Association AINS et DIU : les risques de grossesse

Les résul­tats des études n’ont prou­vé aucune inter­ac­tion entre les DIU et les AINS. L’association de ces deux pro­duits n’entraine pas de risque de gros­sesse. Le méca­nisme contra­cep­tif des DIU n’est pas alté­ré par les effets des AINS. Et toutes les autres solu­tions médi­ca­men­teuses n’agissent pas sur les DIU. Les faits cli­niques avan­cés pour prou­ver l’existence d’une quel­conque inter­ac­tion sont faibles et dis­cu­tables. Par contre, les études menées sur les femmes por­tant un sté­ri­let balaient sérieu­se­ment cette hypo­thèse. En 2007, un essai indé­pen­dant a été réa­li­sé sur près de 800 femmes par une équipe de l’INSERM à l’hôpital Paule de Viguier. Les résul­tats des tra­vaux ont per­mis de dis­cré­di­ter cette thèse ain­si que de nom­breuses autres idées reçues sur le port du stérilet.

En outre, le lien est sou­vent fait entre l’utilisation d’un sté­ri­let et le risque de gros­sesse extra-uté­rine. Mais selon les études, il n’existe aucun rap­port entre le DIU et ce type de gros­sesse qui peut s’avérer dangereux.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : autres avantages

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU

Tous les DIU ont un avan­tage contra­cep­tif : l’efficacité dans la pré­ven­tion des gros­sesses. Ces dis­po­si­tifs sont éga­le­ment plus pra­tiques que les pilules contra­cep­tives qu’on peut faci­le­ment oublier de prendre. Outre ces avan­tages com­muns, chaque modèle dis­pose d’atouts spé­ci­fiques sans oublier les éven­tuels effets secon­daires.

DIU au cuivre : avantages

Le DIU au cuivre est pré­fé­ré pour de nom­breuses raisons :

  • L’absence d’hormones ;
  • le confort ;
  • la longue durée d’utilisation (jusqu’à 10 ans selon sa conception) ;
  • un moyen de contra­cep­tion d’urgence au plus dans les 5 jours pré­cé­dant l’ovulation ;
  • Le por­teur retrouve sa fer­ti­li­té dès son retrait.

La pose d’un sté­ri­let au cuivre peut pro­vo­quer des effets indé­si­rables. On constate sou­vent un sai­gne­ment plus abon­dant pen­dant les règles aug­men­tant ain­si la durée du cycle. Des dou­leurs peuvent aus­si sur­ve­nir au moment des règles.

DIU hormonal : avantages

Les avan­tages du sté­ri­let hor­mo­nal sont tous liés au cycle mens­truel. Il est de ce fait plus recom­man­dé aux femmes dont les règles sont abon­dantes. On note :

  • un flux san­guin réduit, voire inexistant ;
  • le sou­la­ge­ment des dou­leurs menstruelles ;
  • la dimi­nu­tion des ano­ma­lies consta­tées pen­dant les règles.

Il existe néan­moins des limites aux atouts du DIU hor­mo­nal. Il peut pro­vo­quer des sai­gne­ments dans 3 ou 6 semaines après son ins­tal­la­tion. Le sté­ri­let hor­mo­nal est éga­le­ment dom­ma­geable pour la peau. Il n’est pas recom­man­dé pour les femmes ayant des pro­blèmes d’acné.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : contre-indications

Il existe de nom­breuses contre-indi­ca­tions pour la pose du sté­ri­let. Ce sont des anté­cé­dents médi­caux qui sont véri­fiés avant la pres­crip­tion d’un DIU hor­mo­nal ou au cuivre. Dans cer­tains cas, l’un ou l’autre ne peuvent pas être intro­duits dans l’utérus. Quand la femme est por­teuse de gros­sesse ou souffre d’une infec­tion géni­tale, tous les DIU ne sont pas com­pa­tibles avec sa condi­tion. Il en est de même si la gué­ri­son de l’infection date de 3 mois ou des sai­gne­ments vagi­naux inex­pli­qués sur­viennent. Les autres contre-indi­ca­tions dépendent du type de dispositif.

DIU au cuivre : contre-indications

Le DIU au cuivre n’est pas recom­man­dé en cas de :

  • lar­geur du col de l’utérus trop grande suite à de nom­breux accou­che­ments dif­fi­ciles ou non ;
  • aller­gie au cuivre ;

Ce type de DIU est éga­le­ment décon­seillé si la femme souffre de mala­dies géni­tales comme un can­cer du col de l’utérus ou de l’endomètre.

DIU hormonal : Les contre-indications

Un sté­ri­let hor­mo­nal ne peut être posé en cas de :

  • mala­dies car­dio­vas­cu­laires comme l’embolie pul­mo­naire ou la throm­bose vei­neuse pro­fonde (phlé­bite) ;
  • affec­tion hépatique ;
  • tumeurs hor­mo­no-dépen­dantes comme le can­cer du sein ou de l’ovaire.

De même, le sté­ri­let hor­mo­nal n’est pas conseillé aux per­sonnes souf­frant d’une mala­die aiguë du foie.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : la pose

La pose d’un DIU doit se faire par un pro­fes­sion­nel de la san­té entre sage-femme, géné­ra­liste et gyné­co­logue. L’installation se fait rapi­de­ment et ne néces­site aucune inter­ven­tion chi­rur­gi­cale. Cer­tains méde­cins effec­tuent une hys­té­ro­mé­trie avant la pose. Cette opé­ra­tion consiste à intro­duire une tige gra­duée dans l’utérus. Son but est d’évaluer la forme de l’organe géni­tal, ses dimen­sions ain­si que sa sen­si­bi­li­té. Les patients ne res­sentent géné­ra­le­ment pas de dou­leur pen­dant l’opération. Cepen­dant, pour l’éviter à tout prix, il est pos­sible de prendre un antal­gique deux heures avant l’intervention.

Il est impor­tant que les femmes por­tant des sté­ri­lets se fassent suivre après la pose. Une visite chez le gyné­co­logue au moins 1 fois par an est conseillée. Durant la consul­ta­tion, le pro­fes­sion­nel de la san­té exa­mi­ne­ra la posi­tion du sté­ri­let et fera un bilan gyné­co­lo­gique. Le sté­ri­let peut être reti­ré faci­le­ment à tout moment même pen­dant sa période d’efficacité. Le méde­cin pro­cède au retrait sur déci­sion de la porteuse.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : quand faire la pose ?

Pour les DIU au cuivre, la pose peut se faire à n’importe quel moment du cycle mens­truel. Par contre, la pose du sté­ri­let hor­mo­nal est recom­man­dée dans la semaine sui­vant les règles. Pour les femmes en situa­tion post-par­tum, la pose du DIU doit attendre. L’intervention peut être pro­gram­mée entre 48 heures et 4 semaines après l’accouchement. Par ailleurs, l’attente doit durer au moins 6 mois après une césa­rienne. Aus­si, les femmes n’ayant pas encore eu d’enfant peuvent se faire poser un sté­ri­let sans alté­rer leur fer­ti­li­té.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : efficacité

Tous les types de DIU sont effi­caces à 99 %. Le sté­ri­let hor­mo­nal (0,2 %) obtient un meilleur indice que le DIU au cuivre (0,6 à 0,8 %). Mais cet écart n’est pas signi­fi­ca­tif selon la Haute Auto­ri­té de San­té (HAS) qui a mis à jour son rap­port sur les méthodes contra­cep­tives en 2017. Les don­nées sont mesu­rées grâce à l’indice de Pearl. Il est cal­cu­lé en tenant compte des gros­sesses non dési­rées consta­tées sur une année d’utilisation d’un quel­conque moyen de contraception.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : autres idées reçues

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU

Le risque de gros­sesse n’est pas la seule idée reçue concer­nant les DIU. De nom­breuses hypo­thèses non prou­vées gra­vitent autour de leur uti­li­sa­tion. Voi­ci les réponses à quelques une d’entre elles.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : accessibilité

Le DIU sous toutes ses formes est un moyen de contra­cep­tion très acces­sible. Il suf­fit d’une pres­crip­tion médi­cale pour se le pro­cu­rer dans une phar­ma­cie. Le prix d’un DIU au cuivre est esti­mé à 25 € tan­dis que celui du sté­ri­let hor­mo­nal est d’environ 120 €. Les DIU sont clas­sés comme des moyens de contra­cep­tion les plus éco­no­miques en rai­son de leur période d’efficacité qui varie entre 4 et 10 ans.

L’autre avan­tage éco­no­mique du DIU (au cuivre comme hor­mo­nal) est qu’il est rem­bour­sé à 65 % par l’assurance mala­die. Depuis le 1er jan­vier 2022, tous les sté­ri­lets sont gra­tuits pour les per­sonnes âgées de moins de 26 ans. En plus de la phar­ma­cie, ces der­nières peuvent se pro­cu­rer les DIU dans les CEPF (Centre de Pla­ni­fi­ca­tion et d’Éducation Fami­liale). Elles béné­fi­cient éga­le­ment d’une prise en charge com­plète sans frais de la consul­ta­tion à la pose en pas­sant par le sui­vi et le retrait.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : rend-il stérile ?

L’appellation « ’Sté­ri­let »’ don­née aux DIU prête sou­vent à confu­sion. D’aucuns pensent à tort que la pose du DIU rend sté­rile, ce qui reste une idée non fon­dée. La durée d’efficacité de ce dis­po­si­tif varie de 4 à 10 ans, mais il peut être reti­ré à tout moment pour retrou­ver la fer­ti­li­té. Le DIU au cuivre offre d’ailleurs un retour à la fer­ti­li­té plus rapide. Le risque de sté­ri­li­té n’a jamais été démon­tré même chez les femmes n’ayant jamais por­té de grossesse.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : favorise-t-il les IST ?

Les DIU ne favo­risent pas la pro­pa­ga­tion des IST (Infec­tion Sexuel­le­ment trans­mis­sible). Les per­sonnes souf­frant d’infection ne sont pas éli­gibles à la pose de sté­ri­let. C’est pour cela qu’une consul­ta­tion est néces­saire avant toute inter­ven­tion. Si tous les anté­cé­dents sont véri­fiés et que les recom­man­da­tions sont res­pec­tées, aucune infec­tion ne peut pro­ve­nir du DIU. Les IST peuvent être évi­tées en se pro­té­geant avec un pré­ser­va­tif lors des rap­ports sexuels.

DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN DIU : rend-il les rapports sexuels douloureux ?

Cer­taines femmes por­tant un sté­ri­let craignent que leurs par­te­naires ne res­sentent des dou­leurs pen­dant les rap­ports sexuels. Il faut rete­nir que la pré­sence du DIU est sans effet sur l’appareil géni­tal du par­te­naire. Le sté­ri­let est logé dans l’utérus qui n’est pas sol­li­ci­té pen­dant l’acte qui se déroule dans le vagin. Les fils en nylon qui servent à reti­rer les DIU peuvent quelques fois débor­der, mais ils n’auront aucun effet sur l’appareil géni­tal du par­te­naire. Dans ces cas, il est pos­sible de les faire rac­cour­cir.

Derniers articles

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

Pour aller plus loin

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...