HomeNon classéQUAND FAUT-IL DEMANDER UN TEST HPV ?

QUAND FAUT-IL DEMANDER UN TEST HPV ?

Publié le

spot_img

Compte ren­du par J.Christ HILD (56270 PLOEMEUR)d’une com­mu­ni­ca­tion de
Chris­tian Qué­reux, lors de la der­nière réunion du Col­lège des Gyné­co-Médi­caux à Nantes.
Texte com­plet : News­let­ter pro­fes­sion­nelle de http://pro.gyneweb.fr
d’oc­tobre 2005

Par aimable autorisation


LES INDICATIONS DU TEST HPV

DANS LES ASC-US
Le Test HPV est indi­qué dans les ASC-US et dans les ASC-US seule­ment et et le compte ren­du du frot­tis doit accom­pa­gner la demande Il faut donc suivre la recom­man­da­tion de l’ANAES .

Car si c’est par l’AS­CUS qu’on arrive au Haut Grade, arrê­tons de dia­bo­li­ser le test HPV, il n’y a aucune urgence à poser un diagnostic. »
Le test HPV n’a de seul inté­rêt que de savoir si devant un frot­tis anor­mal, il nous faut oui ou non sur­seoir à la col­po­sco­pie et le cas échéant à la biop­sie. D’autre part, un test HPV ne peut être consi­dé­ré comme patho­lo­gique, que s’il per­siste plus d’un an, car son por­tage est fré­quent, et sa clai­rance spon­ta­née est la règle avant 30 ans.

DANS LA SURVEILLANCE DE CONISATION
Le test HPV est tout à fait jus­ti­fié dans un cas par­ti­cu­lier : SI LA RECOUPE EST NON IN SANO car sa néga­ti­va­tion annonce la gué­ri­son avec une qua­si cer­ti­tude et sa posi­ti­va­tion peut pré­cé­der la récidive.
Il est donc inutile de conti­nuer à sur­veiller (de près) les coni­sées par­tielles, HPV NEG.

LES NON INDICATIONS DU TEST HPV

  • Dans les Asc‑H, le test HPV est inutile car la ques­tion n’est pas, si « Oui ou non il existe un virus ? » mais bien si « Oui ou non il existe un Can­cer  » der­rière- La déci­sion est donc déjà prise, l’ac­cès direct à la col­po­sco­pie est automatique
  • Dans les Hauts-Grades d’emblée Il est inutile pour la même rai­son car la pré­va­lence du virus y est (par défi­ni­tion) de 100% et l’ac­cès à la col­po­sco­pie et la biop­sie ou la coni­sa­tion est encore automatique
  • Dans les Bas-Grades, HPV est tota­le­ment inutile dans le frot­tis bas grade car la pré­va­lence du virus y est supé­rieure à 80% et un bas grade cache 1 fois sur 3 un haut grade. Le HPV ne peut donc faire à lui seul le tri déci­sion­nel e l’ac­cès à la col­po­sco­pie diag­nos­tique est encore une fois automatique.
    Reste à dis­cu­ter le Frot­tis Bas Grade avec une Col­po Normale.…

Extrait ANAES page 84

Éva­lua­tion de l’intérêt de la recherche des papil­lo­ma­vi­rus humains (HPV) dans le dépis­tage des lésions pré­can­cé­reuses et can­cé­reuses du col de l’utérus / Ser­vice éva­lua­tion des tech­no­lo­gies – ser­vice éva­lua­tion éco­no­mique / mai 2004

I. CONDUITE DIAGNOSTIQUE EN CAS D’ATYPIES DES CELLULES MALPIGHIENNES (ASC)

Une col­po­sco­pie est recom­man­dée d’emblée en cas d’atypies des cel­lules mal­pi­ghiennes ne per­met­tant pas d’exclure une lésion mal­pi­ghienne intra-épi­thé­liale de haut grade (ASC‑H) (grade B).

En cas d’atypies des cel­lules mal­pi­ghiennes de signi­fi­ca­tion indé­ter­mi­née (ASC-US), 3 options sont pos­sibles (grade B) :

  • soit une col­po­sco­pie d’emblée ;
  • soit un frot­tis de contrôle 6 mois plus tard : si au cours de ce frot­tis de contrôle les ano­ma­lies cyto­lo­giques ont dis­pa­ru, une sur­veillance régu­lière est jus­ti­fiée, néces­si­tant 2 frot­tis nor­maux à des inter­valles de 12 mois, en rai­son du risque d’apparition secon­daire d’un can­cer. Si au cours de cette sur­veillance des ano­ma­lies cyto­lo­giques réap­pa­raissent, une col­po­sco­pie est impé­ra­tive, quels que soient leur sévé­ri­té et leur délai d’apparition ;
  • soit une recherche des HPV poten­tiel­le­ment oncogènes.

II. CONDUITE DIAGNOSTIQUE EN CAS DE LÉSIONS MALPIGHIENNES INTRAÉPITHÉLIALES DE BAS GRADE

La recherche des HPV poten­tiel­le­ment onco­gènes n’est pas recom­man­dée en pre­mière inten­tion dans la prise en charge des lésions mal­pi­ghiennes intra-épi­thé­liales de bas grade car cette recherche est posi­tive dans plus de 80 % de ces lésions (grade B).

III. CONDUITE DIAGNOSTIQUE EN CAS DE FROTTIS AVEC ANOMALIES GLANDULAIRES

Quelles que soient les ano­ma­lies des cel­lules glan­du­laires, une col­po­sco­pie avec biop­sie diri­gée et/ou cure­tage de l’endocol est recom­man­dée (grade B). Si les ano­ma­lies des cel­lules glan­du­laires sont de type endo­mé­trial, un contrôle his­to­lo­gique de l’endomètre est recommandé.

Si ces exa­mens sont normaux :

  • en cas d’atypies des cel­lules glan­du­laires (endo­cer­vi­cales, endo­mé­triales ou sans autre pré­ci­sion), il est recom­man­dé de refaire un frot­tis à 6 mois ;
  • en cas d’anomalies cyto­lo­giques de type adé­no­car­ci­nome in situ (AIS) ou adé­no­car­ci­nome (endo­cer­vi­cal, endo­mé­trial ou d’origine non pré­ci­sée) ou sug­gé­rant une néo­pla­sie, une coni­sa­tion diag­nos­tique asso­ciée à un cure­tage de l’endomètre est recommandée.

La place de la recherche des HPV est insuf­fi­sam­ment docu­men­tée dans la prise en charge des aty­pies des cel­lules glandulaires.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...