HomeNon classéDevant des Vomissements Gravidiques (Emesis Gravidarum)

Devant des Vomissements Gravidiques (Emesis Gravidarum)

Publié le

spot_img

Appa­ri­tion de nau­sées en début de gros­sesse plus ou moins asso­ciées à des vomissements.

Deux tableaux cliniques peuvent se rencontrer :

  • Vomis­se­ments avec bon état géné­ral, réso­lu­tifs spon­ta­né­ment, sou­vent mati­naux. Ils sur­viennent après le 1er mois (+++ 6 semaines d’a­mé­nor­rhée) et durent envi­ron 3 mois,
  • Vomis­se­ments gra­vi­diques incoer­cibles, pro­lon­gés, avec amai­gris­se­ment. La par­tu­riente pré­sente des troubles hydro-élec­tro­ly­tiques avec des signes de déshy­dra­ta­tion. Ces vomis­se­ments sur­viennent tout au long de la jour­née. Leur amé­lio­ra­tion est sou­vent longue avec des rechutes fréquentes.

Épidémiologie :

90% des femmes enceintes ont des nau­sées mais seule­ment 15 à 20% d’entre elles vomissent encore au delà de 14 semaines d’a­mé­nor­rhée. 1 à 5/1000 des femmes enceintes pré­sentent des vomis­se­ments graves.

Complications :

Les vomis­se­ments gra­vi­diques ne sont pas res­pon­sables à eux seuls d’a­vor­te­ments spon­ta­nés ou de mal­for­ma­tions foe­tales contrai­re­ment aux thé­ra­peu­tiques que l’on peut être ame­nées à uti­li­ser. Cepen­dant d’autres com­pli­ca­tions peuvent se rencontrer :

  • Déshy­dra­ta­tion (céto­nu­rie, hypo­na­tré­mie, hypoK+, hypoCl-)
  • Amai­gris­se­ment > 5%
  • Insuf­fi­sance rénale, hyper­cal­cé­mie, cyto­lyse modé­rée, hyper­bi­li­ru­bi­né­mie, pas de pancréatite,
  • Encé­pha­lo­pa­thie de Gayet-Wer­nicke (carence en Vit B1)
  • Nys­tag­mus, ataxie, para­pa­ré­sie, (si vomis­se­ments graves > 3 semaines),

Diagnostics différentiels :

  • Patho­lo­gie diges­tive (occlu­sion, appen­di­cite, ulcère…)
  • Hyper­thy­roï­die
  • HTIC (trau­ma­tisme crânien)
  • Hépa­to­pa­thie (hépa­tite virale)
  • Toxé­mie gravidique.

Physiopathologie :

Plu­sieurs expli­ca­tions ont été décrites :

  • Psy­cho­lo­gique (névrose hys­té­rique, ambi­va­lence, refus de la gros­sesse, gros­sesse non planifiée)
  • Psy­cho­so­ciale (conflit, niveau socio-éco­no­mique non influent)
  • Hor­mo­nale : gros­sesse gémel­laire et gros­sesse môlaire
  • Dys­fonc­tion orga­nique avec dys­mo­bi­li­té, tachy­gas­trie sous effet de estrogènes.

Facteurs favorisants

Nous cite­rons les fac­teurs favo­ri­sants les plus sou­vent cités :

  • Milieu urbain, socié­té industrialisée,
  • Femme jeune de moins de 20 ans,
  • Femmes non-fumeuses, au foyer, obèses,
  • Influence de la pari­té reste à démontrer,
  • Germe Heli­co­Bac­ter pylori.

Traitement :

Sché­ma­ti­que­ment il faut en cas de :

  • vomis­se­ments mineurs
  1. Ras­su­rer,
  2. Conseiller 5 repas, petits, fractionnés,
  3. Pas trop de bois­sons, en dehors des repas,
  4. Favo­ri­ser les graisses, le sel, exclure les odeurs fortes,
  5. Arrê­ter le tabac,
  6. Saler les ali­ments, arrê­ter le fer,
  7. Pres­crire des anti­émé­tiques type MOTILIUM® 3 à 6 cp/jour, VOGALENE® 1 à 2/jour, PRIMPERAN® 1 avant les repas,
  8. HALDOL® 1 à 3 mg/jour.
  • vomis­se­ments graves
  1. Hos­pi­ta­li­ser la par­tu­riente (exa­men neu­ro­lo­gique et diges­tif attentifs),
  2. Deman­der un iono­gramme et un bilan hépatique,
  3. Iso­ler dans le noir et le calme sans contacts extérieurs,
  4. Per­fu­ser avec 2,5 litres de sérum/jour,
  5. Impo­ser le repos intes­ti­nal (ne pas auto­ri­ser d’ap­ports alimentaires)
  6. Pres­crire PRIMPERAN® 10 mg/kg/jour, LARGACTIL® 2 ampoules + 1 ampoule de PHENERGAN®, 1 g Vit B1/jour pen­dant 15 jours, Vit K 50 mg par semaine, des lipides 2 fois/semaine (1g/kg/mn)
  7. Une sonde naso-gas­trique peut quel­que­fois deve­nir nécessaire.

Surveillance :

Elle est simple et doit être rigou­reuse. Elle consiste à sur­veiller le poids et la diu­rèse 1 fois/jour, la fré­quence des vomis­se­ments, le iono­gramme 1 fois/jour ou 2 en fonc­tion de la sur­ve­nue des vomissements.
La réali­men­ta­tion peut se faire et doit être lente si et seule­ment si la diu­rèse est équi­va­lente à l’ap­port, s’il n’existe plus de perte de poids et si les vomis­se­ments cessent.

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....