HomeNon classéVaginose bactérienne et grossesse

Vaginose bactérienne et grossesse

Publié le

spot_img

Source anaes.fr

Diag­nos­tic de vagi­nose bactérienne
Le meilleur moyen pour diag­nos­ti­quer la vagi­nose bac­té­rienne est l’exa­men direct des sécré­tions vagi­nales par colo­ra­tion de Gram. Les cri­tères d’in­ter­pré­ta­tion des résul­tats sont ceux de Spie­gel, Nugent ou Tho­mas­son ( grade A).
Les recherches spé­ci­fiques par culture de Gard­ne­rel­la vagi­na­lis et des myco­plasmes qui par­ti­cipent avec les bac­té­ries anaé­ro­bies au tableau de vagi­nose bac­té­rienne ne sont pas jus­ti­fiées au cours de la gros­sesse (grade A). Toute vagi­nose bac­té­rienne doit être trai­tée pen­dant la gros­sesse.
Voir éga­le­ment Les vaginoses

Trai­te­ment
Ce trai­te­ment fait appel au métro­ni­da­zole per os (1 g/j pen­dant 7 jours ou 2 g en dose unique) qui est effi­cace pour néga­ti­ver les pré­lè­ve­ments bac­té­rio­lo­giques et sans effet téra­to­gène (grade A).
Les trai­te­ments par ovules n’ont pas fait la preuve de leur effi­ca­ci­té chez la femme enceinte.

En rai­son de la fré­quence des réci­dives après trai­te­ment, un pré­lè­ve­ment de contrôle tous les tri­mestres paraît jus­ti­fié chez les femmes trai­tées, et le trai­te­ment renou­ve­lé si nécessaire.

Par ailleurs :
The Lan­cet, 2003, 36, 983–988
Au cours de la gros­sesse, le trai­te­ment d’une infec­tion par Gar­de­nel­la vagi­na­lis par anti­bio­thé­ra­pie – clin­da­my­cine – est licite. Il réduit signi­fi­ca­ti­ve­ment le risque de pré­ma­tu­ri­té, mort in ute­ro ou extrac­tion itératives.
Les auteurs pro­posent donc de dépis­ter et traiter .

======================================

L’o­ri­gine infec­tieuse de la prématurité
Kiss H et coll. : “Pros­pec­tive ran­do­mi­sed control­led trial of an infec­tion scree­ning pro­gramme to reduce the rate of pre­term delivery.”
Br Med J 2004;329:371–375.


La pré­ma­tu­ri­té est la pre­mière cause de mor­bi­di­té et de mor­ta­li­té néonatale.
Par­mi les causes curables de pré­ma­tu­ri­té, de nom­breux argu­ments plaident pour un rôle majeur des infec­tions vagi­nales, en par­ti­cu­lier de la vagi­nose bac­té­rienne sou­vent asymptomatique.

Voir recom­man­da­tion ANAES : Gros­sesse et vagi­nose [Lire]

Une équipe autri­chienne a effec­tué une étude mul­ti­cen­trique ran­do­mi­sée pour éva­luer l’efficacité de ce dépis­tage sur le taux de prématurité.

  • 4429 femmes enceintes qui se pré­sen­taient pour leur visite de rou­tine du début du deuxième tri­mestre ont béné­fi­cié d’un pré­lè­ve­ment bac­té­rio­lo­gique vagi­nal systématique.
  • La moi­tié de ces femmes ont été ran­do­mi­sées en un groupe inter­ven­tion pour les­quelles le résul­tat de l’examen était com­mu­ni­qué à l’obstétricien qui pou­vait déci­der alors, le cas échéant, d’un trai­te­ment anti­bio­tique local, sui­vi en cas d’échec d’un trai­te­ment par voie géné­rale et d’une sur­veillance bactériologique.
  • Pour l’autre moi­tié des femmes, qui consti­tuaient le groupe témoin, les résul­tats du pré­lè­ve­ment n’étaient pas trans­mis au médecin.

Dans 20 % des obser­va­tions envi­ron et dans les deux groupes, le pré­lè­ve­ment a révé­lé la pré­sence d’un germe patho­gène dans la flore vaginale.

  • Le taux de pré­ma­tu­ri­té (< 37 semaines d’aménorrhée) s’est éta­bli à 3 % dans le groupe inter­ven­tion (avec un inter­valle de confiance à 95 % entre 1,7 et 3,5 %) contre 5,3 % chez les témoins (P=0,0001).
  • Le pour­cen­tage d’enfants pré­ma­tu­rés et de moins de 2500 g à la nais­sance était signi­fi­ca­ti­ve­ment infé­rieur dans le groupe inter­ven­tion (1,7 % contre 3,5 % ; P=0,0002).
  • Le taux d’avortement tar­dif a éga­le­ment été divi­sé par deux dans le groupe intervention
  • la fré­quence des morts intra-uté­rines était équi­va­lente dans les deux groupes.

Les résul­tats sont en faveur de ce dépis­tage systématique.

Pour les auteurs ces résul­tats devraient suf­fire à inclure cet exa­men simple dans le bilan sys­té­ma­tique du deuxième tri­mestre de la grossesse.

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....