HomeNon classéPARVOVIRUS B19 et GROSSESSE

PARVOVIRUS B19 et GROSSESSE

Publié le

spot_img

Le par­vo­vi­rus B19, agent du méga­lé­ry­thème épi­dé­mique ou  » 5ème mala­die  » est un virus stric­te­ment humain qui se trans­met par voie res­pi­ra­toire, trans­fu­sion­nelle ou mater­no-foe­tale et entraine de petites épi­dé­mies en milieu sco­laire, prin­temps et hiver.La conta­gio­si­té est impor­tante ( 50 % ) . Le virus a un tro­pisme mar­qué pour le glo­bule rouge.

Le méga­lé­ry­thème épi­dé­mique est une mala­die érup­tive bénigne [Lire] sauf chez la femme enceinte où elle met en dan­ger le foetus.

En France, envi­ron 50 % des femmes sont non immu­ni­sées et on estime que 1à 2% d’entre-elles feront une séro­con­ver­sion pen­dant la gros­sesse et que le risque de trans­mis­sion foe­tale est de 20 à 30%.. Seule la pri­mo-infec­tion est dan­ge­reuse ( Les AC sont protecteurs).

  • Lorsque l’in­fec­tion sur­vient au 1er tri­mestre elle entraîne des avor­te­ments dont la fré­quence est mal éva­luée. Une femme conta­mi­née entre 9 et 20 semaines aurait un risque de 0.6% d’at­teinte foe­tale et de 4% d’avortement.
  • Au 2ème et 3ème tri­mestre elle peut entrai­ner une ana­sarque ou ané­mie aiguë foe­tale avec pos­sible décès in uté­ro +/- myo­car­dite virale

Selon le CDC D’At­lan­ta (USA) l’in­fec­tion par le par­vo­vi­rus B19 peut cau­ser une ané­mie sévère pour le foe­tus et la femme peut avoir un avor­te­ment. Mais celà n’ar­ri­ve­rait que chez moins de 5% des femmes infec­tées par le par­vo­vi­rus B19 (le plus sou­vent dans la pre­mière moi­tié de la gros­sesse ). Le par­vo­vi­rus B19 ne cau­se­rait pas d” han­di­caps ni de retards mentaux.
Selon Option Bio (N° 310 – 28 mai 2003), chez une femme pri­mo-conta­mi­née, la mort foe­tale est consta­tée dans 10 % des cas lorsque l’in­fec­tion est contrac­tée avant la 20ème semaine

SEMIOLOGIE
MEGALERYTHEME [Lire]
—- $ pseu­do grip­pal : fièvre, myal­gies, cépha­lées (phase virémique)
—- Une érup­tion mor­billi­forme ( qques jours plus tard ) :
.….….…… Exan­thème facial avec aspect souf­fle­té du visage
.….….…… Elle peut se pré­sen­ter comme un coup de soleil
.….….…… Exan­thème réti­cu­lé du tronc et des extrémités)
.….….…… Arthral­gies cor­res­pon­dant au conflit Anti­géne-Anti­corps, qui dis­pa­raissent habi­tuel­le­ment en une semaine.
.….….…… Les érup­tions sont par­fois loca­li­sées en gants et chaus­settes ou en cale­çon ou limi­tés aux doigts.
Elle dis­pa­rait en quelques jours.

DIAGNOSTIC
Le diag­nos­tic de la pri­mo-infec­tion mater­nelle est séro­lo­gique par la mise en évi­dence des IgG et IgM spécifiques.
Les IgM appa­raissent envi­ron 15 jours aprés la conta­mi­na­tion et per­sistent 3 ou 4 mois. Les IgG appa­raissent envi­ron une semaine aprés les IgM et per­sistent trés long­temps et sont consi­dé­rés comme protecteurs.
La détec­tion directe du virus est actuel­le­ment pos­sible (Tech­nique EID) et plus sen­sible entre le 7ème et le 12ème jour aprés le contage.

LE PIEGE
Il existe un délai de 6 à 8 semaines entre la pri­mo-infec­tion de la mère et la période de risque pour le foe­tus : ana­sarque c’est à dire ou des ano­ma­lies écho­gra­phiques peuvent appa­raitre. Les IgM peuvent avoir disparu.

EVOLUATION – TRAITEMENT
Dans 20 % des cas l’a­na­sarque foe­tale gué­rit spon­ta­né­ment mais dans 80 % des cas – en l’ab­sence de trai­te­ment – elle entraine la mort foetale
Le trai­te­ment consiste en des trans­fu­sions foe­tales répé­tées (10 à 100 ml) dans la veine ombi­li­cale à par­tir d’un sang de don­neur. La gué­ri­son est obte­nue dans 75 % des cas.

RECOMMANDATIONS EN 2003

  • Pas de dépis­tage sys­té­ma­tique (Recom­man­da­tion du CNGOF – Col­lège Natio­nal des Gyné­co­logues et obs­té­tri­ciens Français)
  • En cas de conta­mi­na­tion pen­dant la gros­sesse avec confir­ma­tion séro­lo­gique de la pri­mo-infec­tion, la patiente est adres­sée à centre spé­cia­li­sé et une sur­veillance écho­gra­phique heb­do­ma­daire pen­dant plu­sieurs semaines est mise en place pour dépis­ter l’anasarque.

Derniers articles

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

HOMOCYSTEINE : facteur de risque cardio-vasculaire

L’homocystéine a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis sa découverte en 1932. Ses propriétés...

Pour aller plus loin

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...