HomeNon classéTraitement de la migraine chez la femme enceinte

Traitement de la migraine chez la femme enceinte

Published on

spot_img

Source

Mise à jour : décembre 2006 – mai 2014

NB : Le plus souvent, la migraine s’améliore en cours de grossesse.

1- TRAITEMENT DE LA CRISE

L’utilisation ponctuelle ou chronique de tous les AINS
(y compris l’aspirine = 500 mg/j et les inhibiteurs de cox-2)
est formellement contre-indiquée à partir du début du 6ème mois de grossesse (24 SA).

NB : Pour La Revue Prescrire (Numéro 281, mars 2007)
Les AINS sont à éviter dès le début de la grossesse, en raison d’un risque accru de fausse-couche, voire de malformation.
Le paracétamol est à privilégier tant que possible.
Voir : Les antalgiques pendant la grossesse


Les antalgiques de palier 1 :

On préférera le paracétamol, quel que soit le terme de la grossesse.

L’aspirine peut être utilisée ponctuellement pendant les cinq premiers mois de grossesse (24 semaines d’aménorrhée). Au-delà de 24 SA, l’aspirine = 500 mg/j est formellement contre-indiquée jusqu’à l’accouchement.

Tous les AINS sont formellement contre-indiqués à partir de 24 SA (5 mois de grossesse révolus). Avant 24 SA, on les évitera si possible, même en traitement ponctuel.

Les antalgiques de palier 2 :

En cas d’inefficacité des antalgiques de palier 1, on pourra avoir recours quel que soit le terme de la grossesse : aux antalgiques de palier 2 : codéine (Codoliprane ®), ou au sumatriptan (Imigrane ®).

En cas d’inefficacité des options précédentes, l’utilisation d’un autre triptan (cf infra) pourra être envisagée quel que soit le terme de la grossesse.
Si un traitement de la nausée et des vomissements est nécessaire, on préférera la doxylamine (Donormyl®). Si la doxylamine se montre peu efficace ou mal tolérée, consultez la fiche « Antiémétiques chez la femme enceinte » ou sur Esculape Vomissement de la grossesse

2- TRAITEMENT DE FOND

On préférera les molécules suivantes en cours de grossesse (consulter les fiches) :

  • l’amitriptyline (Laroxyl ®)
  • le propranolol (Avlocardyl ®)
    Esculape : Il paraît souhaitable d’arrêter le propanolol au 3ème trimestre pour risque de retard de croissance, prematurité voire mort in utéro.
  • En cas d’inefficacité ou d’intolérance de ces options, l’utilisation d’un autre traitement pourra être envisagée au cas par cas (consulter les fiches) : Pizotifène (Sanmigran ®) , Oxétorone (Nocertone ®) ,Indoramine (Vidora ®)
  • On évitera la flunarizine (Sibélium ®), le méthysergide (Désernil ®) et le Topiramate (Epitomax ®) (consulter les fiches).

    CRAT – Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
    Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
    Tel/fax : ++33 (0)143412622

    naratriptan (Naramig °), Zolmitriptan (Zomig °)

    Les triptans sont des agonistes sélectif des récepteurs vasculaires 5-HT1.
    Ils induisent une vasoconstriction, en particulier au niveau des vaisseaux crâniens.
    Isl s’utilisent par voie orale dans le traitement de la crise de migraine.

    ETAT DES CONNAISSANCES
    Les données disponibles chez les femmes enceintes exposées au naratriptan sont peu nombreuses mais aucun élément inquiétant n’est retenu.
    Le naratriptan (Naramig °) et Zolmitriptan (Zomig °) ne sont pas tératogènes chez l’animal.

    EN PRATIQUEDécouverte d’une grossesse pendant le traitement
    —- Rassurer la patiente quant au risque malformatif du naratriptan et du Zolmitriptan
    . —- Réévaluer la prise en charge de la migraine.

    Traiter une femme enceinte
    —- Rappelons que tous les AINS sont contre-indiqués à partir du début du 6ème mois (24 semaines d’aménorrhée).
    —- On utilisera de préférence les antalgiques de palier 1 :

    • Le paracétamol peut être utilisé quel que soit le terme de la grossesse.
    • L’aspirine = 500 mg/j peut être utilisée ponctuellement avant 24 SA

    —- En cas d’inefficacité des antalgiques de palier 1, on pourra avoir recours quel que soit le terme de la grossesse :

    • Aux antalgiques de palier 2 codéine (Codoliprane ®),
    • Au sumatriptan (Imigrane ®).

    En cas d’inefficacité des options précédentes, l’utilisation du naratriptan ou du Zolmitriptan pourra être envisagée quel que soit le terme de la grossesse. 

    L’opportunité d’un traitement de fond de la migraine pourra être discutée.

    MAJ mai 2014
    ©Prescrire 1er mai 2014
    http://www.prescrire.org/Fr/3/31/49313/0/NewsDetails.aspx?page=1

    Chez les femmes enceintes migraineuses, certains médicaments sont à privilégier, d’autres à écarter résolument. Pour la plupart des femmes migraineuses, les crises de migraine sont moins fréquentes au cours de la grossesse. Les crises n’ont pas d’effet défavorable connu sur l’issue de la grossesse.
    Le maintien d’un traitement médicamenteux préventif est à remettre en question et souvent à interrompre.

    Certains médicaments sont dangereux pendant la grossesse et sont à écarter :

    anti-inflammatoires non stéroïdiens, dérivés de l’ergot de seigle, acide valproïque, topiramate, flunarizine.

    Pendant la grossesse, le traitement de la crise de migraine repose d’abord sur des moyens non médicamenteux : repos au lit dans une atmosphère sombre et silencieuse, sommeil de quelques heures.

    Quand les symptômes motivent un traitement médicamenteux, le paracétamol est l’antalgique de premier choix tout au long de la grossesse. La codéine a une efficacité incertaine et expose notamment à des nausées. Elle est justifiée en cas d’efficacité insuffisante du paracétamol.

    En début de grossesse quand les crises sont fréquentes ou gênantes, et quand les mesures non médicamenteuses ne permettent pas de prévenir les crises de migraine, le propranolol est un médicament de choix. L’amitriptyline est une alternative.
    En raison de leurs risques d’effets indésirables, il est préférable d’interrompre ces deux médicaments préventifs à l’approche de l’accouchement.

    L’utilisation ponctuelle et exceptionnelle d’aspirine en début de grossesse, voire de sumatriptan, est envisageable quand aucune autre option antalgique ne permet de soulager une douleur migraineuse sévère, en informant les femmes des incertitudes et des dangers de prises répétées.

    Pour soulager des nausées-vomissements, quand un médicament est jugé souhaitable, le premier choix est la doxylamine.

Latest articles

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...

Hyperthyroïdie : causes, symptômes, traitement et prévention

Bien que le corps humain soit une formidable machine dont les rouages sont parfaitement...

More like this

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...