HomeGrossesseFIÈVRE ET GROSSESSE : quels sont les risques ?

FIÈVRE ET GROSSESSE : quels sont les risques ?

Publié le

spot_img

Une fièvre peut s’attaquer à n’importe qui ; même à une femme enceinte. En effet, la fièvre est une aug­men­ta­tion de la tem­pé­ra­ture cor­po­relle, qui tra­duit une auto­dé­fense de l’organisme. En géné­ral, elle est passagère.

Cela dit, dans le cas de la femme enceinte, les choses sont un peu plus com­plexes. Une simple fièvre peut repré­sen­ter un dan­ger aus­si bien pour la mère que le bébé. À cet effet, com­ment se mani­feste une fièvre chez la femme en état de gros­sesse ? Quels sont les risques éven­tuels et quelles sont les pré­cau­tions à prendre ?

Fièvre pen­dant la gros­sesse : qu’est-ce-que c’est ?

Lorsque l’organisme détecte la pré­sence des agents infec­tieux que sont les bac­té­ries et les virus, celui-ci réagit auto­ma­ti­que­ment. Com­ment ? Il élève la tem­pé­ra­ture interne en déployant les défenses immu­ni­taires. Celles-ci vont contrer les bac­té­ries ou les virus, en vue de les éli­mi­ner. La fièvre montre qu’on est en pré­sence d’une lutte pareille dans l’organisme. En géné­ral, il est conseillé de lais­ser le sys­tème immu­ni­taire faire son tra­vail, si on ne res­sent aucune fatigue.

Ain­si, au bout de 48 h maxi­mum, un épi­sode de fièvre peut déjà s’estomper sans médi­ca­ment, et l’organisme va reprendre son acti­vi­té nor­male. Sauf que dans le cas de la femme enceinte, le déploie­ment des sub­stances immu­ni­taires char­gées de com­battre les infec­tions peut s’avérer dan­ge­reux pour la mère et sur­tout pour l’enfant qu’elle porte. Par consé­quent, on peut s’inquiéter lorsque le ther­mo­mètre buc­cal affiche plus de 38°C comme tem­pé­ra­ture pen­dant une grossesse.

Quels sont les symp­tômes de la fièvre chez une femme enceinte ?

Les cour­ba­tures ou la fatigue sou­daine peuvent mettre la femme enceinte sur la piste d’une fièvre immi­nente. Le rhume peut éga­le­ment être le signe de départ d’une forte tem­pé­ra­ture. Cepen­dant, il est récur­rent de noter qu’on a le corps chaud plus que d’ordinaire. Pour en avoir la cer­ti­tude, il est conseillé de prendre sa tem­pé­ra­ture à l’aide d’un ther­mo­mètre indiqué.

Lorsqu’on est à plus de 37°C avec un ther­mo­mètre buc­cal, on peut déjà soup­çon­ner une fièvre chez la femme en état de gros­sesse. Tou­te­fois, en fonc­tion de l’origine ou de la cause, la fièvre peut se mani­fes­ter dif­fé­rem­ment. Elle peut s’accompagner d’une grippe, d’un rhume, de toux, de vomis­se­ments, de gros fris­sons ou de déshy­dra­ta­tion.

L’odeur des sécré­tions vagi­nales peut chan­ger ou des dou­leurs au bas ventre qui peuvent s’expliquer par la dif­fi­cul­té du bébé à se mou­voir. Aus­si, les signes peuvent varier selon le mois de gros­sesse ou les anté­cé­dents cli­niques de la mère.

Fièvre et gros­sesse : quand consul­ter le médecin ?

Afin d’éviter le pire, la femme enceinte doit auto­ma­ti­que­ment consul­ter un pro­fes­sion­nel de san­té si :

  • Elle fait la moindre fièvre ;
  • Un rhume lui fait grim­per la tem­pé­ra­ture corporelle ;
  • Elle res­sent de gros frissons ;
  • Son urine est deve­nue plus fon­cée, etc.

Le moindre signe lié à une varia­tion de la tem­pé­ra­ture doit être com­mu­ni­qué au gyné­co-obs­té­tri­cien ou au méde­cin trai­tant. Il en est de même, si vous avez le pres­sen­ti­ment d’une fièvre et que vous sen­tez que l’activité de bébé démunie.

Étio­lo­gies d’une fièvre maternelle

Il est clair que la fièvre chez la femme enceinte est une réac­tion de son orga­nisme qui tente de se défendre, face à une agres­sion bac­té­rienne ou virale. À cet effet, la fièvre peut être liée à une infec­tion bénigne. L’angine, la grippe et le rhum, sont autant d’infec­tions qui, en fonc­tion de leur stade, peuvent pro­vo­quer une légère aug­men­ta­tion de la tem­pé­ra­ture cor­po­relle chez les femmes enceintes. Avec un anti­bio­tique sous ordon­nance médi­cale, le pro­blème est réglé.

Cepen­dant, cer­taines infec­tions plus graves comme le cyto­mé­ga­lo­vi­rus, l’asthme, la rou­geole ou la lis­té­riose, peuvent pro­vo­quer une fièvre dan­ge­reuse pour la vie du fœtus et celle de la mère. Il en est de même pour les infec­tions uri­naires, à l’instar de la pyé­lo­né­phrite qui peut cham­bou­ler le sys­tème ova­rien. En effet, plu­sieurs com­pli­ca­tions comme les fausses couches ou des nais­sances pré­ma­tu­rées peuvent résul­ter d’une fièvre qui trouve ses ori­gines dans une infec­tion grave.

Fièvre pen­dant la gros­sesse : qu’en est-il du diagnostic ?

Le gyné­co-obs­té­tri­cien ou le pro­fes­sion­nel de san­té qui suit la gros­sesse est ame­né à poser un diag­nos­tic, lorsqu’il reçoit une patiente enceinte pré­sen­tant un cas de fièvre. Plu­sieurs ana­lyses seront réa­li­sées. La pres­crip­tion médi­cale sera fonc­tion de la gra­vi­té de l’étiologie de la fièvre.

À l’issue du diag­nos­tic, la patiente peut être auto­ma­ti­que­ment hos­pi­ta­li­sée ou sui­vie à domi­cile. Dans le cas de la lis­té­riose par exemple, une prise en charge sera indis­pen­sable pour faire bais­ser la tem­pé­ra­ture et éli­mi­ner les cépha­lées, les diar­rhées et les nau­sées. Le trai­te­ment peut être la vac­ci­na­tion ou les anti­bio­tiques par voie orale.

Quels sont les risques pour une femme enceinte fébrile ?

Pour s’autodéfendre, l’organisme sécrète des sub­stances qui vont contre atta­quer les virus. Cette sur­ac­ti­vi­té pro­voque une aug­men­ta­tion de la tem­pé­ra­ture : c’est la fièvre chez la femme enceinte. Par­mi les sub­stances sécré­tées au cours du pro­ces­sus figurent les cyto­kines. Ces gly­co­pro­téines solubles, au cours de leur acti­vi­té de défen­seur, sécrètent plu­sieurs hor­mones par­mi les­quelles, les pros­ta­glan­dines.

Celles-ci déclenchent le méca­nisme de la matu­ra­tion du col et des contrac­tions uté­rines qui devraient nor­ma­le­ment sur­ve­nir pen­dant la par­tu­ri­tion. Il va s’en suivre une fausse couche ou un accou­che­ment pré­ma­tu­ré, selon le mois de la gros­sesse. Par ailleurs, l’élévation de la tem­pé­ra­ture pro­vo­quée par la fièvre est à risque pour le fœtus. En effet, une fièvre au cours des pre­miers mois peut lais­ser des séquelles de mal­for­ma­tions.

Femme enceinte : que faire en cas de fièvre ? 

La pre­mière des choses est d’informer son méde­cin, en lui com­mu­ni­quant la tem­pé­ra­ture. Concer­nant ce détail, il est recom­man­dé d’observer 10 min de repos avant de poser le ther­mo­mètre, selon qu’il soit buc­cal, axil­laire, rec­tal, etc. Cette dis­po­si­tion per­met d’obtenir une don­née fiable sur laquelle pour­ra se baser le méde­cin pour vous aider. Cela dit, il existe des gestes pré­ven­tifs et cura­tifs pour venir à bout d’une fièvre pen­dant la grossesse.

À titre préventif

Le fait d’éviter les coups de soleil pen­dant la gros­sesse peut mettre à l’abri d’éventuelles fièvres. Par ailleurs, il faut veiller à avoir les mains propres constam­ment, en vue de limi­ter la pro­li­fé­ra­tion des germes sus­cep­tibles de déclen­cher la réac­tion du sys­tème immunitaire.

Il fau­dra éga­le­ment évi­ter les visites aux per­sonnes malades, en vue d’être à l’abri de toute conta­mi­na­tion. Tou­te­fois, la vac­ci­na­tion consti­tue la meilleure pré­ven­tion. À cet effet, vous pou­vez vous vac­ci­ner contre la rou­geole, la grippe, etc.

À titre curatif

À titre cura­tif, il sera pres­crit par le méde­cin des anti­bio­tiques pour aider l’organisme dans sa défense. Car, plus vite la fièvre s’es­tompe, mieux c’est. Le para­cé­ta­mol est pres­crit en géné­ral pour faire bais­ser la fièvre chez une femme en état de gros­sesse. Il est même ven­dable sans ordon­nance, même si sa prise néces­site des conseils de la part d’un professionnel.

L’acétaminophène est éga­le­ment indi­qué en cas de fièvre mater­nelle. Tou­te­fois, les pres­crip­tions médi­cales peuvent varier en fonc­tion des étio­lo­gies de la mala­die ou des anté­cé­dents médi­caux du patient.

Par ailleurs, le fait de s’hydrater ou de se rafraî­chir le front avec un linge propre imbi­bé d’eau froide, peut abais­ser la fièvre d’une femme qui attend un enfant.

Femme enceinte : quels sont les gestes à évi­ter pen­dant une fièvre ?

La fièvre dans bien des cas, est nor­male et pas­sa­gère. Cepen­dant, le moindre excès de tem­pé­ra­ture doit être signa­lé au plus tôt, à un pro­fes­sion­nel de santé.

Il n’est pas recom­man­dé à la femme en état gros­sesse de son­ger à un bain frais ni à un bain chaud pen­dant une fière. L’un ou l’autre pour­rait aggra­ver la fièvre. Par ailleurs, la prise des médi­ca­ments tels que l’aspirine ou l’ibuprofène est inter­dite aux femmes enceintes, sur­tout si elles sont dans les mois pairs. D’ailleurs, toute auto­mé­di­ca­tion est pros­crite chez la femme enceinte.

Derniers articles

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

Pour aller plus loin

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...