HomeNon classéASTHME ET GROSSESSE

ASTHME ET GROSSESSE

Publié le

spot_img

Source : Asth­meIn­fos N° 27 – Leur Site - MAJ 02/2007

L’é­pi­dé­mio­lo­gie est claire : à par­tir de la puber­té l’asthme devient plus fré­quent chez la femme que chez l’homme ( voir :$ de Yentl)
L’in­fluence de la gros­sesse (de la méno­pause et du THS ) est évidente.
L’asthme est la mala­die la plus fré­quente de la femme enceinte et concerne 3 à 4 % des grossesses
Son évo­lu­tion pen­dant la gros­sesse est impré­vi­sible : 30% des femmes sont amé­lio­rées, 30% aggra­vées et 30% inchangées.
Dans les asthmes sevères ou l’ag­gra­va­tion est fréquente.
La crainte des médi­ca­ments entraîne trop sou­vent un sous-trai­te­ment alors que la mala­die asth­ma­tique non contro­lée aug­mente les com­pli­ca­tions mater­nelles et foetales.

Les risques d’un mau­vais contrôle de l’asthme sont supé­rieurs aux risques entrai­nés par les médi­ca­ments de l’asthme
LES CONSEILS

L’ex­po­si­tion à des taux éle­vés d’al­ler­gènes pen­dant les 3 pre­miers mois de la vie aug­mente les risques pour l’en­fant de deve­nir aller­gique à ces mêmes allergènes.
Voir : Pré­ven­tion de l’asthme pour l’enfant

Les aller­gènes du Chat posent un pro­blème par­ti­cu­lier car ils per­sistent long­temps dans la mai­son aprés le départ du chat.
Une femme aller­gique ou ayant des ATCD fami­liaux d’al­ler­gie doit se déba­ras­ser de son chat dès qu’elle se sait enceinte.
Un net­toyage en pro­fon­deur de la mai­son est de mise ( aspi­ra­teur, net­toya­gen tapis, tis­sus d’a­meu­ble­ment, lit­te­rie, etc…)

Dans les familles  » asth­ma­tiques « , les enfants qui ont été en contact avec un chat dans les pre­miers mois de la vie, 40 % pré­sentent des tests posi­tifs aux aller­gènes de chat avant 2 ans contre seule­ment 5 % dans les familles sans chat.

Pour l’en­fant les risques sont

  • Le retard de crois­sance mul­ti­plé par 2
  • La pré­ma­tu­ri­té (x 1,7)
  • Lorsque la mère est aller­gique, le risque pour l’en­fant de déve­lop­per un asthme est aug­men­té d’un fac­teur 2 à 10

LE TRAITEMENT

La plu­part des médi­ca­ments de l’asthme peuvent être pres­crits pen­dant toute la grossesse

  • Les anti­his­ta­mi­niques : deux sont à pri­vi­lé­gier : céti­ri­zine et lévo­cé­ti­ri­zine. Voir l’a­vis du CRAT [Lire]
  • Bêta2 mimé­tiques inha­lés et per os : sal­bu­ta­mol et ter­bu­ta­line ne pré­sentent pas de dan­ger. Les formes per os (sauf néces­si­té abso­lue) sont arré­tées 48 heures avant l’ac­cou­che­ment car elles pour­raient ralen­tir le travail.
  • Les cor­ti­coïdes inha­lés. Leur inté­rêt est majeur et le rap­port bénéfice/risque lar­ge­ment favo­rable (Idem pour les formes endo­na­sales de la rhi­nite allergique)
  • Les cor­ti­coïdes sys­té­miques (méthyl­pred­ni­so­lone +++, pred­ni­sone, pred­ni­so­lone) peuvent être uti­li­sés en période aiguë
  • Les cro­mones ne posent pas de pro­blème par­ti­cu­lier mais leur effi­ca­ci­té est modé­rée et leur effi­ca­ci­té parait douteuse
  • Les théo­phyl­lines sont moins pres­crites actuel­le­ment. Il per­site un doute sur leur tératogénicité.
  • Les atro­pi­niques sont décon­seillé par manque de don­nées sur leur inocuité
  • Les anti­leu­co­triènes sont pro­ba­blment sans dan­ger mais décon­seillées par manque de données
  • L’im­mu­no­thé­ra­pie spé­ci­fique ne peut pas être com­men­cée pen­dant la gros­sesse mais peut être pour­sui­vié à dose constante si le trai­te­ment est en cours

Il est de bonne règle de ne pas faire des tests cuta­nés pen­dant la grossesse.

La mesure régu­lière du débit expi­ra­toire de pointe doit être pra­ti­quée. La patiente doit connaitre les chiffres  » alarme  » ( baisse de 30 % / Chiffres initaux )

Les cor­ti­coïdes inha­lés sont sûrs au cours du pre­mier tri­mestre de la grossesse
L Blais et coll. Use of inha­led cor­ti­cos­te­roids during the first tri­mes­ter of pre­gnan­cy and the risk of conge­ni­tal mal­for­ma­tions among women with asth­ma. Tho­rax 2007 ; 62 : 320–8.
Dr Oli­vier Sanchez

Le but de cette étude était d´évaluer si l´utilisation mater­nelle de dif­fé­rentes doses de cor­ti­co­sté­roïdes inha­lés (CSI) pen­dant le pre­mier tri­mestre de la gros­sesse pour le trai­te­ment de l´asthme aug­men­tait le risque de mal­for­ma­tions congé­ni­tales. Une cohorte de 4561 femmes enceintes asth­ma­tiques ayant accou­ché entre 1990 et 2000 a été consti­tuée. Les cas de mal­for­ma­tion congé­ni­tale ont été iden­ti­fiés à par­tir des bases de don­nées des ser­vices médi­caux. La dose quo­ti­dienne de moyenne de CSI uti­li­sée pen­dant le pre­mier tri­mestre a été cal­cu­lée et clas­sée par caté­go­rie : 0, 1–500, 500‑1000 et 1000 mg/j d´équivalent de beclo­me­tha­sone. Dans la cohorte 418 bébés ont été iden­ti­fiés avec une mal­for­ma­tion congé­ni­tale (9.2%), dont 278 ont eu une mal­for­ma­tion impor­tante. Envi­ron 40% de femmes uti­li­saient des CSI pen­dant le pre­mier tri­mestre, mais seule­ment 5.3% des femmes pre­naient >500 mg/j. Le rap­port ajus­té de chance (odds ratio) pour toutes les mal­for­ma­tions liées à l´utilisation de CSI pen­dant le pre­mier tri­mestre était : 0.77 (IC95% 0.53 à 1.13) pour la dose 1–500, 0.41 (IC95% 0.19 à 0.92) pour 501‑1000 et 1.00 (IC95% 0.42 à 2.36) pour > 1000 mg/j. Les chiffres pour les mal­for­ma­tions prin­ci­pales étaient res­pec­ti­ve­ment de 0.90 (IC95% 0.64 à 1.24), 0.56 (IC95% 0.22 à 1.43) et 1.67 (IC95% 0.56 à 5.03). Ces résul­tats confirment donc que l´utilisation des CSI au cours de la gros­sesse n´est pas contre indiquée.

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....