HomeBien-êtreAménorrhées et spanioménorrhées fonctionnelles : causes, diagnostic et traitement

Aménorrhées et spanioménorrhées fonctionnelles : causes, diagnostic et traitement

Publié le

spot_img

Chez les femmes, les troubles des règles consti­tuent une cause fré­quente de consul­ta­tion dès la puber­té jusqu’à la méno­pause. Ces dys­fonc­tion­ne­ments existent sous diverses formes notam­ment le syn­drome pré­mens­truel, l’aménorrhée, la dys­mé­nor­rhée, la ménor­ra­gie, la spa­nio­mé­nor­rhée, etc.

Par­mi ces troubles, l’aménorrhée ain­si que la spa­nio­mé­nor­rhée se dis­tinguent par l’absence de règles pen­dant une période supé­rieure à celle régu­lière (4 à 6 semaines). Elles peuvent indi­quer diverses patho­lo­gies ou encore une gros­sesse mécon­nue de la patiente. Quelle est l’étiologie dans ces cas. Com­ment prendre en charge ces troubles en fonc­tion de leurs causes ? Voi­ci les élé­ments de réponse.

Aménorrhées et spanioménorrhées fonctionnelles : causes

Avant d’aborder les causes des amé­nor­rhées et spa­nio­mé­nor­rhées fonc­tion­nelles, il convient de pro­cé­der à une cla­ri­fi­ca­tion claire de ces concepts. Pour com­men­cer, les amé­nor­rhées repré­sentent une absence totale de règles, pen­dant une durée assez longue chez une patiente sus­cep­tible d’être réglée. Elles existent sous la forme pri­maire ou secondaire.

On parle d’aménorrhée pri­maire lorsque l’absence de règles sur­vient chez une jeune ado­les­cente n’ayant jamais été réglée (de 15 ans en l’occurrence) qui pré­sente une crois­sance nor­male ain­si que des carac­tères sexuels secon­daires. Évi­dem­ment, pour les patientes en des­sous de cet âge (13, 14 ans) et qui affichent une absence de déve­lop­pe­ment mam­maire, l’aménorrhée pri­maire peut être suspectée.

L’aménorrhée secon­daire quant à elle est l’absence de règles chez une femme préa­la­ble­ment réglée et non méno­pau­sée. Le constat s’effectue lorsque l’interruption se pro­longe sur plus de trois mois. Par­lant des spa­nio­mé­nor­rhées, elles dési­gnent un dépas­se­ment du cycle mens­truel habi­tuel chez la femme. Celui-ci étant de 28 jours en moyenne finit par s’allonger au-delà de 6 à 8 semaines. Il va sans dire que cet allon­ge­ment s’alourdir au point de deve­nir une aménorrhée.

Les causes de ces troubles varient selon le cas. On dis­tingue ain­si les :

  • Causes d’aménorrhées pri­maires et spa­nio­mé­nor­rhées fonctionnelles
  • Causes d’aménorrhées secon­daires et spa­nio­mé­nor­rhées fonctionnelles

Causes d’aménorrhées primaires et spanioménorrhées fonctionnelles

L’aménorrhée pri­maire a le plus sou­vent pour ori­gine le retard puber­taire. Celui-ci peut pro­ve­nir d’une mala­die grave, d’une ano­rexie ou encore de sources géné­tiques. Il faut ain­si éli­mi­ner diverses pos­si­bi­li­tés avant de déter­mi­ner la cause pré­cise du trouble. Il peut aus­si s’agir d’un dys­fonc­tion­ne­ment des ovaires ou de la région cer­vi­cale en charge du pilo­tage de la pro­duc­tion des hor­mones sexuelles. 

En outre, lorsqu’aucun retard puber­taire n’est consta­té, l’aménorrhée pri­maire peut être asso­ciée à une mal­for­ma­tion congé­ni­tale de l’utérus, une mala­die héré­di­taire ou plus sim­ple­ment un pro­blème hor­mo­nal. Elle peut être dans de rares cas cau­sée par un défaut de per­fo­ra­tion de l’hymen ; ce qui empêche l’écoulement des règles. Une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale est géné­ra­le­ment requise pour cor­ri­ger ces problèmes.

Causes d’aménorrhées secondaires et spanioménorrhées fonctionnelles

Une amé­nor­rhée secon­daire peut être due à :

  • Une gros­sesse mécon­nue de la femme (il s’agit du pre­mier fac­teur de véri­fi­ca­tion, sur­tout parce que la patiente ne s’y attend pas du tout éven­tuel­le­ment à cause de l’utilisation de cer­tains contra­cep­tifs tels le sté­ri­let ou la pilule)
  • L’effet de contra­cep­tifs estro­pro­ges­ta­tifs qui inter­rompent les règles (l’arrêt de la contra­cep­tion cause géné­ra­le­ment une amé­nor­rhée tran­si­toire. Un trai­te­ment hor­mo­nal sera envi­sa­gé par le médecin).
  • Une méno­pause pré­coce (la méno­pause pou­vant inter­ve­nir dès l’âge de 40 ans, elle est aus­si une cause pos­sible des aménorrhées).
  • Une opé­ra­tion chi­rur­gi­cale sur l’utérus ou une IVG (Inter­rup­tion volon­taire de gros­sesse) : une consul­ta­tion médi­cale d’urgence sera salu­taire pour ces profils.
  • Un stress impor­tant et répé­té (les femmes sou­mises à des situa­tions de stress peuvent mani­fes­ter une amé­nor­rhée suite à l’arrêt de sécré­tion des hor­mones sexuelles
  • Un accou­che­ment et un allai­te­ment pro­lon­gé [en règle géné­rale, les règles réap­pa­raissent 4 à 8 semaines après l’accouchement ou à la fin de l’allaitement. Cepen­dant, un état dépres­sif peut retar­der cette régu­la­tion de l’organisme. La fatigue et l’utilisation d’antidépresseurs repré­sentent aus­si une cause sous-jacente],
  • Une hyper­pro­lac­ti­né­mie [sécré­tion exces­sive de pro­lac­tine par la glande hypo­phy­saire], etc.

Cas particulier des aménorrhées d’origine psychologique

L’arrêt des cycles mens­truels peut aus­si résul­ter de fac­teurs psy­cho­lo­giques. En réa­li­té, l’hypothalamus et l’hypophyse [dans le cer­veau] contrôlent la pro­duc­tion de FSH [fol­licle-sti­mu­la­ting hor­mone] et LH [Lutei­ni­zing hor­mone]. Ces hor­mones occupent une place pré­pon­dé­rante dans le cycle mens­truel de la femme en favo­ri­sant par leur pré­sence les méca­nismes de pro­duc­tion d’œstrogène et de pro­ges­té­rone. Tou­te­fois, les influences d’autres régions du cer­veau notam­ment celles des émo­tions peuvent per­tur­ber leur fonctionnement.

Ain­si, un choc psy­cho­lo­gique tel l’annonce d’un décès, le divorce, la perte bru­tale d’un emploi… peut pro­vo­quer un bou­le­ver­se­ment abou­tis­sant à l’aménorrhée. Dans ces cas, la consul­ta­tion médi­cale se révèle indis­pen­sable pour une prise en charge per­son­na­li­sée [psy­cho­thé­ra­pie, acu­punc­ture, etc.]. Évi­dem­ment, le méde­cin devra a prio­ri écar­ter les causes les plus pro­bables [gros­sesse mécon­nue, hyper­pro­lac­ti­né­mie, stress orga­nique, etc.]. 

Aménorrhées et spanioménorrhées fonctionnelles : Diagnostic

Amé­nor­rhées et spa­nio­mé­nor­rhées fonctionnelles

L’anamnèse des troubles des règles com­mence par des ren­sei­gne­ments basiques pour dis­tin­guer les amé­nor­rhées pri­maires de celles secon­daires, puis situer les ori­gines du dys­fonc­tion­ne­ment. Ain­si, le méde­cin devra cher­cher à savoir :

  • Si la patiente a déjà été réglée une fois, et si oui, l’âge qu’elle avait lors des pre­mières règles
  • La date des der­nières règles normales
  • La régu­la­ri­té des cycles
  • Si la patiente pré­sente une sen­si­bi­li­té mam­maire et des chan­ge­ments d’humeur cycliques
  • La durée et l’importance des règles
  • Si les mens­trua­tions s’accompagnent d’un incon­fort spé­ci­fique, signe d’anomalies structurelles

La revue des systèmes

Le méde­cin doit en outre recher­cher des symp­tômes asso­ciés aux causes des troubles. Il s’agit notam­ment de :

  • Fatigue, prise de poids, into­lé­rance au froid [signes d’une hypo­thy­roï­die]
  • Acné, voix plus grave, hir­su­tisme [asso­ciés à un excès d’androgènes]
  • Pal­pi­ta­tions, ner­vo­si­té, into­lé­rance à la cha­leur, trem­ble­ments [signes de l’hyper­thy­roï­die]
  • Cépha­lées, perte audi­tive, ano­ma­lies du champ visuel, galac­tor­rhée… [asso­ciés aux troubles hypo­phy­saires]
  • Bouf­fées de cha­leur, troubles du som­meil, séche­resse vagi­nale, dimi­nu­tion de la libi­do, frac­tures de fra­gi­li­té [signes d’une carence en œstro­gènes]
  • Pal­pi­ta­tions avec ano­ma­lies élec­tro­ly­tiques [ano­rexie men­tale], etc.

À noter que pour les patientes qui pré­sentent une amé­nor­rhée pri­maire, les signes de puber­té [crois­sance sta­tu­rale, pré­sence de pilo­si­té pubienne, déve­lop­pe­ment des seins…] consti­tuent les fac­teurs de véri­fi­ca­tions du méde­cin. L’objectif s’avère de déter­mi­ner si une ovu­la­tion a pu avoir lieu.

La recherche d’antécédents médicaux et familiaux

Il s’agira pour le méde­cin de véri­fier la pré­sence des fac­teurs de risques suivants :

  • Une chi­rur­gie de l’utérus
  • Une abla­tion de l’endomètre
  • Une ano­vu­la­tion fonc­tion­nelle hypo­tha­la­mique, etc. 

Pour les anté­cé­dents fami­liaux, la patiente sera ques­tion­née sur l’existence de retard de puber­té ou d’anomalies géné­tiques dans sa généa­lo­gie. On essaye­ra notam­ment d’écarter la pré­sence du syn­drome de l’X fra­gile [ano­ma­lie héré­di­taire du chro­mo­some X pou­vant induire divers troubles].

Examen clinique et interprétation

L’examen cli­nique com­mence par l’évaluation des carac­tères sexuels secon­daires de la patiente en uti­li­sant la méthode de Tan­ner. Ensuite, un exa­men pel­vien et vul­vaire est réa­li­sé pour déter­mi­ner la pré­sence d’anomalies géni­tales ana­to­miques [imper­fo­ra­tion de l’hymen, de l’aplasie vagi­nale, etc.]. Il ser­vi­ra aus­si à juger de la suf­fi­sance de l’imprégnation œstro­gé­nique. En effet, après la puber­té, une muqueuse vagi­nale pâle et fine ajou­tée à un pH > 6,0 indique une carence en œstro­gènes. Par contre, la pré­sence d’une glaire cer­vi­cale filante et exten­sible prouve une impré­gna­tion suf­fi­sante en œstro­gènes. Le méde­cin doit alors recher­cher une hyper­tro­phie de l’utérus, des ovaires et du clitoris.

L’examen géné­ral pen­che­ra sur le contrôle d’une pro­bable viri­li­sa­tion et d’une défé­mi­ni­sa­tion. La viri­li­sa­tion pro­vient de l’augmentation de pro­duc­tion d’androgènes par les glandes sur­ré­nales et les ovaires. Elle se mani­feste par un hir­su­tisme, une modi­fi­ca­tion de la voix, une cal­vi­tie tem­po­rale, une aug­men­ta­tion de la masse mus­cu­laire, etc.  La défé­mi­ni­sa­tion quant à elle désigne la dimi­nu­tion des carac­tères sexuels déjà déve­lop­pés à tra­vers notam­ment une atro­phie vagi­nale, une réduc­tion de la taille des seins…

Chez la femme en âge de pro­créer et pré­sen­tant des carac­tères sexuels secon­daires nor­maux, l’aménorrhée impose la réa­li­sa­tion d’un test de gros­sesse. Cette mesure est incon­tour­nable, quelle que soit l’anamnèse sexuelle et menstruelle.

Interprétations

Lorsque l’aménorrhée se pro­duit chez une ado­les­cente n’ayant jamais été réglée, mais pré­sen­tant des carac­tères sexuels nor­maux, une obs­truc­tion ana­to­mique congé­ni­tale de l’appareil géni­tal est déduite. Cette forme d’aménorrhée pri­maire s’accompagne d’une ovu­la­tion reflé­tant une fonc­tion hor­mo­nale nor­male. En pré­sence d’anomalies des carac­tères sexuels secon­daires, l’aménorrhée est anovulatoire.

Pour l’aménorrhée secon­daire, la symp­to­ma­to­lo­gie doit indi­quer une affec­tion spé­ci­fique après l’élimination, bien sûr de la pos­si­bi­li­té de gros­sesse. Dans ces cas, des tests com­plé­men­taires peuvent être indi­qués pour confir­mer la pré­sence de patho­lo­gies. Par exemple, les patientes qui pré­sentent des ano­ma­lies du champ visuel, des cépha­lées ou d’autres signes de dys­fonc­tion­ne­ment hypo­phy­saire doivent béné­fi­cier d’une IRM cérébrale.

Quelques tests complémentaires

Lorsque l’examen cli­nique évoque une mala­die chro­nique, le bon fonc­tion­ne­ment du foie et des reins doit être tes­té. En outre, si la patiente pré­sente une amé­nor­rhée secon­daire sans viri­li­sa­tion avec un taux nor­mal de pro­lac­tine, de FSH, ain­si qu’une fonc­tion thy­roï­dienne nor­male, un test par pro­ges­té­rone sera indiqué.

On admi­nistre à la patiente 5 à 10 mg de médroxy­pro­ges­té­rone par voie orale chaque jour pen­dant 7 à 10 jours. Si une hémor­ra­gie sur­vient, on écarte une ori­gine de reflux obs­truc­tif ou de lésion endo­mé­triale. La cause sera soit une insuf­fi­sance ova­rienne, soit un excès œstro­gé­nique ou encore un dys­fonc­tion­ne­ment hypothalamo-hypophysaire.

Lorsqu’il n’y a pas de sai­gne­ment, le diag­nos­tic pen­che­ra pour une obs­truc­tion du conduit d’évacuation ou une lésion de l’endomètre. Le test peut être repris maintes fois pour en confir­mer les résultats.

Aménorrhées et spanioménorrhées fonctionnelles : Traitement

Amé­nor­rhées et spa­nio­mé­nor­rhées fonctionnelles

Le trai­te­ment de ces troubles dépend de la cause iden­ti­fiée. Ain­si, com­men­çant par les ano­ma­lies d’obstruction du conduit d’évacuation, elles sont répa­rées chi­rur­gi­ca­le­ment. Une ova­riec­to­mie bila­té­rale est recom­man­dée en la pré­sence d’un chro­mo­some Y. L’intervention sup­pri­me­ra le risque d’évolution vers un can­cer ovarien.

Pour le reste des patho­lo­gies sous-jacentes, il s’agira de trai­ter les symp­tômes et les effets à long terme au cas par cas. Il va sans dire que l’aménorrhée qui indique une gros­sesse n’a rien d’anormal. Il s’agira donc pour la patiente de prendre conscience de son état, puis de déci­der de la marche à suivre. Si la gros­sesse est dési­rée, la mise en place du sui­vi médi­cal appro­prié s’impose.

 

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...