HomeNon classéMALNUTRITION DU SUJET AGE

MALNUTRITION DU SUJET AGE

Publié le

spot_img

La mal­nu­tri­tion pro­téi­no-éner­gé­tique est un pro­blème majeur de san­té publique en géria­trie : elle concerne 5 à 10 % des per­sonnes agées ambu­la­toires , 50 % des sujets agés hos­pi­ta­li­sés et jus­qu’à 70 à 80 % des per­sonnes ins­ti­tu­tion­na­li­sées (Com­mu­ni­ca­tion du Dr Y. Mar­tin IVème jour­née scien­ti­fique du Labo­ra­toire Mar­cel-Mérieux, lyon, février 2004)

Cette mal­nu­tri­tion reten­tit sur diverses fonc­tions, notam­ment sur l’im­mu­ni­té humo­rale et cel­lu­laire. Elle entraine une entrée dans la fra­gi­li­té glo­bale avec perte d’au­to­no­mie. Elle est éga­le­ment asso­ciée à une aug­men­ta­tion de la morbi-mortalité.

Les prin­ci­pales défi­ciences des sujets âgés fragilisés
http://www.candia.fr/senior.htm
  • Le cal­cium
    Sui­vant les enquêtes, de 15 à 75 % des per­sonnes âgées consomment entre 600 et 800 mg de cal­cium par jour, et de 5 à 30 % en consomment moins de 500 mg par jour alors qu’elles auraient besoin de 1200 mg. A cette insuf­fi­sance d’ap­port s’a­joute le manque de vita­mine D lié à l’in­suf­fi­sance d’ex­po­si­tion au soleil. Cette situa­tion est rela­ti­ve­ment inquié­tante car elle ne fait qu’ag­gra­ver le contexte de démi­né­ra­li­sa­tion osseuse lié à l’os­téo­po­rose et aug­men­ter consi­dé­ra­ble­ment le risque de fractures.
  • Le magné­sium
    Le manque de magné­sium est rare chez les per­sonnes âgées en bon état de san­té et vivant à domi­cile : leur apport est proche des recom­man­da­tions (entre 330 et 420 mg par jour). Par contre, en cas de mala­die ou d’a­no­rexie, en ins­ti­tu­tion, il devient fréquent.
  • Le fer
    La carence mar­tiale est fré­quente chez les per­sonnes âgées, en ins­ti­tu­tion (25 % des patients hos­pi­ta­li­sés). Elle est liée à une forte baisse de la consom­ma­tion de viande due à une ten­dance au dégoût pro­gres­sif de ce type d’a­li­ments et à des dif­fi­cul­tés masticatoires.
  • Les vita­mines
    Les vita­mines les plus concer­nées par les situa­tions de défi­ciences (les carences sont rares) sont les vita­mines A, D, E, B1, B6, B9 et C.
    Pour des rai­sons d’a­li­men­ta­tion ou de méta­bo­lisme per­tur­bé (en par­ti­cu­lier, une baisse du niveau d’ab­sorp­tion intes­ti­nale), de 20 à 70 % des per­sonnes âgées fra­gi­li­sées ont des apports insuf­fi­sants en vitamines.
    Tou­te­fois, cela ne se tra­duit pas sys­té­ma­ti­que­ment par des signes de carence, car les apports recom­man­dés sont sur­éva­lués pour cou­vrir les besoins de tous. Néan­moins, ces défi­ciences ne font que fra­gi­li­ser davan­tage l’or­ga­nisme des per­sonnes âgées. À tout cela s’a­joute l’ha­bi­tude trop répan­due de pres­crire des régimes trop sévères aux per­sonnes âgées, qui ne font que ren­for­cer le risque de mal­nu­tri­tion. Le pra­ti­cien doit savoir com­po­ser avec ces contraintes.
  • Le cho­les­té­rol chez la per­sonne agée
  • L’eau
    Le risque de déshy­dra­ta­tion chez les per­sonnes âgées est très redou­té par les gériatres, car ses consé­quences sont redou­tables et sa fré­quence éle­vée en rai­son des faibles apports (signal de la soif émous­sé). Il est donc néces­saire de sai­sir toutes les occa­sions de faire boire : le lait en est une bonne illus­tra­tion mais est par­fois mal toléré..

Les besoins de la per­sonne âgée sont iden­tiques à celui de l’adulte
www.nutrisenior.org
« BUFFET.Didier »<nutrisenior@wanadoo.fr>
</nutrisenior@wanadoo.fr>
 
  • Calo­ries :
    Un homme : 1 800 – 2 200 kcal
    Une femme : 1 500 – 1 900 kcal
  • Pro­téines :
    1 gramme par kilo de poids habi­tuel par jour

    Pour une ali­men­ta­tion équi­li­brée une per­sonne âgée (comme une per­sonne adulte) a besoin :
    —- de 15% de l’AET en protéines
    —- de 30% de l’AET en lipides
    —- de 55% de l’AET en glucides

En résu­mé.…

Il suf­fit tout sim­ple­ment de rap­pe­ler quelques idées essen­tielles : man­ger de tout ; au moins trois vrais repas par jour ; ni trop, ni trop peu ; se faire plaisir.
On peut éga­le­ment rap­pe­ler quelques règles simples :
1/. des pro­duits lai­tiers à chaque repas
2/. de la viande, du pois­son, des oeufs au moins une fois par jour
3/. des cru­di­tés (légumes ou fruits) si pos­sible à chaque repas
4/. un plat de pommes de terre, de pâtes ou de riz ou de légumes secs au moins une fois par jour. du pain à chaque repas 5/. de l’eau à volonté

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....