HomeSantéSplénomégalie: Causes, Symptômes et Traitements

Splénomégalie : Causes, Symptômes et Traitements

Publié le

spot_img

Comme tout organe de l’organisme, la rate assure diverses fonc­tions, qui par­ti­cipent au bien-être de l’homme. Cepen­dant, il arrive qu’elle soit sujette à de nom­breuses patho­lo­gies, notam­ment la splé­no­mé­ga­lie. Cette der­nière peut s’attaquer aux hommes comme aux femmes. Jusqu’à preuve du contraire, elle reste l’affection qui touche le plus la rate. Une diver­si­té de causes peut expli­quer l’origine de la splé­no­mé­ga­lie. Aus­si, lorsque celle-ci n’est pas trai­tée cor­rec­te­ment et à temps, elle peut occa­sion­ner de mul­tiples com­pli­ca­tions. Qu’appelle-t-on splé­no­mé­ga­lie ? Quelles sont les causes qui expliquent la sur­ve­nue de cette affec­tion de la rate et com­ment la prendre en charge ?

Définition de la splénomégalie

On parle de splé­no­mé­ga­lie, lorsqu’un indi­vi­du a une rate plus grande que la nor­male. En d’autres termes, elle cor­res­pond à un gros­sis­se­ment anor­mal du volume de la rate. Les dimen­sions d’une rate nor­male sont les suivantes :

  • Une hau­teur infé­rieure à 13 centimètres ;
  • Un poids en des­sous de 250 grammes ;
  • Une lon­gueur anté­ro-pos­té­rieure infé­rieure à 12 centimètres ;
  • Un dia­mètre trans­ver­sal en des­sous de 8 centimètres.

Au-delà de ces chiffres, on peut par­ler d’une aug­men­ta­tion du volume de la rate et donc de splé­no­mé­ga­lie.

Par­lant de la rate, elle se situe sous le dia­phragme, plus pré­ci­sé­ment, dans la zone supé­rieure gauche de l’abdomen (par­tie infé­rieure du tronc). Elle assure de nom­breuses fonc­tions, notam­ment la pro­duc­tion d’anticorps et la fil­tra­tion san­guine. Par ailleurs, pour ceux qui l’ignorent, c’est au niveau de la rate que sont pro­duits les leu­co­cytes, qui repré­sentent les cel­lules de l’immunité. Une aug­men­ta­tion du volume de cet organe, entraî­ne­rait ain­si un dys­fonc­tion­ne­ment de ses fonc­tions, les­quelles sont essen­tielles à la san­té de l’homme.

Causes de la splénomégalie

Plu­sieurs patho­lo­gies peuvent expli­quer l’origine d’une splé­no­mé­ga­lie. Habi­tuel­le­ment, elles ont un lien avec une fonc­tion assu­rée par la rate. Ces mala­dies sont regrou­pées en des caté­go­ries. Ain­si, on distingue :

  • Les patho­lo­gies infectieuses ;
  • Les patho­lo­gies hépatiques ;
  • Les patho­lo­gies hématologiques.

Ces dif­fé­rentes caté­go­ries de mala­dies sont donc sus­cep­tibles de pro­vo­quer une aug­men­ta­tion du volume de la rate. 

Les pathologies hématologiques

Elles dési­gnent les affec­tions du sang. Les patho­lo­gies héma­to­lo­giques repré­sentent les prin­ci­pales causes d’amplification du volume de la rate (splé­no­mé­ga­lie).  Plus de 60% des cas de cette affec­tion sont en lien avec les mala­dies du sang. Par­mi ces der­nières, celle que l’on retrouve le plus est le lym­phome. En effet, ce der­nier se tra­duit par un agran­dis­se­ment de la taille de la rate. Dans ce cas, c’est la fonc­tion héma­to­poïé­tique (rela­tive à la pro­duc­tion de cel­lules san­guines) de la rate qui “prend un coup”.

Les pathologies hépatiques

Elles regroupent l’ensemble des mala­dies s’attaquant au foie. Une throm­bose de la veine por­tale ou encore une cir­rhose du foie, peut donc entraî­ner une splé­no­mé­ga­lie. Notons que de toutes les mala­dies hépa­tiques, la cir­rhose de foie est la plus cou­rante cause d’augmentation du volume de la rate.

Les pathologies infectieuses

C’est l’ensemble des affec­tions engen­drées par un agent patho­gène, notam­ment une bac­té­rie, un para­site ou un virus. Ain­si, la tuber­cu­lose, l’hépatite virale, la leish­ma­niose vis­cé­rale, la typhoïde, la mono­nu­cléose infec­tieuse, la mala­die d’Osler, le VIH et les sep­ti­cé­mies peuvent occa­sion­ner un gros­sis­se­ment de la rate. Toutes ces affec­tions ont un lien avec la fonc­tion macro­pha­gique (rela­tive à la nécrose des cel­lules san­guines anor­males) de la rate.

L’apparition d’une splé­no­mé­ga­lie ne se limite pas qu’à ces dif­fé­rentes caté­go­ries de mala­dies. Autre­ment dit, d’autres causes comme les kystes, la mala­die de Gau­cher, les trau­ma­tismes, les héman­giomes et cer­taines mala­dies inflam­ma­toires, peuvent expli­quer la sur­ve­nue d’un agran­dis­se­ment du volume de la rate. De plus, cer­tains fac­teurs de risque, en par­ti­cu­lier l’alcoolisme et l’hypertension por­tale, sont à prendre en considération.

Par ailleurs, il arrive par­fois que la cause exacte de cette mala­die de la rate ne soit pas déter­mi­née. Cela arrive le plus sou­vent dans les zones tro­pi­cales du monde, où sévissent les patho­lo­gies para­si­taires et infec­tieuses, les­quelles peuvent être en cause.

Symptômes de la splénomégalie

Dans cer­tains cas, cette mala­die de la rate sur­vient sans symp­tômes : on dit qu’elle est asymp­to­ma­tique. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il n’existe pas de signes pré­cur­seurs, qui per­mettent de l’identifier. En effet, durant les séances de consul­ta­tion, les patients se plaignent de temps en temps de sen­sa­tion de pesan­teur et de dou­leurs au niveau de l’abdomen.

Une impor­tante aug­men­ta­tion du volume de la rate déclenche la réten­tion d’un nombre plé­tho­rique de cel­lules et de pla­quettes san­guines. C’est ce qui explique d’ailleurs la faible concen­tra­tion san­guine de ces der­nières.  Ce sto­ckage en excès peut bou­cher la rate et gêner son bon fonc­tion­ne­ment. Par consé­quent, un risque d’infection, une ané­mie et une hémor­ra­gie, peuvent accom­pa­gner les symp­tômes décrits par les patients. Le risque d’infection est lié à la chute du taux de leu­co­cytes. La sur­ve­nue de l’anémie est en lien avec le déclin du taux d’hématies se trou­vant dans le sang. Quant à l’hémorragie, elle résulte de la réduc­tion des pla­quettes.

Par ailleurs, lorsque l’hypertrophie de la rate est trop impor­tante, elle pour­rait mettre en jeu le pro­nos­tic vital du patient.

Complications de la splénomégalie

Une prise en charge tar­dive ou bâclée de cette affec­tion peut expo­ser le patient à de sévères com­pli­ca­tions, telles qu’un infarc­tus splé­nique ou une rup­ture de la rate.

Infarctus splénique

Cette com­pli­ca­tion de la splé­no­mé­ga­lie se tra­duit par une fièvre, des dou­leurs du flanc et une des­truc­tion des cel­lules de la rate. Cette der­nière est rela­tive à l’obstruction de la cir­cu­la­tion sanguine.

Rupture de la rate

C’est sans doute la com­pli­ca­tion majeure de la splé­no­mé­ga­lie. Elle est à l’origine d’une impor­tante hémor­ra­gie interne. Pour faire face à une telle com­pli­ca­tion, les méde­cins pro­cèdent géné­ra­le­ment à une abla­tion en urgence de la rate : on parle de splé­nec­to­mie. Cette der­nière est néces­saire pour main­te­nir le patient en vie. Tou­te­fois, mal­gré la réa­li­sa­tion de cette inter­ven­tion, le patient est tou­jours expo­sé à des sep­ti­cé­mies (infec­tions du sang), car l’absence de la rate amoin­drit les fonc­tions immunitaires.

Diagnostic de la splénomégalie

Le diag­nos­tic de cette mala­die est tout d’abord cli­nique. En effet, une simple pal­pa­tion peut aider le méde­cin à confir­mer le diag­nos­tic de la splé­no­mé­ga­lie. Durant la séance de consul­ta­tion, le patient se posi­tionne en décu­bi­tus dor­sal (allon­ge­ment sur le dos où la tête, le cou et le tronc sont ali­gnés) autre­ment dit, hori­zon­ta­le­ment. Si celui-ci est obèse, une per­cus­sion de la base gauche pour­rait être déterminante.

En outre, le méde­cin peut réa­li­ser des exa­mens bio­lo­giques, notam­ment une numé­ra­tion des cel­lules san­guines. Aus­si, la pré­sence de la molé­cule CRP peut orien­ter le diag­nos­tic de la splé­no­mé­ga­lie. Cepen­dant, le méde­cin peut se pas­ser de la confir­ma­tion par ima­ge­rie. Néan­moins, elle peut être uti­li­sée pour :

  • Effec­tuer une mesure tridimensionnelle ;
  • Déter­mi­ner le volume splénique ;
  • Four­nir les infor­ma­tions essen­tielles sur la struc­ture de la rate.

Le méde­cin peut donc exé­cu­ter une écho­gra­phie abdo­mi­nale, pour iden­ti­fier avec exac­ti­tude le volume splé­nique de la masse pal­pée, ain­si que les dif­fé­rents troubles asso­ciés. Un scan­ner peut être aus­si réa­li­sé pour une meilleure obser­va­tion de la struc­ture de la rate. Contrai­re­ment à l’é­cho­gra­phie abdo­mi­nale, le scan­ner n’est pas si effi­cace pour appré­cier la taille de la rate. D’autres exa­mens comme une biop­sie des gan­glions ou la recherche d’anticorps sont envisageables.

Traitement de la splénomégalie

La prise en charge de cette mala­die repose en par­tie sur le trai­te­ment de la cause sous-jacente. S’il s’agit d’une mala­die infec­tieuse, la pres­crip­tion d’antibiotiques per­met­trait de détruire l’agent patho­gène en cause. Lorsqu’une mala­die du foie est à l’origine de l’augmentation anor­male du volume de la rate, le méde­cin peut pro­cé­der à une greffe ou pres­crire cer­tains médi­ca­ments au patient. La consom­ma­tion d’alcool est cepen­dant à éviter.

Une abla­tion de la rate est aus­si envi­sa­geable. Cepen­dant, pour trai­ter les effets secon­daires asso­ciés à celle-ci (en par­ti­cu­lier la fièvre), le méde­cin doit pres­crire au patient une cépha­lo­spo­rine. Il s’agit d’un anti­bio­tique de la troi­sième génération.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...