HomeSantéErythème noueux : causes, symptômes et traitements

Erythème noueux : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

Hypo­der­mite nodu­laire, l’érythème noueux se tra­duit géné­ra­le­ment par l’apparition de nodules pro­fonds et dou­lou­reux. Cette mala­die est sur­tout loca­li­sée au niveau des jambes. Elle sur­vient le plus sou­vent chez les femmes ayant entre 25 et 40 ans. Quels sont les causes et symp­tômes de l’érythème noueux ? Quels trai­te­ments uti­li­ser pour éra­di­quer cette pathologie ?

Erythème noueux : qu’est-ce que c’est ?

L’érythème noueux se défi­nit comme une mani­fes­ta­tion der­ma­to­lo­gique des cel­lules grais­seuses de la peau qui se trans­forment en petites boules (nodules). Ces nodules sont géné­ra­le­ment dou­lou­reux, rouges et chauds. Des ana­lyses ont per­mis de démon­trer que l’érythème noueux appa­raît au niveau des membres infé­rieurs. Pour être plus pré­cis, les zones les plus atta­quées sont les pieds et les jambes.

On com­prend donc qu’il s’agit d’une inflam­ma­tion des tis­sus grais­seux sous cuta­née. C’est une mala­die de peau très ancienne dont l’évolution est sur 3 à 6 semaines envi­ron. Cela dit, tout au long de son évo­lu­tion, elle ne laisse aucune séquelle der­ma­to­lo­gique. Aus­si faut-il noter que cette affec­tion est par­fois confon­due à la pan­ni­cu­lite ? en rai­son du fait que leurs symp­tômes sont similaires.

Par ailleurs, sou­li­gnons que l’érythème noueux s’attaque majo­ri­tai­re­ment aux femmes entre la ving­taine et la qua­ran­taine. Mais, cela n’est pas exclu­sif car, on ren­contre éga­le­ment quelques cas chez les hommes, les enfants ain­si que les per­sonnes âgées de plus de 60 ans. Il convient donc de faire atten­tion car, tout le monde peut être atteint de cette maladie.

Quelles sont les causes de l’érythème noueux ?

Plu­sieurs rai­sons jus­ti­fient l’apparition de l’érythème noueux chez cer­taines per­sonnes. Notamment :

Les infec­tions à streptocoque 

Les infec­tions à strep­to­coque sont liées à l’une des nom­breuses espèces de Strep­to­coc­cus. Il s’agit en fait de la cause la plus fré­quente de l’érythème noueux. Elle est très remar­quée chez les enfants qui sont atteints de la mala­die. A titre jus­ti­fi­ca­tif, 10 à 60 % des cas pro­viennent de ces infections.

La sar­coï­dose

C’est une mala­die inflam­ma­toire sys­té­mique qui peut engen­drer une atteinte des pou­mons ou des gan­glions. La sar­coï­dose peut se révé­ler par une dermo-hypodermite.

Cer­tains médi­ca­ments inducteurs

Les médi­ca­ments induc­teurs contiennent des sub­stances qui peuvent cau­ser des dom­mages à l’organisme. Ain­si, ces pro­duits peuvent être à la base de la sur­ve­nue d’un éry­thème noueux. Il faut donc faire atten­tion à la manière d’ingérer ces médi­ca­ments sur­tout les oes­tro­pro­ges­ta­tifs. Cette pré­cau­tion concerne par­ti­cu­liè­re­ment les femmes entre 20 ans et 40 ans, car la majo­ri­té prend la pilule.

Une mala­die inflam­ma­toire chro­nique de l’intestin ou MICI

L’érythème noueux peut être la mani­fes­ta­tion ini­tiale d’une mala­die inflam­ma­toire chro­nique de l’intestin. Il peut aus­si appa­raître chez les patients qui ont souf­fert une fois de cette maladie.

Cer­taines infec­tions dues à des bac­té­ries ou des virus

Les infec­tions pro­vo­quées par des virus ou des bac­té­ries sont éga­le­ment une cause de l’érythème noueux. La plus fré­quente est la yer­si­niose qui est une infec­tion diges­tive pro­vo­quée par le germe yersinia.

Voi­là autant de causes de l’érythème noueux. Par ailleurs, la gros­sesse et plu­sieurs types de can­cer peuvent aus­si engen­drer cette pathologie.

De plus, dans envi­ron 35 % de cas, la cause peut être incon­nue. En réa­li­té, il peut arri­ver que pen­dant le pre­mier épi­sode, on ne trouve pas la cause réelle de la mala­die. C’est alors en cas de réci­dive que le méde­cin pour­ra détec­ter avec pré­ci­sion les symp­tômes de la maladie.

Quels sont les symptômes de l’érythème noueux ?

Habi­tuel­le­ment, l’érythème noueux débute par des épi­sodes de fièvre (autour de 38 °C.). Ensuite, deux ou trois jours après, on constate des nouures qui appa­raissent au niveau des jambes. Celles-ci sont accom­pa­gnées des signes d’une inflam­ma­tion. Ain­si, on peut évoquer :

  • La rou­geur de la peau en surface ;
  • La pré­sence d’une cha­leur au toucher ;
  • L’apparition de nodules douloureux ;
  • La dou­leur au niveau des arti­cu­la­tions des genoux et des chevilles ;
  • L’apparition d’un œdème au niveau des chevilles.

Les nodules dis­pa­rai­tront pro­gres­si­ve­ment et pren­dront une cou­leur bleu-vio­let puis jaune-vert. C’est éga­le­ment une carac­té­ris­tique très par­ti­cu­lière de l’érythème noueux.

L’érythème noueux peut dis­pa­raître de manière spon­ta­née après 15 à 21 jours, sans consé­quence. Tou­te­fois, il est consta­té dans cer­tains cas qu’il peut per­sis­ter plus long­temps et pro­vo­quer d’autres pous­sées d’érythème noueux.

Erythème noueux : comment se fait le diagnostic ?

Comme toutes les autres mala­dies, le diag­nos­tic de l’érythème noueux se fait sur la base d’un inter­ro­ga­toire auquel sera sou­mis le patient. En effet, le méde­cin se char­ge­ra de poser cer­taines ques­tions au sujet afin de rele­ver cer­taines infor­ma­tions néces­saires à son analyse.

Ensuite, les réponses per­met­tront de lui faire pas­ser un exa­men cli­nique. Le carac­tère dou­lou­reux de l’érythème peut orien­ter l’examen à uti­li­ser, sur­tout lorsque son évo­lu­tion est avancée.

Enfin, le méde­cin peut pré­le­ver un échan­tillon de la peau pour l’examiner au micro­scope (biop­sie cuta­née). Cela per­met de confir­mer le diag­nos­tic afin de pro­po­ser un trai­te­ment contre la maladie.

Comment traiter l’érythème noueux ?

Pour trai­ter l’érythème noueux, il est recom­man­dé de prendre des anti-inflam­ma­toires non sté­roï­diens (AINS) tels que l’ibuprofène. C’est un médi­ca­ment répu­té pour soi­gner les dou­leurs. De plus, il faut beau­coup se repo­ser pen­dant la période de la mala­die. Un repos de 2 à 3 semaines est indiqué.

A noter que le patient doit gar­der le plus long­temps pos­sible les jambes allon­gées. Cela per­met d’accélérer l’évolution des lésions cuta­nées et de sou­la­ger les dou­leurs. Il n’est donc pas néces­saire d’hospitaliser le malade. Ces cas res­tent rares d’ailleurs.

Par­fois, les cor­ti­coïdes peuvent être uti­li­sés pour soi­gner l’érythème noueux. On peut les uti­li­ser par appli­ca­tion sur la peau ou par injec­tion. Il peut même arri­ver que le patient n’ait pas besoin de trai­te­ment pour soi­gner la mala­die. Dans ce cas, la gué­ri­son peut prendre plus de temps.

De façon géné­rale, l’érythème noueux est une patho­lo­gie inflam­ma­toire de la peau qui n’épargne per­sonne. Ceci, même si elle attaque fré­quem­ment les femmes. De ce fait, il fau­dra prendre les dis­po­si­tions pour évi­ter cette mala­die. L’idéal est de sur­veiller votre ali­men­ta­tion et de prendre soin de votre peau.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...