HomeNon classéMALADIES ALLERGIQUES

MALADIES ALLERGIQUES

Publié le

spot_img

Géné­ra­li­tés – Clas­si­fi­ca­tion – Epidémiologie

Les aller­gies sont en aug­men­ta­tion ; leur fré­quence a dou­blé au cours des 20 der­nières années et atteignent entre 10 à 20% de la popu­la­tion des pays indus­tria­li­sés et diverses hypo­thèses ont été faites pour expli­quer ce phé­no­mène. La simple recon­nais­sance que cette aug­men­ta­tion épargne les pays en « voie de déve­lop­pe­ment » implique à l’é­vi­dence notre mode de vie.

EPIDEMIOLOGIE

Divers fac­teurs ont été retenu :

  • La dimi­nu­tion des infec­tions bac­té­riennes et virales chez le nour­ris­son et l’en­fant (vac­ci­na­tion, hygiène) qui dimi­nuent la pro­duc­tion d’im­mu­no­glo­bu­lines capables d’ar­ré­ter les anti­gènes de l’environnement.
  • Une hygiène cuta­née trop agres­sives (lavages trops fré­quents, déter­gents, lin­gettes, ..) qui fra­gi­lise la bar­rière cuta­née et per­met la péné­tra­tion d’antigènes
  • La diver­si­fi­ca­tion trop pré­coce de l’a­li­men­ta­tion chez le nourrisson
  • La consom­ma­tion de pro­duits – en par­ti­cu­lier des fruits – d’o­ri­gine exo­tique (Kiwi, let­chi, mangue, etc..)
  • L’ha­bi­tat urbain avec des appar­te­ments trop chauf­fés, trop iso­lés, peu aérés et la mode des tapis, moquettes, ten­tures, etc… qui favo­risent le déve­lop­pe­ment des aca­riens, pous­sières, blattes,…
  • La pol­lu­tion indus­trielle, auto­mo­bile et sur­tout pri­vée (taba­gisme, Les COV Com­po­sants orga­niques Vola­tils) sont des fac­teurs aggra­vants des phé­no­mènes aller­giques. Les études épi­dé­mio­lo­giques montrent par exemple que l’Al­le­magne de l’Est trés pol­luée a beau­coup moins d’al­ler­gique que l’Al­le­magne de l’Ouest moins polluées.
  • L’aug­men­ta­tion des ter­rains en jachères ou pul­lulent les herbes natu­relles comme l’ar­moise et l’ambroisie
  • Le stress joue pro­ba­ble­ment un rôle actuel­le­ment sous-évalué

CLASSIFICATION

Les réac­tions d’hy­per­sen­si­bi­li­té peuvent être clas­si­fiés en 4 grands types (selon Gell et Coombs)

  • Type I. Il met en jeux des IgE spé­ci­fiques. Il est mis en jeux dans la crise d’asthme, la rhi­nite et conjonc­ti­vite aller­gique, le choc ana­phy­lac­tique sur­ve­nant avec les médi­ca­ments (curare, anti­bio­tiques), les venins hymé­no­ptères et cer­tains ali­ments comme l’arachide
  • Type II. Il met en jeux des IgG spé­ci­fiques capables d’ac­ti­ver le com­plé­ment et abou­tir à une cyto­toxi­ci­té comme les cyto­pé­nies médicamenteuses.
  • Type III. Il met en jeux des com­plexes immuns cir­cu­lants formes par l’as­so­cia­tion d” IgG ou IgE spé­ci­fiques avec l’al­ler­gène. Ces com­plexes pré­ci­pitent dans les vais­seaux et entrai­ner une vas­cu­la­rite (pneu­mo­pa­thies et nephro­pa­thies immu­no-aller­giques, mala­die sérique )
  • Type IV. Il implique des lym­pho­cytes T spé­ci­fiques qui en pré­sence de l’al­ler­gène entraine la pro­duc­tion de cyto­kines inflam­ma­toires (LT CD4+) ou à l’ac­ti­va­tion d’une cyto­toxi­ci­té (LT CD8+) (Eczé­mas de contact et der­mite atopique)

Il faut tou­te­fois noter que ces divers types peuvent être asso­ciés dans une acci­dent allergique.

ATOPIE et NON ATOPIE

Il est éga­le­ment impor­tant de dif­fé­ren­cier l’a­to­pie c’est à dire une pré­dis­po­si­tion géné­tique (famil­liale) des aller­gies pure­ment aquises.

LES MALADIES ATOPIQUES
Elles com­prennent l’asthme aller­gique, la rhi­nite et la conjonc­ti­vite aller­gique, la der­mite ato­pique, cer­tains urti­caires et cer­taines aller­gies ali­men­taires. Un patient peut pré­sen­ter plu­sieurs symp­tômes aller­giques (eczé­ma et asthme sont sou­vent associés).
Les patients ato­piques déve­loppent des IgE spé­ci­fiques et des T lym­pho­cytes spé­ci­fiques contre des pneu­mal­ler­gènes et/ou des trophallergènes.
La mala­die ato­pique débute sou­vent chez le nour­ris­son par un eczé­ma du visage (vers 3 mois) qui va gué­rir vers 4 à 8 ans pour lais­ser place à de l’asthme pen­dant l’en­fance puis à une rhi­nite aller­gique à l’âge adulte.
En Europe on estime que 10% des nour­ris­sons sont atteints de der­mites ato­piques dont 2% de forme sevère.

LES MALADIES ALLERGIQUES NON ATOPIQUES
Elles sont dues à une immu­ni­sa­tion vis à vis essen­tiel­le­ment de pro­duits chi­miques appli­qués sur la peau (eczé­ma de contact), inha­lés ou ingé­rés. Ces pro­duits chi­miques sont trés divers (métaux, colo­rants, déter­gents, résines, conser­va­teurs, médi­ca­ments, exci­pients, etc…).
Ils induisent la créa­tion d’an­ti­corps et de lym­pho­cytes T spécifiques.
L’ec­zé­ma de contact est la pre­mière mala­die pro­fes­sion­nelle des maçons (ciment), coif­feurs mais atteints éga­le­ment le grand public.

Derniers articles

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

HOMOCYSTEINE : facteur de risque cardio-vasculaire

L’homocystéine a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis sa découverte en 1932. Ses propriétés...

Pour aller plus loin

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...