HomeNon classéLES TREMBLEMENTS

LES TREMBLEMENTS

Publié le

spot_img

0ctobre 1997 – DrMi­chel Borg – Hôpi­tal Pas­teur Nice

Le trem­ble­ment est géné­ra­le­ment la consé­quence de bouf­fées d’ac­ti­vi­té mus­cu­laire agoniste-antagoniste.
La cli­nique per­met sou­vent d’o­rien­ter le diag­nos­tic et l’EMG est par­fois nécessaire
  • Le trem­ble­ment phy­sio­lo­gique ou essentiel
  • Le trem­ble­ment de repos
  • Le trem­ble­ment d’attitude
  • Le trem­ble­ment cérébelleux
  • Le trem­ble­ment psychogène
  • Autres

TREMBLEMENT PHYSIOLOGIQUE OU ESSENTIEL
Banal, presque phy­sio­lo­gique bras ten­dus, de faible ampli­tude et d’une fré­quence de 10 à 12 Hz, il appa­rait dans diverses circonstances :
—- Anxié­té, stress, fatigue, exci­ta­tion, effort,.…
—- Hyper­thry­roï­die, fièvre
—- Iatro­gènes : anti­dé­pres­seur, neu­ro­lep­tiques, cor­ti­coïdes, agon­sites dopaminergiques,…
—- Toxiques : alcool, amphé­ta­mines, tous les sevrages
—- Ali­ments : café, thé, glutamate…
Le trai­te­ment est géné­ra­le­ment inutile mais peut faire appel aux BZP et bêtabloquants

TREMBLEMENT DE REPOS
Il est domi­né par la mala­die de Par­kin­son

TREMBLEMENT D’ATTITUDE
Il est géné­ra­le­ment essen­tiel. de fré­quence assez rapide (5 à 12 Hz).
C’est affec­tion rela­ti­vemnt fré­quente, spo­ra­dique ou fami­liale. Elle débute assez sou­vent durant l’a­do­les­cence mais peut débu­ter à tous les âges.
Il est absent au repos mais peut inter­fé­rer avec des acti­vi­tés banales (écri­ture ).
Il est aggra­vé par le stress , l’é­mo­tion, l’an­xié­té mais est peu modi­fié par l’ef­fort mental.
Il est géné­ra­le­ment bila­té­ral et peut tou­cher la tête ( affir­ma­tion, néga­tion ), les lèvres, la mâchoire, la langue. Il est fré­quem­ment dimi­nué par l’alcool
Il est impor­tant de le dif­fé­ren­cier du trem­ble­ment par­kin­so­nien en notant tou­te­fois que les deux peuvent être associés.

Le trai­te­ment du trem­ble­ment essen­tiel fait appel
—- Bêta­blo­quants, en par­ti­cu­lier le propanolol
—- Des sub­stantes conte­nant des bar­bi­tu­riques comme Myso­line ® , Atrium ®
—- Des Bzp en par­ti­cu­lier le clo­na­ze­pam (RIVOTRIL ®)
—- Neu­ro­chi­rur­gie exceptionnelle.

TREMBLEMENT CEREBELLEUX
Deux types de trem­ble­ments sont possibles :

  • Le trem­ble­ment céré­bel­leux d’ac­tion. Il est pré­sent au niveau de la racine des membres, en par­ti­cu­lier le M.sup. Fré­quence lente 3 à 6 Hz) Il accom­pagne le mou­ve­ment dés son début et son ampli­tude croît au fur et à mesure que le membre s’ap­proche de sa cible.
  • Le trem­ble­ment céré­bel­leux pos­tu­ral. Il appa­rait au niveau des membres lors­qu’ils main­te­nus immo­biles (3 à 6 Hz) mais inté­resse par­fois l’axe du corps ( oscil­la­tions ryth­miques du tronc et de la tête
    Le trai­te­ment est déce­vant. Le clo­na­ze­pam est fré­quem­ment utilisé.

 

  • LE TREMBLEMENT PSYCHOGENE
    Non rare, il sur­vient dans un contexte émo­tion­nel et est géné­ra­le­ment asso­cié à un cor­tège de signes fonc­tion­nels et de plaintes somatiques
    Sa varia­bi­li­té sui­vant les cir­cons­tances per­met géné­ra­le­ment d’af­fir­mer le diagnostic.
    Le trai­te­ment peut être diffcile

    LES AUTRES TREMBLEMENTS

  • Le trem­ble­ment ortho­sta­tique pri­mi­tif des membres infé­rieurs. Rapide Autour de 16 Hz), irré­gu­lier des jambes et du tronc, il appa­rait dés que le patient est levé. Il s’ac­croit et s’é­tend pro­gres­si­ve­ment. Le patient ne peut pas res­ter débout plus de qques minutes mais le trem­ble­ment dimi­nue voire dis­pa­raître avec un appui ou à la marche.
    Elé­ment impor­tant, le trem­ble­ment n’existe pas assis ou allon­gé Il est géné­ra­le­ment mieux per­çu à la pal­pa­tion qu’à la vue. L’EMG l’ob­jec­tive en orthostatisme
    Le trai­te­ment fait appel au clonazépam
  • Le trem­ble­ment d’é­cri­ture pri­mi­tif n’ap­pa­rait que dans cette ( ou une autre tâche ) spécifique.
    Il n’existe pas de dys­to­nie des mains ni trem­ble­ment postural.
    Il se situe à la fron­tère entre le trem­ble­ment essen­tiel et la crampe des écrivains.
    Le trai­te­ment fait appel aux Bzp et bêtabloquants

 

wbm@esculape.com
Som­maire FMC

Derniers articles

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

HOMOCYSTEINE : facteur de risque cardio-vasculaire

L’homocystéine a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis sa découverte en 1932. Ses propriétés...

Pour aller plus loin

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...