HomeBien-êtreDépression du nourrisson : causes, symptômes, traitement

Dépression du nourrisson : causes, symptômes, traitement

Publié le

spot_img

Dans les années 1946, un phé­no­mène impen­sable fut obser­vé chez cer­tains nou­veau-nés : l’état de dépres­sion consta­té géné­ra­le­ment chez l’adulte. La majo­ri­té des nour­ris­sons qui naissent ain­si ont été sujets à une forme de mal­trai­tance. Voi­là la prin­ci­pale cause de la dépres­sion du nour­ris­son.

Cer­tains sont même confron­tés à une forme de pédo­phi­lie pen­dant leur déve­lop­pe­ment au sein de la mère por­teuse. Par consé­quent, le nou­veau-né fait signe d’indif­fé­rence à l’égard de tout ce qui se passe dans son entourage.

Qu’est-ce que la dépres­sion du nour­ris­son en réa­li­té ? Com­ment le loca­li­ser ? Quels sont les causes, les symp­tômes, les diag­nos­tics et les trai­te­ments d’une telle mala­die ? Zoom sur les réponses à cha­cune de ces problématiques.

Dépression du nourrisson : qu’est-ce que c’est ?

Non, la dépres­sion n’affecte pas que les adultes, mais aus­si les nour­ris­sons. C’est un état psy­cho­lo­gique qui se carac­té­rise par une tris­tesse pas­sa­gère, une baisse de tonus et de moral.

Sou­vent pas­sa­gère, la dépres­sion du nour­ris­son est une mala­die par­fois dif­fi­cile à recon­naître. Elle peut être accom­pa­gnée de cer­tains maux comme des insom­nies, de l’anxié­té, etc.

De nom­breux parents ignorent s’il existe un diag­nos­tic de cette mala­die d’adulte qui s’en prend aux bébés. Cela est nor­mal, puisqu’il est par­fois impos­sible de recon­naître si un bébé souffre ou pas.

La dou­leur psy­chique risque d’être niée comme l’a été pen­dant long­temps la souf­france phy­sique du bébé. La dif­fi­cul­té du diag­nos­tic de même que l’urgence que requiert la prise en charge de cette mala­die repré­sentent des pro­blèmes importants.

Il faut alors une inter­ven­tion rapide sur­tout si la dépres­sion sur­vient par retrait rela­tion­nel. Une réac­tion de résis­tance est consta­tée chez le parent qui ignore l’entrave émo­tion­nelle à laquelle est confron­té le bébé.

Comment localiser la dépression du nourrisson ?

La dépres­sion du nour­ris­son est par­fois sous-éva­luée comme l’est celle des adultes. Un enfant déve­lop­pant cette mala­die est un fait dif­fi­cile à cer­ner. Néan­moins, cela est bel et bien possible.

Il est même prou­vé que le nou­veau-né res­sent des dou­leurs psy­chiques et morales tout comme l’adolescent et l’adulte. Le bébé déprime com­plè­te­ment lorsque celles-ci per­sistent continuellement.

La dépres­sion du bébé est une notion qui fut concep­tua­li­sée par René Spitz. En effet, ce célèbre psy­cha­na­lyste a consta­té des com­por­te­ments inha­bi­tuels chez les nour­ris­sons pri­vés de leur mère.

Tou­te­fois, il n’est pas ques­tion de dépres­sion à grande ampleur chez le bout de chou. Il s’agit plu­tôt de la ten­dance à être triste. L’enfant dont l’âge est com­pris entre 0 et 5 confron­té à ce pro­blème psy­chique peut adop­ter les com­por­te­ments suivants :

  • Refus d’interagir de façon progressive ;
  • Des com­por­te­ments de sen­si­bi­li­té, de ner­vo­si­té et de tristesse ;
  • Intro­ver­sion ;
  • Perte de l’envie du joueur, de l’appétit et de l’attache à son environnement ; 
  • Désor­ga­ni­sa­tion de la psychomotricité ; 
  • Sen­si­bi­li­té à des troubles intes­ti­naux, aux patho­lo­gies ORL et aux troubles du sommeil ;
  • Pré­sente des troubles com­por­te­men­taux ren­con­trés dans cer­taines affec­tions sou­vent d’origine nerveuse.

Repé­rer très rapi­de­ment ces symp­tômes vous per­met­tra d’agir plus effi­ca­ce­ment. Vous pou­vez ensuite consul­ter un psy­cho­logue ou un pédo­psy­chiatre qui est le seul en mesure de faire un diag­nos­tic.

À l’aide des résul­tats issus de ces exa­mens, il pour­ra ain­si trai­ter la dépres­sion du bébé de façon conve­nable.

Comment les évènements traumatisant le nourrisson peuvent-ils être localisés ?

De nom­breux fac­teurs favo­risent le déve­lop­pe­ment d’une mala­die de dépres­sion chez le nou­veau-né. Selon cer­taines études, un bébé est confron­té à la dépres­sion si l’un de ces parents en souffre également.

En géné­ral, ce sont les femmes qui en souffrent avant et après l’accouchement. On parle alors de dépres­sion post-par­tum. Il existe une kyrielle d’évènements qui entraînent cet état de dépres­sion chez le nour­ris­son. Par­mi ceux-ci, nous avons :

  • La perte de l’un des parents ou d’autres figures d’attachement telles que la mère, le père et les grands-parents ;
  • La mal­trai­tance ;
  • Une longue hospitalisation ;
  • Les fac­teurs géné­tiques de vulnérabilité ;
  • Le manque d’attention et de soins spé­ciaux de stimulation ;
  • Les troubles de la per­son­na­li­té de la mère ou de la figure d’attachement ;
  • L’ensemble des condi­tions de l’accouchement et sur­tout de la vie intra-uté­rine.

En outre, les enfants ayant été pla­cés en ins­ti­tu­tions, avec une absence de figure mater­nelle, peuvent aus­si déve­lop­per cette patho­lo­gie. Chez cer­tains, on diag­nos­tique même une dépres­sion exces­sive.

Cela pro­voque un manque de réac­tion et d’expression, mais aus­si un immo­bi­lisme et une pas­si­vi­té. Des mou­ve­ments d’agitation étaient éga­le­ment consta­tés chez ces enfants.

Quelles sont les causes de la dépression du nourrisson ?

Diverses sont les causes à l’origine d’une dépres­sion chez le nou­veau-né. Il est pos­sible de regrou­per ces causes en trois grandes familles : la géné­tique, le milieu et le tem­pé­ra­ment du nourrisson.

Le bébé qui se sent vul­né­rable dans l’une ou l’autre de ces sphères souf­fri­ra d’une dépres­sion quand bien même elle n’apparaît pas immé­dia­te­ment. Par­mi les prin­ci­pales causes de la dépres­sion chez un nour­ris­son, nous pou­vons retenir :

  • Le rejet et l’échec ;
  • L’intimidation ou l’indifférence ;
  • Deuil d’un proche ;
  • Chan­ge­ment de garderie ;
  • Démé­na­ge­ment ;
  • Les sévices sexuels ou physiques ;
  • La vio­lence ;
  • La négli­gence ;
  • Les conflits familiaux.

Dépression du nourrisson : Description des symptômes

Les parents sont les pre­miers à obser­ver une quel­conque appa­ri­tion des symp­tômes de dépres­sion chez leur bébé. En effet, ils consti­tuent les pre­miers psy­cho­logues de leur nourrisson.

De ce fait, ils remarquent avant tout le monde, les com­por­te­ments inha­bi­tuels qu’adopte le bout de chou. Selon Emel Aliev Loi­sif, cette capa­ci­té de détec­ter un pro­blème inha­bi­tuel après une simple obser­va­tion de l’enfant est innée chez les parents.

Cette psy­cho­logue ajoute éga­le­ment qu’il faut com­pa­rer les chan­ge­ments consta­tés chez l’enfant par rap­port aux com­por­te­ments habi­tuels de ce der­nier. C’est la meilleure façon de vite repé­rer les symp­tômes. L’apparition de ces signes se fait d’un coup et peut per­du­rer. Par consé­quent, il faut une inter­ven­tion rapide.

La psy­cho­logue Emel Aliev Loi­sif ajoute aus­si « On peut pas­ser toute son enfance à être en dépres­sion ! Mais la mala­die se cache der­rière ce qu’on iden­ti­fie à tort comme de la timi­di­té, une atti­tude de retrait. Sou­vent, c’est la comor­bi­di­té qui va atti­rer l’attention, par exemple si l’enfant pré­sente des troubles anxieux qu’il com­mence à avoir peur de tout, à refu­ser d’aller à l’école. »

Que faire si le nouveau-né montre les symptômes de dépression ?

dépression du nourrisson

Dès l’apparition des pre­miers symp­tômes de dépres­sion chez votre nou­veau-née, consul­tez dans l’immédiat un pro­fes­sion­nel de san­té com­pé­tent en la matière. Néan­moins, le parent joue­ra un grand rôle dans le bien-être de son bébé souffrant.

À cet effet, vous pou­vez par exemple pas­ser plus de temps avec lui en vue de lui mon­trer que vous êtes pré­sent. Faites preuve d’empathie en lui mon­trant que vous com­pre­nez ses émo­tions, ses sen­ti­ments ou tout autre ressenti.

N’hésitez pas à lui adres­ser des phrases comme « Je com­prends que ce que tu vis est dif­fi­cile ». Appre­nez aus­si à faire des exer­cices de médi­ta­tion et relaxa­tion. D’autre part, son hygiène de vie doit être irrévocable.

Sur ce point, tâchez de lui pré­pa­rer uni­que­ment des repas variés, mais sur­tout équi­li­brés. Lais­sez-le dor­mir suf­fi­sam­ment et encou­ra­gez-le à faire les acti­vi­tés qui lui per­mettent de se dépen­ser phy­si­que­ment.

Dépression du nourrisson : Qui contacter pour un traitement rapide ?

Comme men­tion­né ci-des­sus, il faut impé­ra­ti­ve­ment contac­ter un pro­fes­sion­nel de la san­té après avoir sus­pec­té les pre­miers signes de dépres­sion chez le bébé. D’un autre côté, si vous sem­blez incer­tain sur ce qui arrive à votre nour­ris­son, sui­vez votre intui­tion.

Mais, il fau­dra quand même consul­ter un psy­cho­logue com­pé­tent. Il est pré­fé­rable de faire appel à un pro­fes­sion­nel, même si en fin de compte le diag­nos­tic est néga­tif. Dans le cas contraire, vous pour­rez rapi­de­ment prendre les mesures néces­saires pour trai­ter le mal.

L’enfant béné­fi­cie­ra des trai­te­ments adé­quats s’il reçoit une prise en charge rapide. Il pour­ra donc s’en remettre plus vite et les risques de rechute futurs seront éga­le­ment écar­tés. En cas de dépres­sion de votre enfant, vous avez en votre pos­ses­sion une longue liste de pro­fes­sion­nels que vous pou­vez contacter.

Il s’agit notam­ment du :

  • Méde­cin de famille ;
  • Psy­cho­logue expert en pra­tique privée, 
  • Infir­mière ;
  • Et d’un tra­vailleur social du milieu social sco­laire ou communautaire. 

Vous pou­vez éga­le­ment conduire votre enfant chez un pédiatre ou recou­rir à votre pro­gramme Crise-Ado-Famille-Enfance. Il existe même des ser­vices de san­té men­tale pour parent et enfant.

Posez toutes les ques­tions pos­sibles au spé­cia­liste. N’hésitez pas aus­si à lui deman­der s’il y a des res­sources dont vous dis­po­sez dans votre milieu. Si le méde­cin n’a pas les moyens qu’il faut pour vous aider, alors il vous redi­ri­ge­ra vers d’autres professionnels.

Ceux-ci pour­ront déter­mi­ner la solu­tion appro­priée pour la dépres­sion de votre bébé.

Importance de thérapies comportementales et familiales

Selon les approches cog­ni­ti­vo-com­por­te­men­tales, l’évolution de la dépres­sion pro­vient des moda­li­tés rela­tion­nelles inadap­tées qui se fixent de façon analogue.

Il existe de nom­breuses thé­ra­pies mixtes qui allient les thé­ra­pies cog­ni­tives et les dif­fé­rentes thé­ra­pies com­por­te­men­tales. Dans le cas des thé­ra­pies cog­ni­tives, le parent reçoit une aide dans l’identification et le contrôle de son humeur. Dans le deuxième cas par contre, le patient se doit de renon­cer à des com­por­te­ments qui sont néfastes sur son état émotionnel.

Le simple fait d’intervenir sur le domaine psy­cho­lo­gique ayant trait aux émo­tions d’un bébé est remar­qua­ble­ment effi­cace. L’approche de la famille est impor­tante, d’autant plus qu’elle repré­sente un fac­teur déci­sif dans le sui­vi thé­ra­peu­tique, qu’importe sa nature.

Les outils d’évaluation utilisés

Ce n’est que récem­ment que l’évaluation quan­ti­ta­tive chez le nou­veau-né s’est répan­due à l’étranger. En France par exemple, des outils d’évaluation ont été employés pen­dant de nom­breuses années de façon limitée.

Une crainte fut remar­quée : la sub­sti­tu­tion de l’évaluation quan­ti­ta­tive à l’entretien cli­nique habi­tuel. La deuxième dif­fi­cul­té est due au fait que presque tous ces outils ont été créés en Angle­terre ou aux États-Unis. Leur uti­li­sa­tion requiert donc la vali­da­tion de la traduction.

Il peut arri­ver que l’évaluation nor­ma­li­sée du nour­ris­son pré­sente une marge d’intérêt. Dans ce cas, elle doit être adap­tée à son déve­lop­pe­ment et pren­dra en compte la concor­dance entre toutes les sources d’information.

L’appréciation des troubles de dépres­sion aux­quels est sou­mis l’enfant a fait appa­raître la dis­cor­dance entre les échelles que rem­plissent les enfants et celles rem­plies par les parents.

Il faut aus­si rap­pe­ler que les enfants sont les seuls capables d’exprimer ce qu’ils res­sentent men­ta­le­ment. Les échelles per­mettent de faci­li­ter la recherche épi­dé­mio­lo­gique en popu­la­tion générale.

Dans le cas de la recherche cli­nique, les échelles ne sont pas suf­fi­santes pour per­mettre l’établissement d’un diag­nos­tic en dépit de l’intérêt qu’elles pré­sentent. Par consé­quent, elle ne se sub­sti­tue point à une quel­conque appré­cia­tion clinique.

Les échelles d’évaluation de même que les entre­tiens stan­dar­di­sés exis­tant aujourd’hui sont vrai­ment plé­thores. Cepen­dant, l’ampleur de la dépres­sion du nour­ris­son est le moins bien explo­rée par ces outils d’évaluation.

Diagnostic possible de la dépression du nourrisson

Vous sus­pec­tez que votre bout de chou est confron­té à une dépres­sion ? Il faut agir assez tôt en pro­cé­dant à une éva­lua­tion qui pour­rait inclure pro­ba­ble­ment des entre­tiens struc­tu­rés ou mieux encore des échelles de diag­nos­tic.

Il est éga­le­ment pos­sible que d’autres condi­tions soient prises en compte tout au long de l’évaluation. De plus, les sché­mas ayant rap­port aux affects repré­sentent à eux seuls un fac­teur de chan­ge­ment à l’égard des com­por­te­ments dis­tinc­tifs du nourrisson.

Pen­dant les deux pre­mières semaines, l’enfant fait preuve d’un tem­pé­ra­ment irri­té ou dépres­sif tout au long de chaque jour­née. La plu­part des signes de dépres­sion sont consta­tés à tra­vers les acti­vi­tés qu’il mène et son contact avec autrui.

Aus­si, les signes révé­la­teurs de l’état psy­chique de l’enfant induisent chez lui de l’anxié­té de même que l’alté­ra­tion de son déve­lop­pe­ment. Ces symp­tômes ne sont guère attri­buables à un conta­mi­nant envi­ron­ne­men­tal ni à un médicament.

Vous devez aus­si savoir qu’il ne suf­fit pas que le bébé exprime des troubles de l’humeur pour conclure qu’il est dépri­mé cli­ni­que­ment. Les nou­veau-nés sont confron­tés à une dépres­sion pen­dant plus de deux semaines.

L’humeur nor­male dif­fère gran­de­ment de la dépres­sion. Bien qu’il soit par­fois impen­sable que le bébé n’ayant même pas trois ans soit confron­té à une dépres­sion, vous ne devez pas écar­ter la pro­ba­bi­li­té que cela soit pos­sible. Un diag­nos­tic immé­diat s’impose donc afin de per­mettre le réta­blis­se­ment rapide du bébé.

Dépression du nourrisson : Quels sont les traitements ?

Faire appel à un spécialiste

Il peut s’agir d’une simple per­plexi­té due à l’absence de l’image paren­tale lorsque les symp­tômes qu’éprouve votre bébé ont été consta­tés depuis quelques jours environ.

Voi­là pour­quoi beau­coup de nour­ris­sons s’apaisent une fois qu’ils s’adaptent au retour du parent absent. Si vous consta­tez que les troubles dépres­sifs per­sistent, vous devez urgem­ment consul­ter une psy­cho­thé­ra­peute ou n’importe quel spé­cia­liste en la matière.

Avant de conti­nuer, rap­pe­lons que les anti­dé­pres­seurs et la thé­ra­pie ne sont pas recom­man­dés pour les enfants d’un tel âge.

Tou­te­fois, un psy­cho­thé­ra­peute a les com­pé­tences requises pour accom­pa­gner de façon conve­nable les parents qui dési­rent assou­vir les besoins de leur nour­ris­son. Ce der­nier se sen­ti­ra donc en sécu­ri­té dans l’environnement qui l’entoure.

Autre­ment dit, l’intervenant (qu’il soit un psy­chiatre, un psy­cho­logue, un psy­cho­thé­ra­peute ou même un tra­vailleur social) vous aide­ra à mettre en place un réseau de confiance autour de l’enfant dans le seul but de trou­ver le répit. En plus, vous allez pou­voir déter­mi­ner aisé­ment le carac­tère du nour­ris­son en vue d’être atten­tif à ces signes. Ce fai­sant, vous serez plus confiant en tant que parent.

Avec l’aide de l’intervenant, vous pour­rez faci­le­ment adap­ter votre atti­tude au style d’interaction et au carac­tère men­tal de votre nour­ris­son. Vous dis­po­se­rez aus­si des outils d’intervention pré­pon­dé­rante qu’il faut pour mieux répondre aux attentes de votre nourrisson.

Les mas­sages pour nour­ris­son de même que la musi­co­thé­ra­pie pour les enfants de cet âge sont des trai­te­ments éga­le­ment efficaces.

L’implication des parents est importante

Rete­nez que le plus impor­tant du trai­te­ment de la dépres­sion chez le nou­veau-né reste la dyade. En d’autres termes, ce sont les parents qui doivent s’impliquer consé­quem­ment dans cette inter­ven­tion. En fait, ils maî­trisent mieux le com­por­te­ment de leurs enfants. Ils peuvent donc exer­cer un grand impact sur l’épanouissement émo­tion­nel et social de leur bout de chou.

Les parents peuvent de même prendre soin de leur san­té men­tale s’ils espèrent en finir avec la dépres­sion à laquelle est confron­té leur enfant. En géné­ral, si l’un des parents souffre men­ta­le­ment, il urge de sol­li­ci­ter de l’aide afin de le soigner.

Un obs­té­tri­cien est le spé­cia­liste com­pé­tent qui pour­ra prendre en charge une patiente souf­frante d’anxiété ou de la dépres­sion post-par­tum. Inutile de vous rap­pe­ler qu’il existe aujourd’hui une mul­ti­tude de trai­te­ments per­met­tant de trai­ter les per­sonnes souf­frantes de ces maux.

Conclusion

La notion de la dépres­sion infan­tile a pen­dant long­temps été remise en cause d’autant plus que dans la plu­part des cas, les parents dénient la souf­france du nou­veau-né. En tant que parent, vous devez recon­naître que votre bébé éprouve tout comme vous des sen­sa­tions de bon­heur et de bien-être, mais éga­le­ment des dou­leurs et du déplaisir.

Ain­si, il est nor­mal que le bébé fasse preuve de mal-être pas­sa­ger. Tout cela importe dans son déve­lop­pe­ment et son épa­nouis­se­ment. Tou­te­fois, le bébé risque de perdre ses facul­tés inter­ac­tives si cela per­dure pen­dant un long moment.

Puisque les res­sources du nou­veau-né sont limi­tées, il vous fau­dra donc inter­ve­nir dans l’immédiat une fois le constat de dépres­sion fait chez votre enfant. Ain­si, vous lui épar­gnez un déve­lop­pe­ment alté­ré. Alors, soyez atten­tif à tous les signes inha­bi­tuels chez votre nou­veau-né.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...