HomeParapharmacieZITHROMAX MONODOSE (AZITHROMYCINE) 

ZITHROMAX MONODOSE (AZITHROMYCINE) 

Publié le

spot_img

L’azithromycine est un anti­bio­tique qui appar­tient à la classe des macro­lides. Il est très uti­li­sé, sur­tout pour le trai­te­ment des infec­tions ORL et pul­mo­naires. Son mode opé­ra­toire est aus­si simple qu’efficace. Il consiste essen­tiel­le­ment au blo­cage de la syn­thèse des pro­téines bac­té­riennes. De cette façon, l’infection finit par régres­ser au fil du trai­te­ment. Mal­gré ce rôle bien défi­ni, la molé­cule d’azithromycine reste très poly­va­lente. Elle est donc uti­li­sée comme prin­cipe actif d’une mul­ti­tude de médi­ca­ments comme ZITHROMAX MONODOSE. Quelles sont les indi­ca­tions, les contre-indi­ca­tions les pré­cau­tions et les effets secon­daires de ce médicament ?

ZITHROMAX MONODOSE : Indications

ZITHROMAX MONODOSE est un médi­ca­ment qui se pré­sente sous forme de com­pri­més. Afin que ces der­niers soient plus faciles à uti­li­ser, ils sont enro­bés. Il s’agit donc de com­pri­més pel­li­cu­lés dont la cou­leur et le goût sont dis­si­mu­lés. Mis sur le mar­ché depuis l’année 1999, ZITHROMAX MONODOSE est un médi­ca­ment qui est indi­qué dans des cas bien précis.

Étant don­né qu’il est prin­ci­pa­le­ment com­po­sé d’azithromycine, il sert à gué­rir les infec­tions. Cepen­dant, sa capa­ci­té à venir à bout du mal dépend gran­de­ment de sa nature. ZITHROMAX MONODOSE est par­ti­cu­liè­re­ment recom­man­dé lorsque les germes qui entrent en ligne de compte sont dits sen­sibles. C’est la rai­son pour laquelle il est sou­vent pres­crit contre deux mala­dies spécifiques.

Urétrite due au Chlamydiae trachomatis

L’uré­trite est une infec­tion qui occa­sionne un gon­fle­ment et une irri­ta­tion de l’urètre. Même si les causes sont variées, elles sont sou­vent d’origine bac­té­rienne. Le chla­my­diae tra­cho­ma­tis fait par­tie des bac­té­ries qui peuvent cau­ser une uré­trite. Ce germe humain est un para­site intra­cel­lu­laire obligatoire.

Sa par­ti­cu­la­ri­té est que la conta­mi­na­tion se fait par contact ocu­lo-géni­tal ; d’où l’appartenance de ce type d’urétrite à la caté­go­rie des mala­dies sexuel­le­ment trans­mis­sibles. C’est une mala­die qui est carac­té­ri­sée par de nom­breux symp­tômes comme les dou­leurs et les sen­sa­tions de brû­lure au moment d’uriner. Il y a éga­le­ment une pos­si­bi­li­té d’écoulement de l’urètre. Heu­reu­se­ment, il s’agit d’un mal que ZITHROMAX MONODOSE peut guérir.

Cervicite due au Chlamydiae trachomatis

La cer­vi­cite est une inflam­ma­tion du col de l’utérus. Même si elle peut res­ter long­temps sans symp­tômes, il est pos­sible que ces der­niers appa­raissent à un stade de l’évolution de la mala­die. Dans ce cas, il peut être ques­tion de pertes vagi­nales ou de sai­gne­ments entre les mens­trua­tions. Dans tous les cas, elle peut être aus­si cau­sée par le chla­my­diae trachomatis.

ZITHROMAX MONODOSE : contre-indications

Comme tous les médi­ca­ments, ZITHROMAX MONODOSE ne peut être pris dans tous les cas. Il existe donc for­cé­ment des cir­cons­tances dans les­quelles en uti­li­ser est même contre indi­qué, même si le patient souffre d’un mal qu’il est pos­sible de gué­rir avec le traitement.

Hypersensibilité aux macrolides

Chaque per­sonne dis­pose d’un méta­bo­lisme unique. De fait, les réac­tions aux dif­fé­rentes sub­stances ingé­rées ne sont pas tou­jours les mêmes. Il est donc pos­sible que cer­tains indi­vi­dus soient plus sen­sibles que d’autres aux macro­lides dont l’azithromycine fait par­tie. Dans ce cas, il est recom­man­dé de ne pas uti­li­ser ZITHROMAX MONODOSE.

Insuffisance hépatique sévère

L’insuf­fi­sance hépa­tique est une condi­tion qui conduit à un foie plus faible que la nor­male. Celui-ci est sou­vent dégra­dé par une sub­stance ou un trouble. Dans l’un ou l’autre des cas, les per­sonnes qui en souffrent doivent faire atten­tion à tous les ali­ments et médi­ca­ments qu’elles consomment. Lorsque le mal atteint un niveau qua­li­fié de sévère, ZITHROMAX MONODOSE n’est plus indi­qué pour le trai­te­ment d’une quel­conque infection.

Cholestase sévère

La cho­les­tase est une autre mala­die incluse dans les troubles du foie. Elle est carac­té­ri­sée par une dimi­nu­tion de la pro­duc­tion de bile. En d’autres termes, elle occa­sionne un dys­fonc­tion­ne­ment d’une fonc­tion hépa­tique essen­tielle. Lorsqu’elle est sévère, il n’est plus judi­cieux d’utiliser ZITHROMAX MONODOSE comme traitement.

Déficit en lactase

Le défi­cit en lac­tase qui est aus­si un manque de l’enzyme du même nom dans le corps est recon­nais­sable à une into­lé­rance au lac­tose. De manière plus simple, il s’agit de la cause d’une into­lé­rance aux pro­duits lai­tiers. Les patients qui sont dans cette situa­tion ne peuvent en aucun cas prendre ZITHROMAX MONODOSE.

En dehors de ces contre-indi­ca­tions, il y a éga­le­ment les cas d’associations avec d’autres sub­stances qui sont for­te­ment décon­seillées. Il s’agit en l’occurrence :

  • des alca­loïdes de l’ergot de seigle ;
  • du cisa­pride ;
  • ou encore de la colchicine.

Les contre-indi­ca­tions sont à prendre très au sérieux en rai­son des consé­quences qui découlent de leur non-res­pect. Cela peut abou­tir à des com­pli­ca­tions et même à la nais­sance d’autres mala­dies. Il est pré­fé­rable alors de tou­jours consul­ter son méde­cin, quelle que soit la situa­tion. En tant que pro­fes­sion­nel, il sau­ra trou­ver la solu­tion idéale offrant un mini­mum de risques.

ZITHROMAX MONODOSE : mode d’administration et posologie

ZITHROMAX MONODOSE (AZITHROMYCINE)

ZITHROMAX MONODOSE dis­pose d’une poso­lo­gie assez simple à suivre. Les risques de ne pas se confor­mer au trai­te­ment sont donc moindres. Qu’il s’agisse d’adultes ou de seniors, il faut géné­ra­le­ment prendre 1 g par prise. Cela équi­vaut à l’ingestion de quatre com­pri­més en une prise. Pour les per­sonnes âgées, il faut pré­ci­ser qu’un sui­vi méti­cu­leux s’impose en rai­son du nombre plus impor­tant de risques dus au trai­te­ment. Il n’est pas exclu qu’une aryth­mie car­diaque sur­vienne par exemple.

Pour les per­sonnes atteintes d’insuffisance hépa­tique, la poso­lo­gie est la même. Tou­te­fois, il faut rap­pe­ler que leur condi­tion doit être à un état modé­ré ou moyen pour que le trai­te­ment soit envi­sa­geable. Bien enten­du, le mode d’administration est la voie orale. Les com­pri­més peuvent être pris avant, après ou pen­dant le repas sans que cela influence leur action ou leur effi­ca­ci­té. Même s’ils sont pel­li­cu­lés, il est pré­fé­rable de les prendre avec de l’eau.

ZITHROMAX MONODOSE : précautions

Comme tout autre médi­ca­ment, la prise du ZITHROMAX MONODOSE vient avec de nom­breuses pré­cau­tions à prendre. Puisqu’il s’agit d’un anti­bio­tique, son action peut être posi­tive dans le cas où vous le pre­nez dans les bonnes condi­tions. Dans le cas contraire, il peut agir de manière peu effi­cace et même repré­sen­ter un danger.

La prin­ci­pale pré­cau­tion à prendre est de tou­jours suivre les indi­ca­tions de votre méde­cin. En effet, le ZITHROMAX MONODOSE ne peut être pris sans une ordon­nance. Celle-ci doit indi­quer des infor­ma­tions telles que la poso­lo­gie et la durée du trai­te­ment. En cas de per­sis­tance des symp­tômes, vous devrez vous réfé­rer à l’avis de votre méde­cin avant de conti­nuer le traitement.

Ensuite, vous devrez savoir dans quel cas uti­li­ser ce médi­ca­ment et dans quels cas il ne faut pas le prendre. En pra­tique, si vous ingé­rez ce pro­duit en contre-indi­ca­tion, vous ris­quez de pro­vo­quer des réac­tions néga­tives sur votre orga­nisme. De même, dans cer­tains états, il peut s’avérer assez dangereux.

Ain­si, vous devrez évi­ter de consom­mer du ZITHROMAX MONODOSE en cas de :

  • dérè­gle­ments du fonc­tion­ne­ment des ventricules ;
  • insuf­fi­sance car­diaque grave ;
  • bra­dy­car­die ;
  • aryth­mie cardiaque ;
  • gros­sesse ;
  • sur­in­fec­tion ;
  • ou encore insuf­fi­sance rénale sévère.

Dans le même sens, vous devrez évi­ter de conti­nuer le trai­te­ment si vous consta­tez des réac­tions cuta­nées ou de la diar­rhée à la prise. Concer­nant les asso­cia­tions, il est conseillé de faire atten­tion à cer­tains pro­duits. Ce sont notam­ment ceux conte­nant des com­po­sants tels que les alca­loïdes, la cisa­pride ou la col­chi­cine. En pre­nant toutes les pré­cau­tions d’usage, vous pour­rez évi­ter de nom­breuses com­pli­ca­tions et pré­ser­ver votre santé.

ZITHROMAX MONODOSE : effets secondaires

La prise d’un médi­ca­ment n’est pas sys­té­ma­ti­que­ment exempte d’effets secon­daires. Cela s’explique par le fait que ces pro­duits sont le fruit de l’association de nom­breux élé­ments. Puisque l’organisme humain n’est pas le même chez tout le monde, cer­tains effets indé­si­rables peuvent être remar­qués. Lorsqu’ils sont rapi­de­ment pris en charge, il est pos­sible de limi­ter la gêne et d’éviter les risques.

Par contre, si vous per­sis­tez dans la prise d’un médi­ca­ment après l’apparition des effets secon­daires, ceux-ci peuvent s’aggraver. Vous met­tez alors votre san­té en péril et les consé­quences peuvent être assez graves. Le ZITHROMAX MONODOSE n’échappe pas à cette règle. En effet, lorsque vous pre­nez ce médi­ca­ment pour la pre­mière fois, pen­sez à obser­ver votre orga­nisme.

Les signes néga­tifs qu’il est pos­sible de remar­quer sont :

  • de la diarrhée ;
  • des maux de tête ;
  • des nau­sées et vomis­se­ments ;
  • des dou­leurs abdominales ;
  • des maux de gorge ;
  • un manque d’appétit ;
  • ou encore des courbatures.

Ces dif­fé­rents effets secon­daires ne sont pas for­cé­ment ceux que vous aurez. Cela dépend prin­ci­pa­le­ment de votre orga­nisme et de la résis­tance que vous avez aux com­po­sants. Il peut tou­te­fois arri­ver que vous ren­con­triez des effets plus graves. Ce sont par exemple la can­di­dose, les réac­tions hépa­tiques ou ner­veuses et les convulsions.

Dans tous les cas, vous devrez sys­té­ma­ti­que­ment signa­ler toutes ano­ma­lies que vous détec­tez. Cela vous per­met­tra de main­te­nir votre état de san­té et d’arrêter le trai­te­ment si nécessaire.

ZITHROMAX MONODOSE : grossesse et allaitement

ZITHROMAX MONODOSE (AZITHROMYCINE)

La gros­sesse et l’allai­te­ment sont des périodes de grande vul­né­ra­bi­li­té, tant pour la mère que pour l’enfant. Cela s’explique par le fait que tout ce qui entre dans l’organisme de la mère affecte direc­te­ment le fœtus et plus tard l’enfant qui allaite. Les consé­quences peuvent être dif­fé­rentes en fonc­tion de l’État et de la per­sonne. Cela s’applique aus­si au ZITHROMAX MONODOSE.

Pour com­men­cer, il faut savoir que ce médi­ca­ment ne doit en aucun cas être uti­li­sé pen­dant la gros­sesse sans un avis médi­cal. En pra­tique, il faut que votre méde­cin trai­tant éva­lue la néces­si­té de l’incorporation de ce pro­duit dans votre traitement.

Cette indi­ca­tion est encore plus impor­tante si vous êtes dans les trois pre­miers mois de gros­sesse. Il s’agit en effet de la période la plus sen­sible pour le bébé. Les risques n’étant pas encore bien éva­lués, il est recom­man­dé de faire preuve d’une grande vigi­lance. La pres­crip­tion est pareille dans le cas de l’allaitement.

Cela vient du fait qu’il n’a pas encore été déter­mi­né si les rési­dus du ZITHROMAX MONODOSE peuvent pas­ser dans le lait mater­nel. Vous devrez alors évi­ter tout risque en arrê­tant le trai­te­ment et en deman­dant l’assistance de votre méde­cin. Vous pré­ser­vez ain­si votre san­té et celle de votre bébé.

Derniers articles

Oxycodone : Indications, Posologie, Effets, Précautions d’emploi

Pour traiter les douleurs en fonction de leur intensité, l’Organisation Mondiale de la Santé...

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

Pour aller plus loin

Oxycodone : Indications, Posologie, Effets, Précautions d’emploi

Pour traiter les douleurs en fonction de leur intensité, l’Organisation Mondiale de la Santé...

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...