HomeSantéHYPERTRIGLYCÉRIDÉMIE : CAUSES, SYMPTÔMES ET TRAITEMENTS

HYPERTRIGLYCÉRIDÉMIE : CAUSES, SYMPTÔMES ET TRAITEMENTS

Publié le

spot_img

Les tri­gly­cé­rides sont des lipides néces­saires pour le bon fonc­tion­ne­ment de l’organisme. Mais quand ils sont en grande quan­ti­té, cela peut avoir des réper­cus­sions sur la san­té géné­rale. Ain­si, quand il y a un taux éle­vé de tri­gly­cé­rides dans le sang, on parle d’hyper­tri­gly­cé­ri­dé­mie. L’hypertriglycéridémie peut sur­ve­nir à cause de la mau­vaise ali­men­ta­tion, du fac­teur géné­tique, ou même après un trai­te­ment.  Pour la soi­gner, les méde­cins recom­mandent géné­ra­le­ment d’avoir une bonne ali­men­ta­tion et d’être actif phy­si­que­ment. Cepen­dant, on peut aus­si faire recours aux médi­ca­ments dans cer­tains cas. Focus sur cette mala­die du bilan lipi­dique.

Qu’est-ce que l’hypertriglycéridémie ?

Lorsque les ali­ments sont consom­més, les calo­ries sup­plé­men­taires, le sucre ou encore l’alcool dont le corps n’a pas besoin, sont trans­for­més en tri­gly­cé­rides. Ces tri­gly­cé­rides sont ensuite sto­ckés dans les tis­sus adi­peux. Lorsque le corps a besoin d’énergie, les tri­gly­cé­rides sont libé­rés. Ils sont alors uti­li­sés comme une source d’énergie pour le bon fonc­tion­ne­ment de l’organisme.

Lorsque nous consom­mons des ali­ments qui sont exces­si­ve­ment riches en glu­cides et que nous n’arrivons pas à les brû­ler, on s’expose à un taux éle­vé de tri­gly­cé­rides (hyper­tri­gly­cé­ri­dé­mie).

Les types d’hypertriglycéridémie

Il existe plu­sieurs types d’hypertriglycéridémie. Cela varie en fonc­tion du taux de tri­gly­cé­rides dans le sang.

  • Hyper­tri­gly­cé­ri­dé­mie mineure : quand le taux de tri­gly­cé­ride est en des­sous de 2g/L ;
  • Hyper­tri­gly­cé­ri­dé­mie modé­rée : quand le taux de tri­gly­cé­ride est com­pris entre 2 et 5 g/L ;
  • Hyper­tri­gly­cé­ri­dé­mie majeure : lorsque le taux de tri­gly­cé­ride dépasse 5 g/L.

En fonc­tion de la cause de cette condi­tion, on parle aus­si d’hypertriglycéridémie pri­mi­tive ou pri­maire, et d’hypertriglycéridémie secon­daire. L’hypertriglycéridémie est qua­li­fiée de forme pri­mi­tive ou pri­maire, lorsqu’elle est la résul­tante d’une quel­conque ano­ma­lie géné­tique héré­di­taire. Elle est dite secon­daire si, les causes ne sont pas d’ordre géné­tique héréditaire.

Un taux élevé de triglycéride peut-il exposer à des complications ?

Le taux éle­vé de tri­gly­cé­rides peut entraî­ner plu­sieurs com­pli­ca­tions. Ces com­pli­ca­tions comprennent :

  • Mala­dies cardiovasculaires

Bien qu’on ne sache pas com­ment le taux éle­vé de tri­gly­cé­rides cause des mala­dies car­dio­vas­cu­laires, on pense que cela est dû au fort taux de cho­les­té­rol et de graisse pré­sent dans le sang. Une telle situa­tion peut occa­sion­ner une obs­truc­tion des vais­seaux san­guins, et ain­si aug­men­ter un acci­dent vas­cu­laire céré­bral ou encore une crise cardiaque.

  • Mala­die du foie gras

Lorsqu’il y a accu­mu­la­tion de graisse dans le foie, cela peut cau­ser une inflam­ma­tion ain­si que des lésions hépatiques.

  • Pan­créa­tite

Un taux éle­vé de tri­gly­cé­rides peut expo­ser à la pan­créa­tite. Le risque est encore plus consi­dé­rable chez les per­sonnes ayant souf­fert de la pan­créa­tite par le passé.

  • Caillots san­guins

Selon plu­sieurs études, un fort taux de tri­gly­cé­rides peut indu­bi­ta­ble­ment aug­men­ter le risque de caillots san­guins. Ces caillots san­guins peuvent à leur tour, entraî­ner un acci­dent vas­cu­laire ou une crise car­diaque, une embo­lie pul­mo­naire et une throm­bose vei­neuse profonde.

Les causes de l’hypertriglycéridémie

Voi­ci quelques causes qui pour­raient expo­ser à l’hypertriglycéridémie :

  • Obé­si­té ;
  • Hypo­thy­roï­die ;
  • Dia­bète de type 2 non traitée ;
  • Mala­dies rénales ;
  • Absence d’activité physique ;
  • Régime riche en calorie ;
  • Consom­ma­tion exa­gé­rée d’alcool.

La Cir­rhose du foie ou encore les anté­cé­dents fami­liaux d’hypertriglycéridémie peuvent ame­ner un sujet à souf­frir d’une telle mala­die. L’utilisation de cer­tains médi­ca­ments (bêta-blo­quants, cor­ti­co­sté­roïdes, inhi­bi­teurs de la pros­tate pour le VIH…), est en outre une autre cause de l’hypertriglycéridémie.

Il faut aus­si com­prendre qu’une ali­men­ta­tion assez riche en glu­cides simples et en sucre peut rendre vul­né­rable au déve­lop­pe­ment de l’hypertriglycéridémie. Aus­si, les mala­dies de foie ou de reins, le taba­gisme, la pres­sion arté­rielle et le manque d’activité phy­sique, peuvent être à la base d’une telle condition.

Les symptômes de l’ hypertriglycéridémie

Si le niveau de tri­gly­cé­rides n’atteint pas 1000 à 2000 mg/dL, le sujet ne remar­que­ra pas de symp­tômes. C’est quand le taux des tri­gly­cé­rides aura dépas­sé ce niveau que le patient consta­te­ra des ano­ma­lies. Les symp­tômes géné­ra­le­ment pré­sents en cas d’hypertriglycéridémie comprennent :

  • Perte de mémoire ;
  • Dou­leurs gastro-intestinales ;
  • Dif­fi­cul­tés à bien respirer ;
  • Démence ;
  • Xan­thomes ;
  • Arcus cor­néen ;
  • Xan­thé­las­mas.

Dans cer­tains cas, le sujet peut aus­si déve­lop­per une pan­créa­tite, si son taux de tri­gly­cé­rides est assez éle­vé. La pan­créa­tite à son tour entraî­ne­ra de fortes dou­leurs abdo­mi­nales, des vomis­se­ments, des nau­sées, une perte d’appétit et de la fièvre.

Diagnostic et traitement de l’hypertriglycéridémie ?

Diagnostic

Le diag­nos­tic de l’ hyper­tri­gly­cé­ri­dé­mie se fait par un exa­men phy­sique. Votre méde­cin pose­ra aus­si cer­taines ques­tions sur vos anté­cé­dents fami­liaux, ain­si que sur les dif­fé­rents symp­tômes que vous res­sen­tez. En dehors de ces étapes, il pres­cri­ra des tests san­guins afin de véri­fier le niveau des tri­gly­cé­rides. Géné­ra­le­ment, avant cer­tains types de test, il peut vous deman­der de jeû­ner pen­dant 9 à 12 heures de temps. Cela per­met de faire après le test, une lec­ture pré­cise des niveaux de graisse dans le sang.

Traitement

Géné­ra­le­ment, pour trai­ter l’hypertriglycéridémie, on fait recours à un chan­ge­ment de mode de vie. En d’autres mots, il faut avoir un régime ali­men­taire nutri­tif, faire de l’exercice de manière régu­lière et constante et enfin main­te­nir un poids modé­ré.

En ce qui concerne le régime ali­men­taire, il faut à tout prix res­ter loin des glu­cides simples (ali­ments à base de fruc­tose ou de farine blanche, les gras trans, les ali­ments qui contiennent des graisses hydro­gé­nées…). Il faut plu­tôt opter pour les graisses végé­tales (huile de cano­la, huile d’olive, etc.). Vous devrez aus­si sub­sti­tuer la viande rouge par le pois­son riche en acides gras oméga‑3 (sau­mon, maquereau…).

L’exercice joue un grand rôle dans le trai­te­ment de l’hy­per­tri­gly­cé­ri­dé­mie. Les pro­fes­sion­nels de la san­té recom­mandent de faire au mini­mum, 150 minutes d’exercice aéro­bique d’intensité modé­rée chaque semaine.

Les calo­ries sup­plé­men­taires de l’organisme sont conver­ties en tri­gly­cé­rides et sto­ckées sous forme de graisse. Si vous rédui­sez vos calo­ries, alors vous rédui­rez les tri­gly­cé­rides.  Essayez alors de main­te­nir un poids modéré.

Gérer le stress, l’hypertension arté­rielle et le dia­bète peuvent aus­si aider à réduire le taux de triglycérides.

Si mal­gré le chan­ge­ment de mode de vie, le patient ne trouve pas satis­fac­tion, le méde­cin peut pres­crire des médi­ca­ments sur ordon­nance afin d’aider à réduire le taux éle­vé de tri­gly­cé­rides. Les médi­ca­ments les plus uti­li­sés comprennent :

  • L’acide nico­ti­nique ;
  • Les sta­tines ;
  • Les inhi­bi­teurs de l’absorption du cholestérol ;
  • Les fibrates ;
  • Etc.

Conseils pratiques pour prévenir l’hypertriglycéridémie

Grâce à vos habi­tudes quo­ti­diennes, vous pou­vez réduire le taux éle­vé de tri­gly­cé­rides.  Voi­ci quelques com­por­te­ments à avoir :

Perdre sainement le poids supplémentaire

Si vous êtes en sur­poids, vous devrez tra­vailler à perdre ce poids afin d’avoir un poids san­té. Le sport est le pre­mier élé­ment qui peut vous aider à atteindre cet objec­tif. N’hésitez pas à en par­ler avec votre médecin.

Réduire la consommation du sucre

En effet, l’excès de sucre a plu­sieurs incon­vé­nients. Vous devrez donc réduire sa consom­ma­tion dans tous les ali­ments que vous consommez.

Consommer les fruits et légumes, les acides gras oméga‑3 et les grains entiers

Les fruits et légumes sont pauvres en calo­ries, et c’est d’ailleurs cela qui fait d’eux les pro­tec­teurs de la san­té. Ils contri­buent même à la perte de poids.

Les acides gras oméga‑3 quant à eux sont des graisses saines indis­pen­sables pour le corps. Ils assurent le bon fonc­tion­ne­ment du sys­tème ner­veux, de la rétine, etc. Vous les retrou­ve­rez dans les sar­dines, le sau­mon, le thon…

Les grains entiers regorgent plus de fibres que les autres ali­ments faits à base de grains raf­fi­nés. Ils sont béné­fiques pour la san­té. Ils per­mettent même de réduire le risque d’exposition au dia­bète de type 2, au can­cer du côlon, etc.

Réduire sa consommation d’alcool

La consom­ma­tion exces­sive d’alcool peut aug­men­ter consi­dé­ra­ble­ment votre taux de tri­gly­cé­rides. Il est alors recom­man­dé de ne pas trop en consommer.

Ne point fumer

Si vous fumez de la ciga­rette, alors votre taux de tri­gly­cé­rides peut consi­dé­ra­ble­ment aug­men­ter. Pour évi­ter cela, jetez vos ciga­rettes. Si le sevrage taba­gique pose pro­blème chez vous, pre­nez ren­dez-vous avec votre méde­cin et discutez-en.

Faire du sport

Essayez de pra­ti­quer 30 minutes d’activité spor­tive chaque jour et vous nous en direz des nou­velles. Le sport est béné­fique sur tous les plans. Votre méde­cin le confir­me­ra sans doute.

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...