HomeNon classéSTERILITE : BILAN & CAT

STERILITE : BILAN & CAT

Publié le

spot_img

Le bilan de sté­ri­li­té d’un couple ( 50/50 ) est tou­jours à risque pour l’é­qui­libre du couple. Il néces­site le  » viol  » de son inti­mi­té et la remise en ques­tion de leur sexua­li­té et de leur image pro­fonde ( Impuis­sance, inuti­li­té, fruit vide, etc…).
Voir 
La Pas­se­relle Le site des couples confron­tés à l’infertilité
Voir Pro­crea­net (Orga­non)
Voir Fiv France site de bio­lo­gie spé­cia­li­sé dans l’aide médi­cale à la procréation.

MAJ 2013
Infer­ti­li­té – stérilité
Le rôle du généraliste
[Lire]

 

IL EST TRES SOUVENT URGENT DE RASSURER ET D’ATTENDRE 12 à 18 MOIS AVEC QUELQUES BONS EXAMENS INOFFENSIFS

QUELQUES BONNES QUESTIONS :

—- ATCD des deux ( anciens et en cours ).- MST – IVG – FC – Sinu­site, DDB etc…
—- Depuis quand avez vous arré­té votre contraception ?
—- Depuis quand vou­lez vous faire un bébé ? Vivez vous ensemble ? Depuis com­bien de temps ?
—- Quelles sont vos pro­fes­sions respéc­tives ? Toxiques, Le rou­tier abscent 6 jours sur 7, c’est classique…
—- Com­bien de fois par semaine faîte vous l’a­mour ? ( 2 fois par mois, c’st mal parti ! )
—- Ejaculation ?
—- Et com­ment ? Ana­to­mie ! Debout dans le couloir.…
—- Quels exa­mens avez-vous déjà pra­ti­qué ? Et éven­tuel­le­ment son cor­rol­laire : lais­sez moi la valise des examens…

QUELQUES BONNES REPONSES

—- Sauf cas par­ti­cu­liers ( ame­nor­rhée, âge, hir­su­tisme, signes infec­tieux, dys­tro­phie ova­rienne, obé­site androïde ) il est impor­tant de faire patien­ter le couple au moins 12 mois de vie sexuelle régu­lière et suf­fi­sante ( 2 à 3 fois par semaine ) avant de faire un bilan de sté­ri­li­té.( 2 ans selon la confé­rence de concen­sus ANDEM 1991 ).
—- L’HSG aprés 3 mois est une héré­sie risquée…
—- Un sper­mo­gramme  » insuf­fi­sant  » s’il existe déjà est a mani­pu­ler avec pré­cau­tion sauf azoo­sper­mie totale. Pour 2 rai­sons, la pre­mière c’est qu’il est assez sou­vent lar­ge­ment suf­fi­sant ( j’ai fait 2 enfants comme ça !!! ) et le second est qu’il remet en ques­tion la viri­li­té du par­te­naire aus­si bien dans sa tête que dans celle de la femme.
—- Infor­mer sur la période du cycle de fer­ti­li­té en pré­ci­sant le coté alléa­toire du phénomène

QUELQUES BONS EXAMENS A FAIRE

—- Cli­nique géné­rale des 2 protagonistes.
—- Bio­lo­gie géné­rale ( Nfs, VS, gly­cé­mie, TG, cho­les­té­rol, T4, TSH, … séro­lo­gie chlamydiae )
—- Frot­tis et pré­lè­ve­ment bac­té­rien, ana­lyse de la flore vagi­nale, aspect, flui­di­té de la glaire +++
—- Echo­gra­phie pel­vienne en période péri-ovu­la­toire ( fibrome, ovaires , ana­to­mie utérine )
—- Une symp­to­ma­lo­gie évo­quant une endo­mé­triose doit tou­te­fois accé­lé­rer la démarche.

APRES 6 MOIS D’ATTENTE :
—- Courbe de température .
—- .Test de Hüh­ner ( Femi­web) Test inté­rés­sant, éven­tuel­le­ment dis­cret pour le mon­sieur, pour explo­rer la glaire et les spermatozoïdes.
Voir éga­le­ment Réfé­rence Médi­cale Posi­tive N° 16

QUELQUES TRAITEMENTS SIMPLES sui­vants la cli­nique et les pre­miers résultats.
—- Oes­tro­gènes en pre­mière par­tie de cycle sur une glaire épaisse.
—- 10–15 jours de pro­ges­ta­tifs ( UTROGESTAN-DUPHASTON ) sur des irré­gu­la­ri­tés mens­truelles ano­ga­niques ou sur dys­tro­phie ova­rienne  » a minima »
—- Vita­mines, Cure ther­male pour les 2 et ensemble !

BILAN DE STERILITE

Les ATCD et les pre­miers exa­mens simples donnent géné­ra­le­ment une idée de l’o­ri­gine du pro­blème : Madame ? Mon­sieur ? Ren­contre de 2 hypofertilités ?

Voir L’ex­plo­ra­tion d’un couple infer­tile : Sur GYNEWEB , le compte-ren­du d’une ses­sion consa­crée à L’ex­plo­ra­tion du couple infer­tile orga­ni­sée le 14 Jan­vier 1999 aux JTA.

MADAME
—- Outre les exa­mens pra­ti­qués en période d’at­tente ( frot­tis, infection…)
—- FSH, LH, 17 béta-oes­tra­diol ( J2 et J10 ) , pro­lac­tine en pre­mière par­tie de cycle +/- pro­ges­té­rone ( 2ème par­tie du cycle ), tes­to­sté­rone, Delta4 Andros­té­nén­dione ( hir­su­tisme obé­si­té androïde dys­tro­phie ova­rienne )..
—- HSG à la recherche de pro­blèmes tubaires ou d’une adé­no­myose .
—- Coe­lio­sco­pie à la recherche d’une endo­mé­triose

MONSIEUR
—- Outre les exa­mens pra­ti­qués en période d’attente .
—- Aspect géné­ral et des tes­ti­cules, Prostate.
—- Sper­mo­gramme avec sper­mo­cul­ture ( néga­tive elle n’é­li­mine pas un $ infec­tieux, voir PNN au spermogramme ).
—- Séro­lo­gies chla­my­diae, mycoplasmes.
—- FSH, LH, Testostérone.

En construc­tion
.

Syn­drome de YOUNG
Asso­cie une rhi­no-sinu­site chro­nique ( poly­pose ) voire bron­chite chro­nique, DDB à une azoo­sper­mie obstructive.

SRY : $ du tes­ti­cule féminisant
le $ du tes­ti­cule fémi­ni­sant ( insen­si­bi­li­té aux andro­gènes ?) donne un indi­vi­du d’as­pect fémi­nin ( com­pé­ti­tion fémi­nine aux JO ! ).
La femme pos­sède bien le gène SRY des hommes mais ne retire aucun béné­fice phy­sique en compétition.
Elle est sté­rile et il est bon d’en­le­ver des tes­ti­cules intra-abdominaux.

FSH – 17 bétaoes­tra­diol – J2-J10
Une élé­va­tion franche de la FSH avec une réponse faible en oes­tra­diol indique la perte ou la dimi­nu­tion de la fertilité.

$ de KLINEFELTER
Le syn­drome de Kli­ne­fel­ter se défi­nit par la pré­sence chez des sujets de phé­no­type mas­cu­lin, d’un chro­mo­some X sup­plé­men­taire. Le caryo­type s’é­crit 47,XXY. Le seul signe constant est l’a­zoo­sper­mie liée à la sclé­rose des tubes sémi­ni­fères et res­pon­sable de la sté­ri­li­té. [Lien]

Retour
 

LE SPERMOGRAMME

AZOOSPERMIE
Contro­lée sur 2 sper­mo­grammes aprés 3 jours d’abstinence.
L’ex­plo­ra­tion 
hor­mo­nale, géné­tique et encé­pha­lique doit être pratiquée.

OLIGO ASTHENO TERATO SPERMIE
Résul­tat le plus fré­quent a  » mani­pu­ler  » avec pré­cau­tion et sép­ti­cisme…j’ai eu 2 enfants avec ce résultat !
Even­tuel­le­ment bilan hor­mo­nal pour­ra etre pra­ti­qué mais géné­ra­le­ment normal.
Voir MAJ 10/2001 : Sper­mo­gramme (Remise en cause des standarts)

On cher­che­ra :
—- Infec­tion ancienne ou en cours (pros­tate, urètre, sperme ), sérologie.
—- Risque toxique, iatro­gène, pro­fes­sion­nel ( cha­leur, toxique, autres ) voire ves­ti­men­taire ( vive les caleçons ? ).
—- Stress ?
TRT :
—- Trt d’é­preuve par tétracyclines.
—- Trt d’é­preuve par anti-estro­gène. ( FSH nor­mal – NOLVADEX )
—- Sti­mu­la­tion de la sper­mo­gé­nèse : PARLODEL, CLOMD, ARGININE.…
—- Asthé­no­sper­mie Carnitine

Retour
 

BILAN HORMONAL MASCULIN
FSH, LH, Testostérone

SUR AZOOSPERMIE controlée sur 2 spermogrammes aprés 3 jours d’abstinence.

Faire un caryotype ++++

FSH BASSE
Témoigne d’un hypogonadisme
—- Tes­ti­cules de petite taille, aspect géné­ral gynoïde, impubère.
—- LH et Tes­to­sté­rone basses : ori­gine cen­trale à explo­rer ( Scan­ner, IRM ).
—- Olfac­to­mè­trie ( $ de Morsier ).
—- Fer­ri­tine pour recherche d’hémochromatose

FSH AUGMENTEE
Le trouble pri­mi­tif est tes­ti­cu­laire péri­phé­rique par ano­ma­lie du caryo­type ou atteinte des tubes séminifères
—- LH et tes­to­sté­rone nor­males : Risque toxique, iatro­gène, infectieux.
—- LH et tes­to­sté­rone basses : Péri­phé­rique ? Caryo­type ( Kli­ne­fel­ter ).

FSH NORMALE
—- Les tes­ti­cules sont normaux.
—- Asper­mie par ané­ja­cu­la­tion ou éja­cu­la­tion rétrograde.
—- Epi­di­di­mite, agé­né­sie des défé­rents, vasectomie
TRT : soit chi­rur­gi­cal soit FIV/IAC avec sperme tes­ti­cu­laire ou épi­di­maire du conjoint

Derniers articles

Oxycodone : Indications, Posologie, Effets, Précautions d’emploi

Pour traiter les douleurs en fonction de leur intensité, l’Organisation Mondiale de la Santé...

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

Pour aller plus loin

Oxycodone : Indications, Posologie, Effets, Précautions d’emploi

Pour traiter les douleurs en fonction de leur intensité, l’Organisation Mondiale de la Santé...

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...