HomeNon classéSEROTONINE - DEPRESSION -BOULIMIE - ETC...

SEROTONINE – DEPRESSION ‑BOULIMIE – ETC…

Publié le

spot_img

Mode ? Réalité ?
La séro­to­nine ( pré­cur­seur= tryp­to­phane) est un neu­ro­mé­dia­teur essen­tiel dans la dépres­sion mais éga­le­ment dans cer­tains troubes du com­por­te­ment comme la bou­li­mie, l’agressivité.
Il faut noter que dopa­mine et nora­dré­na­line sont éga­le­ment impli­qués dans tous ces phénomènes.
Il est pos­sible qu’une séquence phy­sio­lo­giques à départ séro­to­ni­ner­gique réta­blisse in fine une trans­mis­sion sur plu­sieurs voies neu­ro­mé­dia­trices ( dopa­mi­ner­gique, noradrénregique ).
L’ac­ti­vi­té séro­to­ni­ner­gique d’une molé­cule reste pri­mor­diale mais doit – pour être effi­cace – éga­le­ment com­por­ter une dimen­sion nora­dr­éner­gique et dopaminergique.
Enfin, outre cet effet en cas­cade, un neu­ro­mé­dia­teur ne pos­sède que les effets auto­ri­sés par les recep­teurs cellulaires.
Ils sont en grande par­tie géné­ti­que­ment défi­nis. Cette don­née essen­tielle explique pro­ba­ble­ment les sucep­ti­bi­li­tés indi­vi­duelles au risque dépres­sif comme aux trai­te­ments ( effi­ca­ci­té et EI )

OESTROGENES ET SEROTONINE
Les dépres­sions de la méno­pause et du post-par­tum , périodes de chute des taux d’oes­tro­gènes, sug­gèrent une rela­tion de cause à effet.
G.Fink et B sum­mer ( Nature 1996, 383 : 306 ) ont pu démon­trer que l’é­lé­va­tion de la concen­tra­tion plas­ma­tique en oes­tro­gènes entrai­nait une hausse signi­fi­ca­tive des récep­teurs sérotoninergiques.

FIBROMYALGIE ET SEROTONINE
Les troubles du som­meil et la séro­to­nine semblent impli­qués dans le Fibro­my­al­gie – SPID ain­si que dans le $ de fatigue chro­nique ( forme de dépres­sion d’épuisement ??? ).

ALCOOLISME ET SEROTONINE
Une rela­tion entre consom­ma­tion d’al­cool et le conte­nu céré­bral en séro­to­nine a été démon­trée même chez les alcoo­liques non déprimés.
Tou­te­fois seuls les  » petits consom­ma­teurs semblent favo­ra­ble­ment influen­cés par un trt séro­to­nier­gique ( cita­lo­pram – fluoxétine )

SPM ET SEROTONINE
Com­men­ting on the Stei­ner stu­dy, Rubi­now and Schmidt noted that the results are consistent with the notions that PMS is a type of aty­pi­cal depres­sion and that sero­to­nin has a role in regu­la­ting the varia­tions in mood, impul­si­vi­ty, appe­tite, and other forms of beha­vior that fluc­tuate in rela­tion to the mens­trual cycle in PMS. They also noted that PMS symp­toms have not been lin­ked to cyclic varia­tions in the concen­tra­tions of ova­rian hor­mones. (Rubi­now DR, Schmidt PJ. N Engl J Med. 1995 ; 332 : 1574–1575.)

SEXUALITE ET SEROTONINE
Goba­le­ment l’ef­fet est plu­tot néga­tif : baisse de la libi­do et troubles de l’é­ja­cu­la­tion :cli­quez ICI

AGRESSIVITE et SEROTONINE
25ème congrés annuel de la socié­té des Neu­ros­ciences – San Die­go 1995
Un lien parait désor­mais éta­bli entre de faibles taux san­guins de séro­to­nine et les com­por­te­ments agres­sifs. Cette rela­tion a pu être retrou­vée aus­si chez les alcoo­liques  » anti-sociaux « , les indiv­dus au com­por­te­ment impul­sifs et chez les autistes
Un régime pauvre en tryp­to­phane ( pré­cur­seur de la séro­to­nine ) entraine une aug­men­ta­tion signi­fi­ca­tive de l’a­gres­si­vi­té ( Moel­ler. Hous­ton) mais avec des varia­tions indi­vi­duelles ( Muta­tion d’un gêne codant l’un des récepteurs ??)
Escu­lape : Ces don­nées paraissent en contra­dic­tion avec la cli­nique des sur­do­sages en sérotonine
L’aut­sime semble éga­le­ment être concer­né par les taux san­guins de tryp­to­phane ( C. Mac­Dou­glas. Ecole de Méde­cine. Facul­té de Yale ).

SEROTONINE & BÊTA BLOQUANT
ß‑Blockers (e.g. pro­pra­no­lol, pin­do­lol+) Les EI / sommeil :

  • Night­mares
  • Vigi­lance
    Sleep dis­rup­tive effects increase with lipid solu­bi­li­ty of indi­vi­dual drugs Selec­tive ß1 adre­ner­gic anta­go­nism Inter­ac­tion with neu­ro­trans­mit­ters, e.g. serotonin

Derniers articles

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

Pour aller plus loin

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...