HomeNon classéASTHME DE L'ENFANT

ASTHME DE L’ENFANT

Publié le

spot_img

Sources : Concen­sus de Sao Paulo/1995 – Dos­sier Impact Mede­cine N° 276, 302/1995 – Autres.…

Voir éga­le­ment Asthme Infan­tile (Univ. Rennes1)

  • L’asthme est une mala­die inflam­ma­toire et géné­ra­le­ment aller­gique 50 à 85 % sui­vant les séries.
  • La fré­quence de l’asthme ( et/ou son meilleur diag­nos­tic ) aurait dou­blé durant les 10 der­nières années et concerne 10 % des enfants en âge scolaire.
  • La pré­ven­tion est pos­sible [Lire] (MAJ 2003)
  • La prise en charge pré­coce, càd durant les 3 pre­mières années de la vie ( crois­sance et matu­ra­tion du pou­mon ) est néces­saire. Voir : Asthme du NNO
  • La bron­chite asth­ma­ti­forme : Bron­chio­lite et les asthmes non aller­giques.
  • L’asthme peut tuer par SOUS trai­te­ment. Il faut détruire le mythe de la  » VENTOLINE qui tue ! »
  • Le nez ! Débou­cher le nez est trés impor­tant. Une sinu­site peut éga­le­ment être intriquée
  • Le RGO : sou­vent ren­con­tré. Il doit éga­le­ment être traité.
  • La maî­tise hypo­al­ler­gé­nique de l’en­vi­ron­ne­ment. Par­lez en pen­dant la gros­sesse. Pas d’a­ni­maux et la pré­ven­tion.
  • La maî­trise non agres­sive de l’en­vi­ron­ne­ment ( Taba­gisme, pol­lu­tion, météo ).
  • L’asthme du NNO et de l’en­fant ne se tra­duit pas uni­que­ment par des épi­sodes clas­siques de dys­pnée et/ou de sibi­lants mais se révé­ler par :
    .….….… Toux chro­nique ou réci­di­vante, sèche ou grasse, volon­tiers nocturne.
    .….….… Toux ou essou­fle­ment d’effort.
    .….….… Toux d’émotion.
  • L’EFR ( avant et aprés Béta2mimétique ) quand elle est pos­sible confirme le diag­nos­tic et appré­cie la gravité.
  • Le bilan aller­go­lo­gique IgE Totales et Test sérique glo­bal ( PHADIATOP et ENS Tro­phal­ler­gènes- pneumallergènes )
  • Les tests cuta­nés d’al­ler­gie peuvent être pra­ti­qués trés tôt – clas­si­que­ment aprés 2 ans – et il faut savoir les répé­ter plus tard s’il ya dis­cor­dance avec la cli­nique. ( bron­chite à répé­ti­tion, EFR non significative ).
  • Le trt éner­gique de tout épi­sode infectieux.
  • Le taba­gisme pas­sif est un vrai fac­teur de risque
  • Edu­quer le patient : Les médi­ca­ments inha­lés sont tres sou­vent mal uti­li­sés. Véri­fier pério­di­que­ment la tech­nique et pré­voir un appren­tis­sage éven­tuel­le­ment par qques séances de kinésithérapie.
  • Edu­quer les parents : Que peuvent et doivent-ils faire en cas de crise. Les signes de gra­vi­tés. L’asthme, c’est comme les incen­dies de forêt : au début on peut l’é­teindre avec un verre d’eau…
  • La pré­ven­tion est pos­sible [Lire] (MAJ 2003)…bis…
  • Le peek flow et donc la mesure du débit expi­ra­toire de pointe ( DEP ) est un élé­ment impor­tant de la sur­veillance et de l’autosurveillance.
  • L’asthme n’est pas une contre-indi­ca­tion aux sports , bien au contraire, à l’ex­cep­tion de la plon­gée sous-marine. mais l’ac­ti­vi­té phy­sique doit être modu­lée en fonc­tion des condi­tions cli­ma­tiques de bon sens.
  • Faire une lettre au pro­fes­seur de gym­nas­tique et/ou un cer­ti­fi­cat d’ap­ti­tude partielle
  • Sui­vant l’âge, évo­quer l’o­rien­ta­tion pro­fes­sion­nelle future.

Concen­sus de Sao Paulo/1995

ASTHME LEGER ou BENIN ou EPISODIQUE PEU FREQUENT ou STADE 1


—- Symp­tômes brefs, inter­mit­tents et moins de 2 fois par semaine.
—- Moins de 2 gênes ou réveils noc­turnes par mois.
—- DEP ou VEMS nor­maux ou > 80 % des valeurs théo­riques en période inter­cri­tique . —- DEP nor­mal aprés bronchodilataeur
TRAITEMENT
On admet que la com­po­sante inflam­ma­toire de l’asthme est abscente.
—- Béta2mimétique à la demande et/ou avant une acti­vi­té spor­tive et/ou avant une expo­si­tion allergénique.
—- Alter­na­tive : TILADE avant une acti­vi­té spor­tive et/ou avant expo­si­tion allergénique.
—- En cas d’asthme déclan­ché par une acti­vi­té spor­tive, un béta2mimétique LP ( FLORADIL, SEREVent ) peut être uti­li­sé aprés 5 ans.
—- La pres­crip­tion de CLARYTINE ( Etude ETAC Ear­ly Trt of Ato­pic Child ) et du ZADITEN parait être licite mais demande à être évaluée.

ASTHME MODERE ou EPISODIQUE FREQUENT ou STADE 2

—- Crises ou gênes diurnes > 2 par semaine.
—- Symp­tômes ou réveils noc­turnes > 3 par mois.
—- Uti­li­sa­tion de Béta2mimétiqes > 3 fois par semaine voire quotidienne.
—- DEP ou VEMS entre 60 et 80 % des valeurs théoriques.
—- DEP nor­mal aprés bronchodilatateur.
TRAITEMENT
La com­po­sante inflam­ma­toire de l’asthme est pré­sente et doit être traitée.
—- Béta2mimétiques inha­lés. Even­tuel­le­ment forme LP le soir.
—- Asso­cier sys­té­ma­ti­que­ment et quo­ti­dien­ne­ment soit une pro­phy­laxie non cor­ti­coïde par cro­mone TILADE ( dés 2 ans ) 6 à 8 semaines . En cas d’chec un CORTICOÏDE inha­lé à faible dose ( 500 à 1000 µg/J )
—- Dis­cu­ter Atro­pi­nique inha­lés ( ATROVENT, TRESIGAT ) ou en asso­cia­tion avec béta2mimétique : BRONCHODUAL.
—- Dis­cu­ter : théo­phyl­line retard ou Béta2mimétique VO le soir.
—- Rééva­lua­tion régu­lière : obser­vance, DEP, VEMS, EI.
—- Une désen­si­bi­li­sa­tion doit être envisagée

ASTHME SEVERE ou PERSITANT ou STADE 3

—- Crises fré­quentes et/ou gêne continue.
—- Symp­tômes noc­turnes fréquents
—- Acti­vi­té phy­sique limitée.
—- Hos­pi­ta­li­sa­tion pour asthme dans les 12 mois précédents
—- DEP ou VEMS < 60 %
TRAITEMENT
—- Béta2mimétiques inha­lés 2 inha­la­tions x 4 / jour ou formes retard au delà de 5 ans : SEREVENT – FORADIL.
—- Cor­ti­coïdes inha­lés jus­qu’à 2000 µg/J pour l’a­dulte 1000µg pour l’enfant.
—- Trt VO : théo­phyl­line retard et béta2mimétiques.
—- Cor­ti­coïdes VO en cures dis­con­ti­nues voire en continu.

LES HOUSSES ANTI-ACARIENS

  • Acar housse (en phar­ma­cie) 460 F
  • Aller­bio-housse
    (A com­man­der chez Aller­bio, 55270 Varennes-en-Argonne) 650 F
  • Housse Acb
    (A com­man­der chez Stal­ler­gènes, 6 rue Alexis-de-Toc­que­ville 92183 Anto­ny Cedex) 720 F
  • Housse anti-aca­riens Dyn’R (A com­man­der chez Dyn’R, BP 71, 31603 Muret Cedex) 500 F
  • Housse de mate­las Clinibed
    (A com­man­der chez Phar­med, 4 rue Petit-Cui­ron, 01000 Bourg-en-Bresse) 444,90 F

$ ASTHMATIFORME & ASTHME NON ALLERGIQUE ( nom­mé par­fois extrinsèque )

L’é­tio­lo­gie aller­gique de l’asthme domine lar­ge­ment En cas de néga­ti­vi­té du bilan aller­gique, il peut être symptôme
  • Aller­gène méconnu
  • Myco­plasme pneu­mo­niae , Chla­my­diae pneumoniae
  • Muco­vis­ci­dose – DDB -
  • Corps étran­ger intrabronchique.
  • VRS ( virus res­pi­ra­toire syn­ci­tial ), hae­mo­phi­lus, pneu­mo­coque, mycoplasme…
  • OAP ath­ma­ti­forme ( RM + )
  • Vas­cu­la­rites sys­té­miques : PAN, Zeek, Cherg et Strauss
  • RGO et troubles de la déglutition.
  • Asper­gil­lose, pneu­mo­pa­thies d’in­ha­la­tion, pneu­mo­pa­thies à pré­ci­pi­tines ( ++ oiseuax, poules, etc..)
  • Mala­die coeliaque
  • Para­si­toses : anky­lo­stomes, tri­chi­nose, toxicarose…
  • $ de Fer­nand-Widal ( asso­cia­tion aller­gie aspi­rine, polype, esthme ).

Retour

RGO

Har­ding. J Aller­gy Clin Immu­nol 1999 ; 104:251–259.
80% des asth­ma­tiques ont un reflux gas­tro-oeso­pha­gien et 70% d’entre eux voient leur asthme amé­lio­ré par le trai­te­ment antireflux.
Une étude récente a mon­tré que 24% des asth­ma­tiques indemnes de symp­tômes de RGO sont éga­le­ment amé­lio­rés par le trai­te­ment anti­re­flux. De même chez les asth­ma­tiques dif­fi­ciles à contrô­ler, en l’ab­sence de symp­tôme de reflux, il convient de pra­ti­quer une pHmé­trie oso­pha­gienne des 24 heures.
La stra­té­gie la moins coû­teuse consiste à trai­ter d’a­bord empi­ri­que­ment les patients par omé­pra­zole pen­dant 3 mois puis de pra­ti­quer une pHmé­trie chez les non répondeurs.

L’ASTHME ET LE SPORT

L’asthme et le sport : une asso­cia­tion hau­te­ment bénéfique !

Lors des Jeux Olym­piques de Los Angeles
67 des 597 ath­lètes amé­ri­cains soit 11 % étaient asthmatiques.
41 d’entre eux ont rem­por­té une médaille soit 57 %

Chez l’en­fant la pra­tique du sport amé­liore l’é­vo­lu­tion de la mala­die à la fois par une meilleure effi­ca­ci­té res­pi­ra­toire mais éga­le­ment par son impact psychologique.
Tou­te­fois l’asthme induit par l’ef­fort est fré­quent ( 10 % ), géné­ra­le­ment à l’oc­ca­sion d’un excer­cice intense sur­tout par temps froid et sec. La crise sur­vient géné­ra­le­ment au bout de quelques minutes d’ac­ti­vi­té mais est pos­sible àprés son arrêt.
Il est alors recom­man­dé d’in­ha­ler 2 bouf­fées de bron­cho­di­la­ta­teur 10 minutes avant l’ef­fort, de bien s’é­chauf­fer en par­ti­cu­lier avant un effort intense ou de démar­rer progressivement.
DOPAGE : Les médi­ca­ments de l’asthme peuvent être auto­ri­sés avec une ordon­nance jus­ti­fiée et un dos­sier médi­cal com­plet sous la res­pon­sa­bi­li­té d’un pneu­mo­logue agrée par la fédération.

Le meilleur sport est la Natation.

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....