HomeNon classéDIAGNOSTIC D'UNE PERTE DE CONNAISSANCE BREVE

DIAGNOSTIC D’UNE PERTE DE CONNAISSANCE BREVE

Publié le

spot_img

1999 – 2002 – 2008
Un dif­fi­cile pro­blème cli­nique. Les causes pos­sibles sont nom­breuses et par­fois mul­tiples chez un sujet agé.
L’in­ter­ro­ga­toire est l’élé­ment essen­tiel : cir­cons­tances, ATCD, trt en cours,PDC véri­table, malaise, ver­tige, etc…
Les causes les plus fré­quentes ne sont pas d’o­ri­gine cardiaque .
NB : les drop-attacks sont des chutes bru­tales sans pdc.
NB : Pour com­pli­quer les choses, les patients essayent sou­vent de trou­ver une expli­ca­tion à la chute : j’ai glis­sé, j’ai buté, etc…

Voir éga­le­ment
—- Malaise, perte de connais­sance chez l’a­dulte : Réfé­ren­tiel Natio­nal – Col­lège des Ensei­gnants de Neu­ro­lo­gie (2002) [Lire]
—- Pertes de connais­sance brèves de l’adulte : Prise en charge diag­nos­tique et thé­ra­peu­tique des syn­copes (HAS 2008) [Lire]

ETIOLOGIES EXTRA CARDIAQUES

  • Les états de choc [Lire] :
  • Le malaise vagal entraine une pdc pré­cé­dée de sen­sa­tion de malaise. Elle est sou­vent incom­plète et sur­vient géné­ra­le­ment dans des cir­cons­tances évo­ca­trices ( émo­tion, cha­leur, mic­tion noc­turne, exa­men médi­cal inva­sif, prise de sang, dou­leur intense, etc… )
  • L’hy­po­ten­sion ortho­sta­tique aprés lever bru­tal ou sta­tion débout pro­lon­gée. Hypo­vo­lé­mie, Iatro­gène ++, déshydratation, .
    La prise de TA cou­ché puis débout confirme géné­ra­le­ment le diagnostic.
  • La crise de spas­mo­phi­lie ‚plus ou moins hys­te­rique, spéc­ta­cu­laire dans un contexte psy­chique évo­ca­teur (syn­drome d’hy­per­ven­tia­la­tion anxieuse) ou une séance d’hy­per­ven­ti­la­tion banale ( le père qui gonfle la bouée sur la plage.. )
  • L’e­pi­lep­sie pdc bru­tale sou­vent pré­cé­dée d’une aura et un $ post-cri­tique +++. La perte des urines peut se voir dans toute PDC pro­lon­gée. Seule la mor­sure des bords de la langue est évo­ca­trice ; les mor­sures de la pointe peut sur­ve­nir sur toute chute bru­tale. L’exis­tence de mou­ve­ments convul­sifs peut man­quer dans cer­taines formes d’é­pi­lep­sie et à contra­rio peuvent appa­raitre dans toute PDC dépas­sant 20–25 secondes.
  • Hypo­gly­cé­mie, avec cor­tège de sueurs, pâleur donne rare­ment une pdc com­plète et est prolongée
  • L’is­ché­mie ver­té­bro-basillaire res­pon­sable de drop-attacks sans pdc, lors de mou­ve­ments de rota­tion, exten­sion de la tête. Le rare vol sous-cla­vier, pdc lors d’ef­fort du membre supérieur.
  • AIT AVC rare­ment
  • Syn­cope tus­si­gène aprés quinte de toux pro­lon­gée géné­ra­le­ment chez un bron­chi­tique chronique
  • L’hy­per­si­bi­li­té du sinus caro­ti­dien , rare.
  • L’a­né­mie aiguë : diges­tive, gynécologique
  • Les intoxi­ca­tions : alcool, monoxyde de car­bone, médi­ca­ment ( invo­lon­taire ou TS)
  • Ls sevrages : Ben­zo­dia­zé­pines, alcool (DT, pré-DT)

LES ETIOLOGIES CARDIAQUES

Voir éga­le­ment Etio­lo­gies des PDC (Lien vers Adré­na­line 112)

Pour le Pr Kapoor (Bombay/Inde): Pro­po­sé et tra­duit par André Figueredo.

1.Si le malaise est sur­ve­nu au repos,exclure une attaque d’a­ryth­mie ou un IM silen­cieux ; une embo­lie pul­mo­naire s’il existe la moindre dou­leur pleu­rale ou de la tachy­pnée ; une hemor­ra­gie digestive.
2.si malaise à l’ef­fort ou à la posi­tion debout :exclure une sté­nose aor­tique ou pul­mo­naire ;une hypo­ten­sion pos­tu­rale ;un acci­dent isché­mique tran­si­toire du tronc cérébral .
3. pen­ser au malaise de l’at­taque de toux , de la mic­tion noc­turne ‚de l’ac­cès d’éternuement.
4. la cause la plus fré­quente de syn­cope est l’at­taque vaso-vagale ‚à la suite d’une peur, de mau­vaises nouvelles…
5. La seconde cause,par ordre de fréquence,est le syn­drome du sinus malade ( bra­dy­car­die ‚ECG , explo­ra­tion elec­tro-phy­sio­lo­gique du coeur ) .
6. Vient ensuite la syn­cope vaso-dépres­sive (diag­nos­tic par test du Tilt-Up (cf infra) ;trait.par Beta bloquants).
7. L’in­su­line ou de fortes doses d’hypoglyc.per os peuvent don­ner des malaises chez les diabétiques.
8. Les causes neurolo.sont rares : à n’en­vi­sa­ger qu’en cas de malaise appa­rem­ment idiopathique.

Test du Tilt-Up (Source : http://www.pediatrie.be/Tilttest.htm)
Indi­ca­tion dans les cas de syn­copes ou malaises pré­syn­co­paux d’allure vagale dont l’étiologie n’est pas claire à l’anamnèse et exa­men cli­nique simple.
Des­crip­tion : moni­to­ring car­diaque et ten­sion­nel pen­dant 45 minutes de sta­tion debout à 60–80° sur une table redres­sée, ensuite poten­tia­li­sa­tion de l’effet par une per­fu­sion d’Isuprel et posi­tion debout pen­dant 20 minutes ou appa­ri­tion des symptômes.
But : recréer les condi­tions dans les­quelles le patient res­sent ses symp­tômes et pou­voir les cor­ré­ler à une hypo­ten­sion et/ou bra­dy­car­die signi­fi­ca­tive qui peut alors être clas­si­fiée selon les dif­fé­rents types de réponse cardiovasculaire.

http://www.pediatrie.be/Tilttest.htm

Derniers articles

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

Pour aller plus loin

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...