HomeNon classéPASTEURELLOSE Pasteurella multocida

PASTEURELLOSE Pasteurella multocida

Publié le

spot_img

Fré­quentes, clas­si­que­ment aprés mor­sure ou grif­fure d’un chat et chien mais éga­le­ment par­fois par épine végé­tale et autres plaies.
Il existe un risque impor­tant de com­pli­ca­tions y com­pris algodystrophie.

SEMIOLOGIE
—- $ infec­tieux local ( dou­leur, inflam­ma­tion ) impor­tant et appa­rais­sant en qques heures ( 3 à 6 )
—- Ecou­le­ment, lym­phan­gites et ADP locales trés inflammatoires.
—- Le $ épaule-main

Mais aus­si (Univ-Lyon1) : Infec­tions sup­pu­ra­tives : Phleg­mon ou pana­ris avec adé­no­pa­thie satel­lite et lym­phan­gite accom­pa­gnés de dou­leurs très intenses. Infec­tions cuta­nées, sous-cuta­nées et muqueuses : lym­phan­gites, cel­lu­lites. Infec­tion de plaies : méca­nisme à l’o­ri­gine des formes cuta­nés et ostéo-articulaires.Infections de la sphère ORL : sinu­sites, otites, amyg­da­lites. Infec­tions ocu­laires : conjonc­ti­vites, endoph­tal­mies et ulcères cor­néens (rares)., Infec­tions ostéoar­ti­cu­laires : arthrites et atteintes sup­pu­ra­tives ostéo-arti­cu­laires (suite à mor­sure pro­fonde), ostéo­myé­lite. Sep­ti­cé­mies (et endo­car­dites) : oui (rare). Infec­tions pul­mo­naires : Bron­chites, pleu­ré­sies (sur­tout chez per­sonnes en contact pro­lon­gé avec les ani­maux). Infec­tions neu­ro-ménin­gées : oui, mais rares (ménin­gites et abcès cérébraux).Infections des séreuses : oui (péri­to­nite, rare).

CAT
—- Mor­sures humaines : peuvent éga­le­ment trans­mettre BK, syphi­lis hépa­tites B et hépa­tite C , HIV ( faible, esti­mé 0,02%)
—- Pre­lè­ve­ment local
—- Eau, savon +++
—- Anti­spep­tie locale. : BETADINE – DAKIN
—- Explo­ra­tion  » ner­veuse, ten­di­neuse et arti­cu­laire  » de la plaie. Sauf cas par­ti­cu­lier, une mor­sure ne doit pas être suturée.
—- Gérér les risques asso­ciés : Téta­nos, Rage, Hépa­tites, etc…

TRAITEMENT
Outre les soins locaux, une anti­bio­thé­ra­pie doit être immé­dia­te­ment ins­tau­rée pour une durée mini­male de 10 jours.
Sen­sible aux bêta-lac­ta­mines, fluo­ro­qui­no­lones, cyclines, imi­da­zo­lés. Les macro­lides et ami­no­sides ont une moins bonne acti­vi­té. Résis­tance natu­relle aux lin­co­sa­mides, aux glycopeptides.
—- AUGMENTIN/CIBLOR ( 500 mg x 3/J) est un bon pre­mier choix.
—- En cas d’al­ler­gie à la péni­cil­line, asso­cia­tion Doxy­cline 200 mg/J + FLAGYL (500 mg x 3 /J)
—- Enfant aller­gique à la péni­cil­line : macro­lide mais prélèvement/antibiogramme +++
—- Doxy­cline 200 mg/J en une prise
—- fluo­ro­qui­no­lones
—- ?? Syner­gis­tines

Tout savoir sur Pas­teu­relle mul­to­ci­da : [Lire]

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...