HomeSantéDystrophie ovarienne : causes, symptômes et traitements

Dystrophie ovarienne : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

La dys­tro­phie ova­rienne est l’une des rares mala­dies des ovaires chez la femme. En effet, ce phé­no­mène touche géné­ra­le­ment les femmes en âge de conce­voir et reste inquié­tant pour la gent fémi­nine. La mala­die touche exac­te­ment 5 à 10 % de ces types de per­sonnes. De plus, la dys­tro­phie ova­rienne peut être déclen­chée faute d’un pro­blème géné­tique ou d’autres fac­teurs externes à la per­sonne. Quels sont les causes, symp­tômes et trai­te­ments de cette anomalie ?

Description de la dystrophie ovarienne

Définition de la dystrophie ovarienne

La dys­tro­phie ova­rienne est une mala­die des ovaires d’origine hor­mo­nale et ova­rienne, encore appe­lée le syn­drome des ovaires poly­kys­tiques. En effet, les ovaires sont loca­li­sés dans le bas­sin, plus pré­ci­sé­ment à chaque côté de l’utérus. Ils font par­tie des organes géni­taux internes de la femme et per­mettent la pro­duc­tion des hor­mones rela­tives à la reproduction.

Ain­si, il est par­lé de dys­tro­phie ova­rienne, lorsque ces ovaires sont tou­chés. En effet, cette mala­die est carac­té­ri­sée par une forte sécré­tion anor­male des hor­mones dites andro­gènes pro­duites par les ovaires. Elle peut appa­raître soit dans la période de l’adolescence soit dans le jeune âge adulte, et conduire à des com­pli­ca­tions en l’absence de prise en charge.

Encore connu sous le nom de syn­drome de Stein-Leven­thal, le syn­drome des ovaires poly­kys­tiques est appa­ru depuis les années 30. Il tire ce nom des pre­miers constats rela­tifs à la for­ma­tion en forme de kyste remar­quée autour de l’ovaire anor­mal.

De plus, la dys­tro­phie ova­rienne reste une patho­lo­gie dont les fac­teurs de risque sont mal connus. Fort de cela, la prise en charge en cas de syn­drome des ovaires poly­kys­tiques doit res­ter rigoureuse.

Manifestations de la dystrophie ovarienne

La dys­tro­phie ova­rienne se mani­feste par un excès de sécré­tion d’hormones andro­gènes. Ces hor­mones sont mas­cu­lines et troublent le fonc­tion­ne­ment des ovaires. Par consé­quent, il est remar­qué une absence d’ovulation régu­lière et bien d’autres chan­ge­ments rela­tifs au fonc­tion­ne­ment de l’ovaire.

En effet, cette mala­die d’ovaires est carac­té­ri­sée par un pro­ces­sus anor­mal durant la matu­ra­tion des fol­li­cules libé­rés par les ovaires. À cette étape de matu­ra­tion, un nombre anor­mal de fol­li­cules, envi­ron 30, s’agglutinent autour des ovaires sans connaître de crois­sance. Alors que dans un pro­ces­sus nor­mal, seule­ment une dizaine de fol­li­cules apparaissent.

En effet, ce qui explique ce pro­ces­sus anor­mal, est la sécré­tion des hor­mones FSH et LH par le sys­tème hypo­tha­la­mus hypo­phy­saire. Cette sécré­tion pro­voque donc une pro­duc­tion exces­sive de tes­to­sté­rone et affecte le cycle des ovaires.

Quelles sont les causes de la dystrophie ovarienne ?

De nom­breux fac­teurs peuvent cau­ser la dys­tro­phie ova­rienne. Très sou­vent, ils sont liés à la pro­duc­tion anor­male de la FSH et la LH par l’hypophyse. Cet organe céré­bral inter­vient for­te­ment dans le pro­ces­sus ovu­la­toire et sur les ovaires. Il est remar­qué une pro­duc­tion exces­sive de tes­to­sté­rone par les ovaires, en cas de pro­duc­tion anor­male des hor­mones de l’hypophyse. À cet effet, lorsqu’une pro­duc­tion éle­vée de la FSH et de LH est faite, cela peut cau­ser cette pathologie.

De plus, les muta­tions géné­tiques peuvent aus­si cau­ser la dys­tro­phie ova­rienne. Il est éga­le­ment remar­qué qu’une ving­taine de gènes chez la femme, peuvent pré­dis­po­ser à déve­lop­per la mala­die des ovaires. En outre, les anté­cé­dents fami­liaux peuvent accroître jusqu’à 30 % du risque à déve­lop­per le syn­drome des ovaires poly­kys­tiques.

Par ailleurs, le risque de contrac­ter cette patho­lo­gie à cause du manque d’hygiène et du cli­mat reste très faible. Aus­si, est-il remar­qué que l’obésité ou le sur­poids chez les femmes peuvent aug­men­ter le risque de déve­lop­per la mala­die des ovaires. En effet, l’obésité est un phé­no­mène qui accroît le risque de déve­lop­per bon nombre de mala­dies dont la dys­tro­phie ova­rienne. Il est remar­qué que 75 % des femmes obèses déve­loppent cette pathologie.

Quelles sont les éventuelles complications de la dystrophie ovarienne ?

La dys­tro­phie ova­rienne conduit à des com­pli­ca­tions impor­tantes sur l’état de san­té géné­ral de la femme. La com­pli­ca­tion la plus remar­quée est rela­tive à la san­té repro­duc­tive de la femme.

Cette mala­die conduit géné­ra­le­ment à une infer­ti­li­té fémi­nine. En effet, en cas de mala­die des ovaires, les fol­li­cules libé­rés s’accumulent autour de ceux-ci, sans fran­chir l’étape de matu­ra­tion. Cela exclut donc toute pos­si­bi­li­té d’ovulation. Il est obser­vé dans 70 % des cas, des femmes souf­frant de dys­tro­phies ova­riennes qui sont infertiles.

Ce phé­no­mène d’infertilité engen­dré par le syn­drome des ovaires poly­kys­tiques, peut varier en fonc­tion de l’organisme de chaque femme. Il est géné­ra­le­ment remar­qué que la plu­part des femmes pré­sentent des dif­fi­cul­tés à pro­créer vu qu’elles n’ovulent pas.

Tou­te­fois, dans le cas rare où elles arrivent à tom­ber enceinte, cette mala­die peut engen­drer d’autres com­pli­ca­tions que sont :

  • Un accou­che­ment prématuré ;
  • Une fausse-couche ;
  • Une pré­éclamp­sie sur­tout en cas d’obésité.

Par ailleurs, le syn­drome des ovaires poly­kys­tiques peut engen­drer d’autres com­pli­ca­tions sur la san­té géné­rale de la femme. Il s’agit :

  • Du dia­bète gestationnel ;
  • De l’hypertension artérielle ;
  • Du dia­bète de type 2 ;
  • Du syn­drome de l’apnée du sommeil ;
  • Du can­cer de seins ;
  • Du can­cer de l’ovaire ;
  • Du can­cer de l’endomètre ;
  • De la thrombophilie ;
  • Du syn­drome dépressif ;

On note éga­le­ment de l’hypercholestérolémie et de l’hypertriglycéridémie.

Quels sont les symptômes de la dystrophie ovarienne ?

Géné­ra­le­ment, la dys­tro­phie ova­rienne reste asymp­to­ma­tique chez la majo­ri­té des femmes. Le seul indice per­met­tant de son­ger à cette mala­die est, lorsqu’elle a des dif­fi­cul­tés à pro­créer. Cepen­dant, cer­taines femmes peuvent pré­sen­ter des signes qui varient en fonc­tion de leur orga­nisme. Entre autres, il y a :

  • Les troubles d’ovulation, dont l’absence totale d’ovulation ou l’ovulation périodique ;
  • Les signes d’hyperandrogénie carac­té­ri­sés par un taux éle­vé d’hormones mas­cu­lines comme les poils sur le torse ;
  • Les cycles mens­truels longs ou anarchiques ;
  • L’aménorrhée qui se mani­feste par une absence de règles pen­dant plu­sieurs mois ;
  • L’apparition de l’acné sur le visage et sur le torse ;
  • La chute des cheveux ;
  • Les ménor­ra­gies qui sont une abon­dance des règles ;
  • Les règles irrégulières ;
  • L’apparition d’une Oli­go­mé­nor­rhée carac­té­ri­sée par une quan­ti­té trop faible de règles ;
  • La fra­gi­li­sa­tion des cheveux ;
  • Les dou­leurs pel­viennes avant, au cours ou après les règles ;
  • La prise de poids ;
  • La fatigue.

Par ailleurs, lorsque la mala­die des ovaires aurait engen­dré d’autres com­pli­ca­tions, il peut être remar­qué d’autres symp­tômes. Il s’agit par exemple d’acanthosis nigri­cans, une colo­ra­tion anor­male de la peau en gris-brun. C’est un signe qui montre une pro­duc­tion abon­dante d’insuline par la patiente. De plus, l’augmentation du volume des ovaires est éga­le­ment un signe de la dys­tro­phie ovarienne.

Comment s’effectue le diagnostic de la dystrophie ovarienne ?

Le diag­nos­tic de la dys­tro­phie se fait en 3 temps. Dans un pre­mier temps, il s’effectue par un ques­tion­ne­ment médi­cal adres­sé à la patiente. Dans un second temps, il se fait par un exa­men cli­nique qui est sui­vi des ana­lyses médi­cales. Le méde­cin peut exi­ger d’autres exa­mens com­plé­men­taires lorsqu’il sus­pecte d’autres pathologies.

Le questionnement médical

Le ques­tion­ne­ment adres­sé repose sur les symp­tômes res­sen­tis par la patiente. À ce niveau, le méde­cin s’assure de véri­fier si la patiente pré­sente les signes simi­laires à la dys­tro­phie ova­rienne. De plus, les ques­tions adres­sées à la patiente sont géné­ra­le­ment rela­tives à ces cinq élé­ments que sont :

  • La durée du cycle mens­truel ;
  • La quan­ti­té des règles ;
  • La gra­vi­té des dou­leurs lors des règles ;
  • La régu­la­ri­té des règles ;
  • Les autres symp­tômes de la dys­tro­phie ova­rienne, dont la fra­gi­li­sa­tion des cheveux.

Suite à ces ques­tions, le méde­cin cherche à appro­fon­dir les ana­lyses, et donc pour­suit avec un exa­men clinique.

L’examen clinique

À cette étape du diag­nos­tic, le méde­cin passe à la pal­pa­tion des ovaires à l’externe. Cette pal­pa­tion se fait par un tou­cher vagi­nal ou par­fois rec­tal, puis per­met de détec­ter une masse volu­mi­neuse au niveau des ovaires.

En cas de dys­tro­phie ova­rienne, les ovaires sont volu­mi­neux et irré­gu­liers. Aus­si peuvent-ils être dou­lou­reux au tou­cher. À la fin de l’examen cli­nique afin de confir­mer cette mala­die des ovaires, le méde­cin exige des analyses.

Les analyses médicales

Tout d’abord, une écho­gra­phie endo­va­gi­nale peut être réa­li­sée pour pal­per à l’interne les ovaires. Elle est une tech­nique d’imagerie médi­cale, effec­tuée à l’aide d’une sonde écho­gra­phique pla­cée dans le vagin de la femme.

Ensuite, une écho­gra­phie pel­vienne peut aus­si être effec­tuée pour véri­fier l’aspect mor­pho­lo­gique des ovaires. Cet exa­men per­met de contrô­ler le volume des ovaires et la pré­sence de fol­li­cules. Lorsqu’il est remar­qué une pré­sence de plus de 12 fol­li­cules et un volume anor­mal des ovaires, cette patho­lo­gie est suspectée.

Enfin, le méde­cin exige un bilan san­guin pour éva­luer le dosage des hor­mones FSH et LH. Il éva­lue éga­le­ment le taux de tes­to­sté­rone et de pro­lac­tine dans le sang. Le méde­cin véri­fie si les taux cor­res­pondent aux valeurs nor­males ou pas. Ce bilan san­guin est réa­li­sé dans un labo­ra­toire par un pré­lè­ve­ment de sang fraî­che­ment émis.

Les examens complémentaires

Les exa­mens com­plé­men­taires sont effec­tués pour écar­ter les doutes du méde­cin sur d’autres patho­lo­gies. Ces patho­lo­gies sont entre autres : le syn­drome de Cushing, l’insuffisance ova­rienne pré­ma­tu­rée, l’aménorrhée hypo­tha­la­mique et bien d’autres mala­dies. À cet effet, des exa­mens sont effec­tués pour évaluer :

  • Le taux des hor­mones sécré­tées par les glandes surrénales ;
  • Le taux de sucre dans le sang ;
  • Le taux d’insuline dans le corps ;
  • La fonc­tion thyroïdienne.

Quels sont les traitements possibles en cas de dystrophie ovarienne ?

Les mesures à adop­ter pour trai­ter défi­ni­ti­ve­ment la dys­tro­phie ova­rienne sont inexis­tantes. Celles sus­cep­tibles de l’atténuer sont prin­ci­pa­le­ment rela­tives à un trai­te­ment médi­ca­men­teux. Ces trai­te­ments sont de longue durée et doivent être rigou­reu­se­ment super­vi­sés par dif­fé­rents méde­cins, dont le gyné­co­logue et le nutri­tion­niste. De plus, il faut noter que le trai­te­ment pro­po­sé per­met de nor­ma­li­ser la pro­duc­tion hor­mo­nale pour favo­ri­ser la fer­ti­li­té. Il per­met éga­le­ment de trai­ter les symp­tômes engen­drés par la maladie.

La production hormonale

À ce niveau, le trai­te­ment pour régu­ler la pro­duc­tion hor­mo­nale repose tout d’abord sur l’administration de contra­cep­tifs oraux. Ces contra­cep­tifs de type œstro­pro­ges­ta­tif, aident à contrô­ler la pro­duc­tion des hor­mones mas­cu­lines. De plus, d’autres médi­ca­ments anti-andro­gènes comme la spi­ro­no­lac­tone, sont recom­man­dés pour réduire la pro­duc­tion exces­sive des hor­mones mas­cu­lines. Ce trai­te­ment est effi­cace dans 40 à 45 % des cas.

En outre, un trai­te­ment à base de met­for­mine peut accom­pa­gner le trai­te­ment ini­tial, pour dimi­nuer effi­ca­ce­ment le taux de testostérone.

Ensuite, afin de mieux agir sur les hor­mones et de favo­ri­ser la fer­ti­li­té fémi­nine, un trai­te­ment anti-œstro­gène peut être recom­man­dé. Ce trai­te­ment per­met de sti­mu­ler l’ovulation, en agis­sant sur la matu­ra­tion des fol­li­cules. À cet effet, le méde­cin peut pres­crire du citrate de clo­mi­fène (clo­mid) ou le létrozole.

En outre, des injec­tions de gona­do­tro­phines exo­gènes peuvent être effec­tuées, afin de cor­ri­ger le pro­blème de matu­ra­tion des fol­li­cules. D’autres trai­te­ments à l’inhibiteur de l’aromatase res­tent aus­si très effi­caces dans ces cas.

Par ailleurs, une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale peut inter­ve­nir pour un drilling ova­rien sous cœlio­sco­pie. Cette tech­nique consiste à per­fo­rer l’ovaire anor­mal, pour y injec­ter le trai­te­ment sus­cep­tible d’améliorer son fonctionnement.

Enfin, en cas d’échec de ces trai­te­ments, une pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée est effec­tuée lorsque la patiente sou­haite pro­créer. À cet effet, une fécon­da­tion in vitro pré­cé­dée d’une matu­ra­tion fol­li­cu­laire in vitro peut être programmée.

Traitements des symptômes engendrés par la dystrophie ovarienne

Les trai­te­ments des symp­tômes concernent tout d’abord la régu­la­ri­sa­tion du taux de sucre dans le corps. Pour ce faire, il est conseillé l’adoption des mesures hygié­no­dié­té­tiques incluant une sur­veillance de la masse cor­po­relle. À ce niveau, la patiente doit suivre rigou­reu­se­ment les conseils du nutri­tion­niste. Ces mesures doivent être accom­pa­gnées d’une pra­tique régu­lière d’activités physiques.

De plus, un trai­te­ment anti­dia­bé­tique à met­for­mine peut être recom­man­dé pour les per­sonnes ayant un pré­dia­bète. Il aide éga­le­ment à perdre de poids. Ensuite, en ce qui concerne l’absence ou l’irrégularité des règles, des contra­cep­tifs oraux sont pres­crits pour les réguler.

Par rap­port à la fra­gi­li­sa­tion des che­veux, il existe des médi­ca­ments comme le minoxi­dil qui sont recom­man­dés. Par ailleurs, un rasage ou une dépi­la­tion à la cire peut per­mettre à débar­ras­ser du corps les poils.

Enfin, afin d’atténuer l’acanthosis nigri­cans, il faut uti­li­ser les pro­duits admi­nis­trés par le der­ma­to­logue. Il s’agit géné­ra­le­ment de l’urée à 15 %, de l’acide hydroxy­lé et de l’acide sali­cy­lique ou même de la met­for­mine. Concer­nant les acnés déve­lop­pées durant la mala­die, des pro­duits der­ma­to­lo­giques dont l’épiderme crème, sont admi­nis­trés pour s’en débarrasser.

Il faut noter qu’il est impor­tant d’effectuer régu­liè­re­ment des consul­ta­tions médi­cales. Elles per­mettent de véri­fier l’efficacité et l’évolution des trai­te­ments. Elles per­mettent éga­le­ment d’enclencher un nou­veau trai­te­ment lorsque l’initial est inefficace.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...