HomeNon classéIONOGRAMME SANGUIN

IONOGRAMME SANGUIN

Publié le

spot_img

 

CALCEMIE

Le dosage de la cal­cé­mie doit être cor­ré­lé à la pro­ti­dé­mie. Un iono san­guin com­plet est jus­ti­fié avec créatininémie.

HYPERCALCEMIE

Défi­ni­tion : cal­cé­mie > 2,60 mmol/l ( soit 104 mg/l ) avec pro­ti­dé­mie normale.
Faire 3 dosages avec iono san­guin, cal­ciu­rie des 24 heures, élec­tro­pho­rèse des protéines
Le dosage de la para­thor­mone est en seconde inten­tion , +/- T4, TSH

ETIOLOGIES.
—- Voir éga­le­ment : hyper­cal­cé­mie Com­plé­ment d’in­for­ma­tion —- Mala­die de Paget. (??? exceptionnellement)
—- Trt vitamino-calcique
—- Hyper­pa­ra­thy­roï­die ( adé­nome, hyper­pla­sie, can­cer ) ou $ paranéoplasique.
—- Hyper­thy­roï­die, $ de Cushing
—- Hyper­vi­ta­mi­nose D, Thia­zi­diques. Trt par le lithium
—- $ de Bur­nett ( $ des buveurs de lait ).
—- Sar­coï­dose ( stade tar­dif ), tuber­cu­lose, béryliose.
—- Méta­stases ostéo­ly­tiques ( leu­cé­mies, lym­phomes, pros­tate, sein, poumon ).
—- Myélomes
—- Hyper­cal­cé­mie fami­liale avec hypocalciurie.

HYPOCALCEMIE
ETIOLOGIES
—- Carence en apport vitamino-calcique.
—- Ostéo­ma­la­cie
—- Insuf­fi­sance rénale chro­nique, tubu­lo­pa­thie, $ de Fanconi
—- Furo­sé­mide —- Hypo­pa­ra­thy­roï­die pri­mi­tive ou chirurgicale.
—- Can­cer médul­laire de la thy­roïde ( sécré­teur de calcitonine ).
—- Ami­no­dises, Intoxi­ca­tion fluorée
—- Hypo­ma­gné­sé­mie sévère.
—- $ de malabsorption.

Retour en début de page

KALIEMIE

Valeurs nor­males 3,6 à 4,5 mmol/litre. Il existe un risque de fausse hyper­ka­lié­mie par hémo­lyse et d’hy­po­ka­lié­mie en post-pran­dial ( repas riche en glucides ).
L’hy­po comme l’hy­per­ka­lié­mie extrêmes ( < 2,5 et > 6,5 mmol/l ) pré­sentent un risque mor­tel par troubles du rythme cardiaque.
Fonc­tion rénale et trai­te­ment en cours +++

———————————————-
HYPERKALIEMIE : > 5,5 mmol/l

Voir : Troubles de la Kalié­mie R. THOMAS, Y. LE TULZO (Réani­ma­tion Médi­cale) [Lire] (Méde­cine – Rennes)

NB : la para­ly­sie de la pompe Na/K, les agres­sions tis­su­laires entrainent une sor­tie de potas­sium de la cel­lule ( hypo kal­ci­ci­tie ) mais un hyper­ka­lié­mie sérique.

SEMIOLOGIE
Rien ! Pares­thé­sies, para­ly­sie flasque, oedèmes si hyperhydratation.
. Troubles du rythme voire arrêt car­diaque, ++ chez des patients sous trt digi­ta­lo­diu­ré­tiques, antiarythmique.
ECG : Chro­no­lo­gi­que­ment sui­vant la kaliémie :
—- 5,5 à 6,5 mmol/l : Onde T aug­men­tée, étroite, poin­tue avec QT diminué.
—- > 6,5 mmol/l : Apla­tis­se­ment de P, élar­gis­se­ment QRS avec ous déca­lage de ST et aspect en cupule.
—- Tachy­car­die, flut­ter, FA, BAV, bloc sino-auri­cu­laire, arrêt cardiaque.

ETIOLOGIES.
Insuf­fi­sance rénale, Les insuf­fi­sances sur­ré­na­liennes ( Addi­son, hypaldostérolismes ).
Les grands déla­bre­ments tis­su­laires ( bru­lés, trau­mas, etc..) L’a­ci­dose dia­bé­tique et autres para­ly­sies de la pompe Na/K
Iatro­gé­ni­ci­té : diu­ré­tiques ( IEC, épar­gneurs de potassium ).

TRAITEMENT.
Etio­lo­gique…: Insuline ++
Alca­li­ni­sa­tion mas­sive en cas d’acidose
Glu­co­nate de Ca ( 1 à 2 amp IVD ) dimi­nue la toxi­ci­té myo­car­dite du K mais CI chez les patients digitalisés.
LASILIX à dose impor­tante IVD ( 80 mg ) ou perfusion/seringue électrique.
Lave­ment au KAYEXALATE ( 8 c à soupe dans du sérum physiologique ).

———————————————-
HYPOKALIEMIE : < 3,5 mmol/l

Voir : Troubles de la Kalié­mie R. THOMAS, Y. LE TULZO (Réani­ma­tion Médi­cale) [Lire] (Méde­cine – Rennes)

SEMIOLOGIE.
Rien !
Consti­pa­tion, asthé­nie, fai­blesse, crampes, myal­gies, iléus.
Toute perte de connais­sance, malaise avec ou sans trouble du rythme en par­ti­cu­lier chez des patients sous trai­te­ment diu­ré­tiques, digi­ta­liques, antiarythmiques.
Ano­ma­lies à l’ECG ( ES, BAV, allon­ge­ment PR, bra­dy­car­die Tor­sade de pointe, élar­gis­se­ment du QRS, Onde U > T, onde T apla­tie ou négative…
Voir +++ : HTA et hypo­ka­lié­mie [Lire]

ETIOLOGIE
Kaliu­rèse > 30 mmol/l
—- Diu­ré­tiques ++++
—- Hyper­al­do­sté­ro­nisme ( Conn,) sur­ré­na­lien (Cushing, ), corticothérapie.
—- Réglisse, tubu­lo­pa­thies, sté­nose artère rénale.
—- Alcaloses
—- Consom­ma­tion exces­sive de café, thé (The Lan­cet du 25 avril 98 rap­porte l cas d’une hypo­ka­liè­mie à 1,7 mmol/l par consom­ma­tion jour­na­lière de 14 litres de thé soit 6 grammes de caféine !!!)
Kaliu­rèse < 30 mmol/l
—- Pertes diges­tives ( diar­rhée, vomissement ).
—- Kayexalate.
—- Carence d’apport


Voir +++ : HTA et hypo­ka­lié­mie [Lire]

TRAITEMENT
Apport de potas­sium et trai­te­ment étiologique

Retour en début de page

NATREMIE

Nor­male : 138 – 142 mmol/litre.
Asso­cier : Kalié­mie, créa­ti­ni­né­mie, uré­mie, cal­cé­mie, gly­cé­mie, élec­tro­pho­rèse des pro­téines. Iono uri­naire.
Quel est le trai­te­ment en cours +++

———————————————-
HYPONATREMIE : < 135 mmol/l

Elle tra­duit une hyper­hy­dra­ta­tion intra­cel­lu­laire. La sémio­lo­gie est géné­ra­le­ment pauvre : varia­tion de poids, nau­sées, asthé­nie, crampes, obnu­bi­la­tion, délire, convul­sions voire coma
IATROGENE ++++ [MAJ 2009]

HYPERHYDRATATION GLOBALE ” extra et intracellulaire.
—- Prise de poids, oedème, ascite.
—- Na uri­naire < 10 mmol/l
—- Insuf­fi­sance car­diaque, cir­rhose, $ néphrotique
—- Trt : Res­tric­tion hydro­so­dée et Furo­sé­mide – Etiologie.

HYPERHYDRATATION INTRACELLULAIRE AVEC DESHYDRATATION EXTRACELLULAIRE.
—- Perte de poids, hypo­ten­tion, soif, pli cutané.
Na uri­naire < 10 mmol/l : Vomis­se­ments, diar­rhée, sueur, 3ème sec­teur ( occlu­sion intestinale ).
Na uri­naire > 30 mmol/l : Trt par diu­ré­tiques (++), insuf­fi­sance sur­ré­na­lienne, dia­bète, poly­kys­tose rénale.
—- Trt étio­lo­gique. Apport de NaCl et res­tric­tion hydrique

HYPERHYDRATATION INTRACELLULAIRE AVEC SECTEUR INTRACELLULAIRE NORMAL
—- Sécré­tion inap­pro­priée d’ADH ++ , iatro­gène [Lire]$ para­néo­pla­sique.
—- Tumeur céré­brale, $ de Guillain-Bar­ré, thy­roïde.
—- Pneumopathies ?
—- Anti­dé­pres­seurs séro­to­ni­ner­giques ( PROZAC, FLOXYFRAL, etc…), TEGRETOL, chimiothérapie…

———————————————-
HYPERNATREMIE : > 145 mmol/l

L’hy­per­na­tré­mie entraine une déshy­dra­ta­tion intra­cel­lu­laire. Des chiffres > 148–150 mmol/l jus­ti­fient une hos­pi­ta­li­sa­tion urgente.
—- Soif, pli cuta­né, perte de poids, obnubilation.
—- Pertes diges­tive, sueurs, fièvre, insuf­fi­sance de boisson.
—- Hyper­cal­cé­mie, dré­pa­no­cy­tose, hypokaliémie.
—- Dia­bète insi­pide, ADH…
—- Trt : Etio­lo­gique , Réhy­dra­ta­tion orale, per­fu­sion ( Glu­cose 2,5 % sans NaCl ), anale, ( Voie sous-cuta­née) )

Retour en début de page

PHOSPHOREMIE

Valeurs nor­males adulte : 0,80 à 1,45 mmol/l ( 25 à 45 mg/litre ).

HYPERPHOSPHOREMIE
—- L’é­tio­lo­gie la plus fré­quente est l’in­suf­fi­sance rénale (clai­rance < 30 ml/mn)
—- Hypoparathroïdie
—- Rhabdomyolyse

Dans l’in­suf­fi­sance rénale on uti­lise l’hy­droxyde d’a­lu­mi­nium ou le car­bo­nate de cal­cium comme chélateur.

HYPOPHOSPHOREMIE
—- Dénu­tri­tion, alcoolisme
—- Hyper­pa­ra­thy­roï­die ou $ paranéoplasique
—- Hypo­vi­ta­mi­nose D
—- Abus d’an­tia­cides gastriques.
—- Méta­stases osseuses.

Retour en début de page

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...