HomeNon classéIONOGRAMME SANGUIN

IONOGRAMME SANGUIN

Published on

spot_img

 

CALCEMIE

Le dosage de la calcémie doit être corrélé à la protidémie. Un iono sanguin complet est justifié avec créatininémie.

HYPERCALCEMIE

Définition : calcémie > 2,60 mmol/l ( soit 104 mg/l ) avec protidémie normale.
Faire 3 dosages avec iono sanguin, calciurie des 24 heures, électrophorèse des protéines
Le dosage de la parathormone est en seconde intention , +/- T4, TSH

ETIOLOGIES.
—- Voir également : hypercalcémie Complément d’information —- Maladie de Paget. (??? exceptionnellement)
—- Trt vitamino-calcique
—- Hyperparathyroïdie ( adénome, hyperplasie, cancer ) ou $ paranéoplasique.
—- Hyperthyroïdie, $ de Cushing
—- Hypervitaminose D, Thiazidiques. Trt par le lithium
—- $ de Burnett ( $ des buveurs de lait ).
—- Sarcoïdose ( stade tardif ), tuberculose, béryliose.
—- Métastases ostéolytiques ( leucémies, lymphomes, prostate, sein, poumon ).
—- Myélomes
—- Hypercalcémie familiale avec hypocalciurie.

HYPOCALCEMIE
ETIOLOGIES
—- Carence en apport vitamino-calcique.
—- Ostéomalacie
—- Insuffisance rénale chronique, tubulopathie, $ de Fanconi
—- Furosémide —- Hypoparathyroïdie primitive ou chirurgicale.
—- Cancer médullaire de la thyroïde ( sécréteur de calcitonine ).
—- Aminodises, Intoxication fluorée
—- Hypomagnésémie sévère.
—- $ de malabsorption.

Retour en début de page

KALIEMIE

Valeurs normales 3,6 à 4,5 mmol/litre. Il existe un risque de fausse hyperkaliémie par hémolyse et d’hypokaliémie en post-prandial ( repas riche en glucides ).
L’hypo comme l’hyperkaliémie extrêmes ( < 2,5 et > 6,5 mmol/l ) présentent un risque mortel par troubles du rythme cardiaque.
Fonction rénale et traitement en cours +++

———————————————-
HYPERKALIEMIE : > 5,5 mmol/l

Voir : Troubles de la Kaliémie R. THOMAS, Y. LE TULZO (Réanimation Médicale) [Lire] (Médecine – Rennes)

NB : la paralysie de la pompe Na/K, les agressions tissulaires entrainent une sortie de potassium de la cellule ( hypo kalcicitie ) mais un hyperkaliémie sérique.

SEMIOLOGIE
Rien ! Paresthésies, paralysie flasque, oedèmes si hyperhydratation.
. Troubles du rythme voire arrêt cardiaque, ++ chez des patients sous trt digitalodiurétiques, antiarythmique.
ECG : Chronologiquement suivant la kaliémie :
—- 5,5 à 6,5 mmol/l : Onde T augmentée, étroite, pointue avec QT diminué.
—- > 6,5 mmol/l : Aplatissement de P, élargissement QRS avec ous décalage de ST et aspect en cupule.
—- Tachycardie, flutter, FA, BAV, bloc sino-auriculaire, arrêt cardiaque.

ETIOLOGIES.
Insuffisance rénale, Les insuffisances surrénaliennes ( Addison, hypaldostérolismes ).
Les grands délabrements tissulaires ( brulés, traumas, etc..) L’acidose diabétique et autres paralysies de la pompe Na/K
Iatrogénicité : diurétiques ( IEC, épargneurs de potassium ).

TRAITEMENT.
Etiologique…: Insuline ++
Alcalinisation massive en cas d’acidose
Gluconate de Ca ( 1 à 2 amp IVD ) diminue la toxicité myocardite du K mais CI chez les patients digitalisés.
LASILIX à dose importante IVD ( 80 mg ) ou perfusion/seringue électrique.
Lavement au KAYEXALATE ( 8 c à soupe dans du sérum physiologique ).

———————————————-
HYPOKALIEMIE : < 3,5 mmol/l

Voir : Troubles de la Kaliémie R. THOMAS, Y. LE TULZO (Réanimation Médicale) [Lire] (Médecine – Rennes)

SEMIOLOGIE.
Rien !
Constipation, asthénie, faiblesse, crampes, myalgies, iléus.
Toute perte de connaissance, malaise avec ou sans trouble du rythme en particulier chez des patients sous traitement diurétiques, digitaliques, antiarythmiques.
Anomalies à l’ECG ( ES, BAV, allongement PR, bradycardie Torsade de pointe, élargissement du QRS, Onde U > T, onde T aplatie ou négative…
Voir +++ : HTA et hypokaliémie [Lire]

ETIOLOGIE
Kaliurèse > 30 mmol/l
—- Diurétiques ++++
—- Hyperaldostéronisme ( Conn,) surrénalien (Cushing, ), corticothérapie.
—- Réglisse, tubulopathies, sténose artère rénale.
—- Alcaloses
—- Consommation excessive de café, thé (The Lancet du 25 avril 98 rapporte l cas d’une hypokalièmie à 1,7 mmol/l par consommation journalière de 14 litres de thé soit 6 grammes de caféine !!!)
Kaliurèse < 30 mmol/l
—- Pertes digestives ( diarrhée, vomissement ).
—- Kayexalate.
—- Carence d’apport


Voir +++ : HTA et hypokaliémie [Lire]

TRAITEMENT
Apport de potassium et traitement étiologique

Retour en début de page

NATREMIE

Normale : 138 – 142 mmol/litre.
Associer : Kaliémie, créatininémie, urémie, calcémie, glycémie, électrophorèse des protéines. Iono urinaire.
Quel est le traitement en cours +++

———————————————-
HYPONATREMIE : < 135 mmol/l

Elle traduit une hyperhydratation intracellulaire. La sémiologie est généralement pauvre : variation de poids, nausées, asthénie, crampes, obnubilation, délire, convulsions voire coma
IATROGENE ++++ [MAJ 2009]

HYPERHYDRATATION GLOBALE ‘ extra et intracellulaire.
—- Prise de poids, oedème, ascite.
—- Na urinaire < 10 mmol/l
—- Insuffisance cardiaque, cirrhose, $ néphrotique
—- Trt : Restriction hydrosodée et Furosémide – Etiologie.

HYPERHYDRATATION INTRACELLULAIRE AVEC DESHYDRATATION EXTRACELLULAIRE.
—- Perte de poids, hypotention, soif, pli cutané.
Na urinaire < 10 mmol/l : Vomissements, diarrhée, sueur, 3ème secteur ( occlusion intestinale ).
Na urinaire > 30 mmol/l : Trt par diurétiques (++), insuffisance surrénalienne, diabète, polykystose rénale.
—- Trt étiologique. Apport de NaCl et restriction hydrique

HYPERHYDRATATION INTRACELLULAIRE AVEC SECTEUR INTRACELLULAIRE NORMAL
—- Sécrétion inappropriée d’ADH ++ , iatrogène [Lire]$ paranéoplasique.
—- Tumeur cérébrale, $ de Guillain-Barré, thyroïde.
—- Pneumopathies ?
—- Antidépresseurs sérotoninergiques ( PROZAC, FLOXYFRAL, etc…), TEGRETOL, chimiothérapie…

———————————————-
HYPERNATREMIE : > 145 mmol/l

L’hypernatrémie entraine une déshydratation intracellulaire. Des chiffres > 148-150 mmol/l justifient une hospitalisation urgente.
—- Soif, pli cutané, perte de poids, obnubilation.
—- Pertes digestive, sueurs, fièvre, insuffisance de boisson.
—- Hypercalcémie, drépanocytose, hypokaliémie.
—- Diabète insipide, ADH…
—- Trt : Etiologique , Réhydratation orale, perfusion ( Glucose 2,5 % sans NaCl ), anale, ( Voie sous-cutanée) )

Retour en début de page

PHOSPHOREMIE

Valeurs normales adulte : 0,80 à 1,45 mmol/l ( 25 à 45 mg/litre ).

HYPERPHOSPHOREMIE
—- L’étiologie la plus fréquente est l’insuffisance rénale (clairance < 30 ml/mn)
—- Hypoparathroïdie
—- Rhabdomyolyse

Dans l’insuffisance rénale on utilise l’hydroxyde d’aluminium ou le carbonate de calcium comme chélateur.

HYPOPHOSPHOREMIE
—- Dénutrition, alcoolisme
—- Hyperparathyroïdie ou $ paranéoplasique
—- Hypovitaminose D
—- Abus d’antiacides gastriques.
—- Métastases osseuses.

Retour en début de page

Latest articles

Syndrome de Guillain Barré

Source : NEUROPATHIES PERIPHERIQUES Pr. Gilles Edan, CHU de Rennes (FRANCE) Le $ de Guillain-Barré...

MEGALERYTHEME – 5ème Maladie

Source : Bulletin Epidémiologie Hebdomadaire - BEH Le parvovirus B19 , agent du mégalérythème épidémique ou...

MYCOSES – CANDIDOSES VULVO­VAGINALES RECIDIVANTES (MVVR)

MAJ 11/2006 DEFINITION Quatre récidives cliniques par an pour la plupart des auteurs et avec preuves...

SIGMOÏDITE DIVERTICULITE AIGUË

- représente la complication aiguë d'une diverticulose connue ou non. Elle touche environ 12 à...

More like this

Syndrome de Guillain Barré

Source : NEUROPATHIES PERIPHERIQUES Pr. Gilles Edan, CHU de Rennes (FRANCE) Le $ de Guillain-Barré...

MEGALERYTHEME – 5ème Maladie

Source : Bulletin Epidémiologie Hebdomadaire - BEH Le parvovirus B19 , agent du mégalérythème épidémique ou...

MYCOSES – CANDIDOSES VULVO­VAGINALES RECIDIVANTES (MVVR)

MAJ 11/2006 DEFINITION Quatre récidives cliniques par an pour la plupart des auteurs et avec preuves...