HomeSantéHématurie : causes, symptômes et traitements

Hématurie : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

L’hématurie cor­res­pond à l’apparition de sang dans les urines pen­dant la mic­tion, en par­ti­cu­lier celle des glo­bules rouges. Elle est géné­ra­le­ment pro­vo­quée par de nom­breuses affec­tions ou troubles, asso­ciés à un organe du sys­tème uri­naire, au rein ou à la ves­sie. Quels sont les symp­tômes de l’hématurie et com­ment la traiter ?

Hématurie : Définition

L’héma­tu­rie est une expres­sion uti­li­sée dans le domaine médi­cal pour dési­gner la pré­sence de sang dans les urines. La quan­ti­té de sang pré­sente peut être impor­tante et confé­rer la cou­leur rose, brune ou rouge aux urines. Le volume de sang pré­sent est déter­mi­né à par­tir d’un exa­men.

En effet, l’hématurie est un symp­tôme qui témoigne de la pré­sence d’une affec­tion au niveau des voies uri­naires. Il est conseillé de se faire consul­ter auprès d’un méde­cin, lorsque vous consta­tez que vos urines sont colo­rées ou en pré­sence des signes suivants :

  • Les dou­leurs pen­dant la miction ;
  • Les besoins impé­rieux d’uriner ;
  • Les dif­fi­cul­tés lors de la miction ;
  • Une urine trouble ;
  • Etc.

Le méde­cin réa­lise un test sur ban­de­lette uri­naire, afin de confir­mer que le sang est bien pré­sent, et cela est com­plé­té par un ECBU.

Hématurie : quels en sont les différents types ?

Il existe plu­sieurs types d’hématurie, selon la quan­ti­té de sang pré­sente et de phase de la mic­tion au cours de laquelle le sang apparaît.

  • Héma­tu­rie macroscopique

On parle de l’héma­tu­rie macro­sco­pique lorsque le sang pré­sent dans les urines est impor­tant et qu’on observe une colo­ra­tion rosée, brune ou rouge. Mais, les urines rouges ne signi­fient pas néces­sai­re­ment qu’il y a pré­sence de sang. Ce n’est que l’ECBU qui peut confir­mer qu’il s’agit bien d’une héma­tu­rie.

  • Héma­tu­rie microscopique

Lorsque le sang est pré­sent dans les urines en petite quan­ti­té, et qu’on ne l’observe que sur une ban­de­lette uri­naire, ou lors de la réa­li­sa­tion d’un test, il s’agit d’une héma­tu­rie micro­sco­pique. Elle est évo­quée lorsque le résul­tat est supé­rieur à cinq héma­ties par mil­li­mètres au cube, mais cela doit être confir­mé par un ECBU.

  • Héma­tu­rie initiale

En cas d’apparition de sang au début de la mic­tion, il s’agit de l’héma­tu­rie ini­tiale, et il peut s’agir d’une atteinte de la pros­tate ou de l’urètre.

  • Héma­tu­rie terminale

On parle de l’héma­tu­rie ter­mi­nale lorsque les urines pré­sentent une cou­leur rouge à la fin de la mic­tion, et cela peut témoi­gner d’une atteinte de la ves­sie. Cepen­dant, si le sang est obser­vé tout au long de la mic­tion, toute affec­tion peut être évo­quée, mais en géné­ral le rein est l’organe atteint.

Hématurie : quelles en sont les causes ?

Plu­sieurs fac­teurs ou situa­tions peuvent être à l’origine de la pré­sence de sang dans les urines :

  • Consom­ma­tion des ali­ments tels que cer­taines baies, la bet­te­rave…ou cer­tains colo­rants ali­men­taires (comme la rho­da­mine B) ;
  • Le trai­te­ment à base de cer­tains médi­ca­ments tels que les anti­bio­tiques de type rifam­pi­cine, de type métro­ni­da­zole, la vita­mine B12, cer­tains laxatifs…

Il est aus­si pos­sible que les mens­trues ou les sai­gne­ments vagi­naux entraînent la colo­ra­tion des urines chez la femme.

Dans le cadre de la déter­mi­na­tion de la cause de l’hématurie, le pro­fes­sion­nel de san­té, en plus de l’analyse de l’urine, va s’intéresser aux signes liés (tels que les dou­leurs, la fièvre, les troubles uri­naires, la fatigue, etc.). Il va éga­le­ment s’intéresser aux anté­cé­dents médi­caux comme :

  • La prise de cer­tains médicaments ;
  • Les anté­cé­dents de cancer ;
  • Les fac­teurs de risque tels que le taba­gisme ;
  • Le trau­ma­tisme.

Alors, les causes les plus fré­quentes d’hématurie sont les suivantes :

  • Mala­die rénale : le syn­drome d’Alport, la néphro­pa­thie comme la glo­mé­ru­lo­né­phrite
  • Infec­tion uri­naire comme une cys­tite aigüe ;
  • Lithiase (cal­cul rénal) ;
  • Trau­ma­tisme ;
  • Pros­ta­tite ou hyper­tro­phie de la prostate ;
  • Mala­dies infec­tieuses comme la bil­har­ziose ou la tuberculose.

Une infec­tion rénale comme la pyé­lo­né­phrite et la tumeur, peuvent être des causes fré­quentes d’hématurie.

Hématurie : consultation et conséquences

Il est impor­tant de vous rendre rapi­de­ment chez un méde­cin, lorsque vous remar­quez que vos urines sont sombres ou assez rouges des jours de suite. Puisque, cela peut être la mani­fes­ta­tion d’une affec­tion grave. Notez que l’hématurie est géné­ra­le­ment pro­vo­quée par une infec­tion uri­naire, et cela peut engen­drer des com­pli­ca­tions lorsque la prise en charge n’est pas rapide.

En géné­ral, la pré­sence de sang se mani­feste par des troubles uri­naires ou encore des brû­lures pen­dant la mic­tion. Ce sont donc des signes qui doivent vous aler­ter. Il est impor­tant de savoir que même une petite quan­ti­té de sang peut chan­ger la cou­leur des urines. De ce fait, la cou­leur n’est pas néces­sai­re­ment le symp­tôme d’un sai­gne­ment impor­tant. Par contre, dès que vous consta­tez des caillots de sang dans vos urines, vous devez vous rendre immé­dia­te­ment dans un hôpi­tal pour un examen.

Hématurie : comment faire le diagnostic ?

L’identification de la cause de l’hématurie se fait par les exa­mens suivants :

  • Éco­gra­phie ;
  • Ana­lyse de l’urine : cela per­met de véri­fier s’il y a écla­te­ment des glo­bules rouges ou pas, s’il y a des caillots de sang ou non ;
  • Dosage de la créa­ti­nine, il s’agit d’une pro­téine dont regorge le sang ;
  • Le scan­ner peut être effec­tué dans cer­tains cas afin de déter­mi­ner l’organe qui saigne.

En cas de déve­lop­pe­ment de caillots, accom­pa­gné d’une irri­ta­tion, d’une dou­leur lors de la pal­pi­ta­tion du dos, d’une envie fré­quente d’uriner…il s’agit des signes uro­lo­giques. Mais si les caillots sont asso­ciés à des symp­tômes tels que l’hyper­ten­sion, l’insuf­fi­sance rénale, les œdèmes, les cylindres héma­tiques au niveau du culot uri­naire, il s’agit des signes néphro­lo­giques.

Hématurie : quels sont les traitements possibles ?

La prise en charge de l’hématurie dépend de sa cause, et c’est pour cela qu’il est impor­tant de vite iden­ti­fier l’origine des sai­gne­ments. En cas d’infection uri­naire, le trai­te­ment à base d’antibiotique est effec­tué pour stop­per rapi­de­ment l’hématurie. Dans le cadre d’une pyé­lo­né­phrite, une hos­pi­ta­li­sa­tion, au cours de laquelle les anti­bio­tiques seront admi­nis­trés, s’impose.

Cepen­dant, les cal­culs uri­naires ou rénaux sont géné­ra­le­ment liés aux vives dou­leurs (c’est-à-dire les coliques néphré­tiques), mais ils peuvent pro­vo­quer un sai­gne­ment. En fonc­tion de la situa­tion, il sera conseillé d’attendre que le cal­cul s’auto dis­solve. Un trai­te­ment médi­cal ou une opé­ra­tion chi­rur­gi­cale sera indiqué(e) ensuite.

Lorsque l’hématurie est cau­sée par une tumeur, le trai­te­ment consiste en une prise en charge can­cé­ro­lo­gie.

Derniers articles

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

HOMOCYSTEINE : facteur de risque cardio-vasculaire

L’homocystéine a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis sa découverte en 1932. Ses propriétés...

Pour aller plus loin

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...