HomeSantéDouleurs au talon : causes, symptômes, traitement

Douleurs au talon : causes, symptômes, traitement

Publié le

spot_img

Toute dou­leur au pied, à n’importe quel niveau où elle se situe, requiert un exa­men cli­nique et un soin adé­quat. Encore appe­lées tal­al­gies, les dou­leurs au talon sont très dan­ge­reuses. Elles sont d’origine inflam­ma­toire ou mécanique.

Vous avez long­temps souf­fert de ce mal ou vous êtes encore en train de le trai­ner ? Cet article vous offre l’aubaine d’en finir avec cette affec­tion. Vous y décou­vri­rez les fac­teurs qui sont à la base des dou­leurs du talon ain­si que leur manifestation.

De même, cet article vous pré­sente les moyens pour la cure des dou­leurs au talon au cas où vous en souf­frez déjà et les méthodes indis­pen­sables pour les prévenir.

La talalgie : qu’est-ce que c’est ?

La tal­al­gie est une dou­leur au talon. Cette mala­die, par­fois consi­dé­rée comme bénigne peut se révé­ler très dan­ge­reuse parce qu’elle peut pro­ve­nir de plu­sieurs sources. Lorsque vous mar­chez ou que vous pra­ti­quez une acti­vi­té spor­tive, la tal­al­gie peut arri­ver à tout moment.

Les tal­al­gies se loca­lisent soit, sous le talon, à l’arrière, sur le pour­tour ou même sur tout l’ensemble du talon. La gra­vi­té est qu’elles peuvent tou­cher en même temps les deux pieds. En fait, les tal­al­gies affectent le plus sou­vent l’os du talon : le cal­ca­néus ou cal­ca­néum et tous les tis­sus qui l’enveloppent.

De ce fait, les dou­leurs pour­raient sur­gir : des ten­dons, des apo­né­vroses, des tis­sus mous, des nerfs ou même de la peau. Avoir mal au talon est donc un symp­tôme qui peut avoir de nom­breuses ori­gines impli­quant plu­sieurs fac­teurs.

Cause des douleurs du talon

Plu­sieurs fac­teurs sont à l’origine des dou­leurs au talon. En effet, la tal­al­gie peut être d’origine méca­nique ou inflam­ma­toire. Il est impor­tant d’avoir les res­sources néces­saires pour dis­tin­guer et appré­hen­der l’une ou l’autre afin d’envisager une cure appropriée.

Talalgies inflammatoires

Les dou­leurs du talon d’origine inflam­ma­toire sont ain­si dites parce qu’elles pro­viennent jus­te­ment d’une inflam­ma­tion. Sou­vent, elles appa­raissent le matin au réveil. Mais, après un petit moment de dérouillage, elles s’amenuisent, pas­sant d’un pied à un autre de façon alter­na­tive. Ce sont des dou­leurs liées à l’inflammation du fas­cia plan­taire.

En effet, le fas­cia plan­taire est un grand liga­ment qui s’étend du talon aux orteils et assure le main­tien de la cam­brure du pied. Au nombre des mala­dies inflam­ma­toires capables d’entraîner les dou­leurs du talon, on note :

Tumeurs, traumatismes, infections, goutte

Tumeur

La tumeur est une aug­men­ta­tion ou une gros­seur du volume d’une par­tie du corps. Elle peut être cau­sée par une crois­sance exces­sive des tis­sus et peut être bénigne ou maligne. En fait, il peut arri­ver que se forme au niveau du talon, un amas de pus.

Lorsque le volume devient de plus en plus impor­tant, impli­quant plu­sieurs autres tis­sus voi­sins, il faut alors soup­çon­ner une tumeur maligne. Le Lipome intraos­seux est l’une des plus rares tumeurs loca­li­sées dans le calcanéum.

Traumatisme

Le trau­ma­tisme est un choc violent, source d’une bles­sure ou de dom­mages qui affectent les tis­sus ou les organes. Lorsque le choc a lieu au niveau du talon, il peut lais­ser des séquelles et ain­si pro­vo­quer d’atroces dou­leurs dans l’immédiat ou plus tard. Lorsque le trau­ma­tisme est péné­trant, c’est-à-dire cau­sant une plaie avec sou­vent un sai­gne­ment, la plaie peut être infec­tée lorsque les soins néces­saires ne sont pas administrés.

Il peut arri­ver que la plaie soit sutu­rable ou non sutu­rable. Les plaies sutu­rables sont celles pro­fondes qu’il faut recoudre parce qu’elles ne pour­ront pas toutes seules se refer­mer. Lorsque la suture n’est pas réa­li­sée, le risque d’infection est très éle­vé. Dans le cas des plaies non sutu­rables, il s’agit de plaies super­fi­cielles qui pour­ront se refer­mer d’elles-mêmes. Tou­te­fois, il est indis­pen­sable de les net­toyer et de les hydra­ter avec des pansements.

Infection

Lorsqu’un agent patho­gène pénètre dans le talon, cela peut engen­drer des infec­tions. Cela peut être une bac­té­rie, un virus, un cham­pi­gnon, un para­site ou des pro­to­zoaires. Lorsque le talon n’est pas pro­té­gé, ces agents patho­gènes peuvent tra­ver­ser les bar­rières natu­relles du corps, s’incrustant au niveau de la peau, et cau­ser des mani­fes­ta­tions cuta­nées. Mar­cher devient alors pénible, car non seule­ment le talon est affec­té, mais tout le pied reçoit le coup.

Les infec­tions virales les plus fré­quentes au niveau des pieds sont cau­sées en majo­ri­té par les ver­rues plan­taires. Quant aux infec­tions bac­té­riennes du pied, elles pro­viennent des sta­phy­lo­coques, des strep­to­coques et des bac­té­ries du genre pseu­do­mo­nas et cory­ne­bac­te­rium. En ce qui concerne les infec­tions fon­giques cuta­nées du pied, les der­ma­to­phytes ou les teignes (Tinea) sont à leur origine.

Par ailleurs, l’augmentation exces­sive d’acide urique dans le sang peut pro­vo­quer la for­ma­tion des cris­taux qui se cris­tal­lisent à l’intérieur ou autour des arti­cu­la­tions. Il s’agit en effet des gouttes. Lorsque cette for­ma­tion s’opère au niveau du talon, elle pro­voque des inflam­ma­tions très douloureuses.

SPA, FLR, PR, rhumatisme psoriasique

Spondylarthrite ankylosante (SPA)

La spon­dy­lar­thrite anky­lo­sante (SPA) est un rhu­ma­tisme inflam­ma­toire chro­nique. La SPA est liée à l’antigène HLA B27. Les jeunes sur­tout ceux de sexe mas­cu­lin sont majo­ri­tai­re­ment les plus atta­qués par ce rhu­ma­tisme inflam­ma­toire. En ce qui concerne l’âge, la SPA peut sur­ve­nir à n’importe lequel, mais dans la plu­part des cas, on remarque qu’elle se situe dans la trentaine.

Bien que la cause de la SPA ne soit pas tou­jours connue à 100 %, il reste tout de même que le sub­stra­tum ana­to­mique de la mala­die est une enthe­so­pa­thie inflam­ma­toire qui évo­lue de façon pro­gres­sive vers l’ossification et l’ankylose.

Cette mala­die peut être à l’origine des dou­leurs du talon lorsqu’elle n’est pas trai­tée. Ras­su­rez-vous, le trai­te­ment de la SPA est symp­to­ma­tique. En effet, il vise à limi­ter l’inflammation arti­cu­laire. De même, il sert à pré­ve­nir les atti­tudes vicieuses. Pour ce faire, deux types de trai­te­ment sont pré­co­ni­sés : trai­te­ment médi­cal et kiné­si­thé­ra­pie. En revanche, on peut envi­sa­ger le trai­te­ment chi­rur­gi­cal lorsque la mala­die a évolué.

Syndrome de Fiessinger Leroy Reiter (FLR)

Le syn­drome de Fies­sin­ger Leroy Rei­ter (FLR) est encore appe­lé le syn­drome ocu­lo-uré­tro-syno­vial (OUS). Le FLR est carac­té­ri­sé par l’association d’une arthrite réac­tion­nelle, d’une uré­trite et d’une conjonc­ti­vite. En effet, l’urétrite sur­vient chez de jeunes hommes de 20 à 40 ans. Notons qu’elle n’est pas sexuel­le­ment trans­mis­sible. Chez l’homme, elle se mani­feste par des brû­lures à la mic­tion. Chez la femme, l’urétrite et la cer­vi­cite sont discrètes.

Par ailleurs, le syn­drome ocu­laire consiste par­ti­cu­liè­re­ment en une conjonc­ti­vite. Quant à l’arthrite, elle atteint les arti­cu­la­tions, réa­li­sant une poly­ar­thrite et tou­chant les grosses arti­cu­la­tions en par­ti­cu­lier les genoux. De façon gra­duelle, les effets s’accroissent et atteignent d’autres articulations.

Polyarthrite rhumatoïde (PR)

La poly­ar­thrite rhu­ma­toïde (PR) est le pre­mier des rhu­ma­tismes inflam­ma­toires chro­niques. Dans le cas de la PR, la réac­tion inflam­ma­toire est exa­gé­rée et péren­ni­sée. On pour­rait même aller jusqu’à dire que l’organisme est para­ly­sé parce qu’il devient inca­pable d’éliminer l’agression de l’articulation. Géné­ra­le­ment, le sujet atteint de la PR est en proie à des pous­sées dou­lou­reuses et des gon­fle­ments des arti­cu­la­tions. Mal­heu­reu­se­ment, la PR dure dans le temps. Il est alors impor­tant de vite se signa­ler auprès d’un méde­cin lorsque vous res­sen­tez ses effets.

Rhumatisme psoriasique

Le rhu­ma­tisme pso­ria­sique se mani­feste éga­le­ment par des dou­leurs arti­cu­laires. Le plus sou­vent, il appa­rait la nuit. Cela entraîne une rai­deur arti­cu­laire au réveil le matin. Notez qu’il fait par­tie des rhu­ma­tismes inflam­ma­toires chro­niques de la caté­go­rie des spon­dy­lar­thrites. Notons que le pso­ria­sis est une mala­die inflam­ma­toire chro­nique de la peau. On dis­tingue 3 formes du rhu­ma­tisme psoriasique :

  • La forme axiale : elle touche géné­ra­le­ment la colonne ver­té­brale, les arti­cu­la­tions du tho­rax et celles qui joignent le bas­sin et les vertèbres ;
  • Celle arti­cu­laire péri­phé­rique : touche les genoux, les hanches, les épaules, les orteils ;
  • La forme qui touche les talons et les coudes.

Entéropathies (RCH, Crohn)

Les enté­ro­pa­thies sont des mala­dies d’origine inflam­ma­toire, infec­tieuse, tumo­rale et vasculaire.

La rec­to­co­lite ulcé­ro hémor­ra­gique (RCH) et la mala­die de Crohn (MC) sont des enté­ro­pa­thies cryp­to­gé­né­tiques chro­niques de l’intestin. Elles pro­voquent des dou­leurs abdo­mi­nales, de la diar­rhée chro­nique en rai­son de l’inflammation du gros intestin.

Il est par­fois dif­fi­cile de dis­tin­guer la RCH de la mala­die de Crohn. Elles pré­sentent une simi­li­tude du point de vue symp­to­ma­tique qui tend à les assi­mi­ler. Tou­te­fois, il faut savoir que la mala­die de Crohn peut tou­cher l’ensemble du tube diges­tif. En revanche, la rec­to­co­lite hémor­ra­gique (RCH) concerne presque tou­jours le rec­to­cô­lon.

Ces mala­dies inflam­ma­toires chro­niques de l’intestin (enté­ro­pa­thies) concernent tous les âges. Mais de façon plus accrue, elles appa­raissent avant l’âge de 30 ans. Tou­te­fois, on peut trou­ver des per­sonnes qui n’en souffrent pour leur pre­mière fois qu’à la cin­quan­taine ou au-delà.

À l’extérieur de l’intestin, la RCH et la mala­die de Crohn peuvent donc engen­drer d’autres affec­tions. C’est pour­quoi il est cru­cial de le diag­nos­ti­quer le plus tôt possible.

Outre les mala­dies inflam­ma­toires, qu’en est-il des dou­leurs du talon d’origine mécanique ?

Talalgies mécaniques

douleurs au talon

Les tal­al­gies d’origine méca­nique sont sou­vent liées à une lésion de l’aponévrose plan­taire, à une ten­di­nite du ten­don d’Achille ou à un traumatisme.

Tendinite achilienne

La ten­di­no­pa­thie connue sous le terme de ten­di­nite est une tal­al­gie d’origine méca­nique. Il s’agit d’une inflam­ma­tion due à des lésions d’un ten­don. Lorsque la ten­di­nite affecte le ten­don d’Achille, on parle de la ten­di­nite achi­lienne. En effet, cette mala­die pro­voque d’atroces dou­leurs à l’arrière du talon. Mais, com­ment cela pour­rait-il advenir ?

La ten­di­nite du ten­don d’Achille sur­vient soit au début d’un effort phy­sique soit après une pra­tique labo­rieuse et inten­sive de cer­tains sports. Les courses à pied peuvent pro­vo­quer la ten­di­nite du ten­don d’Achille.

Tou­te­fois, il est bien de savoir qu’en dehors des acti­vi­tés spor­tives, d’autres fac­teurs peuvent pro­vo­quer cette mala­die. C’est bien le cas de ceux qui souffrent de cer­tains troubles par­ti­cu­liers. Il s’agit, en effet, des per­sonnes dont le pied est plat ou creux, celles dont le genou est dévié en dedans. Dans ce cas, on parle du pied val­gum. Aus­si, celles dont le genou est dévié en dehors et celles dont les membres infé­rieurs ont une lon­gueur inégale sont pré­dis­po­sées à la ten­di­nite du ten­don d’Achille.

Les ten­di­nites achi­liennes peuvent pro­vo­quer des tal­al­gies condui­sant à l’arrêt défi­ni­tif des acti­vi­tés phy­siques occa­sion­nant des dou­leurs. Celles-ci peuvent s’estomper faci­le­ment lorsqu’on se donne du repos. C’est pour cela qu’il est indis­pen­sable d’éviter de conti­nuer les acti­vi­tés phy­siques lorsque vous res­sen­tez le mal.

Épine calcanéenne

L’épine cal­ca­néenne est une excrois­sance osseuse simi­laire à une épine pou­vant se for­mer au niveau du cal­ca­néum, c’est-à-dire l’os du talon. Cette mala­die arrive lorsqu’il y a une lésion ou une irri­ta­tion du fas­cia plan­taire. Plu­sieurs fac­teurs peuvent le pro­vo­quer. À ce pro­pos, on note le sur­me­nage ou une grande sol­li­ci­ta­tion du ten­don d’Achille. Cela peut faire appa­raitre le cal­ca­néum et tirer sur le péri­oste à l’extrême.

Il existe deux sortes d’épine calcanéenne ;

  • L’épine cal­ca­néenne infé­rieure ou épine cal­ca­néenne plan­taire : celle-ci est liée à l’excroissance osseuse sur la sur­face infé­rieure du talon ;
  • L’épine cal­ca­néenne pos­té­rieure encore nom­mée épine cal­ca­néenne crâ­nienne : l’excroissance osseuse se forme à la base du cal­ca­néum plus spé­ci­fi­que­ment au niveau du ten­don d’Achille.

Outre l’irritation du fas­cia plan­taire ou du ten­don d’Achille, l’épine cal­ca­néenne peut être cau­sée par un manque de mobi­li­té au niveau de l’articulation sacro-iliaque.

Si vous souf­frez d’épine cal­ca­néenne, il est impé­ra­tif d’éviter les mou­ve­ments qui sol­li­citent beau­coup les pieds. Aus­si, il est bien de por­ter des chaus­sures confor­tables, de contrô­ler le poids et de mar­cher par­fois pieds sur une pelouse ou sur du sable.

Maladie de Haglund : hypertrophie postérieure calcanéenne avec bursite — conflit avec chaussure

La mala­die de Haglund se mani­feste lorsque vous avez un arrière-pied dou­lou­reux, une pro­émi­nence cra­nio­la­té­rale de la grosse tubé­ro­si­té et une cal­lo­si­té cuta­née. Décrite pour la pre­mière fois en 1928 par Patrick Haglund, un chi­rur­gien sué­dois, cette mala­die est une affec­tion méca­nique courante.

Elle est cau­sée par les chaus­sures à contre­fort rigide, ou chaus­sures de sécu­ri­té et les pieds creux. La mala­die de Haglund pré­sente des symp­tômes variés. Au nombre de ceux-ci, on note :

  • Dou­leur du talon dans la chaussure ;
  • Dou­leur à la palpitation ;
  • Bur­site rétrocalcanéenne ;
  • Ten­di­nite d’Achille d’insertion, etc.

Cette mala­die peut être trai­tée sur le plan médi­cal et sur le plan chi­rur­gi­cal. Sur le plan médi­cal, on peut sou­la­ger la dou­leur avec un chaus­sage large adap­té au pied, des anti-inflam­ma­toires appli­cables sur la zone, des semelles ou orthèses plan­taires, etc.

Lorsque le trai­te­ment médi­cal ne donne pas une effi­ca­ci­té pro­bante, on peut envi­sa­ger celui chi­rur­gi­cal. Dans l’un ou l’autre des cas, il faut tou­jours se réfé­rer au médecin.

Talalgies du pied creux ou plat

Le pied plat est carac­té­ri­sé par un affais­se­ment de la voûte plan­taire. Le pied creux quant à lui s’identifie par la cour­bure anor­male du pied. Contrai­re­ment au pied plat, le pied creux se révèle très dou­lou­reux. En effet, le pied creux peut être d’origine géné­tique ou neu­ro­lo­gique. On en dis­tingue trois types :

  • Le pied creux ;
  • Pied creux pos­té­rieur ;
  • Pied creux mixe ou moyen.

Comme indi­qué, les pieds creux peuvent être d’ori­gine géné­tique. On remarque éga­le­ment que d’autres fac­teurs peuvent cau­ser leur déve­lop­pe­ment. Entre autres, on note :

  • Para­ly­sie cérébrale ;
  • Mala­die de charcot-marie-tooth ;
  • Spi­na bifida ;
  • AVC ;
  • Dia­bète ;
  • Dys­tro­phie musculaire ;
  • Longue immo­bi­li­té, etc.

D’après Muriel Mon­ten­vert, pédi­cure-podo­logue et secré­taire géné­rale de l’Union Fran­çaise pour la San­té du Pied (UFSP), « la réa­li­sa­tion de semelles ortho­pé­diques sur mesure per­met d’apporter un sou­la­ge­ment des dou­leurs et une amé­lio­ra­tion de la pos­ture en cas de pieds creux ».

Sou­li­gnons qu’il existe plu­sieurs autres trai­te­ments pour le cas des pieds creux à savoir : les chaus­sures ortho­pé­diques, la kiné­si­thé­ra­pie. La chi­rur­gie n’est néces­saire qu’en cas de défor­ma­tions impor­tantes. Chez l’enfant, il faut agir uni­que­ment sur les par­ties molles. Il est pos­sible d’ajouter une ostéo­to­mie.

Maladie de Pauzat : fracture de fatigue du calcanéum

La mala­die de Pau­zat encore appe­lée frac­ture de fatigue est une mala­die liée à l’adaptation de l’os à l’effort. Elle sur­vient suite à une contrainte inha­bi­tuelle exer­cée sur un os sain. Il est donc impor­tant de ne pas le confondre à d’autres frac­tures patho­lo­giques telles que la tumeur osseuse, la nécrose ischémique.

Une tal­al­gie peut donc révé­ler une frac­ture du cal­ca­néum cau­sée par un acci­dent ou une chute incon­trô­lée à grande hau­teur. Puisque la frac­ture de fatigue peut entraî­ner l’écrasement des tis­sus qui entourent le cal­ca­néum, la dou­leur pro­vo­quée est très intense. En dehors de cela, il peut arri­ver que la frac­ture touche plus for­te­ment l’os du talon.

Les fac­teurs qui favo­risent la sur­ve­nue de la mala­die sont liés aux acti­vi­tés méca­niques exces­sives et sou­vent inha­bi­tuelles. Il est donc impé­ra­tif de ces­ser sur une période don­née les acti­vi­tés spor­tives conti­nues. Leur reprise ne doit être faite que de façon progressive.

Maladie de Sever : épiphysite calcanéenne de croissance

Décrite pour la pre­mière fois en 1912, la mala­die de Sever est une inflam­ma­tion du car­ti­lage de crois­sance du talon. Elle se mani­feste dans la plu­part du temps chez de jeunes gar­çons de 8 à 13 ans. Notons que ces der­niers sont sou­vent des foot­bal­leurs, des ath­lètes, des gym­nastes ou même des dan­seurs. Cela se tra­duit donc par une inten­si­té exces­sive d’activités phy­siques liées à leur âge.

Par­mi les symp­tômes pré­sen­tés par la mala­die de Sever, on note des micro­frac­tures et une atteinte du noyau d’ossification du calcanéum. 

Ras­su­rez-vous, cette mala­die n’est pas incu­rable. Avec le repos, le port des talon­nettes ou le port d’attelle en par­ti­cu­lier la nuit, on peut sou­la­ger les dou­leurs. Outre ces moyens de trai­te­ment, il est pos­sible de pra­ti­quer éga­le­ment l’homéopathie ou l’ostéopathie.

Voi­là entre autres les causes des dou­leurs au talon. Qu’en est-il donc de ses symptômes ?

Symptômes des douleurs du talon

La tal­al­gie ne se mani­feste que d’une seule manière. L’unique symp­tôme qu’on lui connait est la dou­leur loca­li­sée au niveau du talon.

Lorsque vous com­men­cez à avoir les pro­blèmes à mar­cher cor­rec­te­ment sur le talon, il faut vite pas­ser au diag­nos­tic. Même en l’absence de dou­leur appa­rente, cela peut être le signe pré­cur­seur d’une tal­al­gie imminente.

Lorsque vous avez la sen­sa­tion d’avoir un clou dans la chaus­sure alors que ce n’est pas le cas, elle peut être due à une lésion de l’aponévrose plan­taire. Avec les dou­leurs pro­vo­quées par une ten­di­nite du ten­don d’Achille, la tal­al­gie se loca­lise à l’arrière du talon et se mani­feste au début d’un effort phy­sique. Il est donc indi­qué de le trai­ter le plus tôt possible.

Traitement des douleurs du talon

Comme toutes les autres dou­leurs, on peut sou­la­ger sur une courte durée la tal­al­gie par la prise d’antalgiques. On peut aus­si appli­quer de la glace sur la par­tie affec­tée pen­dant une quin­zaine de minutes.

Lorsqu’elles per­sistent, on peut également :

  • Ne plus mar­cher pieds nus, mais en chaussures ;
  • Por­ter des talon­nettes en gel dans les chaus­sures afin de réduire les chocs de la marche ;
  • Mettre son pied pour un bon moment au repos, etc.

Il est bien de rete­nir que lorsque vous souf­frez des dou­leurs du talon, qu’elles soient chro­niques ou non, il faut sys­té­ma­ti­que­ment consul­ter un méde­cin.

Préventions de la talalgie

Vous pou­vez évi­ter les tal­al­gies en les pré­ve­nant. Lorsqu’il s’agit en par­ti­cu­lier d’une inflam­ma­tion de l’aponévrose, les tal­al­gies peuvent être pré­ve­nues selon Char­line D., Doc­teur en phar­ma­cie. Les pré­ven­tions consistent à pré­pa­rer ses pieds à toute aug­men­ta­tion ou inten­si­fi­ca­tion d’activité phy­sique et à pra­ti­quer des exer­cices de stret­ching de façon journalière.

Les dou­leurs au talon sont des mala­dies d’origine méca­nique ou inflam­ma­toire. Elles peuvent cau­ser d’énormes gênes au niveau des arti­cu­la­tions et défor­mer la manière de mar­cher. C’est pour­quoi, lorsque vous res­sen­tez un quel­conque malaise au niveau du talon, il faut se réfé­rer à un méde­cin.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...