HomeNon classéDEPRESSION : LE CHOIX DU TRAITEMENT

DEPRESSION : LE CHOIX DU TRAITEMENT

Publié le

spot_img

Dr H. Ray­baud – MAJ 05/2003 – 2009

Lorsque le diag­no­sic a été por­té, res­tent deux points difficiles :
—- Convaincre le patient que c’est une mala­die à trai­ter, géné­ra­le­ment pen­dant plu­sieurs mois.
—- Choi­sir l’antidepresseur
Actuel­le­ment les cri­tères de choix se limitent aux habi­tudes thé­ra­peu­tiques de cha­cun ( ?? ), aux pro­prié­tés séda­tives ou non et à la mini­mi­sa­tion des effets indésirables.
Voir : ISRS : Les inhi­bi­teurs spé­ci­fiques de la recap­ture de la séro­to­nine (PROZAC, DEROXAT, ZOLOFT, etc…
Voir : Anti dépres­seurs : Dans une méta-ana­lyse mul­ti-trai­te­ments publiée dans le Lan­cet du 28 février 2009 , faite à par­tir de 117 essais cli­niques, les auteurs ont com­pa­ré l’ef­fi­ca­ci­té et la tolé­rance de 12 anti­dé­pres­seurs. [Lire]

NB : La pres­crip­tion d’un médi­ca­ment n’est cer­tai­ne­ment pas la seule méthode pos­sible et elle doit tou­jours s’ac­com­pa­gner d’une psy­cho­thé­ra­pie de sou­tien qui peut être assu­rée soit par le méde­cin trai­tant soit par un psy­chiatre ou un psy­cho­logue. Dans le cas des dépres­sions réac­tion­nelles à un aléa aigu et ponc­tuel de la vie, le temps qui passe joue son rôle thérapeutique.
Les syn­dromes post-trau­ma­tiques et les patho­lo­gies bipo­laires posent d’autres pro­blèmes de prise en charge et néces­sitent sou­vent un avis spécialisé.

En pra­tique cli­nique, la dépres­sion s’ac­com­pagne d’un cor­tège de symp­tômes variables d’un patient à un autre.
—- Bou­lime, gri­gno­tage, ano­rexie ou appé­tit conservé.
—- Sucré, salé
—- Insom­nie ou hypersomnie.
—- Cau­che­mar ou abs­cence de rêve.
—- Asthé­nie ou plus rare­ment hyperactivité.
—- Diar­thée, consti­pa­tion, sueur, bouche sèche, Etc..

Nous pen­sons que ces don­nées faci­le­ment objec­ti­vées pour­raient être un élé­ment impor­tant au moment du choix de trai­te­ment car ils signent des dés­équi­libres dif­fé­rents des média­teurs cérébraux.
Il parait par exemple logique d’é­vi­ter un séro­to­ni­ner­gique pur chez un ano­réxique mais Escu­lape recherche des études dans ce domaine. Email !!

BOULIMIE SUCREE, BOULIMIE SALEE
Ch Vin­dreau, D.Ginestet. L’en­cé­phale, 1987 ; XII : 117–122
Deux groupes de patients dif­fé­rant par leur goût et appé­tence ali­men­taire élec­tives pour deux types d’a­li­ments ( sucrés, salés ) sont individualisés.
Les carac­té­ris­tiques cli­niques de chaque groupe sont bien distinctes :
—- Les bou­li­miques aux ali­ments sucrés sont plus impul­sifs, plus dys­pho­riques avec une labi­li­té émo­tion­nelle plus forte et abusent plus faci­le­ment de médi­ca­ments, d’al­cool ou de toxiques.
—- Les bou­li­miques aux ali­ments salés sont plus anxieux et émous­sés sur le plan émo­tion­nel. Ils sont plus sou­vent que les autres des ATCD d’a­no­réxie men­tale ( 83 % contre 7 % ).

LES MEDICAMENTS
Deux pro­duits dont les effets bio­lo­giques sont consi­dé­rés comme spé­ci­fiques, ont été utilisés :
—- LUDIOMIL ( mapro­ti­line ) ago­niste nora­dr­éner­gique à la dose de 100 à 150 mg/J.
—- FLOXYFRAL ( flu­voxa­mine ) ago­niste séro­to­ni­ner­gique à la dose de 100 à 200 mg/J

LES RESULTATS
Les  » répon­deurs  » sont les patients dont les troubles almen­taires avaient dis­pa­ru ou régres­sé de plus de 80 % sur une période d’ob­ser­va­tion de plus de 8 semaines.
—- Les bou­li­miques aux sucres ne répondent qu’aux ago­nistes séro­to­ni­ner­giques, qui de plus modèrent leurs mani­fes­ta­tions dys­pho­riques comme leur impul­si­vi­té. Le trt est géné­ra­le­ment bien tolé­ré en par­ti­cu­lier sans troubles diges­tifs ni séda­tifs. La mapro­ti­line est inef­fi­cace dans ce groupe.
—- Les bou­li­miques salés réagissent inver­se­ment : le trt par la mapro­ti­line (LUDIOMIL) est effi­cace avec effet anxio­ly­tique béné­fique. Les séro­to­ni­ner­giques sont sans résul­tat sur ces troubles ali­men­taires et ont des effets séda­tifs importants.

CONCLUSION
Le rôle des com­po­sés ali­men­taires sur la syn­thèse et la libé­ra­tion des neu­ro­trans­met­teurs a été étu­diée ( Ash­ley and col Nutri­tio­nal control of brain neu­ro­trans­mit­ter syn­the­sis . Bibl. Nutr. Die­ta 1986 ; 38 : 39–53 ).
—- La consom­ma­tion d’hy­drates de car­bones a un effet posi­tif sur le pas­sage intra­cé­ré­bral du tryp­to­phane plas­ma­tique et favo­rise la syn­thèse de la sérotonine.
—- Il pour­rait en être de même pour cer­tains régimes riches en tyro­sine et leurs effets sur le méta­bo­lisme des catécholamines.
Dans la dépres­sion, les troubles ali­men­taires – lors­qu’ils sont mar­qués ‑pour­raient avoir au moins au début valeur d’au­to-médi­ca­tion ins­tinc­tive per­met­tant une éva­lua­tion plus fine du choix thé­ra­peu­tiques. D’autres symp­tômes méri­te­raient d’être éva­lué dans la même orientation.

Pour en savoir plus sur les anti­dé­pres­seurs Med.univ-Rennes1.fr

Les anti­dé­pres­seurs
Sté­phane Schück
Labo­ra­toire de Phar­ma­co­lo­gie Expé­ri­men­tale et Clinique
2, av du Pr. Léon Ber­nard 35043 Rennes cedex

mis à jour le 25 jan­vier 1999

LIEN ICI

1 Défi­ni­tion
2 Clas­si­fi­ca­tion
2.1 La clas­si­fi­ca­tion historique
2.2 La clas­si­fi­ca­tion mécanistique
2.3 La clas­si­fi­ca­tion thérapeutique
3 Méca­nismes d’action
3.1 Les voies aminergiques
3.2 L’axe hypothalamo-hypophysaire
3.3 Les nou­velles théories
3.4 Les modèles de la phar­ma­co­lo­gie expérimentale
4 Eva­lua­tion clinique
5 Les anti­dé­pres­seurs tricycliques

5.1 Les anti­dé­pres­seurs imipraminiques
5.2 Les appa­ren­tés aux tricycliques
6 Les inhi­bi­teurs de la mono­amine oxydase
6.1 Les IMAO non sélectifs
6.2 Les IMAO‑B
6.3 Les IMAO‑A
7 Les inhi­bi­teurs de la recap­ture de la sérotonine
8 Les nou­veaux antidépresseurs
Biblio­gra­phie

 

www.med.univ-rennes1.fr/galesne/pharmaco/antidepresseurs.htm

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...