HomeParapharmacieLa contraception des dystrophies ovariennes : indications et contre-indications

La contraception des dystrophies ovariennes : indications et contre-indications

Publié le

spot_img

L’existence d’une dys­tro­phie ova­rienne est une condi­tion condui­sant à un choix de contra­cep­tion. Celle-ci aura pour but de viser et d’empêcher tout risque de gros­sesse et d’assurer une thé­ra­peu­tique appro­priée. De même, cette contra­cep­tion doit être en mesure d’interrompre le cercle vicieux endo­cri­nien et de trai­ter l’hyperandrogénie.

Qu’est-ce une dys­tro­phie ova­rienne ? Quelles sont les contra­cep­tions à évi­ter dans les dys­tro­phies ova­riennes ? Quelles sont les contra­cep­tions indi­quées dans les dys­tro­phies ova­riennes sans hir­su­tisme ? Qu’en est-il des dys­tro­phies ova­riennes avec hirsutisme ?

Dystrophie ovarienne : qu’est-ce que c’est ?

Les dys­tro­phies ova­riennes se dis­tinguent par un trouble de la matu­ra­tion fol­li­cu­laire avec aug­men­ta­tion des fol­li­cules kys­tiques et/ou atré­tiques. Néan­moins, on ne dis­pose d’aucune pré­ci­sion sur leur noso­lo­gie jusqu’à présent.

En effet, face à un tableau évo­quant une dys­tro­phie ova­rienne, cer­tains cri­tères doivent être rem­plis, notamment :

  • Recon­naître la dys­tro­phie ova­rienne et cla­ri­fier son étiologie ;
  • Recher­cher et, si elle existe, faire le bilan de l’hyperandrogénie ;
  • Éli­mi­ner cer­taines causes graves.

Ces étapes doivent être fran­chies avant d’envisager avec la patiente la pres­crip­tion d’une contra­cep­tion. Il est bien de savoir qu’il existe plu­sieurs types de dys­tro­phies ova­riennes.

D’après MAUVAIS-JARVIS P. et KUTTENN F., on dis­tingue trois types de dys­tro­phies ova­riennes : ovaires poly­kys­tiques de type 1, ovaires poly­kys­tiques de type 2 et ovaires poly­kys­tiques de type 3.

Ovaires polykystiques de type 1 : syndrome de Stein-Leventhal

Les symp­tômes de ce type de dys­tro­phie ova­rienne sont :

  • Spa­nio­mé­nor­rhée pro­gres­sive et sévère. Celle-ci peut par­fois conduire à une amé­nor­rhée avec anovulation ;
  • Gros ovaires lisses, sans dou­leur et de volume constant ;
  • Infer­ti­li­té ;
  • Hir­su­tisme ;
  • Obé­si­té.

Ces signes cli­niques varient en inten­si­té et se mani­festent diver­se­ment. Elles peuvent aus­si se com­bi­ner en de nom­breuses formes cli­niques. Qu’en est-il des signes écho­gra­phiques et biologiques ?

Signes échographiques

En voi­ci quelques-uns :

  • Ovaires aug­men­tés de taille ;
  • Plu­sieurs micro­kystes fol­li­cu­laires à la périphérie ;
  • Stro­ma épaissi ;
  • Hyper­écho­gène.

Signes biologiques

Les signes bio­lo­giques asso­cient typi­que­ment les élé­ments suivants :

  • Taux de FSH normal ;
  • Élé­va­tion de la LH avec un rap­port LH/FSH > 2 ;
  • Réponse explo­sive au test GnRH ;
  • Au niveau sté­roï­dien, les taux d’androgènes — del­ta 4 andros­tè­ne­dione, tes­to­sté­rone — sont typi­que­ment élevés.

Sou­li­gnons que l’androstènedione est le prin­ci­pal andro­gène sécré­té par l’ovaire. Celui-ci est donc aro­ma­ti­sé en estrone qui, à son tour, est conver­tie en estra­diol. En cas d’excès d’androgène, sur­vient alors l’hyperestrogénie. Celle-ci aug­mente la sen­si­bi­li­té de la glande à la sécré­tion pul­sa­tile de GnRH.

Ce méca­nisme pro­voque donc une libé­ra­tion accrue de LH. Suc­ces­si­ve­ment, l’augmentation chro­nique de LH entraine une sti­mu­la­tion exces­sive du stro­ma ova­rien et de la thèque interne. Celle-ci entre­tient la pro­duc­tion exa­gé­rée d’androstènedione.

C’est ain­si que se met en place le cercle vicieux du syn­drome de Stein-Leventhal.

Par ailleurs, l’obésité agit aus­si dans l’auto-entretien de ce syn­drome. D’une part, elle peut inter­ve­nir de façon directe par la capa­ci­té du tis­su adi­peux à aro­ma­ti­ser les andro­gènes en estro­gène. D’autre part, elle inter­vient par le biais de l’hyperinsulinémie et de l’insulino-résistance, eux-mêmes fac­teurs d’hyperandrogénie.

Ovaires polykystiques de type 2

Comme dans le cas des ovaires poly­kys­tiques de type 1, le syn­drome cli­nique est iden­tique. Par contre, le syn­drome hor­mo­nal est dif­fé­rent : LH nor­male et le rap­port LH/FSH conservé.

Contrai­re­ment à la phy­sio­pa­tho­lo­gie du type 1, les ovaires poly­kys­tiques de type 2 sont secon­daires à une affec­tion. Rap­pe­lons que la phy­sio­pa­tho­lo­gie de type 1 est un dys­fonc­tion­ne­ment hypo­tha­la­mo ‑hypo­phy­so-ova­rien.

Il est donc impor­tant de dis­tin­guer celle de type 2 à savoir :

  • Syn­drome de Cushing ou hyper­cor­ti­cisme iatrogène ;
  • Hyper­pla­sie congé­ni­tale sur­ré­na­lienne à révé­la­tion tardive ;
  • Hyper­thé­cose ovarienne ;
  • Hyper­pro­lac­ti­né­mie ;
  • Dys­thy­roï­die ;
  • Tumeur andro­gé­no-secré­tante de l’ovaire ou de la sur­ré­nale (il est essen­tiel de l’éliminer) condui­sant à l’installation bru­tale d’une hyper­an­dro­gé­nie sévère.

Ovaires polykystiques de type 3

Les mani­fes­ta­tions des ovaires poly­kys­tiques de type 3 consistent en de dys­ovu­la­tion. Il s’agit en effet de :

  • Kyste fonc­tion­nel, pro­ba­ble­ment une affec­tion de la rup­ture folliculaire ;
  • Dys­tro­phie macro-poly­kys­tique qui serait une mala­die de l’atrésie folliculaire.

En effet, la phy­sio­pa­tho­lo­gie de type 3 se tra­duit par une symp­to­ma­to­lo­gie riche et variable dans le temps.

Sur le plan clinique

On note une aug­men­ta­tion du volume des ovaires avec l’allongement du cycle. Les ovaires sont variables, dou­lou­reux, irré­gu­liers, bos­se­lés. En effet, leur aug­men­ta­tion est maxi­male en phase pré­mens­truelle. Il s’agit des « ovaires-accor­déon ».

Ce chan­ge­ment influence l’état psy­cho­lo­gique pro­vo­quant une irri­ta­bi­li­té, une insta­bi­li­té et de ner­vo­sisme.

Sur le plan hormonal

On remarque un allon­ge­ment des cycles avec une ovu­la­tion tar­dive et une phase lutéale courte. Hélas ! Les andro­gènes plas­ma­tiques sont sou­vent éle­vés ain­si que l’estradiol plas­ma­tique. Par contre, la pro­ges­té­ro­né­mie reste abaissée.

Plu­sieurs fac­teurs sont à l’origine de ce cas précis.

Facteurs en cause

Il s’agit avant tout des fac­teurs envi­ron­ne­men­taux et le stress. On note aus­si les élé­ments comme :

  • Trau­ma­tismes psychoaffectifs ;
  • Fac­teurs infectieux ;
  • Fac­teurs vas­cu­laires ou mécaniques.

Pour pal­lier les dys­tro­phies ova­riennes, il est néces­saire de faire une contra­cep­tion. Mais avant toute démarche, il faut savoir que toutes les contra­cep­tions ne sont pas favo­rables dans les dys­tro­phies ova­riennes. Il s’agit des contre-indi­ca­tions aux dys­tro­phies ova­riennes qu’il importe de connaître.

Contraceptions à éviter dans les dystrophies ovariennes

Par­mi les contra­cep­tions à évi­ter dans les dys­tro­phies ova­riennes, on note les suivants :

  • Micro­pi­lules pro­ges­ta­tives en continu ;
  • DIU (dis­po­si­tifs intra-utérins) ;
  • Macro­pro­ges­ta­tifs nors­té­roïdes en discontinu ;
  • Implants contra­cep­tifs.

Micropilules progestatives en continu

Les micro­pi­lules pro­ges­ta­tives en conti­nu, on en compte plu­sieurs, notamment :

  • Acé­tate de noré­this­té­rone 0,6 mg (Mil­li­gy­non) ;
  • Lévo­nor­ges­trel 0,03 mg (Micro­val) ;
  • Nor­ges­trié­none 0,35 mg (Ogy­line) ;
  • Lynes­tré­nol 0,5 mg (Exlu­ton).

Les micro­pi­lules pro­ges­ta­tives en conti­nu sont des contre-indi­ca­tions méta­bo­liques et vas­cu­laires des estro­gènes de syn­thèse. Leur effet contra­cep­tif consiste à modi­fier la moi­tié tubaire et la glaire cervicale.

Tou­te­fois, dans cer­tains cas, elles ne freinent que de façon incom­plète la FSH comme la LH. Celle-ci est d’ailleurs déjà éle­vée dans nombre de SOPK. D’où une sti­mu­la­tion ova­rienne anar­chique et non syn­chrone suf­fi­sante pour induire des dystrophies.

Plu­sieurs études signalent une forte inci­dence de kystes fonc­tion­nels de l’ovaire dans le cas des micro­pi­lules pro­ges­ta­tives. En effet, ils seraient 2,5 à 3 fois plus fré­quents que chez les patientes qui n’utilisent pas une contra­cep­tion hormonale.

Les DIU

On appelle DIU, le dis­po­si­tif intra-uté­rin. Il est bien de savoir que les DIU n’ont pas d’action anti-gona­do­trope sou­hai­tée. De même, ils n’ont pas d’efficacité dans le trai­te­ment de l’hyperandrogénie fréquente.

Macroprogestatifs norstéroïdes en discontinu

En matière de Macro­pro­ges­ta­tifs nors­té­roïdes en dis­con­ti­nu, on note entre autres :

  • Lynes­tré­nol 10 mg (Orga­mé­tril) ;
  • Acé­tate de noré­this­té­rone 10 mg (Pri­mo­lut Nor).

Ils ont une puis­sante action anti-gona­do­trope. Tou­te­fois, ces macro­pro­ges­ta­tifs sont à évi­ter en rai­son de leurs effets andro­gé­niques.

Implants contraceptifs

L’incidence des implants contra­cep­tifs n’est pas encore tota­le­ment éva­luée. Néan­moins, il faut savoir qu’ils libèrent de façon constante, et ce, pen­dant 3 ans, une quan­ti­té de lévo­nor­ges­trel. Celle-ci est simi­laire à une pilule microprogestative.

Quels sont donc les contra­cep­tifs indi­qués dans les dys­tro­phies ovariennes ?

Contraceptions indiquées dans les dystrophies ovariennes sans hirsutisme

Les contra­cep­tions indi­quées dans les dys­tro­phies ova­riennes sans hir­su­tisme sont les suivantes :

  • Œstro­pro­ges­ta­tifs normodosés ;
  • Œstro­pro­ges­ta­tifs minidosés ;
  • Macro­pro­ges­ta­tifs prégnanes
  • Et nor­pré­gnanes en discontinu.

Les œstroprogestatifs normodosés

contraception des dystrophies ovariennes

En matière d’œstro­pro­ges­ta­tifs nor­mo­do­sés, il a été for­te­ment recom­man­dé depuis long­temps l’usage d’œstroprogestatifs ayant de fortes doses d’éthinyl-estradiol et de pro­ges­ta­tif. Ce sont entre autres :

  • Les pilules mono­pha­siques et de type Sté­di­ril en rai­son de leur puis­sance anti-gonadotrope ;
  • Et celles séquen­tielles et de type Ova­non à cause de leur cli­mat estro­gé­nique dominant.

En effet, l’éthinyl-estradiol est un anti-gona­do­trope puis­sant et en même temps un anti-andro­gène. Il est capable de mettre au repos com­plè­te­ment les ovaires. En entrai­nant une aug­men­ta­tion de la syn­thèse hépa­tique de TeBG, alors, la frac­tion libre active de la tes­to­sté­rone cir­cu­lante diminue.

Apports des études

Plu­sieurs études plaident en faveur de cette thèse de la puis­sance des œstro­pro­ges­ta­tifs nor­mo­do­sés. Grâce à cela, en effet, on note une dimi­nu­tion du risque de kystes fonc­tion­nels de l’ovaire. Par contre, pour plus d’un, l’éthinyl-estradiol à fortes doses peut induire des effets méta­bo­liques délétères.

Aus­si montrent-ils que les pro­ges­ta­tifs asso­ciés, déri­vés de la 19-nos­tes­to­sté­rone de pre­mière géné­ra­tion, ont des effets andro­gé­niques cli­niques et méta­bo­liques. Il était remar­qué dans les années 70 que l’usage des pilules nor­mo­do­sées a bais­sé en faveur des minidosées.

Dans tous les cas, les œstro­pro­ges­ta­tifs nor­mo­do­sés conservent tou­jours pour cer­tains une place irrem­pla­çable dans la contra­cep­tion des dys­tro­phies ovariennes.

Les œstroprogestatifs minidosés

L’usage des pilules mini­do­sées et, récem­ment les mul­ti­pha­siques a sus­ci­té de contro­verse. Celle-ci est rela­tive à leur rela­tion avec les dys­tro­phies ovaires. Mais, ras­su­rez-vous, les œstro­pro­ges­ta­tifs mini­do­sés sont indi­qués dans les dys­tro­phies ova­riennes sans hir­su­tisme.

Oestroprogestatifs minidosés de 1re ou 2génération

Concer­nant les œstro­pro­ges­ta­tifs mini­do­sés de 1re ou 2e géné­ra­tion, deux études de cas attirent l’attention sur d’éventuels risques éle­vés de kystes fonc­tion­nels ovariens.

En France, VINCES et Coll. confirment cette hypo­thèse chez 23 patientes sous des pilules mini­do­sées mono ou bipha­siques. Ils ont ain­si mis en rap­port le déve­lop­pe­ment de ces kystes avec une hyper­es­tro­gé­nie circulante.

En outre, aux États-Unis, 7 cas de kystes fonc­tion­nels de l’ovaire chez les uti­li­sa­trices de pilules bi- et tri­pha­siques sont consta­tés (CAILLOUETTE et Coll.). Ces cas n’ont pas tar­dé à aug­men­ter de 11 autres cas. C’est d’ailleurs pour cette rai­son que la F.D.A a mis en exa­men ces pilules en 1998.

En conclu­sion, il s’avère que les don­nées étaient insuf­fi­santes pour déter­mi­ner le rap­port entre les pilules mul­ti­pha­siques et kystes ovariens.

Par ailleurs, deux études de cas-contrôles amé­ri­caines se sont pen­chées sur la varia­bi­li­té de la pro­tec­tion contre les kystes ova­riens. Et cela, en fonc­tion du type de contra­cep­tif oral uti­li­sé. En effet, l’étude de HOLT et Coll. montre que le risque rela­tif d’observer un kyste fonc­tion­nel était de :

  • 0,8 (0, 41, 8) : uti­li­sa­trices de pilule monophasique ;
  • 1,3 (0,5–3,3) : uti­li­sa­trices de tri­pha­sique par rap­port aux non-utilisatrices.

D’un autre côté, LANES et Coll. ont mon­tré un risque rela­tif de kyste ova­rien fonc­tion­nel de :

  • 0,24 (0,01–1,34) : uti­li­sa­trices de mono­pha­siques avec £ > 35 µg d’EE2 ;
  • 0,52 (0,17–1,33) : uti­li­sa­trices de mono­pha­siques avec £ 35 µg d’EE2 ;
  • 0,91 (0,3–2,31) : uti­li­sa­trices de mul­ti­pha­siques par rap­port aux non-utilisatrices.

Note importante

Les mono­pha­siques mini­do­sées avec un pro­ges­ta­tif de 1re ou 2e géné­ra­tion avaient une cer­taine pro­tec­tion contre les kystes fonc­tion­nels ova­riens. Tou­te­fois, celle-ci est moindre par rap­port aux normodosées.

Par contre, les mini­do­sées mul­ti­pha­siques appa­raissent neutres. Non seule­ment elles ne réduisent pas le risque, mais elles ne l’augmentent pas non plus.

Oestroprogestatifs minidosés avec progestatif de 3e génération

L’avènement des pro­ges­ta­tifs de 3e géné­ra­tion a fait resur­gir le débat qui avait lieu avec les géné­ra­tions anciennes. On note dans cette nou­velle classe : ges­to­dène, déso­ges­trel, norgestimate.

En effet, ces pro­ges­ta­tifs pré­sentent un double avan­tage. Ils sont un anti-gona­do­trope puis­sant et peu ou pas andro­gé­nique aux doses où ils sont uti­li­sés dans les pilules contra­cep­tives. De même, la tolé­rance méta­bo­lique est meilleure qu’avec les nors­té­roïdes des anciennes générations.

Blocage ovarien

VAN DER V. a com­pa­ré les effets de 7 œstro­pro­ges­ta­tifs mini­do­sés admi­nis­trés à des groupes de 10 femmes cha­cun pen­dant 6 mois. Dans cette étude, il met en évi­dence des dif­fé­rences signi­fi­ca­tives entre les groupes dans l’activité ovarienne.

Notons que celle-ci est repé­rée par les dia­mètres fol­li­cu­laires maxi­mums et par le taux maxi­mum de 17 b estra­diol. L’inhibition de la fonc­tion ova­rienne la plus par­faite étant le fait de la tri­pha­sique au gestodène.

Ces tra­vaux trouvent un écho par­fait avec ceux de LEVAILLANT et Coll. D’après ceux-ci, l’inhibition des gona­do­tro­phines induite par la tri­pha­sique au ges­to­dène a une puis­sance com­pa­rable à celle des pilules normodosées.

D’après DEGRELLE et Coll., nous man­quons de recul cli­nique et d’études écho­gra­phiques pour déter­mi­ner l’usage de ces pilules dans cette patho­lo­gie. Dès lors, il urge de com­plé­ter les données.

Il faut sou­li­gner aus­si que toutes les femmes n’ont pas le même risque d’hyperestrogénie rela­tive vis-à-vis d’une même pilule :

  • Même si toutes les pilules œstro­pro­ges­ta­tives d’une même classe ne sont pas équi­va­lentes vis-à-vis de la fonction ;
  • Quels que soient leurs anté­cé­dents de kystes ovariens.

C’est jus­te­ment ce que révèlent SERFATY et Coll. Les varia­tions inter­in­di­vi­duelles de la phar­ma­co­ci­né­tique des sté­roïdes uti­li­sés en contra­cep­tion expliquent que l’effet anti-gona­do­trope in vivo soit variable.

Les macroprogestatifs prégnanes et norpréganes en discontinu

En cure dis­con­ti­nue du 5e au 25e jour du cycle, l’utilisation des pro­ges­ta­tifs nor­pré­gnanes ou pré­gnanes est licite. C’est ce qu’estiment MAUVAIS-JARVIS et KUTTEN. Cela s’explique par l’activité anti-gona­do­trope et la bonne tolé­rance méta­bo­lique de ces progestatifs.

Tou­te­fois, il faut remar­quer qu’on ne dis­pose pas d’étude publiée sur l’efficacité contra­cep­tive à large échelle de ces pro­ges­ta­tifs. Aus­si, ils n’ont pas reçu l’autorisation de mise sur le mar­ché dans cette indication.

Qu’en est-il donc des contra­cep­tions à recom­man­der dans les dys­tro­phies ova­riennes avec hirsutisme ?

Contraceptions recommandées dans les dystrophies ovariennes avec hirsutisme

Il est bien de savoir que l’hirsutisme est pré­sent chez 70 % des femmes ayant des ovaires poly­kys­tiques. Avant toute pres­crip­tion contra­cep­tive, il est impor­tant d’éli­mi­ner la pos­si­bi­li­té d’une tumeur andro­gé­no-secré­tante.

En effet, la contra­cep­tion dans ce cas aura pour fonc­tion notamment :

  • L’inhibition de l’axe hypo­tha­la­mo ‑hypo­phy­so-ova­rien suf­fi­sante et puissante ;
  • Mise au repos des ovaires ;
  • Lutte contre l’hyperandrogénie.

Cette contra­cep­tion doit entrai­ner, avec la nor­ma­li­sa­tion de la LH, une dis­pa­ri­tion des mas­to­pa­thies et de l’hyperplasie endo­mé­triale. De même, elle sup­pri­me­ra l’hyperproduction d’androgènes. Et, par consé­quent, celle de l’hirsutisme avec la réduc­tion du volume de l’ovaire, met­tant fin à ses pous­sées anormales.

Quel pro­ges­ta­tif uti­li­sé donc dans le cas des dys­tro­phies ova­riennes avec hirsutisme ?

Acétate de cyprotérone (Androcur)

Dans le cas de la contra­cep­tion décrite, il est pré­fé­rable d’utiliser un pro­ges­ta­tif anti-gona­do­trope et anti-andro­gène. Ceux-ci blo­que­ront l’utilisation des andro­gènes cir­cu­lants au niveau des récep­teurs cutanés.

Il s’agit en effet de l’acétate de cypro­té­rone. C’est un pro­ges­ta­tif déri­vé de la 17-hydroxy­pro­ges­té­rone. Pré­ci­sons que celui-ci a été un trai­te­ment ayant mar­qué la thé­ra­peu­tique de l’hirsutisme en par­ti­cu­lier celui éma­nant des dys­tro­phies ovariennes.

Ce pro­ges­ta­tif exerce sa puis­sance à divers niveaux, à savoir :

  • dimi­nue la pro­duc­tion d’androgènes uti­li­sables par la cel­lule cible grâce à ses effets anti-gona­do­tropes très puissants ;
  • en péri­phé­rie, assure une inhi­bi­tion com­pé­ti­tive de la liai­son de la DHT rési­duelle à son récep­teur cytosolique ;
  • dimi­nue l’activité de la 5‑al­pha-réduc­tase, enzyme androgéno-dépendante.

Efficacité de l’Androcur sur l’hirsutisme

Pour une effi­ca­ci­té holis­tique de l’Androcur sur l’hirsutisme, il faut en moyenne un an de trai­te­ment. Mais en ce qui concerne l’acné et la sébor­rhée, elles dimi­nuent ou dis­pa­raissent même déjà dans les 3 pre­miers mois du traitement.

Par ailleurs, l’Androcur peut inter­ve­nir dans d’autres trai­te­ments. Par exemple dans les cas dif­fi­ciles des mas­to­dy­nies per­sis­tants ou sur­ve­nant sous œstro­pro­ges­ta­tif chez une femme ayant une dys­tro­phie ovarienne.

Schémas thérapeutiques

Dif­fé­rents sché­mas thé­ra­peu­tiques sont pos­sibles pour l’administration de l’Androcur. Mais tous asso­cient l’Androcur à un estro­gène pour évi­ter les effets de l’hypoestrogénie.

Sché­ma d’HAMMERSTEIN

L’Androcur est pres­crit à la poso­lo­gie suivante :

  • 1 à 2 cp du 1er au 10ejour du cycle ;
  • Asso­cié à 50 micro­grammes d’éthinyl-estradiol durant 21 jours ;
  • Pause de 7 jours entre les 2 cycles thé­ra­peu­tiques successifs.

Autre sché­ma

Un autre sché­ma plus récent asso­cie l’Androcur à :

  • une asso­cia­tion fixe d’éthinyl-estradiol 35 micro­grammes par jour ;
  • Acé­tate de cypro­té­rone, 2 mg par jour, pen­dant 21 jours (Diane 35).

Heu­reu­se­ment, ces deux sché­mas pré­sentent tous deux une effi­ca­ci­té contra­cep­tive dès le pre­mier cycle de trai­te­ment. Ils assurent éga­le­ment la mise au repos des ovaires et la cure de l’hyperandrogénie.

Diane 35

Outre l’usage indi­qué dans le 2e sché­ma, Diane 35 peut être uti­li­sée seule après 2 ans ou plus en relais à l’Androcur à fortes doses. Sa fonc­tion dans ce cas est de main­te­nir l’effet thé­ra­peu­tique obte­nu par l’Androcur.

Chez les femmes avec des ovaires poly­kys­tiques, Diane 35 a eu une effi­ca­ci­té avé­rée sur les élé­ments suivants :

  • Symp­tômes cliniques ;
  • Désordres hor­mo­naux ;
  • Taille de l’ovaire obser­vée à l’échographie.

Agonistes du GnRH

Les ago­nistes du GnRH inhibent d’une manière sélec­tive et pro­fonde la sté­roï­do­ge­nèse ova­rienne. Ils sont donc consi­dé­rés à juste titre comme une alter­na­tive dans le trai­te­ment des dys­tro­phies ova­riennes avec hyperandrogénie.

Tou­te­fois, après une étude docu­men­tée, l’agoniste ne peut pas être uti­li­sé en pra­tique comme trai­te­ment à long terme. (Cf. SCHAISON, COUZINET in Com­pa­ra­tive effects of cypro­te­rone ace­tate or a long-action LHRH ago­nist in poly­cys­tic ova­rian disease, Hor­mone Res, 1987,28,169 – 174).

Par ailleurs, d’autres tra­vaux concluent l’impossibilité d’administrer l’agoniste du GnRH sans œstro­pro­ges­ta­tif asso­cié. D’autres encore font réfé­rence à leur coût prohibitif.

Que peut-on fina­le­ment rete­nir sur les indi­ca­tions et contre-indi­ca­tions des dys­tro­phies ovariennes ?

Contraception des dystrophies ovariennes : recommandations à observer

Pour pres­crire une contra­cep­tion à une femme por­teuse d’une dys­tro­phie ova­rienne, le méde­cin doit :

  • Évi­ter les contra­cep­tions sus­cep­tibles d’induire une hyper­sé­cré­tion d’estrogènes et d’androgènes par ovaires non suf­fi­sam­ment inhibés ;
  • Évi­ter les sté­roïdes sus­cep­tibles d’exacerber les symp­tômes d’hyperandrogénie et/ou les troubles métaboliques ;
  • Choi­sir une contra­cep­tion suf­fi­sam­ment anti-gona­do­trope capable de mettre au repos les ovaires ;
  • Opter pour une contra­cep­tion capable de trai­ter, au besoin, les mani­fes­ta­tions d’hyperandrogénie associées.

En somme, les dys­tro­phies ova­riennes sont une mala­die d’origine hor­mo­nale. Elles néces­sitent une contra­cep­tion pour évi­ter la sur­ve­nue de l’hirsutisme, de l’obésité et d’autres troubles. Il faut savoir choi­sir la contra­cep­tion conve­nable à chaque cas : dys­tro­phies sans hir­su­tisme ou avec hirsutisme.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...