HomeSantéAsthme : présentation, causes, symptômes et diagnostic

Asthme : présentation, causes, symptômes et diagnostic

Publié le

spot_img

La confi­gu­ra­tion du corps humain n’est pas la même, qu’il s’agisse d’un indi­vi­du ou d’un autre. Cela s’explique par la diver­si­té de carac­tères et de spé­ci­fi­ci­tés qui font chaque per­sonne. De fait, les affec­tions et troubles de la san­té ne touchent pas de la même manière. Il arrive cepen­dant que les troubles dits chro­niques pré­sentent des simi­li­tudes chez des indi­vi­dus, for­mant ain­si un groupe par­ti­cu­lier. C’est le cas de l’asthme, un mal qui tou­chait déjà en 2021 près de 350 mil­lions de per­sonnes. Même si les ori­gines ne sont pas les mêmes, cette forme d’afflictions est entou­rée d’un ensemble de faits, avé­rés ou non. Il convient alors de les éclair­cir à tra­vers une pré­sen­ta­tion com­plète de ses ori­gines, fac­teurs, symp­tômes ain­si que des trai­te­ments possibles.

Asthme : présentation

Avant de se lan­cer dans une ana­lyse des idées reçues autour de l’asthme, il est impor­tant de se concen­trer sur l’essentiel. La ques­tion se pose alors de savoir ce qu’est exac­te­ment ce trouble de la santé.

Ain­si, l’asthme est défi­ni comme un trouble affec­tant les voies res­pi­ra­toires. En pra­tique, il s’agit d’une inflam­ma­tion des bronches qui empêche leur fonc­tion­ne­ment. Caté­go­ri­sée dans le groupe des mala­dies chro­niques, elle se carac­té­rise par le rétré­cis­se­ment des voies res­pi­ra­toires ain­si que leur contrac­tion. Une autre carac­té­ris­tique majeure est l’hyper pro­duc­tion de mucus qui empêche une bonne oxygénation.

Il existe deux grandes familles d’asthme. La pre­mière est dite inter­mit­tente. Ici, l’asthme peut être bénin et ne se pré­sen­ter que spo­ra­di­que­ment. Les symp­tômes sont alors légers et les crises assez brèves. La seconde famille est celle de l’asthme per­sis­tant. Dans ce cas, il peut être ques­tion d’un pro­blème han­di­ca­pant et qui empêche la plu­part des acti­vi­tés. Selon le niveau de gra­vi­té, il y a :

  • l’asthme per­sis­tant léger ;
  • l’asthme per­sis­tant modéré ;
  • et l’asthme per­sis­tant sévère.

Le der­nier cas est celui où les crises peuvent inter­ve­nir à tout moment, sur­tout la nuit. Il est donc néces­saire de prê­ter une atten­tion réelle au patient. Lorsque l’asthme est extrême, elle peut conduire à une hos­pi­ta­li­sa­tion ou encore au décès. 

Asthme : causes

Pour rap­pel, l’asthme est carac­té­ri­sé par une obs­truc­tion par­tielle des voies res­pi­ra­toires. C’est cela qui est à la base des dif­fi­cul­tés res­pi­ra­toires qui sont res­sen­ties par le patient. Cepen­dant, le trouble des voies res­pi­ra­toires n’est pas sans ori­gine. Il est d’ailleurs pos­sible d’identifier plu­sieurs sources au déve­lop­pe­ment de cette mala­die. Elles peuvent concer­ner la per­sonne elle-même, son entou­rage fami­lial ou encore son envi­ron­ne­ment quo­ti­dien ou pro­fes­sion­nel. La déter­mi­na­tion de la bonne ori­gine per­met de trou­ver des solu­tions adap­tées au patient.

L’hérédité

L’une des pre­mières causes d’asthme est l’hérédité. En effet, lorsqu’une per­sonne souffre de ce mal dans une famille, il y a plus de chances que ses des­cen­dants le contractent. Cela s’explique par la trans­mis­si­bi­li­té de la mala­die par le gène. Il faut néan­moins pré­ci­ser que la trans­mis­sion géné­tique n’est pas sys­té­ma­tique. Il s’agit en prin­cipe d’une pré­dis­po­si­tion qui peut se révé­ler ou pas. Le plus impor­tant est de pen­ser à éva­luer le risque et, en cas de pré­dis­po­si­tion, prendre les pré­cau­tions nécessaires.

La conséquence d’une réaction allergique

Les aller­gies sont des réac­tions phy­sio­lo­giques à un ou plu­sieurs élé­ments exté­rieurs. Lorsque les mani­fes­ta­tions inter­viennent dans le sys­tème res­pi­ra­toire, une crise d’asthme peut arri­ver. Cela vient du fait que les aller­gènes viennent obs­truer les bronches et rendre la res­pi­ra­tion difficile.

En géné­ral, le déve­lop­pe­ment de l’asthme asso­cié à un anté­cé­dent aller­gique est mis en rela­tion avec l’hérédité. Il n’est donc pas rare de consta­ter que deux per­sonnes de la même famille et qui ont les mêmes aller­gies pré­sentent la même réaction.

Dans ce cas, les crises d’asthme sont peu fré­quentes et n’interviennent qu’en cas de contact. Il est alors recom­man­dé de faire atten­tion à des élé­ments tels que l’environnement exté­rieur. Une fois l’élément aller­gène iden­ti­fié, il fau­dra limi­ter le risque.

L’environnement de travail

L’asthme peut se déve­lop­per avec l’âge. Dans ce cas pré­cis, il est consi­dé­ré comme une mala­die pro­fes­sion­nelle. Il est d’ailleurs appe­lé asthme pro­fes­sion­nel et sa prise en charge est entiè­re­ment pré­vue dans la grille caté­go­rielle. En effet, cer­taines pro­fes­sions ou cer­tains métiers consti­tuent un risque pour les per­sonnes qui les exercent. Ces der­nières sont constam­ment en contact avec des élé­ments qui peuvent conduire au dys­fonc­tion­ne­ment des voies res­pi­ra­toires. Les métiers concer­nés sont souvent :

  • la coif­fure ;
  • la pein­ture ;
  • la bou­lan­ge­rie et la pâtisserie ;
  • les métiers de la santé ;
  • la menui­se­rie et autres métiers du bois ;
  • ou encore les métiers du net­toyage et de l’entretien.

Lorsque ces cas sont avé­rés, il convient de signa­ler le mal afin de prendre les dis­po­si­tions nécessaires.

Asthme : facteurs de risque

Asthme

Les crises d’asthme peuvent arri­ver de manière spon­ta­née dans cer­tains cas. Dans d’autres, elles sont fré­quentes et même pré­vi­sibles. C’est le cas par exemple de l’asthme per­sis­tant sévère où il est pos­sible de s’attendre à une crise dans la nuit. Dans tous les cas, cer­tains fac­teurs endo­gènes et exo­gènes mul­ti­plient les chances de faire une crise. Il convient alors de les iden­ti­fier afin de les évi­ter au mieux.

L’environnement

Les chances de faire une crise d’asthme dans le mau­vais envi­ron­ne­ment sont très fortes. En effet, lorsqu’une per­sonne qui pré­sente des pré­dis­po­si­tions à ce mal évo­lue dans un envi­ron­ne­ment à risque, il est confron­té aux élé­ments dont il faut se méfier. La crise est alors inévitable.

À titre illus­tra­tif, une per­sonne aller­gique au pol­len qui se pro­mène dans un champ de fleurs ou qui en reçoit aura une réac­tion forte. Celle-ci pour­ra alors exa­cer­ber le dys­fonc­tion­ne­ment des bronches et cau­ser la crise. Dans la même logique se trouvent des élé­ments comme :

  • les pous­sières ;
  • les aca­riens ;
  • les fumées de toutes sortes ;
  • les pro­duits chimiques ;
  • ou encore les virus.

Il faut pré­ci­ser que la per­sonne asth­ma­tique doit évi­ter à tout prix les espaces fumeurs ain­si que le tabac. L’inhalation de la fumée direc­te­ment ou indi­rec­te­ment conduit inexo­ra­ble­ment au déclen­che­ment d’une crise. Il convient alors de prendre les bonnes dis­po­si­tions pour pré­ser­ver la santé.

L’effort physique

L’asthme est une mala­die qui peut être han­di­ca­pante. Le dys­fonc­tion­ne­ment dû sys­tème res­pi­ra­toire rend presque impos­sible la pra­tique d’une acti­vi­té phy­sique. Dans cer­taines cir­cons­tances, le fait même de faire un effort intense peut déclen­cher une crise. Il est alors ques­tion d’éviter les courses trop rapides ou de savoir quand s’arrêter. De même, cer­tains mou­ve­ments brusques peuvent pro­vo­quer un malaise.

Le stress et émotions fortes

Les crises d’asthme peuvent aus­si être cau­sées par les émo­tions fortes. Cela inclut le stress, la colère ou encore la contra­rié­té. Un tel phé­no­mène s’explique par le fait que la réac­tion à un évè­ne­ment intense peut entraî­ner une hyper­ven­ti­la­tion.

Par exemple, lorsqu’une per­sonne est sous le coup du stress ou de la colère, son rythme car­diaque aug­mente dras­ti­que­ment. La forte cir­cu­la­tion demande alors un apport plus impor­tant dans un délai plus réduit. Puisque les bronches sont plus petites, la cir­cu­la­tion d’air est com­pro­mise. La crise est alors inévitable.

Il faut savoir que les émo­tions posi­tives comme la joie et la sur­prise peuvent aus­si entraî­ner cette réac­tion. Cela est pareil pour des actions comme le fou rire lorsqu’il est vrai­ment pro­lon­gé. Concer­nant l’angoisse et l’anxiété, lorsqu’elles sont pous­sées, la per­sonne asth­ma­tique est encline à faire une crise. Ici, la crise peut être aggra­vée puisque la détresse res­pi­ra­toire va ampli­fier le sen­ti­ment d’angoisse. Il convient alors de prendre les meilleures dis­po­si­tions pour ména­ger les per­sonnes recon­nues asth­ma­tiques.

Asthme : symptômes et diagnostic

Les crises d’asthme sont faci­le­ment recon­nais­sables. Le plus connu et le signe le plus évident reste une res­pi­ra­tion assez dif­fi­cile et sif­flante. Elle tra­duit l’effort que fait l’air pour pas­ser dans les bronches rétré­cies. Cepen­dant, cer­tains élé­ments per­mettent de recon­naître une per­sonne souf­frant d’asthme. Elles peuvent se situer à plu­sieurs niveaux.

Pre­miè­re­ment, il y a la toux. Elle sur­vient sou­vent pen­dant un exer­cice phy­sique ou la nuit. Elle est sèche et per­sis­tante ce qui l’a rend recon­nais­sable. Deuxiè­me­ment, une per­sonne asth­ma­tique a ten­dance à res­pi­rer assez sin­gu­liè­re­ment. Elle a géné­ra­le­ment du mal, et sa res­pi­ra­tion est rapide. Dans cer­tains cas, il est pos­sible d’assister à un essouf­fle­ment dans la nuit et à une ten­dance à souf­frir d’infections res­pi­ra­toires.

À cela s’ajoutent des mani­fes­ta­tions comme :

  • les réveils précoces ;
  • une fré­quence car­diaque élevée ;
  • la gorge irritée ;
  • l’oppression tho­ra­cique ;
  • ou encore une forte anxiété.

La prise en charge opti­male de l’asthme est pos­sible lorsqu’il est détec­té tôt. Dans le cas contraire, les symp­tômes et l’affection peuvent échap­per au contrôle médi­cal. Les situa­tions extrêmes sont celles qui entraînent l’hospitalisation et les décès.

Le moyen le plus simple de trou­ver une solu­tion est un diag­nos­tic médi­cal. Celui-ci est effec­tué par un méde­cin et com­mence avec la des­crip­tion pré­cise des symp­tômes. En cas de sus­pi­cion, une ana­lyse est recom­man­dée. Il s’agit de la mesure du souffle. Les plus cou­rants sont la spi­ro­mé­trie et le débit expi­ra­toire de pointe (DEP).

Asthme : traitement

Une fois l’asthme avé­ré, il convient de pas­ser à la déter­mi­na­tion d’un trai­te­ment. Il en existe plu­sieurs qui dépendent prin­ci­pa­le­ment du niveau auquel se situe le patient dans la mala­die. Même s’il n’est pas pos­sible d’attendre une rémis­sion totale, la ten­dance est à atté­nuer la fré­quence des mani­fes­ta­tions et à sou­la­ger une crise.

Ain­si, le trai­te­ment prend en compte aus­si bien des anti­bio­tiques que des bron­cho­di­la­ta­teurs. Cer­tains comme la ven­to­line sont recom­man­dés dans les crises pour leur action rapide. Pour un trai­te­ment de fond, un avis médi­cal doit abso­lu­ment être requis. Plu­sieurs médi­ca­ments et pro­to­coles médi­caux entrent en compte et il est recom­man­dé de faire atten­tion à bien les choi­sir. Dans tous les cas, faire atten­tion à ne pas se retrou­ver dans une situa­tion à risque est le plus recommandé.

 

Derniers articles

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

Pour aller plus loin

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...