HomeParapharmacieLes antiseptiques cutanés : formes, composition, utilisation

Les antiseptiques cutanés : formes, composition, utilisation

Publié le

spot_img

Chaque jour, l’homme est en contact avec un grand nombre de micro-orga­nismes nocifs et dan­ge­reux. Par exemple, cela peut arri­ver lorsqu’on tient les rails dans le métro, on fait des achats dans un centre com­mer­cial ou un super­mar­ché. La pro­tec­tion contre les agents patho­gènes dépend lit­té­ra­le­ment des habi­tudes de chaque per­sonne. Pour cela, il faut choi­sir et uti­li­ser conve­na­ble­ment les anti­sep­tiques cuta­nés, des sub­stances qui peuvent pro­té­ger contre de nom­breux pro­blèmes de san­té. Bien qu’il soit impor­tant d’en savoir plus sur leur com­po­si­tion, il est éga­le­ment utile de connaître leurs dif­fé­rentes utilisations.

Antiseptiques cutanés : présentation

Anti­sep­tique est un mot grec qui se tra­duit lit­té­ra­le­ment par « contre la putré­fac­tion ». Selon l’Organisation mon­diale de la san­té (OMS), des cen­taines de per­sonnes meurent chaque jour d’infections trans­mises par contact avec des sur­faces conta­mi­nées. Pour main­te­nir l’hygiène des mains et les pro­té­ger contre les agents patho­gènes dan­ge­reux, l’utilisation régu­lière d’antiseptiques cuta­nés est recom­man­dée. Par consé­quent, ces der­niers sont des dés­in­fec­tants à action anti­mi­cro­bienne, conçus pour la dés­in­fec­tion et la des­truc­tion des micro-orga­nismes patho­gènes sur la peau.

On les emploie géné­ra­le­ment pour main­te­nir l’hygiène dans les zones où l’accès à un lava­bo et au savon, ou en com­plé­ment du lavage des mains est limi­té. Ils sont éga­le­ment des­ti­nés à la décon­ta­mi­na­tion rapide de la peau, par exemple, pour net­toyer celle-ci avant les injections.

L’efficacité des anti­sep­tiques est éva­luée par leur action anti­mi­cro­bienne, qui com­prend : une acti­vi­té bac­té­ri­cide, tuber­cu­lo­cide, fon­gi­cide, viru­cide et spo­ri­cide. L’action anti­mi­cro­bienne est assu­rée par des « sub­stances actives », des com­po­sés chi­miques qui font par­tie des antiseptiques.

Antiseptiques cutanés : formes courantes

Les anti­sep­tiques cuta­nés sont dis­po­nibles en grande quan­ti­té sous les formes décrites ci-dessous.

Les vaporisateurs

Le vapo­ri­sa­teur anti­sep­tique est très pra­tique et popu­laire. Le pro­duit est facile à appli­quer, il pénètre rapi­de­ment et l’odeur d’alcool dis­pa­raît ins­tan­ta­né­ment. La peau des mains ne devient pas col­lante, mais avec l’utilisation fré­quente de sprays conte­nant de l’alcool, elle peut deve­nir sèche. Il est essen­tiel que le pro­duit contienne des ingré­dients hydra­tants, comme la gly­cé­rine. Encore appe­lés anti­sep­tiques de poche, ils sont dis­po­nibles en for­mats de 20 ml. Grâce à un dis­tri­bu­teur pra­tique, ils sont très éco­no­miques par rap­port aux autres formes d’antiseptiques cuta­nés.

Les gels

Les gels sont divi­sés en gels bac­té­ri­cides et dés­in­fec­tants. La seule dif­fé­rence est que le gel bac­té­ri­cide ne peut détruire que les bac­té­ries, tan­dis que le gel anti­sep­tique com­bat avec suc­cès divers virus. Par consé­quent, l’effet du gel anti­sep­tique est le plus effi­cace. En outre, ce dés­in­fec­tant est le plus abor­dable et le plus pra­tique pour une uti­li­sa­tion quo­ti­dienne. En règle géné­rale, les gels sont dis­po­nibles en volumes de 15 à 60 ml.

On peut le trou­ver dans presque toutes les épi­ce­ries ou les super­mar­chés. Par ailleurs, il est idéal pour les usages domes­tiques, ali­men­taires, médi­caux et autres. Par exemple, il existe des gels spé­cia­li­sés conçus pour être uti­li­sés dans un envi­ron­ne­ment pro­fes­sionnel, tel qu’un hôpi­tal ou une entre­prise. Leur volume varie de 100 ml à 500 ml.

L’aérosol

L’aérosol dés­in­fec­tant contient un pour­cen­tage assez éle­vé d’alcool qui pro­tège contre divers micro-orga­nismes dan­ge­reux. L’outil est conte­nu dans une bou­teille pres­su­ri­sée. La pré­sence d’un bou­chon per­met de pul­vé­ri­ser un dés­in­fec­tant et de cou­vrir une zone assez large.

Un avan­tage signi­fi­ca­tif de l’aérosol est l’absence d’effet col­lant sur les mains dû à l’ajout de gly­cé­rine à la com­po­si­tion. Un avan­tage sup­plé­men­taire de l’aérosol est la pos­si­bi­li­té de trai­ter effi­ca­ce­ment les sur­faces qui sont plus sen­sibles à la conta­mi­na­tion bac­té­rienne ou virale. Il s’agit notamment :

  • Des zones de contact accru avec les mains dans les espaces publics : poi­gnées de porte, rampes, bou­tons d’ascenseur, bou­tons de fenêtre, vitrines, etc.
  • Des sur­faces de la voi­ture en contact avec la peau des mains : par exemple, volant, pom­meaux, levier de vitesse, poi­gnées de porte (par­ti­cu­liè­re­ment impor­tant pour le trai­te­ment des voi­tures de taxi et de location).
  • Des colis et les achats appor­tés du maga­sin par courrier.

Les aéro­sols sont éga­le­ment par­faits pour une uti­li­sa­tion quo­ti­dienne lors de manu­cures, pédi­cures ou soins dans les hôpitaux.

Les lingettes

Les lin­gettes dés­in­fec­tantes sont impré­gnées d’une com­po­si­tion alcoo­lique spé­ciale et sont capables de net­toyer toute sur­face des virus et des bac­té­ries. Elles aident à res­ter en sécu­ri­té dans n’importe quelle situa­tion. Par exemple, elles peuvent être uti­li­sées pour récu­pé­rer les achats d’un coursier.

Les crèmes

Outre les gels, vapo­ri­sa­teurs et lingettes anti­sep­tiques, des crèmes anti­bac­té­riennes pour les mains sont sou­vent dis­po­nibles. La prin­ci­pale dif­fé­rence avec les autres types d’agents pro­tec­teurs est que la crème ne pro­tège que contre les bac­té­ries. Contre les virus, ces outils sont géné­ra­le­ment impuis­sants. Pour cette rai­son, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une pro­tec­tion dés­in­fec­tante fiable. Elle crée une sorte de « film » sur les mains, qui pro­tège par­fai­te­ment contre l’influence néga­tive des bac­té­ries patho­gènes. Cepen­dant, sa com­po­si­tion ne contient pas la quan­ti­té néces­saire de com­po­sants conte­nant de l’alcool.

Antiseptiques cutanés : composition

En fonc­tion de la sub­stance active prin­ci­pale, on dis­tingue les types d’antiseptiques cuta­nés suivants :

  • Pro­duits à base d’alcool (alcool iso­pro­py­lique, alcool éthy­lique, alcool propylique) ;
  • Pro­duits à base de com­po­sés d’ammonium qua­ter­naire (CAQ) ;
  • Pro­duits à base de déri­vés de gua­ni­dine (hexa­mé­thy­lène guanidine) ;
  • Pro­duits à base d’oxygène actif (per­oxyde d’hydrogène) ;
  • Agents libé­rant du chlore (chlo­rhexi­dine).

Géné­ra­le­ment, la com­po­si­tion des anti­sep­tiques com­prend des com­po­sants sup­plé­men­taires. Il s’agit, par exemple, de gly­cé­rine, de par­fums, d’huiles et d’additifs com­plexes pour hydra­ter et soi­gner la peau des mains. Ces élé­ments sont utiles pour amé­lio­rer le confort d’utilisation. 

Les antiseptiques à base d’alcool

Les alcools sont actuel­le­ment les plus uti­li­sés dans les com­po­si­tions anti­sep­tiques pour la peau en tant qu’ingrédients actifs prin­ci­paux. Il s’agit de l’éthanol (alcool éthy­lique), du 1‑propanol (alcool pro­py­lique), du 2‑propanol (alcool iso­pro­py­lique). Les alcools peuvent être com­bi­nés avec d’autres sub­stances actives.

Les pro­duits conte­nant de l’alcool dans un cer­tain volume sont consi­dé­rés comme les dés­in­fec­tants cuta­nés les plus effi­caces. Les alcools peuvent être com­bi­nés entre eux et avec d’autres sub­stances antiseptiques.

Les antiseptiques à base d’autres produits

Les sub­stances à base de com­po­sés d’ammonium qua­ter­naire non alcoo­li­sés ne sont en rien infé­rieures dans leur effi­ca­ci­té contre les micro-orga­nismes. Elles sont moins popu­laires, mais s’évaporent long­temps, n’ont pas une forte odeur désa­gréable et sont par­fai­te­ment solubles dans l’eau. La plu­part de ces anti­sep­tiques ont des pro­prié­tés sté­riles, une acti­vi­té anti­bac­té­rienne et fongicide.

Le seul incon­vé­nient majeur est que, lors de leur uti­li­sa­tion, ils ont un effet irri­tant sur la peau des mains. Pour cette rai­son, ils sont davan­tage uti­li­sés pour le trai­te­ment de sur­face en vrac. Par ailleurs, la com­po­si­tion peut conte­nir les élé­ments suivants :

  • Myri­state d’isopropyle ou gly­cé­rine : pour rendre la peau douce et lisse ;
  • Sels qua­ter­naires : pour anéan­tir l’effet « col­lant » sur les mains après utilisation.

Il convient de noter que les anti­sep­tiques modernes ont géné­ra­le­ment une com­po­si­tion com­bi­née. Pour choi­sir un anti­sep­tique, il faut prê­ter une atten­tion par­ti­cu­lière à la com­po­si­tion du pro­duit. En par­ti­cu­lier, la teneur en alcool doit être com­prise entre 60 et 80 %. Sinon, les résul­tats de l’utilisation d’un tel anti­sep­tique seront néga­tifs. En outre, il est recom­man­dé de prê­ter atten­tion à la pré­sence ou à l’absence de vita­mines A et E.

Antiseptiques cutanés : champs d’application

Les anti­sep­tiques cutanés

Le champ d’application des anti­sep­tiques cuta­nés est assez large. En rai­son du risque d’infection par les coro­na­vi­rus, ils sont le plus sou­vent uti­li­sés dans la vie quo­ti­dienne pour l’hygiène des mains. Cela est très pra­tique lorsqu’il n’y a pas de savon ou de robi­net d’eau à proxi­mi­té. Pour l’usage per­son­nel, les anti­sep­tiques à base d’alcool en petits volumes de 20 ml à 100 ml sont idéaux. Ces bou­teilles sont faciles à trans­por­ter et ne prennent pas beau­coup de place dans une poche ou un sac.

Les anti­sep­tiques sont acti­ve­ment utilisés :

  • Par le per­son­nel médi­cal pour trai­ter la peau, les sites d’injection et le champ opératoire.
  • Dans les salons de beau­té pour le trai­te­ment des mains des pro­prié­taires et de la peau des clients.
  • Dans les éta­blis­se­ments de res­tau­ra­tion et dans l’industrie alimentaire.
  • Dans les jar­dins d’enfants, les écoles et les ins­ti­tu­tions de sécu­ri­té sociale.
  • Dans les grands éta­blis­se­ments, il est plus pra­tique d’utiliser des anti­sep­tiques cuta­nés pro­duits en grande quantité.

À la mai­son, l’utilisation constante et à longue durée d’antiseptiques pour la peau n’est pas recom­man­dée. Ils doivent être uti­li­sés comme indi­qué. Une alter­na­tive à l’hygiène des mains à domi­cile consiste à se laver soi­gneu­se­ment les mains avec du savon ordinaire.

Antiseptiques cutanés : avantages

La prin­ci­pale carac­té­ris­tique des anti­sep­tiques de la peau est que les sub­stances conte­nues dans la com­po­si­tion ne pénètrent pas dans le corps. Cepen­dant, elles affectent uni­que­ment les couches super­fi­cielles de la peau, tuant les bac­té­ries et les microbes. Ain­si, ils faci­litent le net­toyage des mains et main­tiennent l’environnement propre tout au long de la jour­née. Dans le cas des gels et des lin­gettes, leur prin­ci­pal avan­tage est leur com­pa­ci­té, qui leur per­met d’être trans­por­tés par­tout. Ils sont éga­le­ment très pra­tiques à uti­li­ser, car ils sont faciles à éta­ler sur la peau. Ils sèchent rapi­de­ment et ne néces­sitent géné­ra­le­ment pas de rin­çage avec un liquide.

En outre, les anti­sep­tiques sont un moyen uni­ver­sel de dés­in­fec­ter les sur­faces et les mains pour toute per­sonne sou­cieuse de res­ter propre. Il est impos­sible de ne pas sou­li­gner le rap­port coût-effi­ca­ci­té de ces pro­duits. En règle géné­rale, seuls 3 à 5 ml sont néces­saires pour net­toyer la peau des mains. De même, la pro­cé­dure de dés­in­fec­tion ne prend pas plus de 40 secondes. En plus d’être abor­dables, cer­tains types ont un arôme agréable et incluent des vita­mines dans leur com­po­si­tion. L’utilisation de ces sub­stances faci­lite gran­de­ment l’hygiène per­son­nelle et réduit éga­le­ment le risque de contrac­ter diverses infec­tions. Cela a un effet béné­fique sur la santé.

Antiseptiques cutanés : limites

Le prin­ci­pal incon­vé­nient est qu’il faut faire atten­tion à l’utilisation des dif­fé­rents dés­in­fec­tants. En cas d’utilisation fré­quente, ils pro­voquent un des­sè­che­ment et une irri­ta­tion de la peau. En géné­ral, l’absence d’éléments adou­cis­sants dans la com­po­si­tion conduit à ces résul­tats. Une uti­li­sa­tion fré­quente peut endom­ma­ger la bar­rière pro­tec­trice natu­relle de la peau, dont une per­sonne a besoin pour vivre en toute sécurité.

Il convient éga­le­ment de prê­ter atten­tion à la qua­li­té et au prix des anti­sep­tiques. Les pro­duits bon mar­ché peuvent cau­ser des dom­mages irré­ver­sibles. Le risque prin­ci­pal et pri­mor­dial dans ce cas est la qua­li­té insuf­fi­sante du trai­te­ment des mains. Cela signi­fie qu’il y a un risque accru de contrac­ter des mala­dies virales pen­dant les pous­sées. En uti­li­sant des dés­in­fec­tants de mau­vaise qua­li­té, il existe un risque d’allergies, d’irritations de la peau et des muqueuses, voire de brûlures.

Antiseptiques cutanés : conseils pour faire un choix

Il existe aujourd’hui une large gamme de dés­in­fec­tants pour la peau. Cepen­dant, tous les types ne pré­sentent pas une concen­tra­tion suf­fi­sante de la sub­stance active pour assu­rer des pro­prié­tés pro­tec­trices. Voi­ci les points clés à prendre en compte pour choisir.

Composition

Les pro­duits doivent avoir une acti­vi­té anti­mi­cro­bienne éle­vée. La teneur mini­male en alcool iso­pro­py­lique doit être de 60 % (de pré­fé­rence 70 % ou plus). La teneur en alcool éthy­lique doit être de 70 % (de pré­fé­rence 75 % ou plus). En outre, la concen­tra­tion des autres sub­stances doit être celle néces­saire à la com­pa­ti­bi­li­té avec la sub­stance active. Comme men­tion­né ci-des­sus, il est conseillé de véri­fier la com­po­si­tion sur l’étiquette avant l’achat.

Un large spectre d’activité anti­mi­cro­bienne est une exi­gence obli­ga­toire pour les anti­sep­tiques cuta­nés. Autre­ment dit, les agents dans sa com­po­si­tion doivent être effi­caces contre la plu­part des types de bac­té­ries et de virus. Cela doit être assu­ré par la pré­sence de com­po­sés chi­miques dédiés.

Contenant et emballage

Le sup­port doit être doux pour la peau, sans pro­vo­quer d’allergie ou de séche­resse. La com­po­si­tion peut inclure de la gly­cé­rine, des huiles ou un com­plexe d’additifs hydra­tants, de la vita­mine E. L’emballage doit être pra­tique et éco­no­mique. Par exemple, sous la forme d’un spray avec ato­mi­seur ou d’un fla­con avec distributeur.

De plus, la date d’expiration doit être valide. Il est impor­tant de prê­ter atten­tion à l’étiquette figu­rant sur l’emballage du pro­duit. Elle doit indi­quer la méthode d’application, l’objectif du pro­duit (par exemple, l’hygiène des mains, le trai­te­ment de la peau au site d’injection). Elle doit aus­si pré­ci­ser les microbes pour les­quels le pro­duit est actif.

Utilisation

Il est sou­hai­table que le pro­duit soit uti­li­sé pour dés­in­fec­ter les sur­faces. Cer­tains anti­sep­tiques cuta­nés sont uni­ver­sels. Ils peuvent être trai­tés sur les mains et uti­li­sés pour dés­in­fec­ter des objets ou des sur­faces. De nom­breux anti­sep­tiques à base de CWC ont un effet anti­mi­cro­bien pro­lon­gé. Cela devrait être un argu­ment sup­plé­men­taire pour faire un choix.

Pour que l’antiseptique soit effi­cace, il doit être uti­li­sé comme indi­qué. Par exemple, pour un trai­te­ment d’hygiène des mains, il faut envi­ron 3 ml d’un agent anti­sep­tique. Il s’avère qu’un fla­con de gel anti­sep­tique d’un volume de 50 ml est conçu pour 20 appli­ca­tions complètes.

En résu­mé, les anti­sep­tiques cuta­nés doivent être choi­sis avec soin. Par consé­quent, si une effi­ca­ci­té maxi­male est requise, il vaut la peine d’acheter un pro­duit conte­nant de l’alcool. En revanche, si le pro­duit doit être uti­li­sé par des per­sonnes à la peau sen­sible ou des enfants, il est néces­saire d’opter pour un pro­duit sans alcool.

 

Derniers articles

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

Pour aller plus loin

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...