HomeNon classéLES ANTISEPTIQUES CUTANES

LES ANTISEPTIQUES CUTANES

Published on

spot_img

Source : Edition Médicales SPECIA – Dr M. Jeanmougin

Quelques points essentiels:
—- Le lavage, savon et eau toujours.
—- Ne pas associer plusieurs antiseptiques.
—- Attention chez l’enfant : dérivés iodés, mercuriels,héxachlorophène sont contre-indiqués et prudence avec alcool, nitrate d’argent et TCC.

LES ANTISEPTIQUES MODERNES

  • T.T.C ou TRICLOCARBAN
    Bon antiseptique incolore respectant le pH cutané. Ne supporte pas le chauffage
    —- CUTISAN poudre et pommade.
    —- SEPTIVON, SOLUBACTER. Dilués ( 1 c à soupe pour 5 litres d’eau ) et bien rincer
    —- NOBACTER Mousse à raser.
  • L’HEXAMIDINE
    Bon antiseptique incolore sur les gram + ( ++ sur le staphylocoque) et candida. Allergie possible
    —- CYTEAL savon et solution moussante.
    —- HEXOMEDINE solution, pommade, sachet ( ++ chez l’enfant – 1 sachet pour 200 ml d’eau )
  • CHLORHEXIDINE
    Bonne activité bactérienne sur les gram +, légèrement fongistatique. Toxicité nulle, bonne tolérance sauf sur les muqueuses au delà de 0,02 %.
    Incompatibles avec les savons et inactivés par les matières organiques.
    —- HIBITANE 5 % à diluer pour les bains 10 ml/litre,
    —- HIBIDIL 0,05 % en application directe,
    —- HIBISCRUB solution moussante
    —- PLUREXID 1,5 % sol moussante
    —- CYTEAL utilisable sur les muqueuses vaginales.
    —- SEPTEAL 0,5 % en solution hydro-alcoolique. Bien toléré et efficace.
    —- BISEPTINE 0,25 % + benzalkonium : solution et pulvérisateur en application directe.

LES CLASSIQUES

  • L’alcool éthylique : sa concentration idéale est de 70 °. bactéricide, faiblement virucide et fongicide.
    A réserver au nettoyage de la peau avant injection. Mal supporté sur les plaies et les muqueuses.
  • L’eau oxygénée 10 volumes.
    Lavage des plaies. Péremption rapide. Activité bactériostatique, cicatrisante, desséchante et désodorisante.
  • Permanganate de potassium – KMnO4.Solution aqueuse ao 1/10 000 soit 1 g pour 10 litres d’eau
    Peu couteux, non allergisant, inactive la plupart des virus ( HIV ???) mais coloration des téguments et toxicité +++ par voie orale. Effet desséchants de la peau.
    Attention aux comprimés qui sont plus longs à se dissoudre complètement et risque de brulure chimique.
  • Solution de Dakin .
    Lavage des plaies. Péremption rapide par perte du chlore. Il existe une forme stabilisée.
  • L’alcool iodé : alcool à 70 ° iode 1 %
    Allergisants. Incompatibilité avec les dérivés mercuriels
    La teinture d’iode ( 5 %) est abandonnée du fait de sa toxicité.
  • Les colorants : eosine, solution de Milan, Bleu de méthylène…
    Peu actifs et coloration envahissante !
  • Sulfates de cuivre et de zinc
    Faible activité limitée aux staphylocoques et streptocoques.
    ——– Eau, pommade de Dalibour. (sulfate de Cu 1g / sulfate de Zn 4 g / teinture de safran 1 g / alcool camphré 10 g / eau QSP 1 litre )
    ——– Serum Zinc : Sulfate de Zinc 1 g/ NaCl 7,5 g / eau 1 litre : Dermites ( eczéma ) aigues suintantes
    ——– Métacuprol ( Sulfate de Cu ) 1 cp/litre.
  • Nitrate d’Argent : 0,5 à 1 %
  • Les organo-mercuriels MERCRYL-LAURYLE – MERFENE
    Nombreux inconvénient : allergisant, faible activité, néphrotoxicité, incompatibilité avec dérivés chlorés, iodés, métaux…)
    Avantage : pouvoir détergent pour certaine dermatoses ( MERCRYL dans le Pityriasis versicolor ).
  • Les ammoniums quaternaires. CETAVLON, BIOCIDAN, STERLANE
    Faible activité antiseptique ( Gram +, nulle sur les Gram – ), inactivés par les matières organiques, allergisant, mal tolérés et ne doivent pas être utilisés sur les muqueuses génitales.
  • Les phénols :
    Antibactérien, antifongique. Peu d’allergies.
    Héxochlorophène, ( NISASOL, NISAPULVOL poudre, NISASEPTOL crème ) Chlorocrésol dan sle CYTEAL.
  • Les dérivés acides
    Seulement bactériostatiques, irritants, favorisent les candidoses et altération dla couche cornée ( parakératoses achromiantes ) et altération de l’écosystème local. Leurs indications sont limitées
    LACTACYD, DERMACYD; etc…
  • les dérivés de l’oxyquinol
    Bactériostatiques et légèrement antifongiques ( candida ).
    DERMACIDE, NERISONE C, DIPROSEPT…

BISEPTINE Association chlorhexidine, chlorure de benzalkonium et alcool benzylique
Elargissement du spectre:
Gram + : ++
Gram – : ++
Mycobatéries : ++
Champignons et levures : ++
Virus ( y compris HIV ) : ++

Latest articles

INR CAT EN CAS D’INR TROP ÉLEVÉE : CAUSES, SYMPTÔMES, PROCÉDURE, INDICATIONS ET MESURES DE PRÉVENTION

L’INR (International Normalized Ratio) est un paramètre utilisé pour évaluer plus précisément le temps...

Métrorragies : causes, méthodes de diagnostic, traitements

Le corps humain est un ensemble d’engrenages bien huilés. Ils fonctionnent parfaitement grâce à...

LES PROSTATITES  : TYPES, CAUSES, SYMPTÔMES, COMPLICATIONS, DIAGNOSTIC, TRAITEMENTS

Les prostatites sont des inflammations de la prostate ou de la glande prostatique. Cette...

NT-proBNP : intérêt en biologie clinique 

Le NT-proBNP est une hormone retrouvée au cœur de nombreux mécanismes physiologiques dans l’organisme....

More like this

INR CAT EN CAS D’INR TROP ÉLEVÉE : CAUSES, SYMPTÔMES, PROCÉDURE, INDICATIONS ET MESURES DE PRÉVENTION

L’INR (International Normalized Ratio) est un paramètre utilisé pour évaluer plus précisément le temps...

Métrorragies : causes, méthodes de diagnostic, traitements

Le corps humain est un ensemble d’engrenages bien huilés. Ils fonctionnent parfaitement grâce à...

LES PROSTATITES  : TYPES, CAUSES, SYMPTÔMES, COMPLICATIONS, DIAGNOSTIC, TRAITEMENTS

Les prostatites sont des inflammations de la prostate ou de la glande prostatique. Cette...