HomeNon classéLe syndrome métabolique « Bombe à retardement »

Le syndrome métabolique « Bombe à retardement »

Publié le

spot_img

Le syn­drome méta­bo­lique consiste en une constel­la­tion d’a­no­ma­lies cli­niques et bio­lo­giques qui signe une « Bombe à retar­de­ment » en mul­ti­pliant par trois le risque d’ac­ci­dent cardio-vasculaire.

La défi­ni­tion du syn­drome méta­bo­lique du NCEP (Natio­nal Cho­les­te­rol Edu­ca­tion Pro­gram) cor­res­pon­dant à l’existence d’au moins 3 des cri­tères suivants :

  • Tour de taille supé­rieur à 102 cm pour les hommes, 88 cm pour les femmes
  • Tri­gly­cé­rides supé­rieurs à 1,6 mmol/l
  • HDL cho­les­té­rol infé­rieur à 1,04 mmol/l pour les hommes, 1,29 mmol/l pour les femmes
  • Pres­sion arté­rielle supé­rieure ou égale à 130 / 85 mm Hg ou trai­te­ment anti-hypertenseur
  • Gly­cé­mie à jeun supé­rieure ou égale à 6,1 mmol/l

La défi­ni­tion du syn­drome méta­bo­lique de l’OMS modi­fiée cor­res­pon­dant à l’existence d’une gly­cé­mie à jeun supé­rieure ou égale à 6,1 mmol/l ou d’une insu­li­né­mie à jeun dans le quar­tile supé­rieur asso­ciée à 2 au moins des cri­tères suivants :

  • BMI-IMC supé­rieur ou égal à 30 kg/m2 [Cal­cu­lez] ou rap­port taille / hanche supé­rieur à 0,9 chez l’homme ou 0,85 chez la femme
  • HDL cho­les­té­rol infé­rieur à 0,9 mmol/l pour les hommes (1,0 mmol/l pour les femmes) ou tri­gly­cé­rides supé­rieurs à 1,7 mmol/l
  • Pres­sion arté­rielle supé­rieure ou égale à 140 / 90 mm Hg ou trai­te­ment anti-hypertenseur
  • Une HGPO sur 75 gr de glu­cose avec un seuil pour la gly­cé­mie à 2 heures fixé à 7,8 mmol/l

Un adulte sur quatre ou cinq.

L’as­so­cia­tion de trois ou plus de ces para­mètres carac­té­rise l’in­di­vi­du souf­frant de syn­drome méta­bo­lique. Selon les pays, un adulte sur quatre ou cinq pré­sente un syn­drome méta­bo­lique. Cette pré­va­lence est plus éle­vée dans les tranches de popu­la­tion plus âgées (40 % chez les plus de 50 ans aux Etats-Unis et près de 30 % en Europe).
Il est clair que le dia­bète de type 2 et le syn­drome méta­bo­lique ont des bases géné­tiques com­munes solides. Les mar­queurs cor­res­pon­dants ne sont pas encore iden­ti­fiés, mais les gènes can­di­dats ne manquent pas. Sur le plan phy­sio­pa­tho­lo­gique, l’insulinorésistance semble jouer un rôle car­di­nal, au moins en tant que déno­mi­na­teur com­mun à cer­tains syn­dromes inclus dans les défi­ni­tions pré­cé­dem­ment évo­quées. Il existe d’ailleurs une cor­ré­la­tion étroite entre cette insu­li­no­ré­sis­tance et, d’une part, la mor­ta­li­té car­dio-vas­cu­laire, et d’autre part, les com­po­sants du syn­drome métabolique.

Le syn­drome méta­bo­lique consti­tue une bombe à retar­de­ment chez l’in­di­vi­du en appa­rente bonne san­té, menant une vie nor­male et ne pré­sen­tant aucun symp­tôme. En effet, par rap­port à un indi­vi­du en « réelle » bonne san­té, son risque d’ac­ci­dent car­dio-vas­cu­laire est mul­ti­plié par trois.

Ces sta­tis­tiques montrent à la fois un dan­ger de san­té publique à l’é­chelle mon­diale mais dans le même temps, ouvrent la voie à une poli­tique de pré­ven­tion grâce à l’i­den­ti­fi­ca­tion du syn­drome méta­bo­lique et à un dépis­tage simple et peu coû­teux. En effet, sans avoir à se lan­cer dans une poli­tique sys­té­ma­tique de dépis­tage, il est pos­sible, par une simple mesure du tour de taille, com­plé­tée par une mesure du taux de tri­gly­cé­rides, d’i­den­ti­fier 80 % des patients atteints du syn­drome métabolique.

Voir éga­le­ment
—- Dia­bète de type II (DNID) : 10 ans trop tard ? Syn­dome d’hy­per­in­su­li­né­mie com­pen­sée [Lire]
—- Au com­men­ce­ment était le syn­drome méta­bo­lique [Lire]
—- Diag­nos­tic d’un syn­drome méta­bo­lique Congrès mon­dial du dia­bète 2000 de Mexi­co [Lire ]
—- DNID : Vrai­ment 10 ans trop tard [Lire]
—- Le « syn­drome méta­bo­lique » selon le Groupe de Réflexion Inter­na­tio­nal pour la Pré­ven­tion des Mala­dies Coro­na­riennes [Lire]

Escu­lape
La décou­verte d’une mir­coal­bu­mi­nu­rie pour­raut être un élé­ments déci­sif de prise en charge thérapeutique

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...