HomeNon classéIntolérance au glucose Les antidiabétiques oraux préviennent-ils le diabète ?

Intolérance au glucose Les antidiabétiques oraux préviennent-ils le diabète ?

Publié le

spot_img

36e congrès annuel de l’Eu­ro­pean Asso­cia­tion for the Stu­dy of Diabetes

Le congrès mon­dial du dia­bète 2000 de Mexi­co avait mis un accent par­ti­cu­lier sur le syn­drome méta­bo­lique : héré­di­té, obé­si­té et Insulinorésistance/intolérance au glu­cose. Il est main­te­nant confir­mé que l’at­teinte des organes cibles s’ins­talle sour­noi­se­ment et débute en géné­ral bien avant que le diag­nos­tic de dia­bète ne soit posé ([lire]. Les études confirment éga­le­ment que la majo­ri­té des patients pré­sen­tant ce pro­fil méta­bo­lique déve­lop­pe­ra un dia­bète à un moment ou à un autre de leur vie.
Actuel­le­ment seuls les cor­rec­tions de mode de vie sont pro­po­sés sans guère de résu­lat. Les auteurs des 2 etudes ci-des­sous ont cher­ché la réponse à la ques­tion : Les anti­dia­bé­tiques oraux sont-ils indi­qués dans cette période de pré­dia­bète et peuvent-ils-pré­ve­nir ou retar­der la sur­ve­nue d’un DNID patent ? et corol­laire, pro­té­ger les organes cibles.

Fas­ting Hyper­gly­ce­mia Stu­dy (F.H.S.)
le Dr Olive Her­li­hy, Uni­ver­si­té d’Ox­ford a pré­sen­té cette étude faite sur 190 patients.Les gly­cé­mies à jeun étaient com­prise entre 5,5 et 7,7 mmol/l et les gly­cé­mies à deux heures dans le test d’hy­per­gly­cé­mie pro­vo­quée par voie orale était de 9 mmol/l. Il s’a­gis­sait donc de patients à risque ne pré­sen­tant pas encore de dia­bète mani­feste ( Voir Diag­nos­tic du DNID.

Le trai­te­ment consis­tait en l’ad­mi­nis­tra­tion du sul­fa­mide hypo­gly­cé­miant gli­cla­zide (à une dose pou­vant atteindre 320mg/jour). A la fin des six ans d’é­tude, le bilan était plu­tôt déce­vant : même si une légère amé­lio­ra­tion a été rele­vée dans le groupe trai­té par gli­cla­zide par rap­port au groupe pla­ce­bo, une réelle action pré­ven­tive de l’an­ti­dia­bé­tique n’a pas pu être démontrée.
Escu­lape : Le choix d’un sul­fa­mide parait étrange dans un syn­drome ou l’in­su­li­no­ré­sis­tance entraine un hyper­inu­li­nisme qui arait être le fac­teur patho­gène essentiel.

Ear­ly Dia­betes Inter­ven­tion Trial (EDIT) Dans cette étude (Dr Hea­ther Citroen – “Oxford), ce sont la met­for­mine (500 mg deux fois par jour) et l’a­car­bose (50 mg trois fois par jour) qui ont été utilisés
Elle se fait sur quatre groupes :

  • met­for­mine plus acarbose,
  • met­for­mine plus placebo,
  • acar­bose plus pla­ce­bo et
  • double pla­ce­bo.

522 patients ont été trai­tés pen­dant trois ans et doivent être sui­vis pen­dant trois autres années et les résul­tats iner­mé­daires sont en faveur du trai­te­ment. Les patients sous acar­bose pré­sentent de plus faibles valeurs après deux heures d’hy­per­gly­cé­mie pro­vo­quée par voie orale, une plus faible tri­gly­cé­ri­dé­mie et une meilleure sen­si­bi­li­té à l’in­su­line que les groupes rece­vant un pla­ce­bo. Chez les par­ti­ci­pants sous met­for­mine, on relève une gly­cé­mie à jeun plus basse et une meilleure sen­si­bi­li­té à l’in­su­line. Ces amé­lio­ra­tions ne sont tou­te­fois pas encore significatives.

En conclu­sion, pour le moment les résul­tats n’ont pas appor­tés des réponses satis­fai­santes mais d’autres études por­tant sur un plus grand nombre de patients sont en cours, notam­ment l’é­tude STOP NIDDM (Stu­dy to Prevent Non-Insu­lin dependent Dia­betes Mel­li­tus) incluant plus de 1400 patients rece­vant 100 mg d’a­car­bose trois fois par jour ou un pla­ce­bo, ou encore l’é­tude DPP (Dia­betes Pre­ven­tion Pro­gram) qui éva­lue l’ef­fet pré­ven­tif de la met­for­mine, du régime et de la pra­tique d’un sport auprès de 3000 patients.

L’at­teinte des organes cibles et l’hy­per­in­su­li­né­mie ont un point com­mun : elles com­mencent toutes deux long­temps avant que le dia­bète n’ait été diag­nos­ti­qué : l’a­ve­nir parait être dans la prise en charge dans cette phase encore igno­rée et négli­gée qu’on appe­lait autre­fois le Syn­drome X.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...