HomeNon classéDiabète de type II Ischémie myocardique asymptomatique (silencieuse)

Diabète de type II Ischémie myocardique asymptomatique (silencieuse)

Publié le

spot_img

Juillet 2011

Dans la sur­veillance annuelle du patient dia­bé­tique il est clair qu’en dehors de lea fonc­tion rénale, des com­pli­ca­tions ocu­laires, cuta­née, neu­ro­lo­gique le bilan car­diaque est essentiel.
AIn­si, tout dia­bé­tique doit avoir un ECG de repos annuel qui ne pour­ra pas tou­jours être suffisant.

En effet cer­tains dia­bé­tiques asymp­to­ma­tiques ( et avec ECG nor­mal) sont à haut risque cardiovasculaire .

En prio­ri­té les platients

  • Plus de 60 ans
  • Ayant un dia­bète connu depuis plus de 10 ans
  • Ayant deux fac­teurs de risque cardiovasculaire 
    • Hyper­ten­sion artérielle,
    • dys­li­pi­dé­mie,
    • taba­gisme
    • Anté­cé­dents avant 60 ans : acci­dents car­dio­vas­cu­laires évi­dem­ment mais aus­si céré­braux, acci­dents isché­miques, acci­dents arté­rites des membres inférieurs.

Chez ces dia­bé­tiques de type 2 avec un haut risque car­dio­vas­cu­laire, il faut donc dépis­ter l’ischémie myo­car­dique silencieuse.
L’ECG de repos peut être un indi­ca­teur, s’il est anor­mal ; mais s’il est nor­mal, il faut aller plus loin.

  • le 1er exa­men est l’épreuve d’effort.
    Mais cette épreuve d’effort n’est pas tou­jours convain­cante, et/ou sous- maxi­male car on a sou­vent affaire à des patients âgés plus ou moins obèses et rare­ment « spor­tif ». Ils ont alors du mal à faire l’ef­fort nécessaire.
    On va donc uti­li­ser d’autres exa­mens pour dépis­ter vrai­ment l’ischémie.

    Alors on a plu­sieurs possibilités.

  • La scin­ti­gra­phie myo­car­dique de perfusion ++++.
  • L’échographie de stress et éven­tuel­le­ment l’IRM de stress.

Et si l’un de ces exa­mens met en évi­dence une isché­mie, la coro­na­ro­gra­phie s’impose
Si ces exa­mens sont nor­maux ( par exemple, la scin­ti­gra­phie est nor­male) on suit le patient sans aller plus loin dans les inves­ti­ga­tions invasives

Donc c’est un élé­ment impor­tant, chez ces patients à haut risque car­dio­vas­cu­laire, de savoir détec­ter le patient qu’il faut abso­lu­ment envoyer à la recherche d’une isché­mie myo­car­dique silen­cieuse et éven­tuel­le­ment ensuite vers un bilan de lésion coro­naire par une coronarographie

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....