HomeNon classéFausse teigne amiantacée

Fausse teigne amiantacée

Publié le

spot_img

(pity­ria­sis amian­ta­cea, tinea amian­ta­cea)
http://dermatologie.free.fr/cas149re.htm

Cette der­mite du scalp est assez fré­quente et volon­tiers réci­di­vante.
Elle n’est pas habi­tuel­le­ment alo­pé­ciante, bien que la trac­tion du che­veu soit par­fois posi­tive. Cli­ni­que­ment, la fausse teigne peut être dif­fi­cile à rat­ta­cher à une der­ma­tose pré­cise, néan­moins plu­sieurs étio­lo­gies sont reconnues

  • - pso­ria­sis ++,
  • - der­mite sébor­rhéïque, levures saprophytes,
  • - bac­té­ries pyo­gènes (sta­phy­lo­coque, forme dite « humide »),
  • - liché­ni­fi­ca­tion,
  • - plus rare­ment, lichen plan.

Diag­nos­tic dif­fé­ren­tiel : sur­tout la « vraie » teigne à der­ma­to­phyte anthro­po­phile (4), exa­mi­ner à la lampe de Wood, réa­li­ser un pré­lé­ve­ment myco­lo­gique de sureté au moindre doute.

Trai­te­ment :

  • la forme humide se traite comme un impetigo.
  • Pour la der­mite sébor­rhéïque, sham­pooings imi­da­zo­lés, sham­pooings réduc­teurs (ich­tyol, huile de cade, coal­tar), solu­tions à l’huile de cade, déca­page avec une lotion fai­ble­ment sali­cy­lée ou à l’urée.

Ces mesures s’ap­pliquent aus­si aux formes idiopathiques.

  • Pour le pso­ria­sis du scalp, déca­page avec un onguent sali­cy­lé ou à l’u­rée, der­mo­cor­ti­coïdes de classe II ou III, sham­pooings réduc­teurs, dioxy­an­thra­nol (anthra­line) DCI de 1 à 3 % en contact court. Le labo­ra­toire qui com­mer­cia­lise en France le cal­ci­po­triol DCI ne recom­mande pas son usage sous forme de lotion chez l’en­fant, en rai­son de l’ab­sence d’ex­pé­rience d’utilisation.


http://www.atlas-dermato.org/atlas/teigneIco.htm
MAJ juin 2003
Abdel-Hamid IA et coll. : « Pity­ria­sis amian­ta­cea : a cli­ni­cal and etio­pa­tho­lo­gic stu­dy of 85 patients »
Inter J Der­ma­tol 2003 ; 42 : 260–264

Cette étude vise à pré­ci­ser l’aspect cli­nique et les fac­teurs étio­lo­giques de cette forme cli­nique sévère des états pel­li­cu­laires du cuir che­ve­lu, le pity­ria­sis amian­ta­cé (PA) ou fausse teigne amian­ta­céeaf­fec­tion. Leur tra­vail a por­té sur 85 patients chez les­quels le diag­nos­tic de PA a été posé sur une période défi­nie de 2000 à 2001 et sur 40 sujets témoins.

Tous ont subi au niveau du cuir che­ve­lu des pré­lè­ve­ments pour ana­lyse myco­bac­té­rio­lo­gique et exa­men histologique.

  • Le diag­nos­tic de pso­ria­sis du cuir che­ve­lu a pu ain­si être éta­bli dans plus d’un tiers des cas (35,3%).
  • Pour 34,2% des sujets, les signes his­to­lo­giques pou­vaient faire rete­nir la pré­sence d’une der­mite sébor­rhéique ou d’une der­ma­tite atopique.
  • Une infec­tion myco­sique a été déce­lée dans 12,9% des cas, abou­tis­sant au diag­nos­tic de teigne.
  • Enfin, des sta­phy­lo­coques ont été retrou­vés chez 96,5% des malades atteints de PA contre 15% chez les témoins (p<0,00001).

Cette étude montre que dans un grand nombre de cas, le pity­ria­sis amian­ta­cé est la mani­fes­ta­tion d’un pso­ria­sis du cuir che­ve­lu ou d’une der­mite sébor­rhéique. Cepen­dant la pos­si­bi­li­té d’une teigne ne doit pas être négli­gée d’autant qu’elle récla­me­rait alors un trai­te­ment spé­ci­fique. Enfin, il faut rete­nir le rôle patho­gé­nique pos­sible d’une colo­ni­sa­tion par les sta­phy­lo­coques.
Dr Marie Bataille
http://www.procheveux.com.

Derniers articles

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...

Les troubles psychologiques : causes, symptômes et traitements

Les souffrances et les changements réguliers de comportement sont notamment les principales caractéristiques des...

Pour aller plus loin

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...