HomeSantéEczéma ou dermatite séborrhéique : causes, symptômes et traitements

Eczéma ou dermatite séborrhéique : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

Encore connue sous le nom de der­ma­tite de l’adulte, la der­ma­tite sébor­rhéique est une mala­die qu’il ne faut en aucun cas négli­ger. Elle est obser­vée le plus sou­vent chez les patients souf­frant de cer­tains troubles neu­ro­lo­giques et chez ceux atteints de VIH. En fait, cette mala­die est plus gênante que grave. Tou­te­fois, il est pos­sible de la trai­ter si l’on suit bien les indi­ca­tions du méde­cin. Décou­vrez ici tout ce qu’il faut savoir sur la der­ma­tite séborrhéique.

Qu’appelle-t-on dermatite séborrhéique ?

La der­ma­tite ou l’eczéma sébor­rhéique désigne une mala­die de la peau. Elle se mani­feste géné­ra­le­ment par des squames et rou­geurs sur le visage en par­ti­cu­lier. Il s’agit en réa­li­té d’une patho­lo­gie inflam­ma­toire, dont les lésions sur­viennent suite à des pous­sées. Ces lésions se déve­loppent dans les zones où il y a une impor­tante sécré­tion de sébum. Pour infor­ma­tion, la der­ma­tite sébor­rhéique est non conta­gieuse. Elle est éga­le­ment bénigne, mais chronique.

En outre, il faut pré­ci­ser que la mala­die peut avoir des réper­cus­sions sur la qua­li­té de vie des per­sonnes qui en sont atteintes. Aus­si, arrive-t-il même de confondre cette mala­die à d’autres pro­blèmes de peau. Il fau­dra donc se confier à son méde­cin pour plus d’informations.

L’évo­lu­tion de la mala­die est chro­nique, sui­vie de fortes pous­sées en hiver. Le plus sou­vent, celles-ci sont ryth­mées par le stress, la dépres­sion, le cycle mens­truel chez la femme, les émo­tions. Chez l’homme, elle entraine avec le temps, un recul du front et une appa­ri­tion pro­gres­sive de la calvitie.

Quelles sont les causes de la dermatite séborrhéique ?

Selon cer­taines études, la der­ma­tite sébor­rhéique est une patho­lo­gie cau­sée par la pro­li­fé­ra­tion d’un cham­pi­gnon de type Males­se­zia fur­fur. En réa­li­té, la pré­sence de cet agent sur la peau n’a rien de mena­çant. Par contre, les expé­riences ont prou­vé que chez les per­sonnes atteintes de cette mala­die, il y a une forte pro­por­tion de Males­se­zia. Pour cer­tains experts, cette pro­li­fé­ra­tion impor­tante suf­fit pour expli­quer la cause et les symp­tômes de la maladie.

Cepen­dant, d’autres pensent que la mala­die résulte d’une réponse immu­ni­taire exces­sive, face à la pré­sence du cham­pi­gnon. Pour finir, selon cer­taines études, ces cham­pi­gnons sont dotés d’un gène capable de coder une enzyme diges­tive, liée à la modi­fi­ca­tion des tri­gly­cé­rides du sébum en acides gras libres. Ce qui cause donc la réac­tion inflam­ma­toire et pro­voque la dermatite.

Dans tous les cas, il faut rete­nir que la der­ma­tite sébor­rhéique est une mala­die dont la cause n’est pas réel­le­ment connue.

Eczéma séborrhéique : quels sont les symptômes de la maladie ?

Les signes de la der­ma­tite sébor­rhéique se déve­loppent de manière pro­gres­sive et la mala­die prend géné­ra­le­ment la forme d’une simple des­qua­ma­tion sèche, dif­fuse ou grasse et de plaques rouges. Il existe en fait deux types de der­ma­tite sébor­rhéique. Notam­ment, la der­ma­tite sébor­rhéique du cuir che­ve­lu et celle du visage.

La dermatite séborrhéique du cuir chevelu

Cette forme de der­ma­tite comme son nom l’indique se mani­feste au niveau du cuir che­ve­lu. Elle est carac­té­ri­sée par la sur­ve­nue de grosses pel­li­cules grasses et blanches. Celles-ci sont par­fois accom­pa­gnées de déman­geai­sons. De plus, on remarque par endroit, une rou­geur de la peau du cuir che­ve­lu. Notam­ment au niveau de la nuque, des tempes, de la lisière et du front.

La der­ma­tite sébor­rhéique du visage

Pour ce qui est de cette forme de der­ma­tite, elle appa­rait dans cer­taines zones cibles. On peut citer notamment :

  • L’arrière des oreilles ;
  • L’entre-sourcil ;
  • Le conduit audi­tif (très rarement) ;
  • Les ailes du nez ;
  • La zone qui se situe entre les coins de la bouche et le nez.

Dans cer­taines situa­tions, il est pos­sible que le malade res­sente aus­si des démangeaisons.

Quels sont les facteurs de risque ?

L’eczéma sébor­rhéique est lié à plu­sieurs fac­teurs de risque.

L’âge

En réa­li­té, il s’agit d’une mala­die qui touche majo­ri­tai­re­ment les indi­vi­dus ayant entre 18 et 40 ans. À par­tir de 40 ans, la mala­die devient rare. Ce qui signi­fie que les per­sonnes âgées de plus 40 ans ont plus de chance de ne pas avoir la maladie.

Les mala­dies asso­ciées à la der­ma­tite séborrhéique

Les per­sonnes souf­frant de la mala­die de Par­kin­son ou du VIH peuvent faci­le­ment avoir la mala­die. De plus, cer­taines mala­dies psy­chia­triques sont éga­le­ment res­pon­sables de cette patho­lo­gie inflam­ma­toire. On peut éga­le­ment ajou­ter les fac­teurs comme :

  • L’alcoolisme ;
  • La suda­tion excessive ;
  • L’anxiété chro­nique ;
  • Le taba­gisme ;
  • Le stress.

Par ailleurs, cer­tains com­por­te­ments peuvent aus­si favo­ri­ser ou aggra­ver la mala­die. Il s’agit surtout :

  • De l’obésité ;
  • Du manque d’hygiène notam­ment au niveau du cuir che­ve­lu et du visage ;
  • De l’utilisation de crèmes grasses ou de lotion sur le cuir che­ve­lu ou sur la peau ;
  • D’une fatigue intense ;
  • Des fac­teurs cli­ma­tiques comme les fortes cha­leurs, l’humidité et le froid.

Les fac­teurs de risque de la der­ma­tite sébor­rhéique sont nom­breux. Il en existe d’autres qui ne sont pas énu­mé­rés. Alors, il est impor­tant de faire atten­tion et signa­ler tout pro­blème au méde­cin traitant.

Comment s’effectue le diagnostic de la dermatite séborrhéique ?

Pour réus­sir le diag­nos­tic de la der­ma­tite sébor­rhéique, le méde­cin se base d’abord sur un inter­ro­ga­toire qu’il sou­met à la per­sonne malade. Ensuite, grâce aux infor­ma­tions rele­vées par le pro­fes­sion­nel, ce der­nier se char­ge­ra d’établir un bilan clinique.

Grâce au bilan cli­nique, le méde­cin peut dif­fé­ren­cier la der­ma­tite des autres troubles comme la rosa­cée, la der­ma­tite ato­pique et le pso­ria­sis. D’autant plus que les symp­tômes de ces mala­dies se ressemblent.

Enfin, une fois l’examen cli­nique éta­bli, il pour­ra iden­ti­fier la mala­die et l’élément res­pon­sable de sa sur­ve­nue. Le méde­cin peut ain­si pro­po­ser un trai­te­ment à la pathologie.

Quels sont les traitements pour éradiquer la dermatite séborrhéique ?

Si vous pen­sez être atteint d’une der­ma­tite sébor­rhéique, il est conseillé de consul­ter avant tout un méde­cin. Ceci dans le but de ne pas confondre la mala­die avec une autre.

Habi­tuel­le­ment, le trai­te­ment de cette patho­lo­gie inflam­ma­toire s’appuie sur l’utilisation des anti­fon­giques ou anti­my­co­siques. Ces pro­duits per­mettent de réduire la pro­li­fé­ra­tion des cham­pi­gnons res­pon­sables de la mala­die. Dans cer­tains cas, on conseille de se tour­ner vers le gel de lithium. Tout dépend en fait du niveau d’intolérance de la per­sonne malade.

De sur­croit, lorsque le cuir che­ve­lu est atteint, ce sont les sham­pooings et lotions spé­ci­fiques qui sont recom­man­dés. Ils per­mettent de limi­ter les déman­geai­sons et même sup­pri­mer les plaques.

Par contre, si la der­ma­tite est située au niveau du visage, l’idéal est de vous faire pres­crire des crèmes que vous appli­que­rez sur les zones atteintes. Il faut noter que l’utilisation de der­mo­cor­ti­coïdes (ou cor­ti­sone) n’a aucune effi­ca­ci­té sur le trai­te­ment de la der­ma­tite sébor­rhéique. Bien au contraire, ce pro­duit peut aggra­ver les symp­tômes de la maladie.

Comment prévenir ces dermatites ?

Si vous êtes atteint d’une der­ma­tite sébor­rhéique, cela signi­fie que vous avez une peau plus réac­tive et sen­sible que la moyenne. Alors, il fau­dra adop­ter cer­tains gestes pour prendre soin de votre peau.

L’utilisation de produit doux pour une meilleure hygiène

Pour les che­veux comme pour le corps, vous pou­vez uti­li­ser des savons doux et à haute tolé­rance, pour pré­ve­nir la der­ma­tite sébor­rhéique. Pri­vi­lé­giez aus­si un net­toyage quo­ti­dien de la peau, pour éra­di­quer les excès de sébum. Cela dit, vous devez faire atten­tion à ne pas agres­ser votre peau. Il est éga­le­ment pos­sible d’utiliser des sham­pooings des­ti­nés à pré­ve­nir la der­ma­tite sébor­rhéique. Vous pou­vez les avoir en phar­ma­cie sans ordonnance.

L’hydratation régulière de la peau

Il s’agit aus­si d’une tech­nique effi­cace pour pré­ve­nir la der­ma­tite sébor­rhéique. En effet, il existe des crèmes spé­ci­fi­que­ment conçues pour hydra­ter la peau. Ces crèmes per­mettent d’éliminer les squames et de réduire les irritations.

L’application d’une protection solaire

Il est vrai que le soleil peut dimi­nuer les plaques de der­ma­tite sébor­rhéique, mais l’exposition aux rayons UV peut aus­si agres­ser la peau. Par consé­quent, la meilleure solu­tion est d’utiliser des crèmes avant une expo­si­tion au soleil.

Enfin, il est impor­tant de rete­nir que la der­ma­tite sébor­rhéique est une patho­lo­gie certes bénigne, mais qui peut s’aggraver si elle est négli­gée. Il fau­dra donc consul­ter le méde­cin en cas de doute et prendre soin de sa peau pour évi­ter cette maladie.

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...