HomeNon classéTroponine élevée ne signifie pas toujours coronaropathie

Troponine élevée ne signifie pas toujours coronaropathie

Publié le

spot_img

26 jan­vier 2011 | Dr Walid Amara
http://www.theheart.org/article/1176483.do

L’é­lé­va­tion de tro­po­nine est fré­quente dans des situa­tions extracar­diaques et dans les ser­vices d’ur­gence, la tro­po­nine est sou­vent dosée chez des patients qui ont une faible pro­ba­bi­li­té de syn­drome coro­naire aigu.
Car­dio­logues et urgen­tistes sont de plus en plus sou­vent confron­tés à des tro­po­nines posi­tives dif­fi­ciles à interpréter.

Revoir :
—- Tro­po­nime [Lire]
—- Syn­drome coro­na­rien aigu – SCA [Lire]

Une étude de cohorte rétros­pec­tive de tous les patients consul­tant aux urgences et pour les­quels un dosage de tro­po­nine est reve­nu posi­tif, soit supé­rieur à 0,08 mircogramme/litre. (Les infarc­tus et les patients ayant eu une angio­plas­tie dans le mois ont été exclus. )

Les patients ont été clas­sés en deux caté­go­ries : SCA ou non SCA. Ils ont éga­le­ment tous été sui­vis (de manière télé­pho­nique) jus­qu’en avril 2010.
« Les patients ne pré­sen­tant pas de SCA avaient des taux de tro­po­nine plus faibles que les patients avec SCA.

  • Pre­mière consta­ta­tion : sur les 18 606 consul­ta­tions aux urgences, un dosage de tro­po­nine a été effec­tué chez 3700 patients soit 20 % d’entre eux. Le dosage de tro­po­nine était posi­tif chez 320 patients (8,6 % des patients).
  • Deuxième consta­ta­tion : uni­que­ment 21 % des patients à tro­po­nine posi­tive avaient un SCA.
  • Troi­sième consta­ta­tion : chez les patients ne pré­sen­tant pas de SCA, une étio­lo­gie a été retrou­vée chez 68 % des patients.

Les patients du groupe non SCA avaient par ailleurs un ECG nor­mal pour 95 % d’entre eux et ne pré­sen­taient pas de dou­leur tho­ra­cique pour 93 % d’entre eux.

Les diag­nos­tics finaux rete­nus étaient essen­tiel­le­ment l’in­suf­fi­sance car­diaque (plus de 35 %) et le sep­sis (plus de 35 %), et les diag­nos­tics étaient asso­ciés dans plus de 25 % des cas. Une ana­lyse de la sur­vie à long terme a mon­tré que les patients sans SCA avaient une sur­vie moindre (En effet, à 12 mois, le taux de sur­vie était de 85 % dans les SCA ver­sus 59 % dans le groupe non SCA.)

D’autre part, Tro­po­nine et tachy­car­dies jonctionnelles

Le Dr Mil­le­ron a pré­sen­té une série de 27 patients pré­sen­tant une tachy­car­die jonc­tion­nelle et une élé­va­tion de tro­po­nine (> 0,15 microg/L). Les inclu­sions ont été faites en pros­pec­tif entre jan­vier 2003 et 2010.

  • Pre­mière consta­ta­tion : un tiers des patients n’a­vaient pas de fac­teur de risque cardiovasculaire.
  • Deuxième consta­ta­tion : plus de la moi­tié des patients avaient une dou­leur tho­ra­cique asso­ciée, deux tiers, un sous-déca­lage du seg­ment ST et l’é­lé­va­tion de tro­po­nine était faible puis­qu’elle était en moyenne de 0,42+0,20 microg/L.

Sur les 27 patients, 25 ont eu une coro­na­ro­gra­phie (23 nor­males, 1 patient avec une sté­nose de 60 % de l’I­VA, 1 avec une sté­nose à 50 % de la coro­naire droite, mais écho­gra­phie de stress néga­tive pour les deux) et deux patients avec écho­gra­phie de stress de pre­mière inten­tion négative.
« Au cours du sui­vi qui a duré en moyenne 48 mois, aucun syn­drome coro­naire aigu n’est sur­ve­nu » a pré­ci­sé le Dr Milleron.

Le mes­sage de ces deux tra­vaux est que l’é­lé­va­tion de tro­po­nine dans dif­fé­rents cir­cons­tances extra-coro­naires est fré­quente et que la cli­nique et l’ECG demeurent des élé­ments essentiels.

Réfé­rences
1.Nallet O. La tro­po­nine aux urgences : Un bio­mar­queur trop uti­li­sé. Jour­nées Euro­péennes de la Socié­té fran­çaise Car­dio­lo­gie, Paris, 14 jan­vier 2010.
2.Milleron O. Diag­nos­tic et valeur pro­nos­tique de l’E­lé­va­tion de tro­po­nine asso­ciée à des tachy­car­dies supra­ven­tri­cu­laires réen­trantes symp­to­ma­tiques. Jour­nées Euro­péennes de la Socié­té fran­çaise Car­dio­lo­gie, Paris, 14 jan­vier 2010.

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....