HomeNon classéPOUR TOUS LES INFARCTUS DU MYOCARDE un test de tolérance au glucose...

POUR TOUS LES INFARCTUS DU MYOCARDE un test de tolérance au glucose ?

Publié le

spot_img

Source : cf infra

Le pro­nos­tic de l’IDM chez un dia­bé­tique est aggra­vé et sur­tout ce risque car­dio­vas­cu­laire accru se retrouve aus­si chez les sujets pré­sen­tant une simple into­lé­rance au glucose.
Voir éga­le­ment : DNID : 10 ans trop tard ?).
Voir éga­le­ment : Syn­drome X
Voir éga­le­ment : L’in­su­li­no­ré­sis­tance est un fac­teur de risque d’a­thé­ro­sclé­rose chez le sujet « prédiabétique »

Faut-il pour autant recher­cher sys­té­ma­ti­que­ment ce fac­teur de risque après une phase aiguë d’IDM ?

L’é­tude DIGAMI avait mon­tré que la nor­ma­li­sa­tion de la gly­cé­mie est un élé­ment impor­tant pour la récu­pé­ra­tion et le pro­nos­tic du post-IDM non seule­ment chez le patient dia­bé­tique mais éga­le­ment non diabétiques.

Une étude sué­doise menée sur 144 patients non dia­bé­tiques ayant pré­sen­té un IDM (moyenne d’âge 63,5 ans) a mon­tré « forte pré­va­lence d’anomalies méta­bo­liques du glu­cose ». En effet dans leur série moins de 35 % d’entre eux pré­sen­taient une tolé­rance au glu­cose nor­male 3 mois après leur sortie.

Un des prin­ci­paux apports de cette étude tient dans la déter­mi­na­tion des fac­teurs pré­dic­tifs indé­pen­dants d’un dia­bète futur après un IDM : une hémo­glo­bine gly­quée à l’admission supé­rieure à 4,9 % et une Gly­cé­mie à jeûn au jour 4 supé­rieure à 5,3 mmol/L avaient toutes deux une sen­si­bi­li­té de l’ordre de 80 % et une spé­ci­fi­ci­té au-delà de 50 %.

Etant don­née ces résul­tats dans la popu­la­tion hos­pi­ta­li­sée pour IDM, il parait rai­son­nable de pra­ti­quer ce dépis­tage pour tous les patients.
Il faut noter que la com­bi­nai­son HbA1c-G0 parait plus fiable que l’HG­PO (avec 75 g de glu­cose) , test de réfé­rence chez les sujets asymptomatiques.

Une chose est sûre : si les chiffres avan­cés par Norham­mar et al se condir­ment, il y a réel­le­ment un effort consé­quent à faire au niveau du dépis­tage du diabète/ into­lé­rance au glu­cose pour les patients frap­pés d’un IDM.
Les stra­té­gies thé­ra­peu­tiques et/ou pré­ven­tives à pro­po­ser aux patients res­tent à codi­fier : insu­li­no­thé­ra­pie inten­sive, autres approches médi­cales. Mais d’ores et déjà, une stra­té­gie de chan­ge­ment de style de vie pour tous les patients coro­na­riens demeure essentielle.

Voir éga­le­ment : Pré­ven­tion du DNID
Voir éga­le­ment : Le pro­blème de l’homocysteine

Source :

Glu­cose meta­bo­lism in patients with acute myo­car­dial infarc­tion and no pre­vious diag­no­sis of dia­betes mel­li­tus : a pros­pec­tive study
Lan­cet 2002 ; 359 : 2140–44

Anna Norham­mar, Åke Tenerz, Göran Nils­son, Anders Ham­sten, Suad Efendíc, Lars Rydén, Klas Malmberg
Cor­res­pon­dence to : Dr Anna Norham­mar (e‑mail:anna.norhammar@ks.se)

Sum­ma­ry
Back­ground Gly­co­me­ta­bo­lic state at hos­pi­tal admis­sion is an impor­tant risk mar­ker for long-term mor­ta­li­ty in patients with acute myo­car­dial infarc­tion, whe­ther or not they have known dia­betes mel­li­tus. Our aim was to ascer­tain the pre­va­lence of impai­red glu­cose meta­bo­lism in patients without diag­no­sed dia­betes but with myo­car­dial infarc­tion, and to assess whe­ther such abnor­ma­li­ties can be iden­ti­fied in the ear­ly course of a myo­car­dial infarction.

Methods We did a pros­pec­tive stu­dy, in which we enrol­led 181 conse­cu­tive patients admit­ted to the coro­na­ry care units of two hos­pi­tals in Swe­den with acute myo­car­dial infarc­tion, no diag­no­sis of dia­betes, and a blood glu­cose concen­tra­tion of less than 11·1 mmol/L. We recor­ded glu­cose concen­tra­tions during the hos­pi­tal stay, and did stan­dar­di­sed oral glu­cose tole­rance tests with 75 g of glu­cose at discharge and again 3 months later.

Fin­dings The mean age of our cohort was 63·5 years (SD 9) and the mean blood glu­cose concen­tra­tion at admis­sion was 6·5 mmol/L (1·4). The mean 2‑h post­load blood glu­cose concen­tra­tion was 9·2 mmol/L (2·9) at hos­pi­tal discharge, and 9·0 mmol/L (3·0) 3 months later. 58 of 164 (35%, 95% CI 28–43) and 58 of 144 (40%, 32–48) indi­vi­duals had impai­red glu­cose tole­rance at discharge and after 3 months, res­pec­ti­ve­ly, and 51 of 164 (31%, 24–38) and 36 of 144 (25%, 18–32) had pre­vious­ly undiag­no­sed dia­betes mel­li­tus. Inde­pendent pre­dic­tors of abnor­mal glu­cose tole­rance at 3 months were concen­tra­tions of HbA1c at admis­sion (p=0·024) and fas­ting blood glu­cose concen­tra­tions on day 4 (p=0·044).

Inter­pre­ta­tion Pre­vious­ly undiag­no­sed dia­betes and impai­red glu­cose tole­rance are com­mon in patients with an acute myo­car­dial infarc­tion. These abnor­ma­li­ties can be detec­ted ear­ly in the post­in­farc­tion per­iod. Our results sug­gest that fas­ting and post­chal­lenge hyper­gly­cae­mia in the ear­ly phase of an acute myo­car­dial infarc­tion could be used as ear­ly mar­kers of high-risk individuals.

Lan­cet 2002 ; 359 : 2140–44

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...