HomeNon classéStratégies anti-hypertensives chez les patients atteints de pathologie coronarienne

Stratégies anti-hypertensives chez les patients atteints de pathologie coronarienne

Publié le

spot_img

Pepine CJ et al. A cal­cium anta­go­nist vs a non-cal­cium anta­go­nist hyper­ten­sion treat­ment stra­te­gy for patients with coro­na­ry arte­ry disease.
The Inter­na­tio­nal Vera­pa­mil-Tran­do­la­pril Stu­dy (INVEST): a ran­do­mi­zed control­led trial. JAMA, Déc. 2003, 290 : 2805–2816

L’hypertension arté­rielle est un fac­teur impor­tant dans la pro­gres­sion de la mala­die coronarienne.
La stra­té­gie de choix est l’as­so­cia­tion Aspi­rine, bêta­blo­quant, IEC. Les bêta­blo­quants peuvent être contre-indi­qués ou avoir des effets indé­si­rables (asthme, DNID, $ de ray­naud, etc..)
L’é­tude INVEST a mon­tré que le bêta­blo­quant pou­vait être rem­pla­cé par un ICA le vera­pa­mil. De plus dans les popu­la­tions à risque, le nombre de pas­sage vers un DNID était diminué

=======================

L’étude INVEST (Inter­na­tio­nal Vera­pa­mil-Tran­do­la­pril Stu­dy) est un essai mul­ti­cen­trique ran­do­mi­sé ouvert com­pa­rant deux stra­té­gies thé­ra­peu­tiques anti-hyper­ten­sives chez 22576 patients âgés de 50 ans ou plus, hyper­ten­dus et atteints de troubles coronariens.
  • La pre­mière stra­té­gie com­pre­nait un anta­go­niste cal­cique, le véra­pa­mil LP, 240mg/jour (groupe CAS, Cal­cium Anta­go­nist Strategy) ;
  • la deuxième stra­té­gie com­pre­nait un bêta­blo­quant, l’aténolol, 50mg/jour (groupe NCAS, Non-Cal­cium Anta­go­nist Strategy).

Si la pres­sion arté­rielle n’atteignait pas les valeurs cibles, les patients rece­vaient un trai­te­ment addi­tion­nel par tran­do­la­pril et/ou hydro­chlo­ro­thia­zide. Le tran­do­la­pril était recom­man­dé chez tous les patients pré­sen­tant une insuf­fi­sance rénale, un dia­bète ou une insuf­fi­sance cardiaque.

Après un sui­vi de 61835 patients-année (2.7 années par patient, en moyenne),

  • il n’y avait pas de dif­fé­rence entre les deux groupes CAS et NCAS en termes de sur­ve­nue de décès, d’infarctus du myo­carde, d’accident vas­cu­laire cérébrale.
  • Le contrôle de la pres­sion arté­rielle était com­pa­rable, 71.7% des patients du groupe CAS et 70.7% de ceux du groupe NCAS avaient atteint des valeurs infé­rieures à 140/90mm Hg.
  • Compte tenu de la sou­plesse du pro­to­cole, la plu­part des patients des deux groupes rece­vaient un inhi­bi­teur de l’en­zyme de conver­sion (tran­do­la­pril ou autre IEC) ain­si qu’un diu­ré­tique (hydro­chlo­ro­thia­zide ou autre diurétique)

L’es­sai INVEST montre donc que les stra­té­gies thé­ra­peu­tiques asso­ciant le véra­pa­mil ou l’a­té­no­lol à un IEC + un diu­ré­tique sont équivalentes.

http://www.uvp5.univ-paris5.fr/MED-INFO-COCHIN/AC/ArchivesRev.asp?Rev=36

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...