HomeNon classél’hémibloc antérieur gauche est un signe à ne pas négliger

l’hémibloc antérieur gauche est un signe à ne pas négliger

Publié le

spot_img

Bia­gi­ni E et coll. : « Pro­gnos­tic signi­fi­cance of left ante­rior hemi­block in patients with sus­pec­ted coro­na­ry arte­ry disease. » J Am Coll Car­diol 2005 ; 46 : 858–863.
© Copy­right 2005 http://www.jim.fr

La valeur pro­nos­tique de l’hémibloc anté­rieur gauche (HBAG) est mal connue, tout par­ti­cu­liè­re­ment en cas d’antécédent d’infarctus du myo­carde récent.
Dans ce cas de figure, la pré­va­lence de l’HBAG serait com­prise entre 3 % et 5 % et ce signe élec­tro­car­dio­gra­phique serait asso­cié à une nécrose plus éten­due et/ou une atteinte de l’interventriculaire antérieure.

En l’absence cer­taine de mala­die car­diaque , ce trouble de la conduc­tion semble n’avoir que peu de conséquences.

Qu’en est-il quand une mala­die coro­naire est sim­ple­ment soup­çon­née ?
C’est à cette ques­tion que répond une étude de cohorte pros­pec­tive dans laquelle ont été inclus 1187 malades qui n’avaient aucun anté­cé­dent d’IDM. Une écho­gra­phie de stress à la dobu­ta­mine a été réa­li­sée dans tous les cas.

  • Un HBAG a été déce­lé chez 159 par­ti­ci­pants (13 %).
  • L’ischémie myo­car­dique s’est révé­lée plus fré­quente chez ces der­niers (43 % ver­sus 33 % en l’absence d’HBAG ; p=0,02).
  • Au cours d’un sui­vi moyen de 5,0+/-2,5 années, 125 malades sont décé­dés d’une cause car­diaque. La mor­ta­li­té annuelle a été esti­mée à 4,9 % en cas d’HBAG (ver­sus 1,9 % en l’absence de ce signe, p<0,0001).
  • L’association HBAG et isché­mie détec­tée en écho­gra­phie de stress fait mon­ter la mor­ta­li­té annuelle à 6,3 %.

Dans une ana­lyse mul­ti­va­riée effec­tuée selon le modèle de Cox, les variables indé­pen­dantes pré­dic­tives du risque de décès car­diaque sont l’âge, le taba­gisme, les anté­cé­dents d’insuffisance car­diaque, le dia­bète et l’ischémie.

L’HBAG est en outre asso­cié à une aug­men­ta­tion du risque de décès de cause car­diaque, que l’échographie sous dobu­ta­mine soit nor­male (RR, 1,8) ou anor­male (RR, 1,7), ceci indé­pen­dam­ment des autres variables pronostiques.

Chez les patients soup­çon­nés d’une mala­die coro­naire, l’hémibloc anté­rieur gauche n’est pas une don­née élec­tro­car­dio­gra­phique ano­dine qu’il faille négli­ger…
En fait, son exis­tence semble annon­cer un risque éle­vé de décès d’origine car­diaque, même après ajus­te­ment en fonc­tion des variables pro­nos­tiques classiques.

Dr Cathe­rine Watkins

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...