HomeNon classéLa prévention cardiovasculaire secondaire est insuffisante

La prévention cardiovasculaire secondaire est insuffisante

Published on

spot_img

Enquêtes EUROASPIRE (E) I, II et III
(Euro­pean Action on Secon­da­ry and Pri­ma­ry Pre­ven­tion by Inter­ven­tion to Reduce Events).

Kot­se­va K et coll. Car­dio­vas­cu­lar pre­ven­tion gui­de­lines in dai­ly prac­tice : a com­pa­ri­son of EUROASPIRE I, II, and III sur­veys in eight Euro­pean countries.
Lan­cet 2009 ; 373 : 929–40.

Les auteurs ont cher­ché à savoir le deve­nir des fac­teurs de risque car­dio­vas­cu­laires 6 mois après l´événement car­dio­vas­cu­laire initial.
  • Le pour­cen­tage de fumeurs soit res­té rela­ti­ve­ment stable : il est de 18,2% dans E III et de 21,2% dans E II (France : sta­bi­li­té à 25%) ; on note de plus une nette aug­men­ta­tion de la part des fumeuses femmes de moins de 50 ans.
  • Le contrôle de l´hypertension arté­rielle (PA >= 140/90 mmHg ou >= 130/80 mmHg en cas de dia­bète) ne s´est pas amé­lio­ré : 58 à 60% des patients conservent une hyper­ten­sion (France : pas­sage de 51 à 56% en 12 ans).
  • La fré­quence de l´obésité (IMC > 30 kg/m²) a pro­gres­si­ve­ment aug­men­té au fil des ans pour pas­ser de 25 % dans E I à 38 % dans E III (France : de 33 à 37 %).
  • La fré­quence du dia­bète a aug­men­té (France : 16 à 34%).
  • Seule l´hypercholestérolémie (>= 4,5 mmol/L) voit sa fré­quence dimi­nuer : elle des­cend de 94,5 % en 1995 à 46,2 % en 2007 (France : 91 à 40%). Cette amé­lio­ra­tion est à mettre sur le compte de l´accroissement des pres­crip­tions de médi­ca­ments hypo­cho­les­té­ro­lé­miants type sta­tines plu­tôt que sur un amé­na­ge­ment pro­pice du mode de vie.

On observe aus­si une aug­men­ta­tion de l´utilisation des anti­agré­gants pla­quet­taires, des bêta­blo­quants, des diu­ré­tiques et des IEC/ARA2. On voit donc que, mal­gré une amé­lio­ra­tion de la prise en charge médi­ca­men­teuse, le contrôle des fac­teurs de risque est lar­ge­ment insuf­fi­sant, en par­ti­cu­lier en ce qui concerne la pra­tique d´une acti­vi­té phy­sique et le res­pect d´un régime ali­men­taire adéquat.

De grands pro­grès sont encore à faire dans ces deux registres

Car­dio­vas­cu­lar pre­ven­tion gui­de­lines in dai­ly prac­tice : a com­pa­ri­son of EUROASPIRE I, II, and III sur­veys in eight Euro­pean countries.
Kot­se­va K, Wood D, De Backer G, De Bac­quer D, Pyörälä K, Keil U ; EUROASPIRE Stu­dy Group. .

BACKGROUND :
The first and second EUROASPIRE sur­veys sho­wed high rates of modi­fiable car­dio­vas­cu­lar risk fac­tors in patients with coro­na­ry heart disease. The third EUROASPIRE sur­vey was done in 2006-07 in 22 coun­tries to see whe­ther pre­ven­tive car­dio­lo­gy had impro­ved and if the Joint Euro­pean Socie­ties” recom­men­da­tions on car­dio­vas­cu­lar disease pre­ven­tion are being fol­lo­wed in cli­ni­cal practice.

METHODS :
EUROASPIRE I, II, and III were desi­gned as cross-sec­tio­nal stu­dies and inclu­ded the same selec­ted geo­gra­phi­cal areas and hos­pi­tals in the Czech Repu­blic, Fin­land, France, Ger­ma­ny, Hun­ga­ry, Ita­ly, the Nether­lands, and Slo­ve­nia. Conse­cu­tive patients (men and women </=70 years) were iden­ti­fied after coro­na­ry arte­ry bypass graft or per­cu­ta­neous coro­na­ry inter­ven­tion, or a hos­pi­tal admis­sion with acute myo­car­dial infarc­tion or ischae­mia, and were inter­vie­wed at least 6 months later.

FINDINGS :
3180 patients were inter­vie­wed in the first sur­vey, 2975 in the second, and 2392 in the third. Ove­rall, the pro­por­tion of patients who smoke has remai­ned near­ly the same (20.3% in EUROASPIRE I, 21.2% in II, and 18.2% in III ; com­pa­ri­son of all sur­veys p=0.64), but the pro­por­tion of women smo­kers aged less than 50 years has increa­sed. The fre­quen­cy of obe­si­ty (body-mass index >/=30 kg/m(2)) increa­sed from 25.0% in EUROASPIRE I, to 32.6% in II, and 38.0% in III (p=0.0006). The pro­por­tion of patients with rai­sed blood pres­sure (>/=140/90 mm Hg in patients without dia­betes or >/=130/80 mm Hg in patients with dia­betes) was simi­lar (58.1% in EUROASPIRE I, 58.3% in II, and 60.9% in III ; p=0.49), whe­reas the pro­por­tion with rai­sed total cho­les­te­rol (>/=4.5 mmol/L) decrea­sed, from 94.5% in EUROASPIRE I to 76.7% in II, and 46.2% in III (p<0.0001). The fre­quen­cy of self-repor­ted dia­betes mel­li­tus increa­sed, from 17.4%, to 20.1%, and 28.0% (p=0.004).

INTERPRETATION :
These time trends show a com­pel­ling need for more effec­tive life­style mana­ge­ment of patients with coro­na­ry heart disease. Des­pite a sub­stan­tial increase in anti­hy­per­ten­sive and lipid-lowe­ring drugs, blood pres­sure mana­ge­ment remai­ned unchan­ged, and almost half of all patients remain above the recom­men­ded lipid tar­gets. To sal­vage the acu­te­ly ischae­mic myo­car­dium without addres­sing the under­lying causes of the disease is futile ; we need to invest in prevention.

Latest articles

Celebrex – Celecoxib : efficacité et sécurité clinique par rapport aux AINS

Inclus dans la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et plus particulièrement dans celle...

BPCO : causes, symptômes et traitements

La BPCO ou la bronchopneumopathie chronique obstructive est un ensemble d’affections respiratoires et graves,...

Boiteries de l’enfant : causes, symptômes et traitements

Une part importante de la population est confrontée à un problème orthopédique en France,...

Adrénaline solution injectable IM en auto-injecteur

Très utilisée pour stopper ou réduire l’impact des crises cardiaques, l’adrénaline est une hormone...

More like this

Celebrex – Celecoxib : efficacité et sécurité clinique par rapport aux AINS

Inclus dans la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et plus particulièrement dans celle...

BPCO : causes, symptômes et traitements

La BPCO ou la bronchopneumopathie chronique obstructive est un ensemble d’affections respiratoires et graves,...

Boiteries de l’enfant : causes, symptômes et traitements

Une part importante de la population est confrontée à un problème orthopédique en France,...