HomeSantéÉlectrocardiogramme (ECG) : définition, indications, procédure et interprétation 

Électrocardiogramme (ECG) : définition, indications, procédure et interprétation 

Published on

spot_img

Les progrès technologiques de ces dernières décennies ont permis à l’Homme d’améliorer significativement sa qualité de vie en général. Des tâches dangereuses ou fastidieuses ont pu être réalisées en limitant les efforts et les risques. Les avancées ont touché tous les domaines, dont celui de la santé. Les changements qui en ont résulté ont eu des répercussions presque tangibles.

Des chiffres de l’Insee affichant l’évolution de l’espérance de vie entre 1950 et 2011 en sont une bonne illustration. L’espérance de vie des hommes et des femmes a augmenté de plus de 15 ans. Cela est dû en partie aux nouvelles méthodes médicales qui favorisent de meilleurs diagnostics et une prise en charge plus adaptée. Parmi celles-ci, il y a l’électrocardiogramme. Que faut-il savoir à propos ?

Électrocardiogramme : définition

L’électrocardiogramme est un examen, un test clinique qui peut être effectué dans certaines circonstances. Il correspond à l’enregistrement de l’activité électrique du cœur. Cet organe, vital pour tout être vivant, est contrôlé par des contractions musculaires. Ce sont ces dernières qui lui donnent la possibilité de battre et donc de pomper le sang dans l’ensemble de l’organisme.

Afin que ces contractions ne cessent d’avoir lieu, les muscles du cœur sont stimulés de manière très particulière. Ils reçoivent des sortes d’impulsions électriques successives. Ce sont ces dernières que l’électrocardiogramme permet de visualiser et d’interpréter. Bien entendu, pour que ce soit possible, l’usage d’un équipement spécial est requis. Il s’agit de l’électrocardiographe : l’appareil par lequel l’examen est rendu possible.

Il est suffisamment sensible pour « capter » les ondes qui sont la source de chaque battement de cœur. Afin d’être plus précis, l’examen en lui-même doit être appelé électrocardiographie. C’est le résultat traduisant l’activité cardiaque qui est l’électrocardiogramme. Inventée depuis le 18e siècle, cette technologie a su révolutionner le monde de la santé. Elle a permis à l’Homme d’améliorer un peu plus ses connaissances et ses armes contre la première cause de mortalité à travers le monde : les maladies du cœur.

Électrocardiogramme : utilités

Électrocardiogramme (ECG)

En cardiologie, l’ECG est un examen des plus essentiels. Il est indiqué dans de nombreuses situations pour faciliter le diagnostic précoce de certaines maladies cardiaques. Ainsi, lorsque vous consultez votre médecin, il peut vous recommander un électrocardiogramme en cas de signes spécifiques.

Les douleurs thoraciques

Les douleurs thoraciques peuvent avoir plusieurs causes. Elles se manifestent souvent par une sensation de gêne ou d’écrasement. Parfois, elles sont seulement dues à des mouvements effectués avec une charge lourde. Dans d’autres cas, elles sont révélatrices d’une maladie sous-jacente qui peut être cardiaque.

Il est possible que la douleur traduise un manque d’oxygène au niveau du cœur. Une telle situation est susceptible de mettre votre pronostic vital en cause. Les conséquences sont plus ou moins graves. Un manque d’oxygène dans votre cœur peut en effet conduire à un infarctus du myocarde ou même à une crise cardiaque.

Ce sont deux maladies assez graves. C’est la raison pour laquelle, si vous ressentez des douleurs thoraciques, il est plus que judicieux de faire un ECG. Cela est d’autant plus vrai, si ces dernières sont accompagnées d’autres signes comme :

  • des évanouissements ;
  • des nausées ;
  • ou une fatigue continue.

L’ECG vous aidera à écarter la possibilité d’un souci cardiaque.

Les troubles du rythme cardiaque

Il est question de trouble du rythme cardiaque lorsque celui varie brusquement, et ce, sans raison apparente. À titre illustratif, le rythme cardiaque normal d’une personne au repos va de 60 à 80 battements par minute, et ce, en fonction des individus. Lorsque vous venez de vous réveiller d’une sieste et que le vôtre est de 120 battements par minute, il y a donc lieu de s’inquiéter.

Dans ce cas précis, vous expérimentez un trouble du rythme cardiaque, encore appelé arythmie. Bien entendu, lorsque cela ne vous arrive pas souvent, voire rarement, vous pouvez ne pas être alarmé. Toutefois, si vous en faites l’expérience très souvent, il est préférable de vous rapprocher rapidement de votre médecin. Ce dernier vous fera alors passer un électrocardiogramme.

Il servira principalement à vérifier si cette arythmie est due à une propagation chaotique des impulsions électriques dans le cœur. Si tel est le cas, vous pouvez avoir des soucis plus graves comme une mauvaise circulation sanguine dans le cerveau. Il va de soi que cela est la source de séquelles irréversibles. Une fois les troubles confirmés avec un ECG, vous pourrez profiter de la bonne prise en charge et éviter le pire.

Le bilan préopératoire

Le bilan préopératoire est une série d’examens et tests par lesquels vous passez avant de subir une opération chirurgicale. Ses étapes ne sont pas fixes et dépendent aussi bien de l’opération en vue que des particularités du patient. Elles peuvent tout de même être résumées en trois phases :

  • l’interrogatoire ;
  • l’examen clinique ;
  • et le bilan biologique.

Si vous devez vous faire opérer, il n’est donc pas exclu que vous soyez soumis à un ECG, surtout si vous avez des antécédents cardiaques. Cette étape est nécessaire pour écarter tous les risques et éviter les complications lors de l’opération.

Le suivi en cas de maladie cardiaque

L’électrocardiogramme n’est pas uniquement réservé pour le diagnostic dans un but préventif. L’examen peut aussi être passé par des personnes ayant des maladies cardiaques avérées. Les médecins utilisent alors l’ECG comme outil de suivi. Étant donné les détails qu’il donne sur l’activité électrique du cœur, il est utile pour garder un œil sur l’état de santé des patients.

Si vous êtes aussi un patient présentant des facteurs de risque cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle et le diabète, vous devez faire des ECG. Cela permet de détecter des signes de souffrances cardiaques profondes. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un test d’une grande importance pour tout ce qui touche au cœur et à ses maux.

Électrocardiogramme : déroulement de l’examen

Électrocardiogramme (ECG)

Contrairement à ce qu’il est possible d’imaginer, l’ECG lui-même ne dure que quelques minutes. Il doit cependant être effectué par un spécialiste afin d’en assurer la fiabilité. Il convient alors de se renseigner et de bien choisir les conditions dans lesquelles sont effectués les tests.

Les conditions à remplir avant l’examen

La première chose à savoir sur l’ECG est qu’il peut se pratiquer dans un cadre professionnel ou privé. En termes plus simples, vous avez la possibilité de vous rendre dans un centre spécialisé ou un hôpital.

Vous pouvez aussi faire venir le spécialiste chez vous, à condition de disposer du cadre approprié. Cet élargissement du champ d’examen est mis en place pour les patients qui ne peuvent se déplacer ou qui ont besoin d’un environnement spécial. Dans tous les cas, vous devrez tenir une position couchée sur le dos et être au repos optimal.

Notez que vous devrez absolument :

  • éviter de fumer ou de boire avant l’examen ;
  • penser à retirer vos bijoux avant de vous allonger ;
  • et éviter de vous enduire de produits pour le corps.

Cela permet de créer un terrain favorable à votre examen. Une fois toutes ces conditions remplies, vous pouvez passer un examen optimal.

 L’examen proprement dit

L’examen commence avec l’allumage de l’électrocardiographe. Il s’agit de la machine qui servira à enregistrer puis à rendre vos résultats physiques. Une fois que cela est fait, le praticien applique une pâte conductrice sur les parties du corps qui seront évaluées. S’il s’agit principalement du torse, les jambes et les bras peuvent aussi être concernés.

Après la crème, le spécialiste va poser les électrodes sur différents points de votre corps. Ils sont reliés à la machine et servent à relever les constantes. Il faut préciser que pour un examen complet, il faut entre 6 et 15 électrodes. Une fois qu’ils sont installés, vous passerez environ 5 minutes à vous laisser mesurer. Cela est fait grâce aux capteurs qui sont aux extrémités des électrodes. Ils détectent et transmettront à la machine l’activité de votre cœur.

Électrocardiogramme : interprétation des résultats

Électrocardiogramme (ECG)

Une fois que l’examen est terminé, vos constantes cardiaques sont enregistrées sur une feuille préalablement insérée dans la machine. Ils se présentent sous la forme d’un tracé graphique avec des données qui sont sous la forme de points. Pour le rendre plus simple, certains supports proposent une légende.

Le tout est mis dans une enveloppe que vous remettrez à votre médecin traitant, précisément à votre cardiologue. Il sera en mesure, grâce aux indications présentes sur le document de vous prescrire un traitement ou de vous conseiller.

Toutefois, vous avez la possibilité de lire et d’interpréter vous-même vos résultats. Pour cela, il vous suffit de lire le graphe qui est à votre disposition. En principe, lorsque votre ECG est « normal » il remplit quelques conditions.

Dans ce cas, on dit généralement qu’il suit un rythme sinusal.

Premièrement, la fréquence cardiaque indiquée se situe dans un intervalle précis. Lorsque les battements sont trop importants ou trop espacés, les résultats montrent une irrégularité. Ensuite, les complexes QRS doivent être précédés d’une onde P.

Cela traduit une bonne communication avec vos ventricules. De même, les QRS doivent se situer à amplitude égale. Ces différents éléments vous permettent de déterminer si vous souffrez d’une mauvaise oxygénation de votre cœur. Vous pourrez aussi contrôler l’action de vos vaisseaux sanguins. Vous pourrez alors bénéficier d’un suivi plus précis et, dans certains cas, éviter des complications à votre état de santé.

Latest articles

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...

Hyperthyroïdie : causes, symptômes, traitement et prévention

Bien que le corps humain soit une formidable machine dont les rouages sont parfaitement...

More like this

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...