ASCOT-LLA

Publié le

spot_img

Anglo-Scan­di­na­vian Car­diac Out­come Trial-Lipid Lowe­ring Arm
The Lan­cet 361 ; 1149–1158 – Avril 2003

Pré­ven­tion pri­maire des évé­ne­ments coro­na­riens fatals ou non fatals (cri­tères prin­ci­pal) et des AVC par 10 mg d’a­tor­vas­ta­tine chez des patients hyper­ten­dus ayant des taux de cho­les­té­rol non à jeûn infé­rieur ou égale à 6,5 mmol/l et pré­sen­tant au moins trois autres fac­teurs de risque de mala­die car­dio­vas­cu­laire (MCV)
  • hyper­tro­phie ven­tri­cu­laire gauche [HVG]
  • ano­ma­lies spé­ci­fiques à l’électrocardiogramme
  • dia­bète de type 2
  • mala­die vas­cu­laire athé­ro­sclé­ro­tique périphérique
  • acci­dent vas­cu­laire céré­bral [AVC] ou isché­mie céré­brale transitoire
  • sexe mas­cu­lin
  • âge > 55 ans
  • , microal­bu­mi­nu­rie ou protéinurie
  • ratio cho­les­té­rol total/ HDL plus grand ou égal à 6
  • anté­cé­dents fami­liaux de mala­die car­diaque athé­ro­sclé­ro­tique précoce

Revoir éga­le­ment l’é­tude HPS (Heart Pro­tec­tion Stu­dy ) par la sim­vas­ta­tine [Lire]

ASCOOT-LLA : 10 305 indi­vi­dus âgés de 40 à 79 ans répar­tis en 2 groupes pen­dant 3,3 ans

  • 5168 patients dans le groupe ator­vas­ta­tine : don­nées com­plètes pour 4928 sujets vivants. 185 sujets décé­dès (5113)
  • 5137 patients dans le groupe pla­ce­bo : don­nées com­plètes pour 4861 sujets vivants. 212 sujets décé­dés soit (5073) .

La poso­lo­gie des trai­te­ments hyper­ten­seurs était adap­tée afin de rame­ner la TA < 140/90 chez les pateints non dia­bé­tiques et < 130/80 chez les sujets diabétiques

  • évé­ne­ments coro­na­riens fatals ou non fatals (cri­tère principal)
    —- 100 évè­ne­ments dans le groupe ator­vas­ta­tine soit soit 1,956 % des sujets
    —- 154 évé­ne­ments dans le groupe non ator­vas­ta­tine soit 3,168 % des sujets

La réduc­tion rela­tive de 36 % du risque pour la mesure prin­ci­pale des résul­tats est impres­sion­nante. Tou­te­fois, sa signi­fi­ca­tion cli­nique l’est moins lorsqu’on consi­dère la réduc­tion abso­lue du risque (baisse de 3,0 % à 1,9 % en 3,3 ans) ou le nombre de patients ( presque tous des hommes) à trai­ter (NPT) (89 durant 3,3 ans pour évi­ter 1 événement).

Il faut éga­le­ment noter que cette étude ne nous a pas du tout ren­sei­gnés sur le trai­te­ment non phar­ma­co­lo­gique offert aux patients qui, s’il a été sous-opti­mal, pour­rait avoir contri­bué à sur­es­ti­mer la dif­fé­rence entre le groupe pla­ce­bo et le groupe trai­te­ment, sur­tout chez des indi­vi­dus à risque car­dio­vas­cu­laire modéré.

L’absence de dif­fé­rence signi­fi­ca­tive dans plu­sieurs sous-groupes à risque (dia­bé­tiques, mala­die vas­cu­laire athé­ro­sclé­ro­tique péri­phé­rique, HVG et syn­drome méta­bo­lique) se jus­ti­fie pro­ba­ble­ment par un manque de puis­sance sta­tis­tique. Tou­te­fois, la ten­dance favo­rise tou­jours le groupe atorvastatine.
De la même façon, chez les femmes, la petite taille du groupe (seule­ment 19 % des par­ti­ci­pants) et le plus faible nombre d’événements pour­raient expli­quer le RR de 1,10 (IC 95 % : 0,57- 2,12).

CONCLUSION

  1. On s’éloigne de plus en plus du niveau de cho­les­té­rol comme cri­tère de trai­te­ment et on ren­force le concept que c’est l’évaluation glo­bale du niveau de risque car­dio­vas­cu­laire qui devrait gui­der la déci­sion de traitement.
  2. La géné­ra­li­sa­tion de l’ad­mi­nis­tra­tion de sta­tines aux hyper­ten­dus au niveau de risque car­dio­vas­cu­laire d’AS­COT-LLA a des impli­ca­tions financières
  3. Les résul­tats sur des popu­la­tions Anglo-Scan­di­naves sont ils transposables
  4. Les recom­man­da­tions de l’A­NAES (2000) néces­sitent une mise à jour…

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...