HomeSantéThrombocytose : causes, symptômes et traitements

Thrombocytose : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

La throm­bo­cy­tose est une ano­ma­lie qui affecte les pla­quettes san­guines. En effet, ces pla­quettes sont des cel­lules qui aident l’organisme dans le pro­ces­sus de coa­gu­la­tion san­guine. Elles doivent donc être en quan­ti­té adé­quate et rai­son­nable dans l’organisme, en vue de rem­plir conve­na­ble­ment leur rôle. Cepen­dant, leur quan­ti­té peut être bou­le­ver­sée par dif­fé­rents élé­ments internes ou externes à l’individu. Quels sont les causes, les symp­tômes et les trai­te­ments rela­tifs à la thrombocytose ?

Description de la thrombocytose

Définition

La throm­bo­cy­tose désigne une ano­ma­lie qui implique une aug­men­ta­tion anor­male des pla­quettes san­guines. Elle est un trouble héma­to­lo­gique, dont l’absence de prise en charge conduit à de graves complications.

En effet, les pla­quettes san­guines dési­gnent des cel­lules san­guines capi­tales dans la coa­gu­la­tion san­guine, pour la cica­tri­sa­tion des bles­sures. Elles sont pro­duites par la moelle épi­nière en nombre adé­quat, et inter­viennent en cas de petites cou­pures ou de plaies.

Par consé­quent, il y a throm­bo­cy­tose lorsque le nombre de ces pla­quettes san­guines dif­fère des valeurs nor­males et aug­mente. De plus, la throm­bo­cy­tose encore appe­lée hyper­pla­quet­tose ou throm­bo­cy­té­mie, est un trouble silen­cieux dans la plu­part des cas. Cepen­dant, elle reste dan­ge­reuse en cas d’absence de traitement.

Caractéristiques de la thrombocytose

La throm­bo­cy­tose est un trouble qui affecte la pro­duc­tion de la moelle épi­nière en pla­quettes. En effet, en moyenne cet organe pro­duit nor­ma­le­ment un nombre de pla­quettes com­pris en 150 à 400 mm³. Ain­si, il est consi­dé­ré comme patient atteint de ce trouble, lorsqu’une per­sonne a plus que ce taux dans l’organisme.

Par consé­quent, les carac­té­ris­tiques prin­ci­pales et secon­daires du trouble de throm­bo­cy­tose, sont les suivantes :

  • Un taux de pla­quettes qui excède 400 mm³ ;
  • Un héma­to­crite supé­rieur à 50 % chez les hommes et à 45 % chez les femmes ;
  • Une pré­sence de fer médullaire ;
  • Une splé­no­mé­ga­lie inconstante ;
  • Une absence de fibrome médullaire ;
  • Une absence de chro­mo­somes Philadelphie.

Lorsque ces cri­tères sont réunis, le patient est atteint de thrombocytose.

Quels sont les différents types de thrombocytose ?

La throm­bo­cy­tose se pré­sente sous trois dif­fé­rentes formes. Il s’agit de la throm­bo­cy­tose pri­maire, la throm­bo­cy­tose secon­daire et celle fami­liale. Ces trois types sont liés à une ano­ma­lie des valeurs nor­males des pla­quettes dans l’organisme.

Thrombocytose primaire ou essentielle

Ce type de throm­bo­cy­tose est remar­qué seule­ment dans 10 à 20 % des cas. Il est dési­gné throm­bo­cy­tose pri­maire ou essen­tielle, puisqu’il est la consé­quence d’une mala­die propre à la moelle épi­nière. Autre­ment dit, la throm­bo­cy­tose pri­maire est la consé­quence des mala­dies du sang dont le patient aurait souf­fert dans le passé.

Thrombocytose secondaire ou réactionnelle

Ce type de throm­bo­cy­tose se mani­feste dans 80 % à 90 % des cas. Cette forme d’anomalie inter­vient suite à un évè­ne­ment exté­rieur tel que :

  • Le stress ;
  • Le trouble inflammatoire ;
  • La carence en fer ;
  • Le can­cer ;
  • Le trau­ma­tisme.

La throm­bo­cy­tose secon­daire peut être aiguë ou tran­si­toire. Elle est aiguë lorsque l’anomalie devient sévère et per­dure dans le temps, impli­quant des com­pli­ca­tions. Elle est tran­si­toire quand l’anomalie est pas­sa­gère et dure moins de temps.

Thrombocytose familiale

Elle est la forme la plus rare et excep­tion­nelle de cette ano­ma­lie du taux de pla­quettes dans le sang. Elle se remarque dans envi­ron 5 % à 10 % des cas et est liée à une pré­dis­po­si­tion géné­tique. La throm­bo­cy­tose fami­liale se mani­feste par une ano­ma­lie géné­tique et héré­di­taire, qui porte sur le gène de la thyroperoxydase.

Par ailleurs, il peut y avoir une pré­sence de fausses throm­bo­cytes, liée à une erreur de comp­ta­bi­li­sa­tion lors de l’hémogramme. Ce cas se pré­sente lorsqu’au cours de l’analyse, des par­ti­cules sont comp­ta­bi­li­sées comme étant des pla­quettes sans l’être en réa­li­té. Il s’agit là d’une erreur de l’analyse médicale.

Quelles sont les causes de la thrombocytose ?

Les fac­teurs qui entraînent la throm­bo­cy­tose varient en fonc­tion de chaque type de cette ano­ma­lie. Ain­si, les causes de l’apparition de la throm­bo­cy­tose pri­maire dif­fèrent de celles de la throm­bo­cy­tose secon­daire. Quant à la throm­bo­cy­tose fami­liale, elle est sim­ple­ment d’origine héréditaire.

Causes de la thrombocytose primaire

La throm­bo­cy­tose peut être engen­drée par diverses mala­dies du sang, bénignes ou graves. À cet effet, cette ano­ma­lie est géné­ra­le­ment cau­sée par une myé­lo­fi­brose pri­mi­tive. Pour faire simple, il s’agit tout juste du can­cer de la moelle osseuse.

De plus, la throm­bo­cy­tose essen­tielle peut être cau­sée par la mala­die de Vaquez. Cette der­nière est un trouble chro­nique, mar­qué par l’excès de glo­bules rouges dans le sang. Elle peut éga­le­ment être engen­drée par cer­taines mala­dies mar­quées par l’excès de pla­quettes san­guines.

À ces mala­dies, s’ajoutent les syn­dromes myé­lo­dys­pla­siques, l’anémie réfrac­taire sidé­ro­blas­tique et le syn­drome 5q‑, qui est une forme rare d’anémie. En outre, cette ano­ma­lie peut être cau­sée par des mala­dies rela­tives à une impor­tante pro­duc­tion de plu­sieurs types de cellules.

Causes de la thrombocytose secondaire

La throm­bo­cy­tose secon­daire peut être cau­sée par :

  • Une carence en fer ;
  • Un trouble inflam­ma­toire chronique ;
  • Une hémor­ra­gie importante ;
  • Une hémo­lyse ;
  • Un can­cer ;
  • Un stress extrême ;
  • Une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale ou lors d’une chimiothérapie ;
  • Un accou­che­ment qui a perduré ;
  • Une acti­vi­té phy­sique extrême ;
  • Un grave traumatisme ;
  • Une ané­mie aiguë ou ferriprive ;
  • Un sevrage alcoo­lique lors d’une thrombopénie ;
  • Une splé­nec­to­mie qui est une abla­tion de la rate.

Par ailleurs, la throm­bo­cy­tose peut être liée à des infec­tions bac­té­riennes dans 25 % des cas. De plus, elle peut être cau­sée par des mala­dies inflam­ma­toires arti­cu­laires, dont la rec­to­co­lite hémorragique.

Quelles sont les personnes à risque de la thrombocytose ?

Cette patho­lo­gie mar­quée par la pro­duc­tion exces­sive des cel­lules san­guines est plus remar­quée chez cer­taines caté­go­ries de per­sonnes. Tout d’abord, elle se déve­loppe chez les per­sonnes âgées, plus pré­ci­sé­ment celles de la cin­quan­taine ou de la soixantaine.

Ensuite, elle se remarque aus­si for­te­ment chez les femmes et sur­tout celles qui prennent fré­quem­ment des contra­cep­tifs oraux. En effet, le contra­cep­tif oral contient un prin­cipe actif qui accé­lère l’apparition de throm­bo­cy­tose.

Enfin, la throm­bo­cy­tose peut appa­raître depuis l’enfance, notam­ment lorsqu’il s’agit d’une throm­bo­cy­tose familiale.

Quels sont les symptômes de la thrombocytose ?

La throm­bo­cy­tose reste géné­ra­le­ment asymp­to­ma­tique pen­dant une longue période. Tou­te­fois, cer­taines per­sonnes souf­frant de cette ano­ma­lie, peuvent pré­sen­ter quelques symp­tômes bien pré­cis. Il faut pré­ci­ser que ces symp­tômes dif­fèrent selon chaque type de throm­bo­cy­tose, et donc de l’origine de l’anomalie.

Tou­te­fois, les symp­tômes liés géné­ra­le­ment aux dif­fé­rents types de throm­bo­cy­tose sont entre autres :

  • La fatigue géné­rale, la fièvre ;
  • Les bouf­fées de cha­leur, les étourdissements ;
  • Les cépha­lées, les vertiges ;
  • Les dou­leurs notam­ment au niveau de l’un des membres infé­rieurs ou de la poitrine ;
  • Les pro­blèmes de peau, dont les rou­geurs ou les œdèmes ;
  • Les pico­te­ments ou la sen­sa­tion de cha­leur aux pieds et aux jambes ;
  • La trans­pi­ra­tion excessive ;
  • L’altération de la vision ;
  • Les déman­geai­sons cutanées ;
  • La longue cica­tri­sa­tion des plaies ;
  • Les dou­leurs au mollet.

Par ailleurs, il faut pré­ci­ser que ces signes sont insuf­fi­sants pour éta­blir la pré­sence d’une throm­bo­cy­tose. En cas d’apparition, il est néces­saire de consul­ter le plus tôt pos­sible un héma­to­logue.

Quelles sont les éventuelles complications de la thrombocytose ?

L’absence de trai­te­ment de la throm­bo­cy­tose conduit géné­ra­le­ment à d’autres com­pli­ca­tions. Les plus remar­quées sont spé­ci­fiques et sont notam­ment les throm­boses vei­neuses, arté­rielles et les hémorragies.

Les thromboses

Les throm­boses sont des com­pli­ca­tions de la throm­bo­cy­tose. Elles sont encore appe­lées phlé­bites, et indiquent une for­ma­tion de caillots de sang au niveau d’un vais­seau san­guin. De plus, ces patho­lo­gies peuvent être bénignes ou graves, compte tenu de la par­tie qu’elles affectent.

Ain­si, la for­ma­tion des caillots de sang par endroit peut conduire à un infarc­tus du myo­carde ou à une crise car­diaque. La throm­bose peut aus­si entraî­ner un acci­dent vas­cu­laire céré­bral ou d’autres acci­dents vas­cu­laires. Ces der­niers peuvent appa­raître au niveau des membres infé­rieurs ou de l’intestin.

Les hémorragies

Dans la plu­part des cas, la throm­bo­cy­tose conduit à des hémor­ra­gies avec des sai­gne­ments légers ou abon­dants. Il s’agit géné­ra­le­ment de sai­gne­ments san­guins externes et rare­ment de sai­gne­ments internes. À cet effet, il peut être ques­tion de sai­gne­ments de nez ou des gen­cives. Il peut aus­si y avoir une pré­sence de traces de sang dans l’urine.

Autres complications

La throm­bo­cy­tose peut, en outre, conduire à d’autres com­pli­ca­tions que sont :

  • L’accident vas­cu­laire céré­bral de type ischémique ;
  • L’embolie pul­mo­naire indi­quant la des­truc­tion des artères pul­mo­naires par la for­ma­tion de caillots de sang ;
  • L’artériopathie qui est une mala­die carac­té­ri­sée par le rétré­cis­se­ment des vais­seaux sanguins.

Comment diagnostique-t-on la thrombocytose ?

Géné­ra­le­ment, le diag­nos­tic de la throm­bo­cy­tose s’effectue par un exa­men cli­nique et par des ana­lyses médicales.

Examen clinique

Afin d’établir le diag­nos­tic de cette ano­ma­lie, l’hématologue passe à un exa­men du patient et prend en consi­dé­ra­tion cer­taines remarques. Ces remarques aident le méde­cin à décla­rer en un pre­mier temps la throm­bo­cy­tose. Elles sont rela­tives aux :

  • Symp­tômes pré­sen­tés par le patient ;
  • Ren­sei­gne­ments don­nés par le patient sur l’histoire de ce dont il souffre.

Analyses médicales

Après l’examen cli­nique, le méde­cin peut recom­man­der des ana­lyses médi­cales com­plé­men­taires. Ces ana­lyses per­mettent de confir­mer cette ano­ma­lie de l’excès des pla­quettes dans le sang.

Ain­si, l’analyse médi­cale la plus recom­man­dée est la Numé­ra­tion For­mule San­guine (NFS), encore appe­lée l’hémogramme. Elle est réa­li­sée par une prise de sang, et per­met de véri­fier s’il y a pré­sence de throm­bo­cy­tose. En effet, elle per­met de déter­mi­ner la quan­ti­té des pla­quettes conte­nues dans le sang. Cela per­met d’établir si les pla­quettes sont en nombre infé­rieur ou supé­rieur aux valeurs normales.

En outre, en dehors de l’hémogramme, d’autres ana­lyses peuvent être recom­man­dées. Ces ana­lyses per­mettent de détec­ter avec pré­ci­sion s’il s’agit d’une throm­bo­cy­tose pri­maire ou secon­daire. Il s’agit :

  • D’un frot­tis san­guin étu­dié au micro­scope à l’aide d’une goutte de sang ;
  • D’une fer­ri­ti­né­mie ;
  • D’une vitesse de sédimentation ;
  • D’une écho­gra­phie abdominopelvienne ;
  • D’une radio­gra­phie pulmonaire ;
  • D’une ponc­tion lombaire ;
  • D’une ana­lyse de la moelle osseuse ;
  • D’un caryo­type médullaire.

L’ensemble de ces ana­lyses per­met de diag­nos­ti­quer avec pré­ci­sion la throm­bo­cy­tose et le type dont il s’agit. Cepen­dant, elles doivent être réa­li­sées à deux reprises, pour garan­tir l’exactitude des résultats.

Quels sont les traitements possibles en cas de thrombocytose ?

Le trai­te­ment de la throm­bo­cy­tose a pour objec­tif de réduire le nombre de pla­quettes conte­nues dans le sang. Il se fait compte tenu du type de throm­bo­cy­tose dont il s’agit. Ain­si, le trai­te­ment admi­nis­tré en cas de throm­bo­cy­tose pri­maire, dif­fère de celui admi­nis­tré en cas de throm­bo­cy­tose secondaire.

Traitement en cas de thrombocytose primaire

Le trai­te­ment en cas de throm­bo­cy­tose pri­maire repose prin­ci­pa­le­ment sur un trai­te­ment médi­ca­men­teux. Les dif­fé­rents médi­ca­ments géné­ra­le­ment pres­crits dans ces cas sont entre autres : l’hydroxyurée, l’anagrélide et l’interféron alpha-2b.

Par ailleurs, il faut pré­ci­ser que ces médi­ca­ments sont pres­crits dans des cas bien pré­cis. Il s’agit :

  • D’un acci­dent isché­mique transitoire ;
  • D’une hémor­ra­gie importante ;
  • D’un âge avancé ;
  • D’une appa­ri­tion de migraine sévère comme symptôme ;
  • D’un risque car­dio­vas­cu­laire fort.

De plus, le méde­cin trai­tant peut exi­ger une chi­mio­thé­ra­pie pour ren­for­cer le trai­te­ment de la throm­bo­cy­tose. Le trai­te­ment de la throm­bo­cy­tose pri­maire doit être rigou­reu­se­ment admi­nis­tré par un héma­to­logue, et néces­site une sur­veillance médi­cale.

Traitement en cas de thrombocytose secondaire

La gué­ri­son de la throm­bo­cy­tose secon­daire repose essen­tiel­le­ment sur le trai­te­ment des causes l’ayant engen­drée. Ain­si, dans le cas d’une ané­mie fer­ri­prive, le trai­te­ment est basé sur la prise de fer. Cela per­met de cor­ri­ger l’anémie et par consé­quent, l’anomalie d’excès de pla­quettes san­guines disparaît.

De plus, l’hématologue peut pro­cé­der à une throm­bo­cy­ta­phé­rèse. C’est une pro­cé­dure médi­cale qui implique un pré­lè­ve­ment san­guin adé­quat pour reti­rer les pla­quettes en sur­plus. À la fin de pro­cé­dure, le sang est réin­jec­té au patient.

En outre, de l’aspirine à faibles doses peut être admi­nis­trée aux patients, pour flui­di­fier leur sang au cours du trai­te­ment. Aus­si est-il impor­tant d’éviter le tabac, l’alcool et la consom­ma­tion d’aliments gras pauvres en fibres au cours du traitement.

Par ailleurs, des consul­ta­tions régu­lières avec l’hématologue doivent être rigou­reu­se­ment effec­tuées par le patient au cours du trai­te­ment. Ces consul­ta­tions per­mettent de suivre l’évolution de la mala­die, et per­mettent au méde­cin d’évaluer l’efficacité du trai­te­ment. Elles per­mettent éga­le­ment au méde­cin de prendre de nou­velles déci­sions médi­cales, notam­ment d’administrer un nou­veau traitement.

Comment prévenir la thrombocytose ?

Les mesures pré­ven­tives de la throm­bo­cy­tose concernent l’évitement des patho­lo­gies à l’origine de cette ano­ma­lie. Tou­te­fois, de façon géné­rale il est recommandé :

  • D’éviter la prise exces­sive de contra­cep­tif oral ;
  • D’effectuer régu­liè­re­ment des acti­vi­tés physiques ;
  • D’éviter le stress extrême ;
  • D’effectuer des consul­ta­tions pour pré­ve­nir ou contrô­ler le diabète ;
  • De stop­per la prise du tabac ;
  • De contrô­ler régu­liè­re­ment sa masse cor­po­relle afin d’éviter le surpoids ;
  • D’adopter une ali­men­ta­tion saine et équilibrée ;
  • D’éviter une hor­mo­no­thé­ra­pie substitutive ;
  • De res­ter suf­fi­sam­ment hydraté ;
  • D’éviter la prise exces­sive des bois­sons sucrées et de l’alcool ;
  • De man­ger les ali­ments riches en fer ;
  • D’éviter une vie de séden­ta­ri­té ;
  • De suivre rigou­reu­se­ment le trai­te­ment admi­nis­tré par le méde­cin, en cas de trai­te­ment anticancéreux.

Par ailleurs, en ce qui concerne la throm­bo­cy­tose héré­di­taire, les per­sonnes qui y sont pré­dis­po­sées doivent prendre des mesures rigou­reuses. Ain­si, dès le bas âge, elles doivent suivre ces mesures pré­ven­tives et avoir un mode de vie sain.

 

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...